Publics fragiles : le gouvernement demande aux banques des engagements

 |   |  424  mots
Aujourd'hui, ceux qui sont les plus modestes sont ceux qui sont le plus exposés à ces frais bancaires. (...) Certains, qui ont peu de revenus, pas de salaire, peuvent payer jusqu'à 400, 500, 600 euros par an de frais bancaires. C'est inacceptable, a expliqué Bruno Le Maire sur BFM TV.
"Aujourd'hui, ceux qui sont les plus modestes sont ceux qui sont le plus exposés à ces frais bancaires. (...) Certains, qui ont peu de revenus, pas de salaire, peuvent payer jusqu'à 400, 500, 600 euros par an de frais bancaires. C'est inacceptable", a expliqué Bruno Le Maire sur BFM TV. (Crédits : Thomas Hodel)
Le gouvernement proposera lundi trois mesures aux banques, afin qu'elles soient mises en place dans le cadre de la loi Pacte, a annoncé dimanche Bruno Le Maire. Le ministre de l'Economie et des Finances met en garde: si les banques ne coopèrent pas volontairement, le législateur pourrait intervenir.

Le gouvernement présentera lundi aux banques françaises les engagements qu'il attend d'elles pour une meilleure maîtrise des frais d'incident bancaire appliqués aux publics fragiles promis dans le cadre du plan pauvreté, a annoncé dimanche le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire sur BFM TV. Bruno Le Maire proposera notamment trois mesures aux banques lors d'une rencontre lundi soir réunissant François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, Laurent Mignon, président de la Fédération bancaire française (FBF) et les membres du comité exécutif de la FBF, a-t-il expliqué.

Ces mesures doivent prendre la forme d'engagements volontaires à ce stade, a précisé à l'AFP une source à Bercy.

Les frais bancaires plafonnés

"Je souhaite que nous parvenions à un plafonnement des frais bancaires à 200 euros par an maximum pour les personnes les plus fragiles, celles qui bénéficient de ce qu'on appelle l'offre spécifique", a déclaré le ministre.

Créée en 2014, cette offre doit être proposée par toutes les banques aux personnes en situation de fragilité financière. Elle prévoit un ensemble de services bancaires de base (tenue de compte bancaire, carte de paiement et de retrait, possibilité d'effectuer des virements et des prélèvements) au coût modéré de 3 euros maximum par mois.

"Aujourd'hui, ceux qui sont les plus modestes sont ceux qui sont le plus exposés à ces frais bancaires. (...) Certains, qui ont peu de revenus, pas de salaire, peuvent payer jusqu'à 400, 500, 600 euros par an de frais bancaires. C'est inacceptable", a estimé Le Maire.

L'offre spécifique augmentée

Deuxième mesure, "je souhaite 30% d'augmentation de cette offre spécifique pour les personnes les plus fragiles", a ajouté le ministre, expliquant que "l'offre spécifique aujourd'hui, c'est 375.000 personnes, ce n'est pas assez".

"En troisième lieu, je souhaite aussi qu'on élargisse notre réflexion à tous les Français, tous ceux qui payent aujourd'hui des frais bancaires qui sont trop importants, et qu'on ait notamment un système d'alerte et de prévention qui soit beaucoup plus efficace que celui dont nous disposons aujourd'hui", a-t-il dit.

"Je souhaite que nous mettions ça en place dans le cadre de la loi sur la croissance et la transformation des entreprises (baptisée "Pacte", ndlr) que je présenterai dans quelques jours. Parions sur la coopération avec les banques. Je souhaite qu'elles jouent le jeu (...), si nous voyons d'ici six mois que ça ne fonctionne pas, nous prendrons d'autres mesures", a prévenu le ministre.

Avec AFP.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/09/2018 à 12:35 :
Si on ne savait pas que ce gouvernement est libéral, on pourrait se croire chez les soviétiques. Le gouvernement sait comment gérer les pauvres puisqu’il en crée. Belle victoire du en même temps
a écrit le 03/09/2018 à 9:14 :
Le gouvernement tente de gérer la pauvreté qu'il génère de la plus mauvaise des façon mais c'est pas étonnant puisque cela permettra à l'Etat français d'avoir une raison supplémentaire pour subventionner les établissements bancaires. On connait le mac, un pas en avant et deux pas en arrière. On y arrivera jamais.

"le législateur pourrait intervenir"

LOL
a écrit le 03/09/2018 à 8:59 :
Je pense que Bruno Lemaire ne manque pas d'aplomb en s'imiscant une fois de plus dans la gestion des frais bancaires des banques majoritairement privées.
Qu'il fasse montre des actions à son niveau pour réduire les prélèvements obligatoires à près de 58 % du PIB.
Les français sont écrasés d'impôts et taxes en tous genres du fait du gouvernement, augmentation de la C.S.G, non revision des retraites ou désindexation , 70 % de taxes sur les carburants .....etc et les effectifs des fonctionnaires non seulement ne baissent pas mais continuent d'augmenter. Le mille-feuilles des collectivités locales n'a toujours pas été allégé, 35900 communes ...record européen.....et j'en passe.

Monsieur Lemaire balayez devant votre porte avant de vous ériger en donneur de leçons.
Comme de nombreux français "y' en a marre".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :