Crédit Agricole réorganise sa banque de financement et d'investissement

 |   |  517  mots
Jacques Ripoll, 52 ans, actuellement en charge de la banque d’investissement au niveau mondial de Santander, après une grande partie de sa carrière à la Société Générale, rejoindra Crédit Agricole S.A. le 3 septembre pour diriger CACIB, la branche d'activités de marché de la Banque verte.
Jacques Ripoll, 52 ans, actuellement en charge de la banque d’investissement au niveau mondial de Santander, après une grande partie de sa carrière à la Société Générale, rejoindra Crédit Agricole S.A. le 3 septembre pour diriger CACIB, la branche d'activités de marché de la Banque verte. (Crédits : DR)
La Banque verte annonce l'arrivée de Jacques Ripoll, ex-Santander ex-Société Générale, à la tête de sa BFI, de la gestion de fortune et des services aux institutionnels. Deux nouveaux directeurs généraux adjoints sont nommés, Jean-François Balaÿ (risques et contrôle) et Isabelle Girolami (marchés de capitaux).

Entre la perspective du Brexit et les jeux de chaise musicale, une nouvelle génération de banquiers prend le pouvoir chez les grands acteurs de la place. Après les changements intervenus à la Société Générale et chez Natixis, et les arrivées prévues chez les filiales françaises des grandes banques américaines, c'est au tour du Crédit Agricole d'annoncer une réorganisation de la direction générale de CACIB, sa branche de banque de financement et d'investissement (activités de marchés essentiellement).

Le conseil d'administration de CACIB réuni ce mercredi 11 juillet « a validé la demande de Jean-Yves Hocher de faire valoir ses droits à la retraite d'ici la fin de l'année » et a nommé pour lui succéder Jacques Ripoll, qui reprend les fonctions de directeur général de Crédit Agricole CIB et de directeur général adjoint de Crédit Agricole S.A. en charge du pôle Grandes Clientèles, qui comprend la banque de financement et d'investissement, la gestion de fortune (Indosuez Wealth Group) et les services aux institutionnels et aux entreprises (CACEIS).

Après une première partie de carrière au ministère de l'Agriculture puis à la Direction du Trésor, Jean-Yves Hocher, 62 ans, diplômé de l'Institut national agronomique Paris-Grignon et de l'École nationale du génie rural, des eaux et forêts, avait rejoint le Crédit Agricole en 1989 ; il était directeur général de CACIB depuis 2010.

« Je tiens à rendre hommage au travail effectué par Jean-Yves Hocher qui a su redessiner avec succès le profil de la BFI du Crédit Agricole au service des clients du groupe, dans le cadre d'un équilibre entre prudence et développement auquel nous sommes attachés », a déclaré Philippe Brassac, le directeur général de Crédit Agricole S.A.

Deux nouveaux DG adjoints

Polytechnicien de 52 ans, Jacques Ripoll était en charge de la banque d'investissement au niveau mondial du géant espagnol Santander, après avoir réalisé une grande partie de sa carrière à la Société Générale, où il a travaillé à l'Inspection générale, au département Dérivés Actions, avant de diriger la vente et le trading sur les actions européennes puis la stratégie, et enfin la gestion d'actifs, la banque privée et les services aux investisseurs. Il rejoindra Crédit Agricole S.A. le 3 septembre.

Le conseil d'administration de CACIB a aussi entériné la nomination de deux nouveaux directeurs généraux adjoints : Jean-François Balaÿ, qui est actuellement responsable des risques et du contrôle permanent, et Isabelle Girolami, qui est responsable des marchés de capitaux. Ils rejoignent Régis Monfront, DGA, et François Marion, DG délégué.

CACIB employait 8.000 personnes (équivalents temps plein) fin 2017 et a généré un produit net bancaire de 4,5 milliards d'euros. Elle est l'une des banques leaders sur le plan mondial en matière de finance verte.

Lire aussi : Green bonds : « Il faut encadrer le marché pour éviter le "green washing" » (CACIB)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :