Crise financière : Goldman Sachs accepte de débourser plus de 5 milliards de dollars

 |   |  293  mots
L'établissement dirigé par Lloyd Blankfein se voyait reprocher d'avoir vendu de 2005 à 2007 un portefeuille titrisé de prêts hypothécaires résidentiels (RMBS), c'est-à-dire des crédits immobiliers convertis en produits financiers qui ont par la suite causé des pertes abyssales aux acheteurs finaux.
L'établissement dirigé par Lloyd Blankfein se voyait reprocher d'avoir vendu de 2005 à 2007 un portefeuille titrisé de prêts hypothécaires résidentiels (RMBS), c'est-à-dire des crédits immobiliers convertis en produits financiers qui ont par la suite causé des pertes abyssales aux acheteurs finaux. (Crédits : © Lucas Jackson / Reuters)
L'établissement dirigé par Lloyd Blankfein se voyait reprocher d'avoir vendu de 2005 à 2007 des crédits immobiliers convertis en produits financiers qui ont par la suite causé des pertes abyssales aux acheteurs finaux.

La crise financière continue de peser sur Goldman Sachs. La banque d'affaires a annoncé jeudi 15 janvier être parvenue à un accord de principe de 5,06 milliards de dollars (4,65 milliards d'euros) avec les autorités américaines pour solder un litige immobilier remontant à cette époque.

Ce compromis devrait se traduire par une charge nette de 1,5 milliard de dollars (1,38 milliards d'euros) dans ses comptes du quatrième trimestre 2015.

Le respect des lois fédérales en cause

L'établissement dirigé par Lloyd Blankfein se voyait reprocher d'avoir vendu de 2005 à 2007 un portefeuille titrisé de prêts hypothécaires résidentiels (RMBS), c'est-à-dire des crédits immobiliers convertis en produits financiers qui ont par la suite causé des pertes abyssales aux acheteurs finaux. De tels agissements, faisaient valoir le département de la Justice (DoJ), les ministères de la Justice des Etats de New York et de l'Illinois ainsi que des agences fédérales spécialisées dans l'immobilier à Chicago, violaient les lois fédérales en matière de crédits.

"Nous sommes heureux d'avoir trouvé un accord de principe pour résoudre cette affaire", s'est réjoui Lloyd Blankfein, cité dans un communiqué.

1,8 milliard de dollars pour dédommager les consommateurs

Dans le détail, la prestigieuse banque new-yorkaise a écopé d'une amende civile de 2,4 milliards de dollars (2,2 milliards d'euros) et devrait consacrer 1,8 milliard de dollars (1,65 milliard d'euros) à dédommager les consommateurs sous différentes formes. Elle devrait notamment financer des travaux de réhabilitation de maisons de certains ménages, aider à la restructuration de la dette d'autres, soutenir financièrement des programmes de prévention de saisies immobilières. Un versement de 875 millions de dollars (804 millions d'euros) est également prévu.

Les autorités renoncent, elles, à la poursuivre en justice.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2016 à 20:17 :
Et si titre était plutôt du genre "la direction de GS fait payer 5Mds$ à l'entreprise pour échapper aux poursuites pénales les concernant"? Voilà qui remettrait les pendules à l'heure, non? Avec un petit paragraphe concernant l'étonnant traitement de ce type de dossiers récurrents par les instances judiciaires américaines, à commencer par les deux derniers ministres de la Justice, dont la présente qui avait pourtant asséné comme une évidence devant le Congrès, que les choses allaient changer avec elle...
a écrit le 17/01/2016 à 16:15 :
Le respect de la loi n'est pas le premier souci des établissements bancaires et financiers, notamment en France ; en cas de prise de risque, ils ont tendance à reporter celui-ci sur leur clientèle (rappelez-vous le Crédit Lyonnais et les emprunts russes autrefois, mais la tradition perdure) ou sur leurs actionnaires ; exemple récent de la BNP qui a pris des risques inconsidérés en essayant de contourner les réglementations US, avec à la clé une amende de 7 milliards de $, avec quelles sanctions pour les responsables ? Curieusement, la justice n'a pas été aveugle à la SG, n'est-ce pas Jérôme ?
a écrit le 16/01/2016 à 0:28 :
On est loin de compte. Certes, les lois, ...et les arrangements.
a écrit le 16/01/2016 à 0:27 :
On est loin de compte. Certes, les lois, ...et les arrangements.
a écrit le 15/01/2016 à 9:56 :
c'est tres peu vu le merdier qu'ils ont foutu... d'un autre cote on ne comprend pas en quoi des gens ayant achetes des produits stochastiques sans rien y comprendre devraient etre dedommages
a écrit le 15/01/2016 à 9:24 :
"Goldman Sachs accepte de débourser plus de 5 milliards de dollars"

Sa seigneurie est bien trop bonne... Hum, hum.
a écrit le 15/01/2016 à 8:51 :
10 milliards pour BNP pour avoir parlé avec l'Iran.

2 milliards à Goldman Sachs pour être en partie responsable d'une crise économique majeure. Impactant des millions et millions de personnes.

Vive la justice ricaine...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :