Crowdfunding : Tudigo la plateforme au service des territoires lève 2 millions d’euros

 |   |  622  mots
Depuis sa création en 2012, la plateforme Tudigo a permis à 1300 entreprises de collecter 17 millions d'euros.
Depuis sa création en 2012, la plateforme Tudigo a permis à 1300 entreprises de collecter 17 millions d'euros. (Crédits : Tudigo)
La startup parisienne, rentable depuis 2015, réalise sa première levée de fonds en plus de six ans d'existence. Spécialisée dans le financement participatif de proximité, l'ex-Bulb in Town entend collecter plus de 20 millions d'euros sur sa plateforme d'ici la fin de l'année.

Associer les habitants d'un territoire au développement de l'économie locale. Tel est le crédo de la plateforme de financement participatif (ou crowdfunding en anglais) Tudigo, qui officialise, ce vendredi 24 mai, une levée de fonds de 2 millions d'euros réalisée auprès de 15 investisseurs membres de sa communauté.

Il s'agit de sa première levée de fonds en plus de six ans d'existence. Un cas relativement rare dans l'univers du crowdfunding et plus largement dans l'écosystème des startups. « Nous voulions d'abord nous concentrer sur le développement de notre chiffre d'affaires plutôt que sur la recherche de fonds. Par ailleurs, évoluer sous contraintes financières vous oblige à être plus créatifs », commente Stéphane Vromman, cofondateur de la startup avec Alexandre Laing.

« Nous sommes rentables depuis 2015 et nous avons atteint un rythme de croisière avec une croissance annuelle moyenne de notre chiffre d'affaires de 50% », ajoute-t-il.

Plus de 1.300 entreprises financées

Née en 2012 (sous le nom de Bulb in Town), Tudigo a permis jusqu'à présent de financer 1300 entreprises, qui ont collecté 17 millions d'euros. Parmi elles, la petite épicerie de Moustey dans les Landes, la biscuiterie Jeannette en Normandie (La Tribune n°283), la distillerie Moon Harbour à Bordeaux ou encore la forge Auriou dans le Tarn.

« Les projets que nous sélectionnons doivent obligatoirement avoir un impact positif sur le territoire. Ils doivent permettre de préserver ou de créer des emplois, de faire perdurer un savoir-faire, de revitaliser une localité ou de favoriser sa transition énergétique », nous expliquait Alice Lauriot dit Prévost, l'une des trois associées de Tudigo, lors d'une précédente interview.

Sur la plateforme, les internautes peuvent soutenir ces acteurs économiques par trois moyens : l'investissement, le prêt (pour les énergies renouvelables) et le don, bien souvent en échange de produits locaux. « Le financement par le don reste majoritaire en termes de nombre de projets, mais les projets financés par l'investissement enregistrent une forte croissance et représentent des montants beaucoup plus importants», précise l'entrepreneur.

Pour se faire connaître auprès des PME, artisans et commerçants de proximité, encore peu enclins à se tourner vers le crowdfunding, Tudigo s'appuie sur 280 structures partenaires, comme les chambres de commerce et d'industrie ou encore les réseaux d'experts-comptables, qui tous jouent un rôle de prescripteurs.

Collecter plus de 20 millions d'euros en 2019

En 2018, Tudigo a permis aux entreprises de collecter 9 millions d'euros, contre 3 millions l'année précédente. Elle espère en recueillir plus de 20 millions cette année. Aujourd'hui, Tudigo compte 120.000 membres inscrits sur sa plateforme, dont 10.000 investisseurs actifs. Elle souhaite doubler la taille de cette communauté dans le courant de l'année. Et d'ici 5 ans, la jeune pousse espère financer 10.000 entreprises et réunir un million d'investisseurs.

Grâce aux fonds levés, Tudigo va développer sa présence en régions en renforçant les équipes de ses bureaux de Lyon et Bordeaux. Elle devrait ainsi rapidement doubler la taille de ses effectifs pour compter une vingtaine de collaborateurs. La startup, très discrète jusqu'à présent, compte développer ses actions marketing et de communication et développer de nouveaux outils à destination des investisseurs pour faciliter le financement des TPE et PME.

Actuellement, seule Tudigo a fait du financement de proximité sa spécialité, mais d'autres plateformes, de par leur ancrage local ou leur spécialisation dans les énergies renouvelables, l'agriculture ou les projets à impact positif, comme Enerfip, Miimosa ou encore Lita.co viennent la concurrencer sur certains pans de son activité. Un positionnement atypique qui lui permet de tirer son épingle du jeu dans un marché qui connaît d'importantes mutations et entre en phase de consolidation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :