Le procès Kerviel apporte de l'eau au moulin de François Hollande

 |   |  378  mots
Le procès en appel de Jérôme Kerviel s'ouvre lundi. Copyright Reuters
Le procès en appel de Jérôme Kerviel s'ouvre lundi. Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le deuxième acte du procès de l'ancien trader de la Société générale, qui débutera lundi, constitue un argument supplémentaire en faveur de la séparation des activités de banque d'investissement de celles de banque de détail, prônée par le Président de la République durant sa campagne électorale.

 Le procès en appel de Jérôme Kerviel, qui s'ouvre lundi à Paris, est du pain bénit pour le nouveau gouvernement français. L'ancien trader de la Société générale, accusé d'avoir fait perdre près de cinq milliards d'euros à la banque, illustre en effet à merveille les risques que les activités de marchés des banques sont susceptibles de faire peser sur les dépôts des épargnants. L'acte II du procès Kerviel apporte donc de l'eau au moulin de François Hollande, qui, durant sa campagne électorale, a martelé son intention de séparer les activités de marchés des banques françaises de leurs activités de détail. 

Une fraude historique

"Il faut se souvenir qu'au moment de l'affaire Kerviel, toute la place de Paris disait que ce type de fraude aurait pu arriver chez n'importe qui d'autre", remarque Christophe Nijdam, analyste financier chez Alphavalue, cité par l'agence Reuters. "Pour l'image de la supervision bancaire française, l'affaire Kerviel, qui est une fraude d'ampleur historique et qui est un record mondial à ce jour, reste une tache", insiste Christophe Nijdam.

Pertes de trading chez UBS et JPMorgan

La réforme du secteur bancaire en France semble d'autant plus inéluctable que les Anglo-Saxons sont déjà à la manoeuvre en la matière, avec la règle Volcker aux Etats-Unis et la norme Vickers au Royaume-Uni. De plus, la crise de la zone euro, qui déstabilise les banques européennes comme l'illustre la déroute de l'espagnole Bankia, et les révélations de pertes de trading chez la suisse UBS et l'américaine JPMorgan Chase constituent, pour nombre d'experts, autant de raisons de réglementer encore davantage le secteur.

Reconquérir l'opinion publique

D'abord très hostiles à ce projet, les banques françaises commencent à se faire à cette idée, afin de revenir en grâce auprès d'une opinion publique qui, crise financière oblige, les accuse de spéculer à tout va. Dans le cas particulier de la Société générale, celle-ci a de plus à coeur de "tourner la page" de l'affaire Kerviel, comme l'a indiqué, le mois dernier, son PDG Frédéric Oudéa, lors de l' assemblée générale du groupe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/06/2012 à 10:35 :
Kerviel n'était pas de "la haute" !
Ni polytechnicien, ni centralien, il n'était qu'un petit universitaire "sans envergure". Il n'était que le jouet, la danseuse, de sa hiérarchie aux égaux surdimensionnés. Observer ses agissements les amusait... Et puis le petit jeu les a dépassé... et il a fallu trouver un bouc émissaire, pour protéger tous ces gens de "la haute".
Ils ont réussi à faire croire que dans l'organisation d'une grande banque comme la SG, Kerviel pouvait passer inaperçu. Ils ont préféré se faire passer pour des incompétents plutôt que d'endosser LEURS responsabilités.
Il est temps maintenant d'établir la vérité et de désigner les vrais coupables ! Il est temps de rendre justice.
Réponse de le 03/06/2012 à 11:05 :
Cette affaire Kerviel de la Société Générale vient conviancre que le système de gestion de la Société Générale est vicié (ou vicieux, c'est selon !!!) par ses Administrteurs et ses hauts cadres Dirigeants à commencer par les 1ers d'entres eux, de Bouton à Oudéa. Il serait temps que l'Etat donne un coup pieds dans ces fourmillières, et que la Justice Juge enfin les têtes des hiérarchies et des oligarchies de cette banque qui pollue la France depuis plus de 15 ans. Ces manèges ont assez duré.
Réponse de le 05/06/2012 à 23:25 :
Le trading, c est comme le tsunami courage à Jerôme , il a fait ce qu on lui demandait. Que F Hollande le défende maintenant.
Réponse de le 05/06/2012 à 23:30 :
Chaque banque a sa salle de marché, qu elle assume le risque.
a écrit le 03/06/2012 à 10:05 :
Pourquoi les banques et compagnies d'assurances surtout francaise cherchent-elles des traders de paille a l'etranger ! avec une renumeration de +/- 1500 euro par jour de " couverture " vous pouvez couvrir entre 26 et 52 operations par an ! a ne rien faire , preter votre nom ( speudo recommander ) une jolie petite retraite ,
a écrit le 03/06/2012 à 9:49 :
Le système bancaire est au service des banques et de leurs gros porteurs.
L'affaire Facebook en est la dernière illustration.
http://www.youtube.com/watch?v=eQcwviAG_UA&feature=related&noredirect=1
a écrit le 03/06/2012 à 9:26 :
Il ne s'agit que de rétablir une règle qui a été supprimée il y a moins de 20 ans.

Il faudrait aussi rétablir la loi interdisant d'exercer en même temps l'activité de banque et d'assurance, cela mettrait fin aux CDS et aux assurances-vies qui, sous couvert d'assurance, transforment l'épargne en parts dans un fonds spéculatif.
a écrit le 03/06/2012 à 0:37 :
A force de spéculer sur des "papiers" émis en contre partie de "papiers" emis en contrepartie de certifcats de dépots il n'y a plus aucune notion de valeur derrière l'investissement, d'où en cas de défaillance rien pour compenser la perte. Pourtant tout au long de ces opérations certains se sont bien enrichis
Réponse de le 03/06/2012 à 3:18 :
La Routine !
a écrit le 02/06/2012 à 23:30 :
N'est pas la seule banque a se faire de la pub sur "la tribune" et ttes les autres banques trainent des casseroles comme vs kle dites si bien - je resterai a la Ste Gale et je continue a acheter des actions (malgre la perte subie ) les actions remonteront -
a écrit le 02/06/2012 à 22:33 :
le problème C pas kerviel qui n'ai rien d'autre qu'un rouage d'une machine
Le problème c'est la machine , LE SYSTEM FINANCIER ET MONETAIRE MONDIAL!!!
il faut des règles avec l'argent ,malheureusement il n'y en a pas.
ALORS , BON CRASH A TOUS .....
a écrit le 02/06/2012 à 20:32 :
Les "dirigeants" en sont ainsi rendu là à espérer une faille du vrai pouvoir... Quelle déchéance.
a écrit le 02/06/2012 à 19:20 :
S'Il est tentant de se réfugier derrière des pratiques en usage voilà qq années, on aimerait :1) le retour de la réglementation type Still-Glass qui avait eu des effets positifs du moins un temps 2) limiter également les primes et salaires des traders3) proposer une autre idée de la société que celle-ci et ramener ces personnes compétentes à des activités orientées vers autre chose que des salles de marché hyper tendues. Leurs talents seraient mieux utilisés et profitables au plus gd nombre
a écrit le 02/06/2012 à 19:03 :
Si l'on oblige une separation des activités des banques ,dépôt d'un cote,et d'investissement de l'autre,tous ceux qui ont des petits salaires et des comptes qui ne rapportent pas assez aux banques auront leurs comptes fermés;et comme la banque est libre d'accepter ou de refuser un client,et d'augmenter les frais bancaires de 200% si l'envie lui prenait,les cheques payants et toutes les opérations gratuites aujourd'hui seraient hors de prix.Je ne suis pas sur que le petit client serait gagnant,car,que peut on faire aujourd'hui sans compte bancaire,sans carte de crédit, les banques ne seront pas perdantes,et Hollande ne peut pas se permettre d'avoir les banquiers contre lui...
Réponse de le 02/06/2012 à 21:06 :
vous dites vrai mais...je m en fous
les petits clients n ont qu à aller à la Poste mais je n accepte pas que mon banquier prenne des risques avec mon argent...sinon il est préférable que je le laisse sous mon matelas
Si je veux prendre des risques je le fais moi même c est logique non ??et avec la Bourse en fait de risques ....
Réponse de le 02/06/2012 à 21:25 :
Les banquiers n'ont qu'à jouer avec leurs frics pas avec le nôtre !
Réponse de le 02/06/2012 à 23:22 :
Je pense que certains qui postent des commentaires ne savent pas comment marche la BFI
Réponse de le 03/06/2012 à 7:49 :
rétablir les paiements des salaires et des achats en liquide il y a cinquante ans les comptes bancaires n'étaient pas une obligation et on ne s'en portait pas plus mal , la collusion banque et Etat (fisc soi disant afin de mieux contrôler les opérations de fraude) ont rendu obligatoire le compte bancaire ; et bientot avec l'obligation de la carte, l'argent sera passé totalement au virtuel ouvrant le champ à toutes les spéculaltions
a écrit le 02/06/2012 à 18:23 :
rembourser ... la SG il ne peut pas !
.... il a volé ? ...d?après ce qu'on nous dit ... NON!
le condamné à mort ... ce n'est plus possible !
... en prison ?... en plus il va nous coûter des sous !


... on fait quoi ?... plutôt une reforme de gestion des banques !?
Réponse de le 02/06/2012 à 18:43 :
Monsieur Kerviel savait très bien ce qu'il faisait, il savait que ce n'était pas conforme à ce qu'il devait faire, pas conforme à ses limites, pas conforme aux règles des marchés, pas conforme à la déontologie. Il savait qu'il engageait des milliards sans autorisation, il savait qu'il dissimulait ses positions, il savait qu'il mentait, qu'il falsifiat des documents, qu'il trompait les agents chargés de contrôler (certes mal) ses opérations.
Ce n'est pas parcequ'il n'y a pas de radar à un endroit que l'on est aurorisé à rouler à 300 km/h sans permis.
STOP ! s'il vous plaît, arrêtez avec ce type, c'est tout sauf un saint, tout sauf une victime. Oubliez-le, cela n'en vaut pas la peine.
Réponse de le 03/06/2012 à 9:17 :
C'est surtout sa hiérarchie qui savait ce qu'il faisait.

Monsieur Kerviel était un employée de banque, travaillant dans les locaux de la banque avec le système informatique comptable de la banque, pour faire des opérations au nom de la banque et pour son compte, opérations qui étaient validées, payées ou encaissées. Qui peut croire que ses activités d'achat et de revente d'options pouvaient être étaient inconnues de son employeur et de ses chefs pendant deux ans ?
a écrit le 02/06/2012 à 18:19 :
Ce que l'on a trop souvent tendance à oublier (ou à ne pas expliquer) c'est qu'il faut distinguer activités de marché pour compte propre, et activités de marché pour le compte des clients, essentiellement des entreprises, qui ont besoin de ces opérations pour leur fonctionnement, notamment sur les matières premières ou les opérations en devises, hors zone Euro, par exemple.
En outre, on veut "foutre la trouille" au bon peuple alors que le fonds de garantie des dépôts (organisme public) assure lesdites économies du peuple à hauteur de 150.000 euros par personne, soit l'équivalent de 30 livrets A pour un foyer ayant un enfant... et 450.000 euros, ça ne se trouve pas sous les sabots d'un cheval et cela ne représente pas les économies d'un smicard.
Alors, qu'on arrête, s'il vous plaît.
Enfin, cette séparation dont M. Hollande se fait l'annonciateur n'est en rien quelque chose de nouveau. En tout état de cause, dans les états qui ont engagé cette réforme, la chose ne se fera pas avant plusieurs années, compte tenu des délais nécessaires à la mise en oeuvre du processus.
Réponse de le 02/06/2012 à 20:10 :
J'ai relu votre post deux fois avant d'éclaté de rire.... les SUPERS fond dont vous parlé sont dôté chacun ( assurance vie et Livret A) de moins de 2 milliards chacun.... en sachant qu'une grosse partie de ces fonds sont composés d'obligation d'état ( crise de la dette .....?) il doit resté quelque centaine de millions d'euro..... soit 2000 comptes réellement couvert en cach. Juste pour rappels les dépots du livret A sont de 1350 milliards et environ la même pour l'assurance vie.... mais c'est vrai que les banques ne coulent jamais, et que lehman brother et CO étaient des exceptions pour confirmer la regle. Et puis allons au bout du raisonement. Qui garanti? l'Etat! donc vous..... No comments.
Réponse de le 02/06/2012 à 21:09 :
c est très juste et puis 150.000 ou 400.000 c est quand même un peu juste
nous exigeons une sécurité à 100%
point barre !!
Réponse de le 02/06/2012 à 23:21 :
un egoiste clovis les petits clients vs vs en moquez mais ils ont malgre tout des actions en bourse et ils y tiennent tout comme vous - les petis ruisseaux font de grandes rivieres le tout est de savoir bien gerer ce qui est mon cas -
Réponse de le 02/06/2012 à 23:21 :
un fils a papa sans doute
a écrit le 02/06/2012 à 18:12 :
Comment se fait il que les banques françaises qui avaient eu l'exemple de la déconfiture du Crédit Lyonnais avec l'affaire Metro-Goldwin-Mayor aient englouti des fortunes pour acheter de la "merde" dont les USA voulaient se débarrasser ?
Quand Les USA vendent quelque chose à l'extérieur c'est que ça n'a aucune valeur autrement ils se le gardent entre eux. J'ai signé une fois un contrat avec les USA
j'avais tous les devoirs et eux tous les droits...
a écrit le 02/06/2012 à 17:32 :
J'aimerai savoir que sont devenu les dizaine d'alertes envoyées par les contreparties de JK a la SG ? Il faut savoir que si vous avez débouclé une perte de 5 Milliards c'est parce que vous aviez des positions de Plus moins 50 Milliards. Essayez d'engager 50 Milliards chez vos contreparties SANS Garanties ....De deux choses l'une ou la SG est toute la hiérarchie est notoirement incompétente ( ce dont je doute ) ou ils savaient et ont laissé faire. L'appel de marge se fait bien tous les jours quand méme sans couverture de la banque j'en doute.
Réponse de le 04/06/2012 à 16:36 :
me semble bien vu
a écrit le 02/06/2012 à 16:34 :
Tant que ça reste une affaire privée et que seuls les propriétaires (les actionnaires) en subissent les conséquences c est leur pb. Idem pour les clients et salariés de la SG : personne ne les a obligé à dépendre de la SG
Ne m obligez pas à payer pour vous maintenant !

Et ne me traitez pas d égoïste : c est une vertue comme disant Aynd Rand
Réponse de le 02/06/2012 à 17:33 :
Libr, avec les milliards que l'état à verser aux banques depuis 2008, je vous rassure, ce n'est plus DU TOUT une affaire privée. Et la suite arrive par la "rigueur"...
Réponse de le 02/06/2012 à 18:10 :
Désolé, la perte de la SG a été supportée par la banque, par les actionnaires (pas de dividendes) et par les salariés. Ce qui a été prêté par l'Etat a été remboursé, y compris les intérêts. On ne peut pas en dire autant des pertes du Crédit Lyonnais, qui ont été supportées par les contribuables... mais le peuple a la mémoire courte !
Réponse de le 02/06/2012 à 19:03 :
Les pertes de la Société Générale ont été surtout supportées par les clients.
Comment croyez-vous qu'elle est parvenue à rembourser, avant l'heure, les aides que l'état lui avait consenti en 2008/2009 et le petit incident technique que constitue l'affaire Kerviel ?
Simple : un petit sou par ci, un petit sou par là.
Genre : j'expédie un relevé de LCR à mon client 2 jours avant la date d'échéance du terme et espère que la Poste fonctionnera comme une horloge. Le client, dans le meilleur des cas, n'aura que 240 minutes pour s'exécuter. Dans le cas contraire : JACKPOT ! 25 euros de frais de rejet a facturé avec un coût quasiment nul et un risque juridique également quasiment nul . Jusqu'au jour ou un client leur demandera, par voie de justice, si un délai de 2 jours leur paraît être un délai technique raisonnable ? D'ailleurs il pourrait également leur demander de prouver l'expédition et la réception dudit relevé. Mais, pour 25 euros, qui s'y aventurera ?
Et oui, pas de "class action" en France.
La France, pour SG et consort, est un grand magasin dont le nom est : "Au Bonheur des Banques"
Réponse de le 02/06/2012 à 19:50 :
Pour savoir qui a supporté les pertes dues au rogue trading de M. Kerviel il suffit de lire le compte de résultat de l'exercice concerné. Je vous invite à le faire. Par ailleurs, les frais bancaires sont, réglementairement, publiés et disponibles. Rien ne vous empêche de changer de banque pour obtenir les frais les plus réduits possibles.
Réponse de le 02/06/2012 à 21:20 :
La lecture du compte des résultats ne vous indiquera pas grand-chose. Par contre l'analyse complète du bilan et annexes : certainement.
Les frais bancaires sont, certes, publiés, disponibles et encadrés par une réglementation (par eux-mêmes ils ne sont pas d'ordre réglementaire) mais les modalités de réalisation de la prestation des opérations bancaire relative au délai et à la preuve de l'expédition des relevés de LCR ne le sont pas.
Je n'ai jamais vu de brochure bancaire indiquant le délai d'expédition de relevé de LCR, mais peut-être pouvez-vous m'en indiquez une ?
a écrit le 02/06/2012 à 16:05 :
Il est heureux que cette proposition populiste de président socialiste ne soit jamais appliquée. Ce serait la fin du crédit car il n'y aurait plus de banque de détail. Soit l'on veut pousser à la "cloudification" des banques pour encore mieux rentabiliser ces établissements (plus d'agences sinon quelques unes laissées pour le relationnel) ce qui correspond à du personnel en moins soit l'on est dans un délire réformiste qui augmentera encore s'il est possible la concentration des entreprises. Le prétexte Kerviel a bon dos.
Réponse de le 03/06/2012 à 3:20 :
Oui monsieur !
a écrit le 02/06/2012 à 15:26 :
Dans la foulée, la titrisation de la dette benête a été introduite par la loi du 23 décembre 1988, sous l'impulsion de Pierre Bérégovoy. Vu la faillite et le besoin exponentiel d' endettement, il fallait appâter les Seigneurs Capitalistes par de juteuses spéculations sur le dos du benêt ... Plus tard la limace rose à impôts criera au scandale ... dans la grande tradition du concours de la caste. " Extrait de "Le foutage de gueule ouinouin rose" Éditions Impériales
http://www.cheminade2012.fr/Le-Glass-Steagall-Global-et-le-precedent-francais_00242
http://fr.wikipedia.org/wiki/Titrisation
a écrit le 02/06/2012 à 15:25 :

C?est sous l?égide du ouinouin rose Jacques Delors, ministre du Dépeçage et du Déficit du Dieu décoré de la Francisque, que la loi bancaire 84-46 du 24 janvier 1984 (dite de « modernisation » !) abrogea la loi du 2 décembre 1945 (séparation des banques d'affaires, dépôts, crédits, contrôles par des commissaires du gouvernement). Elle fit disparaître la distinction fondamentale des activités bancaires sous un titre unique, les « établissements de crédit » , les libérant ainsi de toute contrainte sur l?origine et l?investissement de leurs ressources. C?est ce que les ouinouins roses nommèrent fièrement « banque universelle rose » . Aujourd?hui, la banque benête est devenue un véritable oligopole contrôlé par 4 Seigneurs Capitalistes (ils ont tout avalé) : BNP-Paribas, Société générale, Crédit agricole et Caisse d?épargne-Banque populaire. En 2008, Société générale, à elle seule, a évacué vers une structure de défaisance (fosse septique formée des contribuables benêts) près de 45 milliards d?euros de titres toxiques.Pour financer la connerie rose, le ouinouin Delors a titriser la dette du Benêtland (marché des OAT, devenue négociable à court terme au contraire des anciens bons du trésor), créé les bases du Monep et du Matif, et ainsi engraissé les Seigneurs Spéculateurs.
Réponse de le 02/06/2012 à 16:11 :
"yéti" vous avez raison derappeler ces couplec Giscard Delors infernaux destructeurs qui ont "acouché" de leurs pouçins Chirac, Aubry, Raffarin, Fillon et compagnie Lagarde tous plus casseurs les uns que les autres de l'économie Français. Ils devraient tous finir en prison à vie pour haute trahison contre les intérêts sup&érieurs de la Nation Française.
a écrit le 02/06/2012 à 14:51 :
Kerviel dans ses folies, aura couté un Max à la banque, aux actionnaires, ...et en manque à gagner à l'état francais un tiers de Max...alors, penser qu'il puisse apporter quoique ce soit au President Hollande est de la simple provocation...J'espère qu'il sera très lourdement condamné et que la justice ne fera pas dans la dentelle...
Réponse de le 02/06/2012 à 16:23 :
Avant de lui jeter la pierre si facilement, il faudrait être sur qu'il n'est pas le bouc émissaire dans cette affaire ; car le peu d'éléments fournis à nous public sont bien évidemment à charge, mais lorsque l'on bosse dans ce type d'entreprise ou l'on joue à la roulette avec l'argent des épargnants, j'imagine que parfois "ça rapporte" et que dans ce cas la direction, parfaitement au courant ferme les yeux. Il est sur que si ce coup de poker avait fonctionne, il n'y aurait pas eu d'affaire Kerviel...
Réponse de le 02/06/2012 à 23:23 :
a eu et une banque n'est pas un "casino"
a écrit le 02/06/2012 à 14:25 :
la SOCIETE GENERALE n 'y est pour rien M. Kerviel savait ce qu'il faisait NON ?
Réponse de le 02/06/2012 à 15:09 :
Ce sont surtout les Directeions au plus haut niveau qui savaient ce que leurs subalternes faisaient, Il est INIMAGINABLE que la haute direction de la Société Générale ne savait rien. ENFIN, à l'heure de l'informatique à haute vitesse, la haute direction de la Société Générale ne peut pas prendre les français pour imbéciles... Reste à la Justice de la France de trancher et le moindre bon sens et la moindre lucidité devraient être de nature à Juger justement cette Société Générale qui fait trop souvent la une des faits divers... IL FAUT EN FINIR avec cette Banque qui ternit l'honneur et la renommée de la France.
Réponse de le 02/06/2012 à 18:05 :
de ternir la FRANCE , elle fait partie des plus grandes banques et j'en suis fiere
Réponse de le 02/06/2012 à 18:23 :
@ elle est loin : bravo, vous avez parfaitement raison, et les clients de la SG en sont les meilleurs témoins. Si cette banque avait été réellement pourrie, elle n'aurait pas survécu en prenant cette perte (qui d'ailleurs fut supérieure à 5 Mds) sur ses fonds propres !
Réponse de le 02/06/2012 à 19:29 :
Les clients qui restent ce sont ceux qui ont une perte colossale sur leur portefeuille d'actions Société Générale, ils sont piégés avec un cours de Bourse qui a décrépit de plus 50 %. Celà s'appèle un désastre pour les petits porteurs, qui peuvent s'attendre à de nouvelles déconvenues avec les fréquentations scabreuses de la SG en Russie. Regardez BP qui va sortir "les feses serrées" !!!
a écrit le 02/06/2012 à 14:23 :
pouvons aussi accuse M.KERVIEL d'avoir fait perdre des postes a des personnes qui etaient bien arrives et pour cela nous nele felicitons pas - c'est honteux ce qu'il a pu creer comme situations dramatiques -
a écrit le 02/06/2012 à 13:58 :
je vais pas tarder à parler moi aussi
Réponse de le 02/06/2012 à 14:35 :
M. OUDEA a raison : pas separation banque de detail et d'investissement -
Réponse de le 02/06/2012 à 18:47 :
Oui. Ce qu'il est nécessaire de faire, c'est d'isoler le trading pour compte propre dans une structure ad hoc, mais pas les opérations de marché corporate.
a écrit le 02/06/2012 à 13:50 :
Saint François, patron des journalistes français, aurait donc aussi inventé l'eau tiède. Et bien non, depuis la crise bancaire, a peu près tout ce qui compte d'économistes et d'hommes politiques appelle cette séparation qui permet de planquer la merde du chat sous le tapis dès qu'on en a besoin.

Réponse de le 02/06/2012 à 18:21 :
Une des lois de Murphy, une fois de plus vérifiée:
"APRES un accident, un nombre infini de gens apparaîtra, d'un nombre infini d'endroits, dans un laps de temps infinitésimal, pour dire ce qu'il aurait fallu faire AVANT afin de le prévenir"
a écrit le 02/06/2012 à 12:40 :
Ce procès Kerviel devrait permettre de rapeler que la Société Générale a fait la une des faits divers peu glorieux depuis le milieu des années 1990. Il faudrait aussi calculer combien d'entreprises industrielles ont été "sabotées", "massacrées" par la Société Générale. In finé se pencher sur le passé sulfureux de la Société c'est faire le constat que la Société Générale n'aurait jamais du être sauvée par l'Etat en 2007-2008 et qu'il n'est pas trop tard pour liquider cette bad banque.
Réponse de le 02/06/2012 à 13:44 :
Pouvez vous donner des exemples de (je vous cite) "massacre(s)" par la Société Générale. De plus, vous indiquez un sauvetage en 2007-2008; votre compréhension et votre mémoire sont elles défaillante et/ou résolument partiales ?.........
Réponse de le 02/06/2012 à 13:57 :
Divers faits peu glorieux, lesquels ? Et la une de combien de faits glorieux ? Combien de Français ont acheté un appartement, une maison grace à la Société Générale (env 1 million) ? Combien de PME ? Combien d'emploi crées à la Société Générale, combien d'impôts pays en France sur des bénéfices tirés sur des filiales dans une centaines de pays ?
Alors oui amenez les faits au lieu de pérorer et d'aligner des mots creux, des entreprises industrielles sabotées / massacrées ? (pourquoi industrielles ? ; que signifie saboter / massacrées dans un monde financier du 20 ième siècle ?
Un peu plus de fond et moins de prose Mr Jourdain

A vous lire
Réponse de le 02/06/2012 à 14:26 :
+ 1
Réponse de le 02/06/2012 à 15:04 :
Par exemple lorsque la Société Générale gaspillait des sommes folles dans les publicités sur La Tribune, les Echos, et toutes les presses économiques, publicités in finé "mensongères" et "trompeuses" sur le prétendu contrôle de Paribas affirmant que piètre Bouton avait le soutien de ses sous fifrelins dans les années 98/99 alors que la BNP était déjà situation d'absorber PARIBAS. Il y a la CHUTE VERTIGINEUSE du cours de bourse avec la spoliation des petits porteurs, il y a aussi les affaires troubles du sentier dans lesquelles la SG est citée et qui a mis en évidence de drôles de clients et une grande FAIBLESSES des CONTROLES, l?affaire Kerviel dans laquelle les patrons de Kerviel n?ont rien vu venir ce qui ne peut qu?étonner sur la FAIBLESSES RECURRENTE des CONTROLES internes, des affaires aux Etats Unis, et puis il faudra être attentif aux affaires en Russie, BREF LES AFFAIRES DE LA Société Générale nous incitent à penser qu?il est très préférable de s?en éloigner.
Réponse de le 02/06/2012 à 15:50 :
Pourquoi souiller 160 000 personnes avec autant de naiveté.
Vous parlez de lien malsain, regarder du coté de BnpP et l'afrique ou bien du lien avec MADOFF. D'ailleur BNP a été condammé à payer 350 Millions pour avoir aider Madoff dans son anarque.

La Société Générale trainent quelques casseroles mais les 4 groupes bancaires francais en ont également. Essayons plutot de travailler sur la régulation des banques plutot que sur votre violence verbale sans interet.
Réponse de le 02/06/2012 à 16:06 :
Et l'on peut ajouter toutes les TPE, PME "fusillées" par des cadres purement incompétents de la Société Générale, cadres SG bien trop grassement payés alors qu'ils n'ont que le pouvoir de flinguer les entreprises, et QUI SE MONTRENT à la foi sont imbus d'eux même et frustrés. Cette drôle de banque Société Générale qui voudrait donner des leçons aux patrons de PME alors qu'elle est elle même banque mal gérée, et qu?elle devrait avoir été abandonnée comme l'ont été 400 banques américaines qui ont fait défaut.
Réponse de le 02/06/2012 à 18:34 :
J'ai du mal à comprendre comment un cadre "grassement payé" (d'ailleurs connaissez-vous son salaire ?) peut fusiller une entreprise... si celle-ci est en bonne santé ou qu'elle est viable. Lorsqu'un banquier décide de ne plus suivre son client, c'est qu'il estime que ce dernier ne pourra pas faire face à ses engagements, ou bien que la banque risque de tomber dans le "soutien abusif". Une entreprise viable "fusillée" ira voir ailleurs où elle sera accueillie à bras ouverts, concurrence oblige !
Réponse de le 02/06/2012 à 19:33 :
L'incompétence suffit largement pour dire qu'une entreprise n'est pas viable. Ce que les clients de la Société Générale constatent c'est que le cours de Bourse de la Société Générale s'est effondré sous la mauvaise gestion de ses Administrateurs et de ses cadres. Oui in finé la Société Générale n'est pas viable puisque son cours de Bourse se traduit par de LOURDES PERTES sur le dos des petits porteurs.
Réponse de le 02/06/2012 à 21:37 :
Finalement vos affirmations et (surtout) dénigrements sont à l'image de l'intitulé de votre réponse : "Incompétence"....et fort probablement de vous même. Faire corroborer un cours de bourse à un résultat net comptable (consolidé ou non) conforte le propos précédent. Si vous êtes un dirigeant de TPE, voir de PME (au fait, savez vous la différence au moins.....sans avoir besoin de l'apprendre ce soir sur internet ou ailleurs), je plains vos collaborateurs dont les avenirs professionnel et personnel sont dépendants d'un idiot. Bon courage également à votre banquier et/ou DAF qui doivent s'attacher à tenter de vous prodiguer des conseils et des alertes que le décérébré que vous êtes ne les comprend pas. Préférant vous demeurer constructif, je vous invite à ne pas confondre culture et intelligence même si dans votre cas vous ne semblez en être de rien dôté. Cordialement
Réponse de le 02/06/2012 à 22:50 :
"Angelo il Diavolo" voudrait faire la leçon, ou faire croire qu'il aurait une expertise. Bien au delà de son bla bla qu'il doit être leseul à faire une interprétation gesticulante, force est de constater que ce que nous en retenons , c'est qu'une banque Société Géénrale dont le titre dévisse de plus de 50 % est plutot la manifestation d'une banque à risques élevés qui n'inspire plus la confiance des marchés. Les affaires et faits divers auxquels est associée la Société Géénrale vient ternir son bilan. Nous nous en sommes éloigné depuis fort longtemps et évidemment nous n'envisageons pas de nous en rapprocher. Seuls les gos gos et les benets plus des pouffs croient encore aux boniments des cadres de la SG.
Réponse de le 02/06/2012 à 23:55 :
Si votre référence (et certitude) est la baisse de 50 % du cours de l'action alors je vous invite à regarder l'évolution du cours d'au moins 95% des actions côtées au CAC 40 et au SRD, vous ne risquez pas non plus de voyager chez Air France + faire vos courses chez Carrefour + vous chauffer à l'électricité et/ou gaz de EDF ect ect.....et bien sûr n'avoir de compte bancaire dans aucune banque française qui ont toutes vu leur cours de bourse chuté d'au moins 50%. "Heureusement", il vous reste la Banque Postale......et vos certitudes.
Réponse de le 03/06/2012 à 10:57 :
Ce qui compromet l'avenir de la Société Génrale, c'est que cette banque est capable de s'en prendre à un petit exécutant affaiblit pour protéger son oligarchie des turpitudes répétées de ses Administrateurs et de ses Grands Médiocres Dirigeants. In finé, la faiblesse extrême de cette Société Générale réside dans ses grands dangers passés, actuels et futurs, la Société Générale est très exposée dans ses engagemetns hors bilan ... COURAGE FUYONS.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :