L'Etat va apporter de 5 à 7 milliards de garantie à PSA Finance

 |   |  275  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Lors de la réunion lundi soir entre le gouvernement et PSA Peugeot Citroën,la décision d'apporter un garantie de l'Etat de 5 à 7 milliards d'euros pour le financement de la filiale bancaire du constructeur automobile aurait été prise.

Alors que le constructeur automobile PSA Peugeot Citroën s'apprête à publier mercredi 24 octobre son chiffre d'affaires du troisième trimestre et à dévoiler ses projets avec General Motors, la prespective d'une garantie de l'Etat pour soutenir sa filiale bancaire PSA finance arrive à pont nommé. Selon une source proche du dossier interrogée par l'AFP, l'Etat serait prêt à apporter des garanties à hauteur de 5 à 7 milliards d'euros pour le financement  de la banque PSA Finance (BPF).

Au cours de la réunion qui s'est tenue lundi soir  à Matignon avec le constructeur automobile, le gouvernement aurait par ailleurs obtenu qu'un représentant des salariés et un administrateur "indépendant" qui "fasse le lien avec l'Etat" siègent au conseil de surveillance du groupe français, selon la même source.

Rassurer sur la bonne santé financière de PSA Finance

L'abaissement de la notation du groupe PSA et donc mécaniquement de sa filiale bancaire a placé celle-ci devant la difficulté de se refinancer sur les marchés. Et une nouvelle dégradation de la note rendrait même son refinancement quasi-impossible. Or comme les autres établissements de crédit spécialisés dont le modèle économique est d'ailleurs mis en question aujourd'hui, PSA Finance ne collecte pas de dépôts. Elle est donc dépendante de son refinancement sur les marchés.
L'objectif de la mise en place de la garantie de l'Etat est donc de rassurer, sachant que  PSA Finance disposerait encore de 6 milliards de liquidités.  Reste que la bonne santé de la filiale PSA Finance est importante pour la rentabilité du groupe car elle contribue fortement aux bénéfices.


 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2012 à 10:22 :
Je voudrai savoir si la famille et les actionnaires propriétaires de PSA FINANCE BANQUE soit caution personnels ? Si non c'est scandaleux car moi, alors que pour ma petite société qui est parfaitement solvable, a chaque investissemnt mon banquier exige ma caution personnelle et celle de mon epouse ! Deux poids, deux mesures !! Le lit de la révolution est bien là !!

Yalore
a écrit le 23/10/2012 à 17:22 :
5 milliards de "garantie" signifie que l'état ne sort pas un sou mais assure la bonne fin de remboursement par le client du crédit d'achat de la voiture. En fait sa propre obligation.
Réponse de le 23/10/2012 à 18:08 :
Il n'y pas que Montebourg qui aurait besoin d'urgence des plus basiques cours d'économie. Chaque prêt a son risque, le garant les prend - les risques. Lisez par exemple ci-dessous le post de saratoga. Le CIF a coulé.
a écrit le 23/10/2012 à 17:19 :
Voilà une bonne mesure. C'est en effet toute la chaîne de production et de crédit automobile qui en Allemagne est garantie par l'état depuis des années et en plus financée par les régions. Ce n'était pas le cas en France. Voilà qui est fait. Paris ne peut se satisfaire de concurence déloyale tout en parant Berlin d'autres "qualités" imaginaires. Reste maintenant à PSA à intégrer toute la ligne de crédit de financement d'Opel. Encore une marche avant l'intégration des usines.
a écrit le 23/10/2012 à 16:50 :
Cette situation ressemble fortement à la situation du Crédit immobilier de France donc la finalité devrait-être la même. Bizarrement l'état intervient via MR Montebourg, et PSA pourra continuer à prêter, deux poids deux mesures.Les salariés du CIF qui risquent le chômage (2500) seraient bien inspirés de saisir les tribunaux et de faire valoir le manque d'égalité dans cette affaire.Car pour eux, l'état aussi c'est portait garant mais à la condition qu'ils arrêtent de produire !!! ??? Ils avaient aussi des fonds 3 milliards et 33 milliards d'encours pourquoi cette différence de traitement MR MONTEBOURG ?
Réponse de le 23/10/2012 à 18:16 :
je comprend as la différence de traitement, mais cela ne vient il pas , entre autre, du fait que le CIF bénéficie déjà, par son mode de financement d'une garantie de l?État???
ça serait donc, si on le re-finançait, du refinancement public d'un acteur déjà garantie par l?État, ce qui est assez différent en fait du cas PSA, et poserais surement problème, notamment vis à vis de Bruxelles...qui je crois devra être interrogé sur l'opération PSA...
Réponse de le 24/10/2012 à 12:29 :
Je crains que vous ne mélangiez tout, la garantie de l'état a été obtenue le 31 août. Schématiquement PSA Finance est aujourd'hui là où était le CIF le 31 août, ni plus ni moins. Ah si j'oubliais au Cif c'est l'extinction, autrement dit l'arrêt et le licenciement déguisés (à peine) des 2500 salariés. Gentils industriels contre méchants banquiers quoi !
Quand à saisir la justice ou écrire un livre, on va trancher rapidement.
a écrit le 23/10/2012 à 14:50 :
Indigné vous devez ignorer que l'état ou les collectivités locales ( régions ,départements ,ou communes ) se portent régulièrement caution pour des entreprises privées sans avoir jamais à se substituer à l'emprunteur .Mais comme déjà plusieurs articles de la presse économique l'ont expliqué cela a pour effet de faire chuter immédiatement les taux d'interet .
Oui l'état est dans son role en soutenant les entreprises qui participent à la création de richesses e notre pays !!!
Réponse de le 23/10/2012 à 15:52 :
PSA est endetté. Nous avons des exemples proches de chez nous, qui démontrent à quel point la dette privé peut pourrir la dette de l'état (bulle immo et en résultante la dette publique espagnole) L'état français est d'ailleurs déjà dans une situation plus précaire que l'état espagnol (avant la crise de la dette privé). Le mélange d'un état endetté et d'entreprises mal au point est inquiétant. Puis, il y a le grave problème de redistribution des moyens financiers de l'état. Ils sont loin d'être infinis et quelle entreprise (moribonde dans le cas de PSA) doit en bénéficier? Je dirais que situation grave provient en partie des (grandes) entreprises assistés par l'état, trop confortablement installé dans ce paradigme franco-français.
@ sherpa: Montebourg veut garder des emplois dans une industrie en surcapacité. Difficile de vous et de le comprendre. La rapide réduction des effectifs est à l'ordre du jour. Bien entendu, je connais l'exemple des 32 H chez VW AG; mais le groupe avait du potentiel...En général, une flexibilisation des effectifs serait une autre et bonne solution. Cela demande également des investissements importants; PSA n'a plus les moyens, ni le temps.
a écrit le 23/10/2012 à 14:12 :
PSA met plusieurs milliers de personnes au chomage.L'état vient garantir la banque pourrie de PSA.
La famille Peugeot a mis toute sa fortune en SUISSE.L'état avec la complicité de ses hauts-fonctionnaires va se faire avoir par les Peugeot et nous allons encore payer nous les contribuables.
L'état doit exiger de la famille Peugeot da mise en place d'une caution bancaire d'un montant égal à la garantie de l'état auprès d'une banque française de 1er rang libérable à première demande.
A quand la méthode italienne de mise en prison des responsables mais pas coupables.
Réponse de le 23/10/2012 à 14:53 :
C'ets un peu plus compliqué que ça :
1 ) La famille peugeot possède +-25 % de PSA. Donc elle n'en possède pas 75%.... (et ce qu?elle en possède a fondu de 70% avec le cours de bourse) Le groupe, en fait , ne lui appartient pas...
2 ) cette famille n'a de toutes façons probablement pas les moyens de garantir 7 milliards d'emprunts. Et si elle les avait, elle le ferait surement plutôt que de s?embêter à gérer avec l?État. Par ailleurs, il n?est pas dit qu?une partie de ses titres n?ai pas déjà été nantis, ou apporté en garantis par le passe pour aider au financement du groupe.
3 ) Cette banque captive est un outil essentiel pour financer les ventes (donc , les achats ) de véhicules. l'impossibilité de pouvoir continuer ces formules de financement pénalisera la branche industrielle -donc les usines - bien avant et bien plus que la Famille, puisque les acheteurs se tourneraient peut être vers d?autres marques proposant des "packages" mieux ficelés (sans compter le manque à gagner sur le crédit...)
C?est d'ailleurs la limite des revendication de Mr Montebourg -bien légitimes, d?ailleurs , pour une fois- : il faut à la fois ne pas aggraver la situation commerciale en gardant la banque, et augmenter la rentabilité industrielle, en restructurant l'outil, les 2 étant étroitement liés. D'ailleurs, le Ministre à exigé, en contrepartie, de conserver des centaines d'emplois. Aulnay, c'est 3000, le compte en est loin.. Lui même n'y croit plus...de ce coté là, la messe est dite...
Réponse de le 24/10/2012 à 17:45 :
Ca fait beaucoup d'erreurs dans une seule contribution :
1/ PSA ne met personne au chômage. Le plan prévoit de reclasser en interne ou externe toutes les personnes, ou départ volontaire. Laissons leur au moins le temps de montrer qu'ils peuvent tenir cette promesse.
2/ "PSA Finance banque pourrie" : pas du tout, elle gagne plutôt pas mal d'argent. Le seul problème est que la dégradation de la note des agences de notation ne lui permet plus d'emprunter et de faire son boulot de proposer des crédits à ses clients.
3/ "Famille Peugeot en Suisse" : tous les Peugeot qui ont un rôle dans la société ou au conseil d'administration résident et paient leurs impôts en France.
4/ L'état ne débourse rien, il apporte seulement une garantie.
5/ "L'état doit exiger de la famille Peugeot la mise en place d'une caution bancaire d'un montant égal à la garantie de l'état " : ben du coup la garantie de l'Etat ne servirait à rien ?
a écrit le 23/10/2012 à 13:09 :
l'union bancaire n'interviendra pas. Pour le moment s'il y a défaut, ce seront que les contribuables français qui vont devoir payer la note pour cette banque pourrie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :