Les cadres bancaires ont le mal... de banque

 |   |  713  mots
69% seulement des cadres bancaires ont une image positive des banques, contre 89% dans l'assurance, selon MichaelPage. Copyright Reuters
69% seulement des cadres bancaires ont une image positive des banques, contre 89% dans l'assurance, selon MichaelPage. Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Inquiets pour l'avenir de leur secteur d'activité, près de 60% des cadres bancaires français avouent être à l'écoute, de façon active, des opportunités d'emploi, selon une enquête réalisée par le cabinet de recrutement MichaelPage. Cette proportion n'était encore « que » de 53% il y a quatre mois.

Ce ne sont pas seulement leurs clients que les banques françaises doivent reconquérir. Mais également leurs collaborateurs. Près de 60% (59%, très exactement) des cadres bancaires interrogés par MichaelPage avouent être à l'écoute des opportunités d'emploi, et ce, de façon active, selon un baromètre publié le 26 mars par le cabinet de recrutement. Il y a quatre mois seulement, les cadres bancaires n'étaient encore « que » 53% à être à l'affût d'un nouveau travail. Par ailleurs, 10% seulement des cadres bancaires ne sont absolument pas en recherche d'emploi, le solde de 31% étant à l'écoute, de manière passive, des possibilités d'embauches.

69% des cadres bancaires ont une image positive de leur secteur, contre 89% dans l'assurance

Pourquoi les cadres bancaires se sentent-ils mal dans leur job ? « Ils subissent la mauvaise image de leur secteur, et s'inquiètent donc pour leur avenir », explique Anne-Sophie Luçon, « manager exécutif senior » chez Michael Page. En effet, les crises financières de 2008 et de 2011 ont sérieusement entamé le capital-confiance dont les banques jouissaient auprès de l'opinion publique, au point d'inciter le pouvoir politique à réglementer davantage le secteur. « 69% seulement des cadres bancaires ont une image positive des banques, contre 89% dans l'assurance, qui renvoie l'image d'un secteur plus solide, dynamique et responsable », insiste Anne-Sophie Luçon. La vision que les cadres bancaires ont de leur secteur est à ce point dégradée que les deux tiers d'entre eux estiment que les nouvelles règlementations, comme le projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires, ne suffiront pas à redorer son blason.

Un stress grandissant

Plus prosaïquement, près des deux tiers (61%) des cadres bancaires indiquent que les pressions - réglementaires, concurrentielles - dont les banques font l'objet depuis 2008 rejaillissent sur leurs conditions de travail. Ils dénoncent un stress grandissant, déplorent la course croissante aux résultats commerciaux, « au chiffre. » Leurs rémunérations aussi se ressentent de la crise que traverse le secteur, estiment 57% des cadres bancaires. Une proportion qui grimpe à 64% dans la banque de financement et d'investissement (BFI), où travaillent notamment les traders dont les bonus (rémunérations variables) sont régulièrement blâmés par la vox populi. Mais il est vrai que, plus globalement, les négociations annuelles obligatoires (NAO) au sein des banques françaises, pour 2013, ont sifflé la fin, ou quasiment, des augmentations de salaires collectives.

Une chute de 20% des recrutements, en 2012

Cet environnement ne risque guère de s'améliorer au cours des prochains mois, ni même des prochaines années. Après les activités de marchés, qui avaient fait les frais de la crise grecque, au second semestre 2011, avec des suppressions de postes, c'est au tour de la banque de détail d'être sur la sellette. Pas seulement en raison de la baisse de la demande de crédits et de la faiblesse des taux d'intérêt. Mais également à cause de l'engouement croissant des clients pour les services bancaires en ligne, qui les conduit à déserter les agences.
Résultat, « en 2012, le produit net bancaire [PNB, l'équivalent du chiffre d'affaires dans le secteur bancaire ; Ndlr] de la banque de détail, en France, a baissé, et ce pour la première fois », soulignait récemment Daniel Pion, associé chez Deloitte. Conséquence, ce traditionnel gros recruteur qu'est la banque n'a embauché que 23.000 à 25.000 personnes, l'an dernier, contre 30.000 en 2011, soit une chute de 20%.

Migrer vers l'assurance ?

Mais quelles opportunités d'emploi s'offrent aux cadres bancaires ? Changer de crémerie n'est pas si simple. « Ceux qui occupent des fonctions commerciales peuvent envisager plus facilement une reconversion dans d'autres filières, notamment dans le secteur des services. Les reconversions professionnelles sont en revanche plus compliquées pour certaines fonctions support, comme la comptabilité, qui est très particulière dans le secteur bancaire. Les profils financiers confirmés peuvent toutefois envisager des carrières en entreprise, en tant que trésoriers, par exemple », indique Anne-Sophie Luçon. Qui évoque également la possibilité, pour les cadres de migrer vers l'assurance sans pour autant « observer encore de véritables mouvements entre les deux (secteurs), hormis peut être auprès des filiales assurance de groupes bancaires, beaucoup plus ouvertes à l'intégration de profils issus de la banque. »

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2013 à 15:08 :
j aime bien la mentalites du francais moyen qui rale et s illustre dans les coms ci dessous, alors aux artisant, commercant, prof lib.... une question vous travaillez gratuitement?????? Parce que a vous lire on a l impression que la gratuite de tous services est du... Ah mais oui tout sauf votre profession, a tous les salaries fonctions publique ou autres, industrie ou service idem vous travaillez gratuitement????? A tout ceux qui se plaignent des frais, si il y a frais c est qu il y a anomalie, soit vous faites pas ou mal vos comptes soit vous n en avez rien a foutre dans les 2 cas vous n avez des lors aucune raison de raler..... Y en a marre de cette mentalite d assiste pourrie..... Pour avoir eu un compte a l etranger sachez que dans les pays anglo saxon les gens font la queue sans raler et sans coller celui qui precede, demander un extrait de compte EST PAYANT, tout comme faire remplir sa remise cheque>>>> Tout service se paye!!! une banque n est pas un organisme social...... Et arretez avec vos argument sur la BFI et les traders, ca ne vous concerne pas dans 95% des cas vous n avez ni actions, ni oblig, ni produit derives.... vous confondez tous!!! et commence a y en avoir marre.... Et si vous en avez vous avez bon dos de raler alors que vous etiez bien content que l etat donc le contribuable "couvre vos pertes"
a écrit le 28/03/2013 à 12:55 :
Ils n'avaient qu'à faire leur travail (être au service de la collectivité faut-il le rappeler!) et non se conduire en margoulins de la finance !
Réponse de le 29/03/2013 à 19:49 :
vous mélangez tout...ce n'est pas un service public et on ne parle pas de finance mais de réseau
a écrit le 28/03/2013 à 10:23 :
Mme Lejoux : le PNB n'est pas le CA...
Le Produit Net Bancaire est l'équivalent de la marge.
Réponse de le 28/03/2013 à 11:00 :
Avant de dire des âneries, renseignez vous !
Eh oui le PNB est bien l'équivalent du CA pour une entreprise non financière...
Réponse de le 28/03/2013 à 11:33 :
Lorsqu'on est sage, si on sait, on sait, on commente, si on sait pas on se tait et on se renseigne. Même sur internet vous aurez la signification de PNB pour un établissement financier. Vous pourrez alors comparer, dans votre grande sagesse comptable, le PNB d'une établissement financier, avec le CA d'une entreprise marchande. Les deux d'ailleurs, ont la notion de marges diverses et variées. Bonne lecture et méditation.
Réponse de le 28/03/2013 à 11:36 :
oulà : âneries ??? --> PNB = somme des marges d'intermédiation + commissions nettes !!!
Pour les entreprises non financières ce serait l'équivalent de la Valeur Ajoutée
Les gens qui parlent pour rien dire...
a écrit le 28/03/2013 à 9:35 :
Le banquier est la seul personne qui vous prete un parapluie quand il fait beau et qui vous le retire quand il pleut....
Avec cette verite de la palisse tout et dit.....;)
Réponse de le 28/03/2013 à 10:33 :
Vous faites de la propagande. Le ''banquier'' n'est pas là pour prendre des risques en prêtant sans distinction. Vous voulez peut être opposer le ''banquier'' traditionnel à ce que pourrait faire un ''capital risk investor'' Ne vous en déplaise, les banques (les vraies, les sérieuses) ne peuvent pas se dénouaner des normes de solvabilités et d'endettement. Si vous dites cela parcequ'on vous a enlevé votre parapluie, c'est que vous ne pouviez pas y prétendre...
a écrit le 27/03/2013 à 22:59 :
Entre pression commerciale et relation client le banquier trouve difficilement sa place... www.culturebanque.com/pression-commerciale-banque-de-detail/
a écrit le 27/03/2013 à 22:59 :
Entre pression commerciale et relation client le banquier trouve difficilement sa place... www.culturebanque.com/pression-commerciale-banque-de-detail/
a écrit le 27/03/2013 à 21:20 :
Les bonus ne pourront plus dépasser 100% du salaire !!!! Que c'est dur !!! Alors que le bonus moyen des traders était de 242 000 euros par personne pour les 8200 traders français en 2009 !! Dans des banques sauvées par les fonds publics et les 1000 milliards de la BCE !!! Des bonus si bien mérités !!!
Réponse de le 28/03/2013 à 10:33 :
Tous les banquiers ne sont pas traders, l'article d'ailleurs n'en parle que peu, alors changez de registre un peu.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :