Le blues du conseiller bancaire

 |   |  548  mots
Les conseillers bancaires voient mal la valeur ajoutée du mobile dans leur relation avec les clients, selon le cabinet de conseil Stanwell Consulting. Copyright Reuters
Les conseillers bancaires "voient mal la valeur ajoutée du mobile dans leur relation avec les clients", selon le cabinet de conseil Stanwell Consulting. Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Face à la nécessité de s'adapter aux nouveaux métiers de leur secteur, les conseillers bancaires sont très critiques à l'égard du soutien apporté par leur hiérarchie, selon une étude du cabinet Stanwell Consulting.

La banque «de demain?» Les états-majors des établissements bancaires français sont intarissables sur ce sujet, évoquant tout ensemble les agences en ligne, le paiement par mobile, le «chat» sur Internet entre client et conseiller, etc. Mais les petites mains des banques, elles, comment vivent-elles les mutations récentes et à venir de la banque de détail? Les conseillers bancaires, eux qui sont chaque jour sur le terrain, en prise directe avec la clientèle, semblent bien moins enthousiastes que leurs patrons, d'après une étude publiée ce mardi par Stanwell Consulting. Ainsi, sur les 300 conseillers interrogés par le cabinet de conseil en stratégie, près de la moitié (49%) ont une opinion «de plus en plus négative» sur la diversification du secteur bancaire vers des offres dépassant le strict cadre des services financiers. A commencer par les offres sur les téléphones mobiles, dont «ils voient mal la valeur ajoutée dans leur relation avec les clients.»

Des taux d'opinions négatives particulièrement élevés

Peut-être en irait-il autrement si les conseillers bancaires étaient davantage sensibilisés à l'intérêt du mobile. Mais plus d'un tiers (35%) d'entre eux émettent un jugement négatif sur la politique menée par les banques pour adapter les compétences de leurs salariés à leurs nouvelles offres commerciales. Pis, 43% des conseillers ont une opinion de plus en plus négative vis-à-vis du soutien que leur apporte leur hiérarchie dans la nécessaire adaptation aux nouveaux métiers de la banque, tels que l'assurance-habitation, l'assurance-auto et, plus récemment, les services sur mobiles. «Ces taux d'opinions négatives sont particulièrement élevés, pour un secteur habituellement peu agité sur le plan social», constate Thomas Tugendhat, associé chez Stanwell.

Les conseillers les plus âgés sont les plus critiques

Reste que ce mécontentement varie en fonction de l'âge. Si 35% seulement des conseillers âgés de plus de 35 ans jugent positivement la façon dont ils sont «coachés», cette proportion grimpe à 50% chez les moins de 35 ans. Mais, en réalité, ces derniers sont simplement «contents d'avoir un job, qui plus est assez bien payé», relativise Nicolas Floquet, président de Stanwell Consulting. Pour autant, ce dernier se refuse à incriminer les «N+1» des conseillers bancaires: «Les managers de proximité disposent parfois de peu de temps pour épauler leurs collaborateurs, car eux-mêmes ont un portefeuille de clients à gérer, les banques poussant les curseurs un peu loin dans bien des domaines.»

Le problème de la mobilité géographique

Autre motif d'insatisfaction, pour les conseillers bancaires: la fameuse mobilité géographique, qui exaspère non seulement les clients, agacés d'avoir rarement affaire à la même personne, mais également les conseillers eux-mêmes. Près de la moitié d'entre eux ont changé au moins trois fois d'agence, au cours des dix dernières années. Ce qui ne facilite évidemment pas la bonne connaissance des clients et du tissu économique local. Les conseillers bancaires ne sont pas au bout de leurs peines, le risque de fermeture d'agences -et donc de délocalisation dans une autre région- augmentant en raison de la mauvaise conjoncture économique et de la baisse de fréquentation des réseaux, concurrencés par les banques en ligne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2013 à 12:17 :
Moi je suis conseiller bancaire et oui je conseille mes clients, je finance leurs projets (immo, conso etc...), je les protége en leur proposant de l'épargne de précaution, de la prévoyance, j'anticipe avec eux les imprévus (découvert autorisé mais aussi encore une fois, assurances et prévoyance) : nous répondons aux besoins réels des clients. Combien s?estiment couverts face aux événements de la vie et ne le sont pas (santé, décès, divorce, perte d?emploi)? Idem pour la retraite, les études des enfants.
La banque physique demeurera toujours (déjà rien que pour la manipulation des espèces et le traitement des chèques, services gratuits). Le seul truc qui me dérange peut-être est la mauvaise foi chronique de certains de nos clients (un découvert autorisé est un contrat financier mais aussi moral, on ne dépense pas plus que prévu sinon on assume !) et le fait de devoir proposer de la téléphonie (?]...
Alors arrêtez de râler contre votre conseiller qui n?est pas là uniquement pour vous « fourguer » des produits mais pour voir avec vous et en respectant votre budget les solutions adaptées à votre profil et vos besoins ! Rien n?est gratuit, les frais sont négociables, ne pas hésiter à comparer? comme dans tous commerce !
Réponse de le 26/01/2013 à 11:21 :
PFFFF mais bien sur ... vous n'etes la QUE pour refourguer des produits . !
Réponse de le 26/01/2013 à 22:06 :
il n'y a pas plus sourd que quelqu'un qui ne veut pas entendre. Vous n'y entendez rien...
Réponse de le 29/01/2013 à 11:47 :
ok hades , je vais essayer de refourguer un pret immo de 200 000 eur ce matin ... quel pigeon je vais bien pouvoir trouver puisque j'ai cette somme a mettre par les fenetres...?
ca yest la stupidité de votre commentaire vs saute aux yeux ou pas ???
Réponse de le 30/01/2013 à 10:50 :
La betise humaine n'a donc aucune limite. C'est pas parce qu'un fruit est pourri que tout l'arbre est pourri. Quand c'est un financement de projet heureusement que nous sommes la pour vous "fourguer" un prêt. Quand vous voulez retirer de l'argent ou payer avec votre carte, heureusement qu'on vous a "fouguer" une cb. Il ne faut cracher dans la soupe. Et si vous en avez marre des banques de détails, il vous reste votre matelas ................
a écrit le 23/01/2013 à 14:57 :
Ce que je trouve de plus interessant dans cet article, ce sont les reactions! vous etes là a dire banquier = voleurs, mais n'oublié pas que vous avez aussi le droit de ne pas utiliser de service de la banque (d'où aucune facturation) et qd vous faites un placement vous pouvez lire les détails sur les frais (obligation de vous les donner). alors arretez de dire c'est la faute aux autres, ça devient lassant tous ces gens qui se deresponsabilisent!!! ps: sans les banque vous seriez quoi? ni proprietaire, peu de travail, aucun achat a crédit ou en x fois, etc...
a écrit le 23/01/2013 à 14:37 :
Donc à surveiller le taux de suicides et surtout dénoncer tout pack services dont si peu seront utilisés.
a écrit le 23/01/2013 à 13:08 :
Les conseillers financés par les banques ? Des nuls qui mentent par omission dans la plupart des cas : ils oublient par exemple de vous préciser les prélèvements de tous ordres qui plombent vos investissements, vous incitent à acheter les produits bricolés maison,ne se sentent jamais responsables de rien,c'est la faute à ci,à ça mais rassurez-vous gogos de tous bords ça va remonter! En attendant ils continuent à surfer sur la cupidité humaine et là je ne peux même pas les blamer!
Réponse de le 23/01/2013 à 14:15 :
et bien ne mettez pas les pieds sur les marchés financier si vous ne voulez pas prendre de risques ... gardez votre livret a pepere sans fiscalité !!
a écrit le 23/01/2013 à 7:58 :
So what?
a écrit le 23/01/2013 à 7:44 :
un compte dépot fonctionnant en ligne créditrice, un csl, un chequier et une banque dans laquelle la mise en place des prélèvements sont gratuits, voila le meilleur conseil qu on puisse donner.
Le restant ne sont autre que des produits servant a engraisser les banques.
Réponse de le 23/01/2013 à 8:29 :
Pourquoi les prelevemetns seraient ils gratuits ? Les pommes de terre ne sont pas gratuites chez casino ! Et puis parlez pour vous, peut etre d'autres personnes ont elles besoin d'autres ervices bancaires ou fianciers. Penibles ceux qui croient qu'il n'y a qu'eux sur terre et que le monde se limite a leur petit perimetre.
Réponse de le 23/01/2013 à 9:33 :
La différence c'est qu'on n'est pas obligé de donner nos graines de pommes de terre à Casino...Par contre on est obligé de placer notre argent sur un compte en banque, dont la banque se sert dans son intérêt. Si mon coiffeur revendait mes cheveux, je n'hésiterais pas à demander qu'il me rase gratis
Réponse de le 23/01/2013 à 9:56 :
l'argent que tu mets a la banque est preté a d'autres ca s'appelle l'intermediation !! je serais tjs etonné de la stupidité des gens !! la banque est un service donc payant , tu es bien comptant de pouvoir retirer de l'argent partout et qd tu le desires !! tt cela a un cout. comme ton coiffeur paie ses charges !! le français moyen considere qu'il faudrait qu'on le paie pour etre client , qu'on place son argent a un rendement de 200% annuel !!! j'appelle ca du clientelisme plutot qu'une relation commerciale. et oui ne vous en deplaise , un banquier est un commerçant , il vend de l'argent et des services !! dans d'autres pays , qd on s'assoie ds le bureau du conseiller c'est comme chez le medecin , on fait un cheque avant de sortir ...
Réponse de le 23/01/2013 à 11:19 :
Alors "la banque est un service donc payant", c'est bien gentil, mais ce n'est pas si simple... N'oublions pas qu'avec les dépôts que les clients apportent à leur banque, celle-ci génère des intérêts qu'elle ne reverse qu'en partie à ses "bienfaiteurs"...
Je dirais donc que "la banque est un service qui a un coût" certes, mais comment payer ce coût est une autre question... Si vous avez un peu d'épargne dans une banque, cela suffit très souvent à compenser le coût d'un service... qui peut alors être gratuit (enfin en apparence seulement)... tout en préservant la rentabilité de la banque !
Et il est clair que, dans le secteur bancaire, les frais ne sont pas toujours corrélés au coût du service, ce qui fait que la rentabilité de chaque client est extrêmement variable...
Réponse de le 23/01/2013 à 12:10 :
savez ce que rapporte 1000 eur sur un livret a une banque ?? visiblement non , sinon vous n auriez pas ce discours
et vs confondez comme la plupart des raleurs la notion de frais avec celle de cotisation par exemple
sachez que la plupart des clients qui ont un discours constructif et pas insultant et qui ont effectivement de l'argent placé( et non pas sur un depot a vue) peuvent comme avec ts commerçant negocier les tarifs , comme cela est courant avec les tx d'un emprunt pâr exemple.
Réponse de le 23/01/2013 à 12:53 :
@mouette : rassurez vous, j'ai une idée assez précise de ce que rapporte 1000? sur un compte à une banque, et contrairement à ce que vous dites, je tiens ce discours de manière tout à fait constructive. La preuve en est qu'il n'est pas difficile de trouver des banques qui ne facturent aucun frais pour un compte courant, et je ne pense pas qu'elles soient déficitaires pour autant (y aurait-il de la magie là-dedans ???). Quant à la différence entre frais et cotisation, excusez moi de vous dire que ça n'importe pas à grand monde. Pour un client, de l'argent qui sort et qui ne revient jamais, vous pouvez appeler ça comme vous voulez, ça ne change rien... ce sera toujours une charge !
Réponse de le 23/01/2013 à 14:13 :
merci d'abonder dans mon sens !!! un compte depot dans une banque est gratuit , les banques en ligne vous propose une carte gratuite moyennant une certaine somme chez eux !!! cqfd
Réponse de le 23/01/2013 à 14:51 :
@jeanboyin : pas de chance pour toi car oui les coiffeur revendent les cheveux, appel vite le tiens
Réponse de le 23/01/2013 à 14:57 :
Tout à fait d'accord avec vous (à quelques détails près) ! En terme de coût pour la banque, tout en a un : fournir un compte courant, mettre à disposition une carte, employer des conseillers, faire les traitements informatiques pour un virement etc. Après, la question est de savoir ce que la banque facture aux clients pour compenser ce coût (et faire une marge au passage comme toute entreprise).
En effet, les banques en ligne compensent le coût des services proposés par les intérêts qu'elles génèrent sur les fonds déposés et par les commissions interbancaires qu'elles reçoivent lorsque vous payez avec votre carte. Il n'y a donc que gratuité "apparente" et derrière des coûts et des revenus réels pour les banques en ligne.
Donc je répète ce que je disais précédemment, la banque est un service et a un coût. Par contre, il n'est pas si direct d'en conclure que ce service doit nécessairement être "payant" car il ne faut pas oublier que (sans en faire trop de publicité) la banque génère déjà de l'argent à partir des dépôts (qu'elle place et dont elle ne reverse qu'une partie des intérêts à ses clients) et des paiements.
Alors râleur je suis peut-être, mais disons que j'ai du mal à accepter qu'on nous demande des commissions dès qu'on fait quelque chose en nous rappelant que cela a un coût, alors que de l'autre côté ce coût est déjà compensé par ce que la banque génère avec nos avoirs sans, bien sur, jamais nous en parler !
Réponse de le 23/01/2013 à 15:33 :
@Pas très content non plus : vous dites que les banques créent de l'argent avec vos dépots, oui, et quand vous etes en négatifs vous lui faites donc perdre de l'argent; conclusion elles facturent le découvert. pas plus compliqué en fait
Réponse de le 23/01/2013 à 15:46 :
@icietla : oui c'est exactement ça : pile je gagne, face tu perds ! C'est ce que vous expliquez et c'est un résumé un peu simpliste mais pas complètement faux de ce que font les banques. En effet, quand quelqu'un est dans le négatif, la banque doit trouver ailleurs l'argent que celui-ci dépense sans l'avoir. Et c'est pour ça que la banque facture des agios (à, soyons gentils, disons 10% alors que cela doit coûter à la banque pour quelques jours, soyons encore généreux, maximum 2%)... Intéressant de vendre un produit avec une marge de 400% !
Pour être plus sérieux, un client avec un solde débiteur a un coût pour la banque, mais cela rentre dans l'ensemble des coûts que je mentionnais avant. Et encore une fois, il est tout à fait possible pour une banque de ne pas vous facturer d'agios (et que donc ce service soit en apparence gratuit) tout en maintenant sa rentabilité.
Réponse de le 23/01/2013 à 16:29 :
Ca s'apelle du crédit gratuit. Si vous connaissez des établissements quels qu'ils soient qui font du crédit gratuit (hors l'état avec l'argent des contribuables et le PTZ..) ça m'intéresse à titre personnel ne serais-ce que pour le replacer à quelques %.
Réponse de le 23/01/2013 à 17:08 :
Avoir des exonérations d'agios jusqu'à un certain montant n'est pas une chose si rare il me semble...
a écrit le 22/01/2013 à 23:49 :
Pour ma part je suis très enervé contre mon conseiller bancaire pour cause de "frais de comission d'intervention" de 2 fois 8,2 euros pour u ndécouvert de 150 euros pendant un seul jour !! Cela me semble totalement illégal. Par ailleurs, l'image des banquiers en général est détériorée à cause des catastrophes causées par les traders (subprimes etc) et des sauvetages à répétition des banques (et les 1000 milliards de la BCE...).
Réponse de le 23/01/2013 à 7:05 :
C'est pas le conseiller qui preleve les frais. C'est vrai c'est agacant tous ces sauvetages, Peugeot recemment, Renault il y a deja quelques temps, Air France ou encore Alsthom sans oublier France Telecom. ne mentionnons pas la SNCF, monopole nourri par perfusion... Faudrait en laisser un peu pour nos banques si un jour elles en ont besoin.
Réponse de le 23/01/2013 à 10:37 :
pas content serait content s'il faisait ses comptes: qd on depense l'argent des autres faut pas s'etonner de payer !! demande un decouvert autorisé et cela ne t'aurait couté qque qq centimes ... qd je depasse mon forfait mobile , je m'attends a la douloureuse mais je trouve ca normal puisque c'est moi qui est appelé !!
Réponse de le 23/01/2013 à 11:04 :
Les "commissions d'intervention" sont en effet une pratique courante mais qui me semble, à moi aussi, à la limite de la légalité... Certes il s'agit d'un découvert non autorisé et non d'un prêt, mais il est tout de même à noter que cela ne génère quasiment aucune (voire même absolument aucune) intervention humaine puisque ce sont les systèmes informatiques qui gèrent ce genre de situation, et s'il fallait calculer le taux d'intérêt appliqué dans ce genre de situation, on se rendrait compte qu'il est très nettement au dessus du taux d'usure...
Donc pour moi, ces frais font partie du quotidien des clients et des banques mais cette pratique est particulièrement contestable... Tout comme le prix de la minute facturée au delà du forfait dans la téléphonie mobile (enfin ça, c'était avant...) !
Réponse de le 23/01/2013 à 16:10 :
vous melangez tout : le decouvert est une forme de credit prenez uin decouvert autoriser et vous signerez une "offre prealable de credit par decouvert en compte" avec tous les documents obligatoire conformement a la loi lagarde. les tx sont entre 10 et 18 % donc ss le trx de l'usure et ce sont des taux annuels !! si vs etes a decouvert 365 jours par an effectivement cela coute cher. si ce n'est que qq jours par mois le cout est tres modique ( je vs laiisse faire le calcul). la commission d'intervention se justifie par le fait que justement chaque opération necessite un traitement particulier de la part de la banque ( intervention humaine , cout informatique ligne de credit en compensation dans les livres courriers au debiteurs + creancier si refus etc etcx... )
enfin, c'est facile pr le client de s'eviter ce genre de facturation : calculer son reste a vivre et s'y tenir !! dans ce cas pas d'agios ni de commission . qd je fais un exces de vitesse je ne dis pas que c'est la faute de la voiture !!
a écrit le 22/01/2013 à 22:10 :
Je dirai même que + de 50% ne sont pas satisfait!!
a écrit le 22/01/2013 à 20:33 :
Une ineptie de plus ...
Merci de nous informer de vos sources .
a écrit le 22/01/2013 à 19:40 :
vite,des cellules psychologiques pour les pauvres chtis conseillers bancaires qui ne peuvent plus prélever de frais a tout bout de champ sur nos comptes.la vie est trop dure pour eux!artisans commerçants,saviez vous que les frais pour tenue de compte proffessionnels ne sont pas obligatoires?vous avez tout a fait le droit d'utiliser un compte normal sans frais
Réponse de le 22/01/2013 à 21:24 :
dédé vous repasserez, ce ne sont pas les conseillers qui prélèvent les frais...
Réponse de le 22/01/2013 à 21:53 :
Et c est vrai que les artisans ils bossent pour pas chers aussi !!
Réponse de le 23/01/2013 à 9:47 :
@dede les flux sur un compte pro ne sont pas les memes que sur un compte part !!! essayez de faire une course de f1 avec une 2cv ... seul les auto-entrepreneurs peuvent avoir un compte classique , a condition de ne pas depasser un certain chiffre d'affaire
Réponse de le 23/01/2013 à 11:59 :
Il y + de 20 ans, les frais n'existaient pas mais les banques faisaient payer tous les clients qui utilisaient un crédit;Sa marge bénéficiaire en simplifiant était obtenue par la différence des intérêts perçus sur les crédits et les intérêts payés sur l'épargne. Certains consommateurs
de crédits ont critiqués ce système. L'historique de cette marge démontre un baisse constante entre la taux payés aux épargnants et le taux prélevés aux emprunteurs.
La compensation de cette baisse de marge a été compensée par la facturation des services et le commissionnement sur certains produits commercialisés.
Réponse de le 23/01/2013 à 12:12 :
d'accord avec vous precision a cette epoque les banques etaient publiques!!! dc c'etait le contribuable qui payait , maintenant ce sont les consommateurs !!!
Réponse de le 23/01/2013 à 13:04 :
Que les banques aient été publiques à cette époque importe peu ! Et à ma connaissance, ce n'est pas parce qu'une entreprise est publique que c'est le contribuable qui paye au lieu du consommateur... Encore pourrait-on peut-être le dire d'un service public, mais d'une entreprise publique, ce n'est le cas que exceptionnellement (en théorie du moins) ! A noter d'ailleurs qu'il arrive aussi que le contribuable paye pour une entreprise privée mais c'est un autre sujet.
En tout cas, ce que raconte à dédé est vrai, les revenus des banques ont doucement glissé d'une situation où les marges sur les crédits et les dépôts étaient prépondérantes à une situation où s'ajoute pour une part significative des "commissions" qui ont un fondement économique beaucoup plus flou.
Réponse de le 23/01/2013 à 14:28 :
ca fait toute la difference justement exemple : les societes d'autoroute etaient publiques avabt et il me semble que le prix du ticket a bien augmenté non??
Réponse de le 23/01/2013 à 15:08 :
Alors même avant les concessions de la gestion des autoroutes à des sociétés privées, c'était bien les usagers qui payaient au péage le coût des autoroutes. Peut-être que marginalement et dans certains cas, les contribuables ont mis la main à la poche, mais ce n'était pas la règle (je parle pour les autoroutes à péage bien sûr, pas celles gratuites financées par les collectivités locales qui sont minoritaires).
Et le prix du ticket a augmenté oui, comme celui du pain, de l'électricité, de quasiment tout en somme et... comme le montant des salaires et revenus ! Cela s'appelle l'inflation (et on parle plus souvent de l'augmentation des prix que de l'augmentation des revenus d'ailleurs) !
Après reste la question des secteurs dans lesquels l'augmentation du prix est supérieure à l'inflation, et c'est peut-être le cas pour les péages d'autoroute, mais encore une fois c'est une autre question.
Que les banques soient publiques ou privées, la structure de leurs revenus a évolué vers plus de commissions. Et si différence il y a entre leur statut public ou privé, c'est simplement la destination du résultat des banques : si elles sont publiques, celui-ci retourne dans la poche de l'Etat, si elles sont privées, il va dans la poche des porteurs des parts de l'entreprise. Je pense que jusque là je ne vous apprends rien !
a écrit le 22/01/2013 à 19:38 :
Qu'on le veuille ou non la banque en ligne tuera la banque traditionnelle. Et là, après s'être gavé, les banques ne nous émouvrons pas. Un peu comme les opérateurs après l'arrivée de Free
Réponse de le 22/01/2013 à 20:17 :
c'est que vous vous trompez de cible, le conseiller bancaire n'est pas celui qui se gave
Réponse de le 22/01/2013 à 20:21 :
Et à votre avis, à qui appartiennent les banques en ligne ?
Réponse de le 22/01/2013 à 20:43 :
Bien vu, Stanley. Tout comme le micro-crédit...
a écrit le 22/01/2013 à 19:07 :
C'est amusant mais j'ai un léger doute sur l'excuse principale de l'arrivée des nouvelles technologies... Y-aurait-il un arbre qui cacherait la forêt..??
Réponse de le 22/01/2013 à 21:24 :
c'est exactement ça. un peu comme le net sur le mobile, c'est un plus mais pas une sinecure. on peut s'en passer. La problématique des banques est à voir dans son ensemble. Ici on parle plus de la banque de détail qui n'est là que pour renflouer les dérives de la banque d'investissements (restrucutration des BFI en cours), des services de marchés qui jouent encore au poker avec de l'argent fictif. Contraintes européennes : exemple SEPA (virement et prelèvement moins cher pour le particulier alors que c'était une de leur vache à lait)
Le CA doit faire du chiffre s'il veut être encore là dans 6 mois. quand on voit le nombre de job pour chargé d'affaires que les banques publient on comprend le turn-over dans les agences.
Réponse de le 22/01/2013 à 23:17 :
Toujours les mêmes poncifs sur les BFI, on se croit déjà savant rien qu'en utilisant le terme et on on en profite pour dire n'importe quoi. Regardez donc du coté de la téléphonie mobile par exemple ou de l'automobile et faites des comparaisons entre secteurs industriels, vous serez étonnés et un peu plus humble dans vos affirmations.
a écrit le 22/01/2013 à 18:51 :
Conseiller bancaire , assez bien payé ? c'est une blague , 1800 bruts sur 13 mois 1/2 c'est payé mais pas bien payé ....
Réponse de le 22/01/2013 à 19:21 :
c'est au dessus du salaire moyen en france... donc oui un conseiller bancaire est bien payé...
Réponse de le 22/01/2013 à 19:36 :
1800brut est egal 1386 brut! Donc on ne peut pas dire bien payé (méme avec un 13eme mois)
Réponse de le 22/01/2013 à 20:09 :
Vous semblez ne pas connaître le mot "médian", Azerty. De même que "net"... Sinon, "conseillers", votre secteur semble prendre de la gite, en ce moment... L'argent fait le bonheur, parait-il.
Réponse de le 22/01/2013 à 20:18 :
Hhmm.. Ce salaire est hors prime pour tout produit placé.
Réponse de le 23/01/2013 à 2:46 :
Les conseilrs bancaires ??? quelle blague... I
ll y a un moment qu'il n'y a plus de conseil dans les banques .
L'employé de banque ... celui que l'on appelle aujourd'hui un conseiller, ne conseille absolument rien, il ne fait que "placer"a ses clients des produits d'epargne auxquels, il n'adhere meme pas lui meme.
(Placer = en d'autre terme vendre)
Le conseiller est un vendeur non commissionnés.
Compte tenu du fait qu'ils sont soumis a des objectifs souvent irréalisables, obligés de vendre des cartes, des assurances, et accessoirement du crédit, (a des gens qui n'en veulent pas) , car ceux qui veulent du credit on ne leur en donne pas...

Le conseiller est naturellement stressé et malheureux, toutefois il est bien heureux d'avoir un travail, c'est a peu pres tout.

Ensuit la direction utilisera le fait que les objectifs oirréalisable ne sont pas atteints pour augmenter la pression, et éventuellement espérer qu'il ne supporte pas et devienne malade ou démissionne.
Réponse de le 26/01/2013 à 11:38 :
a ex..tout a fait...juste a regarder la carte de visite d'un conseiller lcl par ex : conseiller commercial apparaitera ...le conseilelr financier a disparu !
Réponse de le 26/01/2013 à 22:08 :
et en plus vous mentez...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :