Hollande - capital-investissement, même combat : la crise de la zone euro est terminée

Les trois quarts des « limited partners » - ces investisseurs institutionnels qui confient leur argent à des fonds de private equity - estiment que l'Europe présentera « des opportunités intéressantes » pour le capital-investissement, au cours des deux prochaines années, selon le baromètre semestriel publié par Coller Capital.

3 mn

Les investisseurs étrangers ont fait du chemin depuis 18 mois, quand certains redoutaient une explosion de la zone euro, analyse François Aguerre, associé chez Coller Capital. Copyright Reuters
"Les investisseurs étrangers ont fait du chemin depuis 18 mois, quand certains redoutaient une explosion de la zone euro", analyse François Aguerre, associé chez Coller Capital. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

L'Europe attire à nouveau les investisseurs. Les trois quarts des « limited partners » (LPs) - ces investisseurs institutionnels qui confient leur argent à des fonds de capital-investissement - estiment que le private equity européen leur offrira « des opportunités d'investissement attrayantes, au cours des deux prochaines années », selon le baromètre semestriel du secteur publié lundi par le fonds Coller Capital. Un point de vue au moins aussi tranchant que la déclaration de François Hollande, qui, en visite au Japon samedi, a déclaré que « la crise de la zone euro (était) terminée. »
« C'est une - bonne - surprise », reconnaît François Aguerre, associé chez Coller Capital. Et d'analyser : « Cela montre que les investisseurs étrangers ont fait du chemin depuis 18 mois, quand certains redoutaient une explosion de la zone euro et la fin de la monnaie unique européenne. Il est vrai que la situation est aujourd'hui beaucoup plus stable. »

Pas d'attrait particulier pour le capital-retournement

Certes, la crise financière de la zone euro semble avoir vécu. Mais la crise économique est toujours là. Et bien là, avec un produit intérieur brut en recul depuis six trimestres d'affilée. Mais justement, peut-être les fonds de pension et autres investisseurs institutionnels flairent-ils de belles opérations de capital-retournement, à la faveur des difficultés financières rencontrées par nombre d'entreprises européennes ? Une éventualité que François Aguerre balaie d'un revers de main : « Le capital-retournement est un marché de faible volume, il ne représentera jamais une opportunité majeure pour les investisseurs. »

Des investisseurs plus totalement hostiles à des pays comme l'Espagne

Pour l'associé de Coller Capital, le regain d'intérêt des LPs pour l'Europe ressemble à celui qu'ils avaient éprouvé à l'égard des Etats-Unis, juste avant que la reprise économique se dessine au pays de l'Oncle Sam. Autrement dit, les investisseurs se préparent au retour de la croissance en Europe, tout en sachant pertinemment que celui-ci n'est pas pour demain. Mais les souscripteurs des fonds de private equity ont le temps, il s'agit d'investisseurs de long terme, qui n'attendent pas de retour sur leur mise avant une dizaine d'années. A tel point que, même si « c'est plutôt l'Europe du Nord qui les attire, ils ne sont plus totalement hostiles à des pays comme l'Espagne », affirme François Aguerre.

Le capital-investissement a injecté 250 milliards d'euros en Europe, depuis 2007

Si ces « zinzins » se positionnent à nouveau sur l'Europe, c'est également parce que l'herbe n'est pas forcément plus verte ailleurs, contrairement à leurs espérances. « Les investisseurs modèrent leur enthousiasme à l'égard de certaines zones géographiques, notamment en Asie. Les performances là-bas n'ayant pas toujours été à la hauteur de leurs attentes, ils en reviennent un peu », explique François Aguerre.
Ce revirement des LPs est d'autant plus intéressant pour l'Europe que les investissements du private equity dans la région ne représentent pas une simple goutte d'eau : de 2007 à 2012, le capital-investissement a injecté 250 milliards d'euros dans près de 20.000 entreprises européennes, d'après une récente étude du cabinet de consultants Frontier Economics.
 

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 13/06/2013 à 19:02
Signaler
Hollande est devenu le clown des chefs d'états européens! Lisez la presse étrangère et vous constaterez les dégats! Il trouve plus important d'inviter à l'Elysée un autre clown (Djamel Debbouze) marocain, afin d'écouter ses moqueries à l'égard du de...

à écrit le 11/06/2013 à 15:27
Signaler
Pour la France cela fait 3400 entreprises qui ont reçu sur la période 2012-2007 environ 13 millions sachant qu'elles ont pour 40% moins de 20 employés et à 80 % moins de 250. C'est très peu, d'autant qu'est adjoint le venture-capital au private-equit...

à écrit le 11/06/2013 à 13:42
Signaler
On croir rever quand on lit des aneries pareilles. Avez-vous une idée de ce que sont ces 250 Milliards de dollars investis en Europe ? C'est juste la plache a billet américaine qui permet a ces grands financiers ricains d'acheter toute l'économie eur...

à écrit le 11/06/2013 à 8:07
Signaler
c'est les 5 millions de chômeurs qui vont être contents. Et demain, Hollande rase gratis.......

à écrit le 10/06/2013 à 23:32
Signaler
Hollande prend le peuple pour des andouilles. Il ne suffit pas de décréter pour qu'on s'en sorte. Il faut redescendre de son nuage de théoricien idéologue qui n'a jamais rien compris à la vraie économie. Cela fait longtemps que tous les pays socialis...

le 11/06/2013 à 13:59
Signaler
Heureusement que depuis 10 ans on était gouverné par des génies qui avaient rendu la France hyper-compétitive, sans dettes, sans chômage, avec le problème des retraites résolus. Et vous vous rendez-compte, le 6 mai 2012, à 20 h 01, HOLLANDE avait déj...

le 11/06/2013 à 14:38
Signaler
Vous n'avez rien compris, c'est la faute à la semaine des 40 heures et à la 5eme semaine de congé Payés de Miterrand ainsi qu'au 35 heures du gouvernement Haubry. Les brillant gestionnaires de la droite francaise ne pouvaient pas lutter devant tan...

à écrit le 10/06/2013 à 22:57
Signaler
pour que la crise de l'euro soit finie, il faudrait que chaque pays n'est plus de dettes

à écrit le 10/06/2013 à 19:08
Signaler
mr bruno le maire a annocé cette aprés midi qu'il voulait une revolution démocratique en france , qui va le suivre , allez repondait

le 10/06/2013 à 19:40
Signaler
et vous vous avez cru bruno le maire, serieusement ?

le 10/06/2013 à 20:41
Signaler
bien sur comme tous les politiciens , je crois ce qu'ils disent , je suis de gauche et fiere de l'etre et vous monsieur , vous y croyez

le 11/06/2013 à 6:53
Signaler
c'est beau d'avoir des illusions !!!

à écrit le 10/06/2013 à 18:15
Signaler
La politique du pire ! On dézingue l?industrie, on écrase l?entreprise, on persécute la population, on ruine l?Etat, on fait de l?archaïsme et les jeunes générations pour victimes de cette perversion sans non. La verrue qu?est l?Etat détruit la socié...

le 10/06/2013 à 18:54
Signaler
exact + 1

à écrit le 10/06/2013 à 17:19
Signaler
Il suffit que la BCE cesse sa politique accommodante d'injection de monnaie de singe pour que les taux remontent; Si c'est le cas et il y a 90 % de chance que cela se produise, la France sera secouée car elle ne supportera pas 2 points de hausse des ...

le 10/06/2013 à 18:12
Signaler
Si flanby était un type sérieux, on s'en serait rendu compte... Le fait qu'il annonce la fin de la crise de l'Euro est particulièrement inquiétant !

le 11/06/2013 à 6:55
Signaler
c'est comme l'inversion de la courbe du chomage en 2013 !! comment pourrait on le croire

le 11/06/2013 à 6:55
Signaler
c'est comme l'inversion de la courbe du chomage en 2013 !! comment pourrait on le croire

à écrit le 10/06/2013 à 17:08
Signaler
http://www.prorussia.tv/Contre-enquete-interdite-Xavier-Kemlin-l-homme-qui-pourrait-faire-tomber-la-Hollandie_v350.html

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.