Payer du pétrole et du gaz russes en bitcoins : l'idée improbable d'un élu influent de la Douma

Face à la pluie de sanctions qui s'abat sur le pays qui a déclenché la guerre en Ukraine, l'administration de Vladimir Poutine cherche des leviers financiers alternatifs tous azimuts. Le bitcoin, ce crypto-actif créé au lendemain de la crise financière de 2008, pourrait bien intéresser l'ancienne puissance soviétique, à en croire un parlementaire. Côté business, cet actif très volatile qui s'échange sur la blockchain, présente plusieurs avantages pour un pays dont le PIB repose en grande partie sur ses exportations d'hydrocarbures. Aussi, le Bitcoin est perçu par certains pays comme un moyen de s'émanciper de la domination du dollar.
Pavel Zavalny, lors d'une intervention télévisée sur le média d'Etat Pressmia.
Pavel Zavalny, lors d'une intervention télévisée sur le média d'Etat Pressmia. (Crédits : Pressmia)

Après le bitcoin pour contourner les sanctions des Occidentaux et préserver la fortune des oligarques, la star des cryptomonnaies va-t-elle s'échanger contre du gaz, du pétrole et d'autres ressources ? Alors que les banques russes sont exclues du système bancaire Swift et que près de 600 milliards d'actifs étrangers, détenus par la banque centrale russe ont été gelés, suite à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la proposition, apparemment incongrue d'un parlementaire russe, détonne.

Mais pour l'administration Poutine, il s'agit de trouver des alternatives face à la pluie de sanctions occidentales qui s'abat sur le pays. Aussi, tous les moyens sont bons pour maintenir à flot l'économie russe. L'une des priorités, face à la dévaluation du rouble et au gel des réserves, est de renflouer les réserves de la devise nationale. Ce que l'administration Poutine s'efforce de faire en rendant par exemple obligatoire le paiement en rouble, et de facto, à ne plus accepter de versements en dollars ou en euros.

Malgré ces mesures d'urgence (dont la limitation d'achats de devises étrangères, achat d'or en rouble, blocage des prix...), le risque de défaut de paiement que l'on craint déjà auprès de certaines entreprises russes dont le fournisseur Gazprom, n'est pas écarté.

Aussi, dans une longue conférence vidéo de plus d'une heure, reçu en monologue par l'agence d'Etat Pressmia, le président d'une commission parlementaire, Pavel Zavalny, a affirmé que les pays n'ayant pas sanctionné la Russie (tels la Chine, la Turquie...) pourraient, eux, utiliser leurs monnaies locales - ou même le bitcoin -, rapporte notamment CNBC et la presse financière.

Pavel Zavalny préside une commission Énergie à la Douma, la chambre basse équivalente de l'Assemblée nationale. Il est membre du parti "Russie Unie" rattaché à Vladimir Poutine. Avant de devenir parlementaire, il a aussi été directeur général de Gazprom Transgaz Ugorsk, une filiale du géant Gazprom spécialisée dans le transport du gaz.

Le business du bitcoin en Russie

Autrement dit, si la valeur du rouble est en chute libre, les caisses de l'Etat russe pourraient se refaire en accumulant des bitcoins. Le rouble a perdu près de 30% depuis le début de l'année. A l'inverse, le bitcoin a, malgré sa grande volatilité, augmenté de 14% depuis le début du conflit, selon les données de Bitstamp. L'hypothèse de cet élu russe portait d'ailleurs son cours à la hausse, à plus de 44.100 dollars l'unité vendredi.

En Russie, la notoriété des cryptomonnaies est acquise. Le pays se classe en effet 4ème en termes d'adoption selon le cabinet Chainanalysis. Avec ses températures basses et un faible coût de l'énergie grâce aux ressources naturelles, les fermes de minage, qui permettent le calcul du protocole et les échanges de cet actif décentralisé, y trouvent un terrain favorable.

Avec ses géants de l'énergie, l'intérêt pour l'industrie russe est potentiellement double, tandis que la production des cryptomonnaies est énergivore. Par exemple, le concurrent américain ExxonMobil a mis en place un programme d'utilisation de ses excédents de gaz naturel, habituellement brûlés en plein air à l'extraction, et venant ainsi alimenter en électricité des "mines" de bitcoin, rapporte l'agence Bloomberg.

"Cela permettrait de garantir un minage (création) de bitcoin plus propre" en utilisant une source d'énergie d'ordinaire gaspillée à l'extraction, "ce qui est une des grandes inquiétudes des investisseurs", explique à l'AFP Marcus Sotiriou, analyste pour le courtier spécialisé GlobalBlock.

La Russie assurerait déjà plus de 11% du "hashrate" mondial (le principe de hachage cryptographique des jetons numériques transmis dans des blocs), soit la 3ème nation derrière les Etats-Unis et le Kazakhstan, selon les données d'août dernier du Cambridge Bitcoin Electricity Consumption Index. Depuis l'interdiction de l'activité de ses fermes de minage qui rémunère les propriétaires des ordinateurs, la Chine est sortie de ce classement en 2021.

L'émancipation du dollar

Nouveau partenaire commercial privilégié dans le contexte de la guerre en Ukraine, la Chine a, elle, d'ailleurs fait le choix de développer son propre écosystème monétaire numérique avec le e-yuan. De quoi potentiellement inspirer Moscou et la banque centrale russe qui planche sur un projet de rouble numérique.

L'intérêt de la Russie pour les cryptomonnaies est vu d'un mauvais oeil par les banques centrales occidentales: parmi toutes les catégories d'actifs numériques, "les cryptoactifs me préoccupent le plus dans le contexte russe", a déclaré mardi Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne (BCE).

"L'idée que le pétrodollar pourrait être remplacé par un pétrobitcoin ajoute une nouvelle façon de voir les crypto-actifs", a commenté à l'AFP Marcus Sotiriou.

La Russie ne serait d'ailleurs pas le seul Etat à rapprocher cryptomonnaies et argent du pétrole. En 2017, le Vénézuela, pour s'émanciper du dollar et face à la faible valeur du bolivar lançait le "petro", une cryptomonnaie dont le cours est adossé aux cours du pétrole. Toujours pour sortir de la domination du dollar, l'Etat du Salvador a même reconnu le bitcoin comme une monnaie légale en 2021.

Pour l'instant, la hausse des prix reste motivée par l'intérêt des investisseurs, et aucun paiement de gaz russe n'a été effectué en cryptomonnaie.

Lire aussi 7 mnPaiement du gaz russe en roubles : Poutine accentue la pression sur les Européens

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 26/03/2022 à 18:21
Signaler
Les brêles à la tête de l'Occident, sûres de leurs dominations sur le monde, ont imaginées toutes une séries de sanctions destinées à démolir l'économie russe. Le soucis c'est que plus ça va, plus on voit qu'elles sont simplement réussies à détrui...

à écrit le 26/03/2022 à 9:14
Signaler
c'est la suite logique aux retorsion de l(occident il semble que m macron n'est rien compris il n'est pas le maitre du monde le russe non plus

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.