Défaut de paiement probable de Gazprom et d'autres entreprises russes d'hydrocarbures, selon l'agence Fitch

Pour l'agence de notation Fitch, il est « probable » que 28 sociétés russes liées à l'exploitation des ressources naturelles n'honorent pas leurs engagements financiers à cause du conflit avec l’Ukraine. Cette semaine, les notes de Gazprom et Lukoil avaient déjà été dégradées par Moody's, une autre agence de notation, à un niveau indiquant un très haut risque de non remboursement.
(Crédits : Evgenia Novozhenina)

L'agence de notation Fitch a abaissé samedi la note octroyée à la dette de 28 groupes russes d'exploitation de ressources naturelles et estime qu'un « défaut de paiement de quelque sorte semble probable ».

Fitch a dégradé la note du géant du gaz Gazprom, de la pétrolière Lukoil, des minières Rusal, Polyus, Evraz et de 23 autres sociétés liées aux ressources naturelles de B à « CC principalement », ce qui signifie qu'il est « probable » que ces entreprises n'honorent pas leurs engagements financiers.

Moody's abaisse aussi sa note

Les notes de Gazprom et Lukoil avaient aussi été dégradées cette semaine par Moody's, une autre agence de notation, à un niveau indiquant un très haut risque de non remboursement.

Pour l'agence de notation, l'autorisation donnée par le gouvernement russe de rembourser en rouble les dettes contractées auprès des pays qui figurent dans une liste de pays « hostiles » pourrait compromettre la capacité de ces entreprises à payer à temps leurs créanciers.

Cette liste comprend entre autres les pays de l'Union européenne, l'Australie, le Royaume-Uni, le Canada, Monaco, la Corée du Sud, les États-Unis, la Suisse et Japon.

Les sanctions érodent l'environnement opérationnel des entreprises russes

Cette mesure fait partie d'une série d'actions du gouvernement russe et de la banque centrale du pays pour tenter de limiter la chute de la devise nationale, le rouble, qui a perdu la moitié de sa valeur depuis le 1er janvier en raison des sanctions imposées à Moscou par les Occidentaux après l'invasion russe de l'Ukraine.

Lire aussi 5 mnVente des devises étrangères suspendue, achat d'or : la Russie tente d'éviter l'effondrement du rouble

Fitch ajoute en outre que « le durcissement continu des sanctions, y compris les restrictions sur le commerce et les importations d'énergie, augmente la probabilité d'une réponse politique de la part de la Russie, et affaiblit davantage son économie, érodant l'environnement opérationnel de ses entreprises ».

Les États-Unis ont annoncé mardi un embargo sur les importations de pétrole et gaz russes, comme le Royaume-Uni pour le pétrole.

La Russie au bord du défaut de paiement

Trois grandes agences de notation ont placé début mars la note de la dette à long terme de la Russie dans la catégorie des pays susceptibles de ne pas pouvoir rembourser leur dette en raison de l'accumulation des sanctions à son encontre. Fitch a par la suite abaissé encore sa note, signifiant que le risque d'un défaut souverain était à ses yeux « imminent ».

Plus une note de solvabilité est basse, moins les prêteurs feront confiance au pays et moins celui-ci pourra emprunter de l'argent à des taux d'intérêt raisonnables.

Lire aussi 4 mnRemboursement de la dette : risque de défaut « imminent » pour la Russie (Fitch)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 14/03/2022 à 14:51
Signaler
Qui sont donc les créanciers spoliés? Ce sont eux qui font une mauvaise affaire, car on ne les voit pas saisir utilement et rapidement des biens d'oligarques russes pour se payer. Quant aux réserves en dollar ou en euro, personne ne sait ce qu'elles ...

à écrit le 14/03/2022 à 14:49
Signaler
Qui sont donc les créanciers spoliés? Ce sont eux qui font une mauvaise affaire, car on ne les voit pas saisir utilement et rapidement des biens d'oligarques russes pour se payer. Quant aux réserves en dollar ou en euro, personne ne sait ce qu'elles ...

à écrit le 13/03/2022 à 9:53
Signaler
Ce que ne semblent pas comprendre la plupart des journalistes à la lecture des articles sur ce fameux défaut de paiement c'est que c'est nous qui avons prêté l'argent; et donc c'est à nos banques que l'argent va manquer, pas aux russes. D'autre par...

le 13/03/2022 à 10:11
Signaler
Commentaire aussi stupidement qu inutile c est beaucoup plus complexe que cela ….

le 13/03/2022 à 10:22
Signaler
Une Russie tournée vers l'Asie et particulièrement vers la Chine est l'objectif de Benjing qui s'amuse de la naïveté de "l'ami Poutine". Une fois sans plus aucun débouché à l'Ouest, la Chine imposera ses conditions à Moscou qui devra brader ses resso...

le 13/03/2022 à 19:34
Signaler
@Septic : si les entreprises russes n'arrivent pas à rembourser leurs dettes, l'UE autorisera à payer aux russes les livraisons de gaz... en dettes de sociétés russes !!!

à écrit le 13/03/2022 à 9:36
Signaler
La Russie au bord du défaut de paiement rien qu'en dollar.La vie semble continuer ailleurs que les agence de notations Us ignorent

à écrit le 13/03/2022 à 9:30
Signaler
Ce serait très étonnant que les tacticiens, un métier inconnu par les teubés néolibéraux forcément, incapables de voir plus loin que leur nombril,, russes n'aient pas envisagé ces options.

à écrit le 13/03/2022 à 9:13
Signaler
L'OTAN veut pousser la Russie à déclencher la troisième guerre mondiale, comme pour la seconde en ruinant l'Allemagne qui n'avait d'autres solutions que de se battre. L'histoire se répète et nous allons encore être en première ligne. Après avoir appr...

le 13/03/2022 à 9:26
Signaler
Il va falloir attendre la prochaine série Netflix, pour le moment les gens apprennent le coréen.

à écrit le 13/03/2022 à 7:40
Signaler
Provoquer la faillite des principales entreprises russes, c'est un acte de guerre... Il suffit d'imaginer notre réaction si nous étions traités de la même façon. Quant à provoquer la faillite de l'entreprise qui nous livre le gaz, ça, c'est médusant...

à écrit le 13/03/2022 à 6:38
Signaler
@Gorafi. Merci de ce trait d'humour.

à écrit le 13/03/2022 à 1:25
Signaler
Donc l’Europe plus de gaz russe 😎😎

à écrit le 13/03/2022 à 0:20
Signaler
Ce n'est peut-être "que" sur le plan économique ( pour l'instant), mais nous sommes en guerre avec la Russie de Poutine...avant de passer à l'échelon supérieur ?

à écrit le 12/03/2022 à 22:05
Signaler
Ce que la Tribune oublie de dire, c'est que la RUSSIE peut très bien payer, mais qu'elle ne payera pas. Et donc, ce sont les prêteurs qui vont perdre de l'argent : pas la RUSSIE...

à écrit le 12/03/2022 à 19:53
Signaler
il est certain que ca pose pb, et il est certain que c'est surtout pour les europeens, pas pour les americains qui ont foutu la merde.........donc, faut etre pragmatique, et veiller a ce que ces boites puissent approvisionner le marche europeen ' san...

à écrit le 12/03/2022 à 19:41
Signaler
La Belgique déploie sa 6ème flotte en mère âgée. Cette escouade composée du porte avion nucléaire lance frite, du snle lanceur de kiek ainsi que des engins de débarquement de gueuse.. Avis à la population ! Gazprom t'es foutu ! Les flageolets sont da...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.