La monnaie chinoise plonge, un geste délibéré de Pékin après les menaces de Trump ?

 |   |  768  mots
(Crédits : Reuters)
La devise chinoise dévissait lundi face au billet vert, et entraînait dans sa chute les marchés financiers, alimentant les spéculations sur un geste délibéré de Pékin pour soutenir ses exportations en pleine guerre commerciale avec l'Amérique de Donald Trump. Le seuil symbolique des 7 yuans pour 1 dollar n'avait pas été franchi depuis 9 ans.

Plus de 7 yuans pour un dollar. La devise chinoise dévissait lundi face au billet vert, et entraînait dans sa chute les marchés financiers, alimentant les spéculations sur un geste délibéré de Pékin pour soutenir ses exportations en pleine guerre commerciale avec l'Amérique de Donald Trump.

Le président américain a, sans surprise, réagi en dénonçant une "manipulation de la monnaie". "Cette violation majeure affaiblira considérablement la Chine avec le temps", a-t-il tweeté.

Le locataire de la Maison Blanche accuse fréquemment Pékin de dévaluer artificiellement sa devise afin de soutenir ses exportations.

Le seuil des 7 yuans pour 1 dollar n'avait pas été franchi depuis 9 ans

Le seuil symbolique des 7 yuans n'avait pas été franchi depuis 9 ans. Ce dépassement survient quatre jours après les dernières menaces de sanctions américaines contre les produits chinois.

A 13H36 GMT (15H36 à Paris), juste après l'ouverture de Wall Street qui comme l'ensemble des marchés mondiaux était fortement chahutée lundi, le yuan onshore est tombé à 7,0536 yuans pour un dollar, un niveau plus vu depuis 2008. Le yuan offshore, plus libre, a atteint en début d'échanges asiatiques 7,1114 yuans pour un dollar, pour la première fois depuis 2010.

Lire aussi : Les marchés encore très chahutés par l'intensification du conflit commercial sino-américain

La monnaie de Pékin n'est pas entièrement convertible et la Banque centrale chinoise fixe chaque jour un taux pivot, qui s'inscrivait lundi à 6,9225 pour un dollar, en repli de 0,33% par rapport à vendredi.

Mais les marchés jouaient le yuan à la baisse, le faisant tomber jusqu'à près de 7,11 pour un dollar en début de journée, avant un redressement laissant supposer que la Banque centrale serait intervenue pour calmer les marchés.

Dans un communiqué, l'institution a assuré avoir "l'expérience, la confiance et la capacité de maintenir le taux de change du yuan à un niveau raisonnable et équilibré".

Une baisse du yuan favorise les exportations chinoises

La Chine et les États-Unis sont engagés depuis plus d'un an dans un bras de fer commercial qui s'est traduit par l'imposition réciproque de droits de douane punitifs sur plus de 360 milliards de dollars d'échanges annuels.

Une baisse du yuan favorise les exportations chinoises et atténuerait l'impact de la hausse des droits de douane américains sur les produits chinois.

"Le gouvernement chinois peut être tenté d'autoriser une dépréciation supplémentaire du yuan pour soutenir sa croissance" au moment où les perspectives économiques du géant asiatique s'assombrissent du fait de la guerre commerciale, estime Ken Cheung, stratège à Mizuho Bank.

Pékin s'efforçait jusqu'ici de soutenir sa monnaie "pour ne pas compromettre" les pourparlers commerciaux avec les Etats-Unis, relève Julian Evans-Pritchard, du cabinet Capital Economics.

Le Trésor américain refuse d'accuser la Chine de manipuler sa monnaie

Le Trésor américain s'est d'ailleurs refusé plusieurs fois, après enquête, à accuser la Chine de manipuler sa monnaie.

Mais laisser filer la devise sous les 7 yuans montre que les autorités chinoises "ont pratiquement abandonné tout espoir d'un accord commercial" avec Washington, estime M. Evans-Pritchard.

Donald Trump a relancé jeudi la guerre commerciale contre Pékin, en annonçant son intention d'étendre des droits de douane supplémentaires à la quasi-totalité des importations en provenance de Chine à compter du 1er septembre.

"Nous avions anticipé le fait que la Banque centrale finirait par dévaluer le yuan en réaction aux tensions commerciales, mais nous ne nous attendions pas à ce que cela survienne aussi rapidement", a ajouté M. Evans-Pritchard, envisageant à présent un taux de 7,30 yuans pour 1 dollar d'ici la fin de l'année.

La riposte chinoise ciblerait directement les agriculteurs américains

Les États-Unis reprochent à la Chine d'être largement responsable de leur énorme déficit commercial. Ils réclament à Pékin des réformes structurelles pour interdire par exemple les subventions aux entreprises publiques, les transferts de technologie imposés aux entreprises étrangères et le "vol" de la propriété intellectuelle américaine. Ils exigent aussi l'achat de davantage de produits américains, notamment agricoles.

Mais en représailles aux dernières menaces de Donald Trump, Pékin a semble-t-il demandé à ses entreprises publiques de cesser l'achat de produits agricoles américains, a rapporté lundi l'agence d'information financière Bloomberg sans nommer ses sources.

Dans sa riposte à Washington, la Chine viserait ainsi les agriculteurs américains, très dépendants du marché chinois et qui constituent une importante base électorale pour Donald Trump à l'approche de la présidentielle de 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/08/2019 à 12:23 :
donc entre autre des importations plus chères pour les chinois . . .
Réponse de le 06/08/2019 à 15:40 :
Mais aussi des exportations plus faciles vers les autres pays, dont les USA et des gains accrus (en yuan) pour les exportateurs chinois.
C'est excellent pour revitaliser la consommation interne dont le pays a besoin.

Et comme la balance commerciale est largement bénéficiaires aux chinois, ce sont eux qui gagnent à ce jeu là.

Sans compter que les chinois possèdent des réserves énormes en dollars sous forme de dette souveraine US. Qui d'une certaine façon n'ont jamais été aussi importantes (en Yuan toujours).

Si les biens américains deviennent plus cher à Pékin, cela permettra aux fabricants locaux de garder ou (re)gagner des parts de marché local plus facilement.
Il n'y a plus vraiment de gouffre technologique entre ce que les chinois et les américains savent faire, donc tout ce qui est fait aux USA peut être fait en Chine, et souvent à meilleur prix.
a écrit le 06/08/2019 à 11:18 :
Pour mieux connaître l'évolution de la Chine, lisez "Mémoires chinoises" de Jean Tuan chez CLC Editions. L'auteur évoque la venue de son père en France en 1929 et son intégration, l'exceptionnel voyage qu'ils ont fait en Chine en 1967 durant la révolution culturelle et l'évolution du pays depuis 1980 dont il a été un témoin privilégié. Marie Holzman, sinologue de renom, a préfacé le récit. Une lecture indispensable dont le contenu vous étonnera d'autant si vous avez récemment voyagé dans ce pays ou bien pensez le faire… Disponible en librairie sur commande et via fnac.com, amazon.fr, decitre et Babelio.
a écrit le 06/08/2019 à 10:56 :
Il est temps pour les chinois de respecter les règles du commerce mondial.
Trump n'est pas un personnage recommandable mais je pense qu'il a complètement raison sur ce dossier.
a écrit le 06/08/2019 à 10:07 :
Quand on pense que les US ont du mal à contraindre les Chinois, on comprend vite que la Grande Bretagne se leurre en croyant qu'elle pourrait toute seule avec ses petits bras marchander avec des grands blocs régionaux.
a écrit le 06/08/2019 à 9:36 :
Que vont faire les chinois des milliards de bons de trésor US qu'ils ont accumulés ces dernières décennies ? Et qui achète ces papiers maintenant que Trump se fâche avec tout le monde ?
Un article sur le sujet serait intéressant...
a écrit le 06/08/2019 à 9:01 :
La dialectique américaine est étonnante. Quand le dollar chute, c'est la faute à la crise. Mais quand c'est les autres, c'est de la manipulation. Peut-être y-a-t-il un peu des deux ?
a écrit le 05/08/2019 à 20:10 :
La Chine est en mesure d'asséner des coups économiques aux USA que Trump n'envisage même pas.

Et ce n'est qu'un coup de semonce.
Réponse de le 05/08/2019 à 20:46 :
La chine exporte bien plus vers les USA que l'inverse, donc c'est Trump qui est en position de force, si les USA taxent massivement voire stoppent leur importation de produits chinois c'est l’économie chinoise s'effondre.
De plus le chinois ne produisent rien que les USA ne soient capable de faire eux-même (pour l'instant) ce qui donne une fois de plus l'avantage à Trump.
Réponse de le 05/08/2019 à 21:39 :
@guillaumed ... parce que la Chine n'exporte qu'aux Etats-Unis... c'est bien connu.
Réponse de le 05/08/2019 à 21:54 :
La Chine est aussi l'usine des entreprises américaines qui ont pratiquement tout délocalisé de l’électronique grand public, des produits ménagers, du textile, des TV, des smartphone.

Ce qui veut dire que les chinois connaissent les technologies US presque aussi bien, voire mieux, que les américains eux-mêmes. Huawei dépasse en contenu technologique ce que savent faire les USA sur la 5G.

En réduisant la valeur de leur monnaie, les chinois ont tout simplement anéanti l'effet des hausses de taxes de Trump sur la compétitivité des produits made in china.

D'autre part, quand Trump pense anéeantur les chinois, il pénalise aussi les entreprises américaines.

Pour terminer, la Chine vient de filer un grand coup dans le talon d'Achille des USA, les exportations agricoles, en interdisant purement et simplement certaines entreprises chinoises de se fournir aux USA.

Xi Jinping peut imposer des mesures très dures en interne comme en externe, il n'a pas à se faire réélire. Trump lui, est en campagne.
Réponse de le 05/08/2019 à 23:41 :
@guillaumed
Si être en déficit commercial était un avantage stratégique, ça se saurait et la Chine aurait cédée depuis longtemps.
a écrit le 05/08/2019 à 17:30 :
Les chinois ne veulent faire aucune concession alors que la classe dirigeante mondiale leur en fait énormément, mais cela ne la dérangeait pas cette dernière étant donné que pendant que leurs revenus décuplaient les notre s'effondraient, bref encore une fois sur notre dos, pensée court termiste dont ils commencent à sentir les effets, tout juste parce que cela ne fait que commencer.

Par contre on peut également supposer que les mauvaises nouvelles venant de la Chine ne peuvent que dévaluer cette monnaie dont la montée ne se faisait que grâce au commerce international du seul fait de leur dumping social, or si leurs usines ne tournent plus la valeur de leur monnaie ne peut que baisser et leur économie entrainée dans cette baisse.

On peut même se demander si en fait ils n'essayent pas de déguiser une conséquence naturelle du fait de la consommation des ménages qui baisse en stratégie agressive car au final n'ayant plus beaucoup de cartouches pour rivaliser avec les américains. Pour ma part je vois plus une conséquence de la crise mondiale qu'une volonté avérée.
Réponse de le 06/08/2019 à 9:59 :
Trump aurait dû au moins attendre la fin des négociations en cours avec la Chine avant de décider cette surenchère.
Réponse de le 06/08/2019 à 10:41 :
Pour Trump, le bourre-pif fait partie de la négociation.

C'est une stratégie qui plaît beaucoup à son électorat et qui a une certaine efficacité immédiate quand les USA négocient avec des entités plus faibles, c'est à dire presque tout le monde..

Il n'en reste pas moins que c'est une stratégie dangereuse quand on prétend "négocier" de cette façon avec un dragon susceptible et de force à peu près égale.

Sur le long terme ce sont des mœurs qui entrainent des humiliations inutiles et qui laissent des traces négatives durables. On obtient plus et plus durablement de ses partenaires par des négociations softs, et c'est tellement plus agréable pour tout le monde.
Réponse de le 06/08/2019 à 14:18 :
@ marc469

Mais pourquoi donc aurait il fait ça ?

On voit que vous êtes européen, ça fait belle lurette que vous avez abandonné toute notion de stratégie hein... -_-

"On obtient plus et plus durablement de ses partenaires par des négociations softs"

CE qu'a tenté Obama, du coup quand le soft ne fonctionne pas ben faut y aller franco.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :