Symphony lève 67 millions de dollars auprès de Bpifrance et Barclays

 |   |  482  mots
David Gurlé, le fondateur de la startup dont la messagerie cryptée est plébiscitée dans la finance, était venu en janvier en France pour annoncer l'ouverture d'un bureau de recherche & développement à Sophia-Antipolis.
David Gurlé, le fondateur de la startup dont la messagerie cryptée est plébiscitée dans la finance, était venu en janvier en France pour annoncer l'ouverture d'un bureau de recherche & développement à Sophia-Antipolis. (Crédits : DR)
La startup américaine fondée par le le Français David Gurlé, qui va installer une partie de sa R&D à Sophia-Antipolis, a levé en tout 300 millions de dollars. Sa messagerie cryptée pour les professionnels de la finance, qui concurrence celle de Bloomberg, compte BNP Paribas, la Société Générale et Natixis comme actionnaires, et aurait 320.000 utilisateurs.

La visite en janvier en France de David Gurlé, reçu par Bruno Le Maire à Bercy, a-t-elle permis de finaliser l'entrée au capital de Bpifrance ? Symphony, la startup fondée dans la Silicon Valley par cet ingénieur français, ex de Microsoft et Skype, annonce ce mardi matin une nouvelle levée de fonds, de 67 millions de dollars, auprès de nouveaux investisseurs, la BPI, Barclays et le courtier asiatique CLSA ; ces actionnaires historiques, parmi lesquels de nombreuses autres banques, dont BNP Paribas, la Société Générale, Natixis et HSBC, ont participé à ce tour de table. Cela porte à plus de 300 millions de dollars le total des fonds levés par la startup fondée en 2014, une "licorne" de la Fintech valorisée plus d'un milliard lors du précédent tour de table.

Surnommé le "Slack de la finance", le produit phare de Symphony, une messagerie cryptée professionnelle rivalisant avec celle de Bloomberg, a séduit de nombreuses institutions financières, en particulier dans les salles de marchés où la confidentialité des échanges est cruciale : la startup revendique plus de 320.000 utilisateurs chez 300 entreprises clientes. L'entreprise, dont le siège est à Palo Alto, en Californie, et qui compte plus de 240 salariés, avait annoncé en janvier l'ouverture d'un bureau de R&D à Sophia Antipolis qui devrait employer une trentaine de personnes d'ici à la fin de l'année et une centaine à terme.

 « Barclays, Bpifrance et CLSA nous apportent à la fois un levier financier et un levier stratégique, qui vont permettre d'accélérer encore la croissance de notre réseau et de créer des process de travail intégrés grâce à notre plateforme ouverte et sécurisée », a déclaré David Gurlé, le directeur général de Symphony.

Et d'ajouter :

« Alors que nos clients font migrer un nombre croissant de leurs utilisateurs vers Symphony, nous assistons à un transfert depuis les outils existants vers notre plateforme. Nos clients choisissent Symphony pour construire leurs projets de transformation digitale, en tirant profit de l'efficacité rendue possible par Symphony ».

Diversification et internationalisation

L'entreprise a accentué son internationalisation ces derniers mois, ouvrant des bureaux à Tokyo, à Stockholm, après Hong Kong, Singapour et Londres. Elle cherche aussi à diversifier ses marchés, au-delà de la finance, en s'attaquant aux secteurs de l'assurance, de la santé, mais aussi l'administration et les grands cabinets d'avocats, autres marchés sensibles en matière de sécurité des données, confidentialité des communications et conformité réglementaire.

« Symphony révolutionne les modes de communication business », a déclaré Paul-François Fournier, directeur exécutif Innovation chez Bpifrance. « Symphony fait l'objet d'un fort intérêt dans tous les secteurs en raison de sa technologie innovante. Nous sommes ravis de soutenir sa prochaine phase de croissance, en particulier pour assurer le succès de son nouveau centre de recherche et développement à Sophia Antipolis. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2018 à 17:17 :
On se souvient des manipulations de cours organisées par les banques et les opérateurs de marché qui ont abouti à des condamnations exemplaires: affaire du Libor qui a spolié pendant des années tous les emprunteurs occidentaux, violations d'embargo, collusion entre banquiers pour spéculer. Les e-mail et messages vocaux avaient laissé des traces impressionnantes des malversations et des complicités. Cette époque est donc révolue. Pour un temps.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :