Crise des hypermarchés : qui sera encore là demain ?

 |   |  1504  mots
Auchan envisage de se recentrer sur l'alimentaire.
Auchan envisage de se recentrer sur l'alimentaire. (Crédits : Reuters)
L’hypermarché fait de moins en moins recette, comme le montrent les annonces de fermeture de magasins par Carrefour, Auchan ou Casino. La distribution doit se réinventer pour survivre.

«Parmi les six acteurs de la grande distribution qui pèsent chacun entre 10 et 20 % de
parts de marché, qui sera encore là demain ? », s'interrogeait le 12 février dernier Alexandre Bompard, PDG de Carrefour, lors du EY Day au ministère des Finances. Question pertinente, à l'heure où les groupes centralisés (Carrefour, Auchan, Casino) multiplient les annonces de fermeture ou de vente de magasins. Carrefour vient de se délester d'environ 3.000 salariés et Auchan a mis en vente 21 sites (dont un hypermarché, une douzaine de supermarchés, quatre Chronodrive), soit 723 emplois concernés. Une première pour le groupe familial qui compte 637 magasins et 73.800 collaborateurs en France, et qui a la réputation d'offrir les meilleures conditions de travail du secteur. Le groupe Casino (Géant, Monoprix, Franprix, Naturalia) est, lui, lourdement endetté, son cours de Bourse est chahuté et il multiplie les cessions d'actifs : 34 magasins déficitaires cédés à Leclerc et Lidl.

Une stratégie qui ne convainc pas les observateurs, comme l'agence Moody's, qui vient de dégrader sa note. Sous pression, son actionnaire majoritaire, Jean-Charles Naouri, vient de placer, en procédure de sauvegarde la...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/06/2019 à 16:58 :
Alerte, nos grandes surfaces pratiquent des prix abusifs d'un jour à l'autre. Quand ne s'étonne pas si elles périclitent tant pis pour elles si elles perdent des clients et qu'elles vont disparaître. Une bouteille d'huile plus de 0,60 centimes de hausse en quinze jours, l'eau, le sucre, la baguette idem...
a écrit le 04/06/2019 à 17:23 :
Ça fait des mois que l'on dit aux français de cesser d'aller au super. Notre poltique du boycot commence a fait ses effets. On est contents.
a écrit le 04/06/2019 à 14:51 :
plus forte baisse des ventes au détail depuis 1995, en mai, au UK (Bloomberg). le journal The Guardian montrait le 02 mai dernier que les ouvertures de magasins sont en chute libre depuis au moins 2013 au UK, alors que les fermetures sont à un niveau très élevé.
l'économie freine partout. même l'Australie baisse les taux.
a écrit le 04/06/2019 à 11:18 :
Ben j'y vais tout à l'heure... Difficile de remplacer le supermarché quand on habité à la campagne et quand on bosse étant donné que c'est pratique, alors oui on se fait avoir mais comme le dit Machiavel "Le commerce est l'école de la tromperie" donc on se fait tout le temps avoir par les marchands au final, mais notre vie nous impose d'utiliser des outils de ce genre en attendant mieux car là aussi nous sommes habitués de part la nullité de nos investisseurs à ne jamais voir arriver du mieux.

L'homme a une capacité à s'adapter au pire qui nous permet de supporter notre système oligarchique alors que pourtant totalement à la dérive mais notre vie de tous les jours étant prioritaire on fait avec ce que l'on a de moins en moins. On fait comme toujours ce que l'on peut avec ce que l'on a.

"La notion de libre arbitre a été inventée par les classes dirigeantes" Nietzsche

ET du coup nos propriétaires de capitaux habitués à la facilité se sont laissés bercer par notre capacité à endurer le pire au lieu de se tourner vers le meilleur afin d'évoluer et d'être les meilleurs donc oui aussi nous sommes involontairement responsable de l’incompétence de notre oligarchie mais sinon nous l'aurions renversé depuis belle lurette.
Réponse de le 04/06/2019 à 11:50 :
Coup de bol ! J'habite une petite commune 1350 habitants, le poissonnier à ouvert une épicerie, en plus un charcutier est présent. Du coup, dans ce commerce d'environ +/- 100m2 (je ne sait pas précisément), nous avons donc une poissonnerie, épicerie, charcuterie faite maison. Il y a toujours des clients dans le magasin , qui pour ne rien gâcher est joli. Toute la population joue le jeux. Pas de kilomètres à faire, juste un peu cher, mais moins que le déplacement en voiture. La donne change, plutôt que voir des employés de supermarché. Nouvelle du jour ... les moules sont arrivées, il connaît son métier.
Réponse de le 04/06/2019 à 12:52 :
Un poissonnier dans une commune de 1350 habitants, je suppose que vous habitez dans une zone un peu peuplée au final avec des communes alentours non ? Ici beaucoup y ont pensé (1600 habitants) mais personne ne s'est lancé bon faut dire aussi qu'on a un baron local peu partageur.

Enfin espérons que vous décrivez une tendance, vraiment...
a écrit le 04/06/2019 à 11:09 :
C'est le lot de tous les bonheurs des dames de se faire vieilelbeufiser un jour. Bon ok, là on a des pères Baudu drolement grassouillets.
Perso je fais mes courses chez un softdiscount de petite surface, tres bons produits pas chers. Pas de temps a perdre, a pietiner dans un hyper
a écrit le 04/06/2019 à 11:00 :
Ce n'est pas un souci spécifique à la France. Les hypermarchés vont disparaître comme les dinosaures . Les élus portent une grande responsabilité sur la disparition des commerces de proximité, parcmètres, taxes en tous genres. La seule porte de sortie, est de se spécialiser dans l'alimentaire, en créant "une forme" d’artisanat dans la GMS. Amazon et consorts sont là pour le reste, avec moins de kilomètres à faire en voiture.
a écrit le 04/06/2019 à 9:25 :
ils ont gagne plein de m2 sur les stocks, par des extensions, etc
c'est devenu invivable
ils vont faire machine arriere et retransformer une partie de leur surface de vente en galeries
a écrit le 04/06/2019 à 8:35 :
Enfin une bonne nouvelle !
Réponse de le 04/06/2019 à 10:14 :
qu'on aime ou non les hypers, quand il s'agit d'emplois perdus il n'y a pas de quoi se réjouir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :