Casino vend à Leclerc des hypermarchés parmi les moins performants en France

 |   |  457  mots
Casino va vendre des hypermarchés situés dans les communes de Castelnaudary (11), Saint Grégoire (35), Dole (39) Cholet (49), Anglet (64) et Castres (81).
Casino va vendre des hypermarchés situés dans les communes de Castelnaudary (11), Saint Grégoire (35), Dole (39) Cholet (49), Anglet (64) et Castres (81). (Crédits : Regis Duvignau)
Le groupe de distribution va céder six hypermarchés à des adhérents Leclerc, pour une valorisation des murs et fonds totale de 100,5 millions d'euros. Ces magasins ont représenté un chiffre d'affaires hors taxe d'environ 150 millions d'euros en 2018 et généré une perte totale d'environ 8 millions d'euros de résultat opérationnel courant

Le groupe Casino a annoncé ce samedi avoir conclu des promesses en vue de la cession de six hypermarchés à des adhérents Leclerc, pour une valorisation des murs et fonds totale de 100,5 millions d'euros. Ces hypermarchés sont situés dans les communes de Castelnaudary (11), Saint Grégoire (35), Dole (39) Cholet (49), Anglet (64) et Castres (81). Ils avaient fait "l'objet de marques d'intérêt de la part du Groupement E. Leclerc dès l'annonce, par le groupe Casino, de sa volonté de se séparer d'un certain nombre de magasins (hypermarchés, supermarchés, Leader Price) structurellement déficitaires". Les accords prévoient la poursuite des contrats de travail des personnels de ces magasins conformément aux règles légales.

La réalisation des cessions est attendue au premier semestre de cette année, sous réserve de la consultation préalable des instances représentatives du personnel, qui ont été réunies ce vendredi 18 janvier, et de la réalisation des conditions suspensives usuelles. Le groupe Casino a précisé que "ces cessions d'hypermarchés sont distinctes du plan de cession d'actifs non stratégiques annoncé le 11 juin 2018".

Des hyper les moins performants

Selon Casino, "ces magasins figurent parmi les moins performants du parc". Ils ont représenté un chiffre d'affaires hors taxe d'environ 150 millions d'euros en 2018 et généré une perte totale d'environ 8 millions d'euros de résultat opérationnel courant. La réduction de ces pertes contribuera à l'objectif de croissance du résultat opérationnel courant de l'activité Retail de Casino en France. Le groupe de distribution a dégagé un chiffre d'affaires en 2018 en repli de 2,4% à 36,6 milliards d'euros.

2018 "est une année où les efforts de transformation et de repositionnement, qui ont été menés lors des trois années précédentes, portent leurs fruits", a expliqué jeudi lors de la présentation le directeur financier du groupe, David Lubek. "La tendance de fond se poursuit et elle est fondée sur la pertinence de notre modèle", a-t-il estimé. Ceci "est le résultat d'un travail de repositionnement de toutes les enseignes pour les adapter aux besoins de nos clients en se concentrant sur les meilleurs formats et les meilleures géographies".

En France, "on a la meilleure année depuis cinq ans, en croissance (+1,4%), malgré le mouvement des +gilets jaunes+ au quatrième trimestre, avec une croissance à magasins comparables de 1,3% sur l'année et un volume d'affaires total, qui inclut le e-commerce, à +2,8%", a précisé David Lubek. Les ventes dans l'Hexagone ont affiché au quatrième trimestre également une croissance de 1,4%, après 2% sur les trois précédents, ce qui fait dire à Casino que, malgré le contexte social, "les enseignes du groupe ont montré une bonne résistance".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2019 à 10:03 :
Je ne connais aucun de ces magasins, ni aucune des zones de chalandise concernée, mais vendre à un concurrent des magasins déficitaires, c'est un aveu d'échec ....
Imaginez-vous que des adhérents Leclerc (des entrepreneurs individuels qui disposent de 2 ou 3 hypers au maximum) vont acheter ces fonds de commerce pour perdre de l'argent ? Non, bien sûr. S'ils les achètent, c'est que c'est une denrée rare en ces temps de CDAC et qu'ils comptent bien gagner leur vie en changeant quelque peu la manière de faire du commerce et de proposer des prix moins cher .
C'est terrible pour Casino et son management, et cela n'augure rien de bon pour l'avenir du groupe ...
a écrit le 20/01/2019 à 8:37 :
ce n'est la conccurence qui doit porter la responsabilite mais bien les dirigeants de casino
qui n'ont visiblement rien compris aux commerce
qui comme d'autre dans un passe porche devant le refus des clients d'achetez
leur produits invectivez les dit clients qu'il n'avais rien compris
( r 14 et le poire +vels satis) comme si la nullite ne pouvez pas toucher les elites
a écrit le 19/01/2019 à 13:21 :
Cela veut dire que sur la région Rennes, il ne restera plus que Carrefour avec deux hypers, Leclerc avec trois Hypers et Cora sur Pacé.... Bonjour l'entente sur les prix et la concurrence. Pourquoi pas un groupe européen? Globus? Colryut? Delhaize? ou Real? Cela ne va pas favoriser les prix car hormis ces deux enseignes, il n'y a rien...
Réponse de le 19/01/2019 à 15:53 :
Je ne comprend absolument pas votre intervention :
D'une part, il vous appartient de privilégier le petit commerce local, d'autre part vous ne pouvez reprocher à casino de se retirer de commerces qu'il n'arrive pas à rentabiliser : les entreprises ne sont pas des oeuvres sociales et philanthropes...
Réponse de le 20/01/2019 à 6:24 :
Le coût d’entrée sur un nouveau marché (déjà très concurrencé et sans réelles perspectives de croissance) comme la France serait trop onéreux pour les concurrents que vous citez.
a écrit le 19/01/2019 à 10:36 :
Si Leclerc reprend ces magasins c'est qu'il s'estime capable de les rendre rentables. S'il y parvient, c'est plutôt inquiétant pour la qualité de la gestion du groupe Casino. Ce qui expliquerait sa faible valorisation boursière.
a écrit le 19/01/2019 à 10:19 :
Si ces magasins avaient un Lecle** pas loin, ça s'explique, leur faible 'rendement'. :-)
La concurrence ça joue, entre le GeantCas** de Montargis, proche de concurrents (dont Lecl**) et celui d'ici, isolé, il y avait, pour les quelques produits que j'achète, 10-15cts de moins sauf pour ce qui ne se mange pas, c'était aligné. Anecdotique car vu en allant voir mes parents (550km de route). Depuis il y avait eu une révision des prix pour essayer d'attirer plus de clients, Casin* étant réputé cher (= qualité ? Pas obligatoirement).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :