Élection du Medef : Roux de Bézieux vire en tête dans la dernière ligne droite

 |   |  410  mots
Geoffroy Roux de Bézieux.
Geoffroy Roux de Bézieux. (Crédits : DR)
Le Conseil exécutif du Medef s'est réuni lundi 11 juin 2018 pour exprimer l'avis qu'il transmettra à l'Assemblée générale sur les candidats à la succession de Pierre Gattaz à la présidence du Medef. De ce vote à bulletin secret qui concernait 45 votants, il ressort une nette préférence pour le candidat Geoffroy Roux de Bézieux, qui devance largement Alexandre Saubot, son concurrent le plus menaçant. Mais une surprise le 3 juillet est toujours possible.

Geoffroy Roux de Bézieux, candidat à la présidence du Medef, a recueilli lundi 22 voix au conseil exécutif de la principale organisation patronale française, contre 16 voix à Alexandre Saubot.

Patrick Martin a pour sa part recueilli 5 voix et Olivier Klotz une seule, a annoncé à l'issue du vote la secrétaire générale du Medef, Carole Ozenne.

Un vote purement consultatif

Ce vote est toutefois purement consultatif: le successeur de Pierre Gattaz sera élu le 3 juillet par les 556 membres votants de l'Assemblée générale de l'organisation.

A l'issue du vote, M. Roux de Bézieux a souligné devant des journalistes qu'une "claire majorité" se dégageait, affirmant que c'était le "plus haut score atteint pour un candidat au conseil exécutif".

Il a lancé "un appel au rassemblement" à l'adresse de ses concurrents et rappelé que selon lui, le sujet essentiel était "la transformation des entreprises", qu'elle soit "numérique" ou "énergétique".

Alexandre Saubot reste très confiant pour l'élection du 3 juillet

Son concurrent Alexandre Saubot a pour sa part affirmé ne pas être déçu "du tout", jugeant que le vote du conseil exécutif n'avait "aucun effet" sur le résultat final de l'élection du 3 juillet. Le patron du groupe industriel Haulotte a indiqué qu'il continuerait à faire campagne, semblant refermer la porte dans l'immédiat à un ralliement à M. Roux de Bézieux.

"Ma candidature a reçu un assez large soutien dans des fédérations importantes, je vais continuer à travailler autour du rassemblement", a-t-il déclaré.

Pour mémoire, si ce vote consultatif du conseil exécutif donne une idée de la tendance du vote, l'élection à la tête du Medef n'est pas à l'abri d'une surprise. Déjà en 2003, Geoffroy Roux de Bézieux avait devancé -mais d'une voix seulement- Pierre Gattaz dans ce vote du conseil exécutif, et avait perdu ensuite dans le vote effectif de l'Assemblée générale du Medef composée de grands élus représentant les fédérations.

Patrick Martin réfléchit à rejoindre l'un ou l'autre des candidats

Patrick Martin, président du Medef Auvergne-Rhône Alpes, a jugé pour sa part que ce score "relativisait les ambitions réellement réformatrices du conseil exécutif" du Medef.

Il a indiqué qu'il allait "faire le point" avec ses soutiens pour voir "quelles conséquences" tirer de ce vote, évoquant la possibilité de "rejoindre" l'un ou l'autre des candidats.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2018 à 7:42 :
Très intelligent, gros travailleur.
a écrit le 11/06/2018 à 20:48 :
MEDEF était censé dédiaboliser CNPF.

Un sigle n'a plus de sens, suggestion : " FRANCE ENTREPRISES "
a écrit le 11/06/2018 à 20:28 :
de bézieux serait plus proche de macron, que les autres, peut-être je me trompe mais l'ayant entendu donner un commentaire sur jupiter je trouvais qu'il était sensible aux choix de notre dieu, vous me direz MEDEF et macron, même idéologie.
a écrit le 11/06/2018 à 17:15 :
Un nom difficile à porter mais une bonne tête.

Enfin ça devrait pas être la révolution encore cette fois au MEDEF hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :