« Le Medef doit se réinventer, sinon il va mourir » Frédéric Motte

 |   |  2340  mots
(Crédits : Crédit Victor Mahieu)
A la tête de Cèdres Industries, un groupe familial de sous-traitance industrielle qu'il a racheté avec un associé (400 salariés sur 16 sites), le Nordiste Frédéric Motte est l'un des neuf candidats aux prochaines élections du Medef. Président du syndicat patronal dans les Hauts-de-France, il est bien décidé lui aussi à réformer le Medef. Entretien autour des trois piliers de son programme qu'il vient de présenter : rassembler, transformer, engager.

LA TRIBUNE - Dépôt des candidatures le 3 mai, êtes-vous toujours sûr de vouloir y aller ?

FRÉDÉRIC MOTTE - Je ne vais pas reculer, je vais même aller jusqu'au bout ! Je crois dur comme fer à mon positionnement. C'est vrai que, sur le papier, certains candidats sont peut-être plus connus médiatiquement, mais je pense qu'un élément de différenciation me semble important dans ma candidature : si on veut réhabiliter l'entreprise, l'entrepreneur et le Medef - soyons réaliste, nous ne bénéficions pas d'une bonne image -, il faut absolument que les chefs d'entreprise puissent s'identifier dans le président du Medef.

Élire à ce poste un dirigeant d'une très grosse boîte, ça ne va pas le faire, je pense. Premièrement, parce que ce n'est plus dans l'air du temps. Nous l'avons vu avec les dernières élections présidentielles, qui sont allées à contre-courant des habitudes : Emmanuel Macron est un jeune, sans parti politique, qui n'avait pas labouré la France de haut en bas comme ses prédécesseurs... Il a mis en place une démarche plus « bottom up » avec ses réseaux et non plus « top down », confiée par le parti d'en haut.
Cette tendance est en train de fondamentalement transformer la société, que ce soit via les réseaux sociaux qui permettent à chacun de diffuser des informations, que ce soit sur l'aspiration du citoyen à vouloir participer, d'être associé à l'action collective.

C'est pour ça que je crois à ma candidature. Je suis un entrepreneur de terrain, employant plusieurs centaines de salariés. Je suis un vrai créateur car je n'ai pas hérité de Cèdres Industries, j'ai racheté cette entreprise pour la développer. Comment aborder les questions de réforme de la formation professionnelle quand vous n'avez pas vous-même de salariés ? Je veux être le candidat du rassemblement, je ne suis pas le candidat des territoires ou d'une branche.

Les cartes de cette élection sont-elles déjà distribuées à votre avis ?

Non, ce n'est pas déjà joué. Néanmoins, il faut être réaliste : le mode électoral au Medef a plutôt tendance à favoriser une démarche « top down ». Mon challenge est aujourd'hui à la fois d'aller convaincre le « top » mais aussi de présenter ma démarche au « down ». Nous menons une campagne par ces deux bouts. J'enchaîne un nombre absolument délirants de rendez-vous parisiens, pour aller voir tous les grands acteurs de l'écosystème économique, social, paritaire, public, etc. Je suis au minimum trois jours par semaine à Paris, j'enchaîne six à sept rendez-vous par jour pour aller voir les présidents des branches professionnelles, les grands acteurs économiques, la haute fonction publique, les syndicats, etc. Je les écoute d'abord, et je me présente aussi. Incontestablement, je sens que mon discours a un réel écho. C'est ce qui me motive à ne surtout pas baisser le rythme. Je ne regrette pas d'être parti tôt, dès décembre dernier, dans cette campagne.

Maintenant, il faut être honnête : notre monde patronal n'est pas un monde de militants. Tout se joue plutôt en off et à fleuret moucheté. Dans un premier temps, ceux qui vont voter, ce sont les 45 du conseil exécutif. Pour l'instant, personne ne se prononce : d'abord, parce que tout le monde n'a pas sorti son programme, ensuite, parce que tout le monde va logiquement se rallier au vainqueur potentiel en dernière minute. Je suis peut-être un peu moins connu que les deux principaux challengers, mais je souhaite mener ma campagne du mieux que je peux, en montant ma capacité à porter la transformation du Medef. Je crois résolument à mes chances.

Mon challenge, c'est que la bascule se fasse avant le 11 juin, date où le conseil exécutif va voter à titre consultatif. Il faut donc que d'ici là, toutes les personnes qui ont acquiescé à mon projet et à mon profil, osent se mouiller pour me soutenir. Je suis à la fois très serein car ma famille et mon entreprise vont bien (nous discutons actuellement de croissance externe). Je connais bien le Medef. Je possède un bon ressenti des aspirations des chefs d'entreprise.

Alors, justement, quels sont les grands axes de votre programme ?

Le premier challenge, c'est rassembler. Nous devons nous rassembler en interne pour nous transformer.  Au Medef, nous avons trop de querelles autour des branches ou des territoires. Mon entreprise en est le parfait exemple : certaines unités sont dans le service, d'autres dans l'industrie, bref mon activité est transversale.

Nous devons également nous rassembler en externe, avec tous les acteurs du territoire. C'est ce qu'on fait déjà dans les Hauts-de-France : je mets en avant les rassemblements déjà opéré dans la région, quand j'étais maire de ma commune, quand j'étais président du CESER (conseil économique et social régional) et actuellement au sein du Medef Hauts-de-France.

J'ai réuni récemment entre 80 à 100 acteurs du territoire : syndicalistes, élus, anciens élus, fonctionnaires, universitaires, chefs de petites ou grandes entreprises, de coopératives, etc. Tout le monde était même un peu bluffé car il y avait vraiment des personnes de tous les horizons, ce n'était pas qu'une réunion entre quelques patrons.
Tous sont venus à titre privé pour réfléchir avec moi à un certains enjeux dans le cadre de cette élection : conforter certains aspects, en infirmer d'autres, livrer leurs conseils, etc. en France. L'exercice a été très formateur, très enrichissant pour eux comme pour moi. Je réfléchis à faire la même chose à Paris et ailleurs en France.

Le deuxième challenge, c'est transformer. Notamment les corps intermédiaires, qu'ils soient patronaux, salariés ou syndicaux. Nous devons nous réinventer, comme les partis politiques : on n'y échappera pas. Nous devons donc nous poser la question de notre utilité, de notre valeur ajoutée, de nos missions et de l'organisation qui va en découler.

Le troisième challenge, c'est s'engager. Je crois beaucoup au militantisme patronal : nous devons être des acteurs engagés dans le territoire, nous devons faire venir à nous de nouveaux chefs d'entreprises (et notamment des jeunes, des femmes, issu de toutes les diversités). Pour moi, en tant que citoyen engagé, l'entreprise est une partie prenante du territoire. Ce qui crée de l'emploi et de la richesse, c'est l'entreprise. L'Etat s'occupe ensuite de la solidarité mais l'un n'existe pas sans l'autre. Et je crois que tout le monde l'a bien compris.

Au sein des entreprises, la diversité est une source d'enrichissement. J'ai deux exemples en tête. Mon usine de Lens emploie une femme dans l'atelier, ça change tout : dans l'état d'esprit, dans la fierté des gens, dans le rapport au travail, etc. Sur le site de Dunkerque, où nous avons beaucoup de personnel ouvrier avec une vision assez dure des rapports humains, nous avons embauché momentanément deux migrants, avec le concours d'une association. Je n'ai pas la prétention de révolutionner le monde mais si chacun apporte sa petite pierre, nous réussirons à faire bouger les lignes.

Et quel est pour vous l'axe le plus important de votre programme ?

Dans mon programme, les quatre angles me semblent importants. Mais j'attache une attention toute particulière à la mission de l'entreprise : je crois résolument en l'économie de marché et dans le capitalisme car il stimule l'esprit d'entreprendre, l'innovation, la concurrence saine - dans la mesure où elle est bien encadrée. Pour autant, nos projets d'entreprise doivent aussi apporter du sens, du lien, des valeurs : promouvoir la responsabilité sociale et sociétale des dirigeants me semble extrêmement important. Notamment dans le cadre de l'égalité hommes-femmes : plutôt que de pointer du doigt les mauvais (name and shame), je préfère la valorisation des bonnes pratiques (name and praise). Dans le rapport Notat-Senard sur "Entreprise et intérêt général", plutôt que de faire évoluer l'objet social de l'entreprise, je préconise de faire confiance aux chefs d'entreprises : ne pas modifier le code du travail mais ajouter un petit bout de phrase pour offrir la possibilité juridique à celui qui le souhaite d'aller plus loin. Les entreprises ont déjà bien assez à faire avec les règles et les contraintes.

Le vrai défi des quelques années à venir ne sera, à mon sens, ni la fiscalité locale, ni la réglementation mais les ressources humaines : comment capter les talents ? Et surtout comment les garder et les faire évoluer ensuite ? Le rapport de force patron-employé est en train de s'inverser, à l'exemple de la Belgique : quand il y a 13% de chômage, les salariés ont intérêt à rester là où ils sont mais, aujourd'hui, avec la reprise de la croissance, les entreprises ont bien du mal à recruter. Le patron qui néglige la qualité de vie au travail et le sens donné au projet de l'entreprise voit ses recrues aller à la concurrence. Le projet de l'entreprise est fondamental pour donner du sens à l'action.

Comment définissez-vous aujourd'hui les missions du Medef ?

Un certain nombre de candidats à la présidence du Medef sont d'accord sur le fait qu'il faille réconcilier les Français avec l'entreprise. Il faudrait idéalement aussi les réconcilier avec l'entrepreneur et avec le Medef. Si notre syndicat n'a aucun pouvoir sur le chef d'entreprise, il peut afficher une vision, pour promouvoir notamment les pratiques de responsabilité sociétale et environnementale. Rien que de tenir un discours pro-RSE nous engage déjà un peu. Le rôle du Medef serait alors de savoir accompagner le dirigeant sur ces questions. Il a également une mission de paritarisme. Je crois résolument en l'utilité de du paritarisme, qui permet de représenter les salariés et les patrons : nous avons une place à prendre au sein des corps intermédiaires mais il faut moderniser ce « paritarisme » et revenir à nos fondamentaux.

Pour moi, le paritarisme revient à gérer l'argent de nos entreprises : il est donc logique de s'en occuper.  Le 1% logement ou l'Agirc-Arrco pour la retraite complémentaire des salariés du secteur privé, sont deux exemples vertueux qui atteste que le paritarisme sait se prendre en main, assumer ses responsabilités et sait se réorganiser.

Par contre, je me pose des questions sur les Caisses d'allocation familiales. Les fonds proviennent de la CSG ou d'autres impôts donc c'est devenu la solidarité nationale : quelle est notre légitimité à gérer une prestation qui concerne tous les Français ? Les patrons deviennent parfois les faire-valoir et/ou les complices quand ça ne va pas. Même questionnement concernant l'Unedic : le paritarisme pourrait être vicié par l'intervention de l'Etat, qui garantit la dette mais fixe un certain nombre d'objectifs. Qui gère vraiment du coup ? Pendant sa campagne, Emmanuel Macron voulait nationaliser l'Unedic : nous pensons au contraire que le Medef gèrerait mieux le fonds. Il faudra repréciser toutes nos missions dans ces structures de sécurité sociale, de CAF, etc. Réinterrogeons-nous donc sur l'essence du paritarisme et l'intérêt pour le patronat.

Et le rôle du Medef auprès des patrons ?

J'allais y venir. Le syndicat patronal est une formidable machine, représentant tous les types d'entreprises. Nous avons un spectre couvrant toutes les catégories : c'est à la fois toute la richesse et c'est toute la difficulté de l'exercice. Gardons à l'esprit que les grandes entreprises irriguent les territoires. Si mon entreprise s'est modernisée et s'est challengée sur la qualité entre autres, c'est parce qu'un de nos grands donneurs d'ordre nous y a encouragé.

Là où j'ai une inquiétude, c'est que l'économie évolue de plus en plus vite, avec un consommateur toujours plus exigeant : un certain nombre d'entreprises ne se sont pas encore adaptées. Les sondages indiquent que plus de 80 % des entreprises n'ont pas encore commencé à appréhender les enjeux du numérique. Le Medef a un vrai rôle pour accompagner les entreprises. Il peut aussi faire comprendre au législateur que les entreprises ne sont pas toutes identiques. Une entreprise du CAC 40 n'a pas la même activité qu'un camping sur la Côte ou qu'une PME d'Ardèche. Comment en arrive-t-on à définir les critères qui permettront à ces PME à grandir et à se transformer ? Sans avoir à passer des journées à remplir des tas de papiers et d'obligations ?

Alors bien sûr, si vous faites des spécificités pour les plus petites entreprises, vous créez un effet de seuil. Nous nous battrons toujours sur cet « abominable effet de seuil », par exemple celui des 50 salariés : il faudrait alors remonter ces seuils bien plus hauts, à 250 salariés plutôt qu'à 50. La loi Pacte de Bruno Lemaire devrait faire bouger les choses en ce sens. L'Etat en est conscient.

Dans vos propos, on comprend que le Medef n'est plus à l'image des entreprises...

Le Medef doit se réinventer sinon il va mourir. Nous devons adopter  une logique de retour sur investissement : le Medef doit d'abord apporter des services mais avec cette dimension de militantisme, pour aller porter la parole de l'entreprise dans tous les mandats que le syndicat gère (URSSAF, Prud'hommes, Chambre de commerce, etc.). Les patrons ne sont en effet pas obligés d'adhérer au Medef. A nous de les convaincre ! A Lille, cette méthode mêlée de services et de militantisme fonctionne très bien. Le problème numéro 1 du chef d'entreprise, c'est d'avoir à prendre les décisions tout seul. Au Medef, vous allez rencontrer d'autres acteurs, vous faire accompagner et vous faire du réseau. Lors de notre dernière université d'été, nous avons accueilli 40% de nouveaux participants. Mais pour être militant, je reviens à mon propos du début : le Medef doit être à l'image des entrepreneurs. On en revient à mes propos du début : il faut absolument que les chefs d'entreprise puissent s'identifier dans le président du Medef.

Propos recueillis par Gaëtane Deljurie, 
correspondante de La Tribune pour la région Hauts-de-France

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2018 à 18:21 :
puisque c'est Macron qui est de facto le meilleur VRP du MEDEF.

Il applique le programme de Denis Kessler, idéologue et ex-président du MEDEF.

"Le modèle français est le pur produit du CNR. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer et le gouvernement s’y emploie… Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945 et de défaire méthodiquement le programme du CNR… renforcé par le programme commun en 1981, à contre sens de l’histoire…"

Concrètement ça a des conséquences.
- Détruire le paritarisme syndical dans tous les domaines (gestion des retraites, du chômage, des conventions collectives). L'Etat macronien doit reprendre en main directement la démocratie économique et sociale.
- Casser la sécurité sociale universelle au profit des organismes privés
- Museler la presse, l’empêcher de s'impliquer dans les affaires publiques et économiques.
- Privatisation de tout ce qu'il est possible de vendre.
- Disparition du statut de la fonction publique.

C'est l'essence du macronisme. Le MEDEF qui en rève depuis la libération, ne peut plus qu’applaudir, autant dire qu'il ne sert plus à rien en tant qu'instance syndicale.
a écrit le 08/04/2018 à 15:48 :
Même si ce candidat a l'air débordant de bonne volonté et semble progressiste, on peut malgré tout avoir des doutes sur ses chances d’être élu. Jai failli utiliser le terme évolutionniste mais on a théoriquement passé ce cap, cela semble néanmoins être un sujet intéressant du point de vue des théories économiques, entre orthodoxie, dynamique économique, compétences, évolution technologique… même si ça à l’air compliqué : https://www.cairn.info/revue-economique-2003-2-page-329.htm.

On a tout de même eu droit à Laurence Parisot qui s’est montrée très ouverte d’esprit.
D’ailleurs si le Medef caricatural du "ce qui est pris n’est plus à prendre" avait montré l’exemple, peut être n'aurions nous pas en face des réformes actuelles des syndicats méfiants et bloqués sur "ce qu'on a obtenu, il faut à tout prix le conserver". Ou pire, des populismes de tous ordres qui risquent à terme de coûter plus cher que quelques misérables concessions sur un meilleur partage des profits.
Sur l’aspect social et assurantiel, peut être que ce n’est pas aux entreprise de couvrir les risques et d’assurer les prestations, mais d’un autre côté qui paye pour les maladies professionnelles, pour les dépollutions de sites, pour soutenir les secteurs économiques en difficulté, pour relancer la croissance par l’offre, par la demande ou par le simple attentisme cyclique. A ce propos, à qui doit-on attribuer les profits record des groupes du CAC40 (https://www.latribune.fr/bourse/les-profits-du-cac-40-ont-bondi-de-26-5-a-pres-de-100-milliards-du-jamais-vu-depuis-2007-771166.html) aux seules stratégies des dirigeants, aux actionnaires, aux salariés, aux politiques, à la conjoncture ?
Le prochain chantier sera celui de l'intéressement et de la participation des salariés aux profits des entreprises. On verra si le Medef se montre ouvert aux réformes, bien-que dans ce cas je crois que c’est la CPME qui hésite.
a écrit le 07/04/2018 à 13:53 :
LE CAPITALIME VEUT LE BEURRE ET L ARGENT DU BEURRE ET ACCUSE TOUJOURS LES TEXTES EN VIGUEUR POUR DIRE QUE TOUS VAS MAL A CAUSSE DE CELA AUX LIEUX D ALLEZ DE L AVENT AVEC LE NUMERIQUE .LA ROBOTIQUE .LINELLIGENCE ARTICIEL LA FORMATION DE CADRES ET D OUVRIERS COMPETANT? ILS VEULENT QUE TOUS LEURS SOIT FOURNIE SUR UN PLATEAU. / IL Y A UN ADAGE FRANCAIS QUI DIT QUAND TU VEUX TU PEUT OU AIDE TOI ET LE CIEL T AIDERAS???/ NELSON MANDELA ///CELA SENBLE IMPOSSIBLE JUSQUA CE QU ON LE FASSE///
Réponse de le 09/04/2018 à 18:57 :
VOUS PARLER/ ECRIRE FRANCAIS ?
a écrit le 07/04/2018 à 12:03 :
"Emmanuel Macron est un jeune, sans parti politique, qui n'avait pas labouré la France de haut en bas comme ses prédécesseurs... "

Il est surtout très inquiétant de constater que nos candidats du MEDEF sont tous des adorateurs du mac qui est un adorateur des actionnaires milliardaires.

C'est pas avec des institutions d'adorateurs et autres fanatiques que l'on va remettre en marche l'économie qui meure sous le poids des suiviste sen tout genre au nom de leurs seuls intérêts.

Les légendes, dont celle du mac sauveur du pays, sont faites pour ceux qui croient aux histoires pas pour ceux ancrés dans la réalité.

On veut des gars qui en ont pas des Golum, merci.

Les thuriféraires dehors !
a écrit le 07/04/2018 à 11:10 :
Cela serait une bonne chose que le Medef disparaisse car Gattaz a donné une image déplorable des chef d'entreprises toujours à pleurnicher et à réclamer au lieu d'innover et de se projeter dans l'avenir ....toutes ces baronnies n'ont plus leur place dans notre pays !!
Réponse de le 07/04/2018 à 13:14 :
Vous pensez que cette mafia va lacher le morceau, comme ca, sans se debattre ?
Savez- vous ce qu'encaisse cette firme chaque annee?
Ne revez pas.
Le merdef est la encore pour longtemps et ce Mr Motte ne sera pas challenger. Dommage car son projet est meritoire.
La messe est deja dite en coulisse.
La France est une grande baronnie avec ses corps et ses serfs.
Cordialement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :