Les actionnaires de PSA ratifient l'entrée de l'Etat et de Dongfeng

 |   |  539  mots
La Peugeot Exalt au dernier salon de Pékin
La Peugeot Exalt au dernier salon de Pékin (Crédits : DR)
L'assemblée générale des actionnaires de PSA a ratifié ce vendredi à plus de 98% les résolutions permettant l'augmentation de capital de 3 milliards d'euros. L'Etat et le groupe public chinois Dongfeng seront actionnaires de référence, à parité avec la famille Peugeot.

La dernière étape est franchie pour PSA Peugeot Citroën. L'assemblée générale des actionnaires a ratifié ce vendredi l'augmentation de capital de 3 milliards d'euros, qui permettra l'arrivée de l'Etat français et du groupe public chinois Dongfeng. Au terme d'un peu plus de trois heures d'une assemblée tumultueuse - des petits actionnaires ayant provoqué quelques remous -, les résolutions nécessaires à l'opération ont été adoptées à plus de 98%.

L'augmentation de capital tant attendue sera lancée dans la foulée, la semaine prochaine. La première tranche de 1,048 milliard d'euros sera réservée à l'Etat français et au groupe national chinois. Le prix sera de 7,50 euros par action. La seconde portera sur un montant de 1,95 milliard et sera ouverte à l'ensemble des actionnaires du groupe, Dongfeng et l'Etat compris. Le prix ne sera fixé qu'en début de semaine prochaine.

Arrivée de l'Etat et Dongfeng

L'Etat et Dongfeng détiendront chacun 14% du groupe, au terme des accords finalisés le 26 mars dernier.  La famille fondatrice Peugeot - aujourd'hui actionnaire à hauteur de 25,4% du capital et 38,1% des droits de vote - doit redescendre elle-même à parité avec l'Etat et le  consortium public chinois.

Avec beaucoup d'émotion, Thierry Peugeot, président du conseil de surveillance pour quelques jours encore, a d'ailleurs réaffirmé le poids que jouera  encore l'actionnaire historique du groupe. "L'attachement, l'amour de la famille Peugeot pour ce groupe et ses collaborateurs, ses valeurs, resteront présents et intacts", a-t-il déclaré, déclenchant une salve d'applaudissements au sein de l'assemblée. La famille "continuera à assurer le développement, la croissance, la mondialisation du groupe PSA". Il a rappelé que, "en 200 ans d'histoire, ce n'est pas la première bataille que nous devons livrer et gagner".

Louis Gallois, gomme de confiance de l'Etat

Cette augmentation de capital pourrait par la suite être portée à 3,8 milliards courant mai à travers le jeu des bons de souscription d'actions. La composition du conseil de surveillance est revue  Louis Gallois, homme de confiance de l'Etat actionnaire, remplacera en effet Thierry Peugeot à sa tête. Une vraie révolution au sein du groupe. Le constructeur chinois sera représenté au conseil par son propre président, Xu Ping, et son directeur général adjoint Liu Weidong.

L'augmentation de capital et les changements au sein du conseil de surveillance parachèveront le grand chamboulement du groupe automobile tricolore, qui vient de porter à la tête de son directoire Carlos Tavares, l'ex-bras droit de Carlos Ghosn chez Renault.

"Une véritable culture du résultat"

Si les conditions sont réunies pour la relance de la firme automobile française, celle-ci sera longue et périlleuse. Le nouveau patron opérationnel de PSA  Peugeot Citroën a martelé une nouvelle fois ce vendredi les grandes lignes de son plan "Back in the race" (de retour dans la course), qui doit permettre au constructeur en crise, lequel a cumulé plus de 7 milliards d'euros de pertes en 2012 et 2013, de dégager un flux de trésorerie opérationnel... "au plus tard d'ici à 2016". Le groupe français vise officiellement une "marge opérationnelle de 2%"  pour sa division automobile... "à l'horizon 2018", avec un "objectif de 5% lors du prochain plan à moyen terme, 2019-2023".

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/04/2014 à 18:24 :
PSA avait bien d'autres solutions pour s'allier en Chine. La demande chinoise concernant Dongfeng en fait une opération "gouvernementale". Reste aux chinois à annoncer que leur marque PSA en partie nationale sera désormais la marque exclusive (ou avec VW qui l'est actuellement) pour 50 ans de l'administration chinoise, de loin le plus gros acheteurs d'automobiles. Quel délai pour cette annonce ? 6 mois, 1 an ? Les chinois ont dans un premier temps échangé des avantages contre de la technologie en cassant le cartel des constructeurs de l'automobile en faveur de VW. Dans un second, ils comprennent qu'ils ne peuvent avantager ce constructeur sauf à s'autodétruire. L'opération PSA est destinée à ça. En France, nous avons l'habitude de considérer les chinois comme des étrangers plus que d'autres mais ceux qui tiennent ces propos achètent des voitures américaines ou allemandes comme si elles étaient "amies"! Certes nous évoluons dans une logique de soft-power mais l'on peut s'étonner d'une telle naïveté.
a écrit le 25/04/2014 à 22:29 :
"Louis Gallois, gomme de confiance de l'Etat", certes, mais pour effacer quoi?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :