Airbus : l'Allemagne en veut toujours plus. Jusqu'où ira-t-elle ?

 |   |  259  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Alors que Berlin revendique de nouvelles activités sur son sol, l'Allemagne détient déjà la clé de répartition industrielle la plus importante. Elle s'est élevée, selon nos informations, à 39,4 % en 2011.

Toujours plus... L'Allemagne en veut toujours plus. Jusqu'où ira-t-elle ? Selon le quotidien allemand "Handelsblatt", le gouvernement allemand a suspendu le versement d'une avance remboursable de 600 millions d'euros pour le développement de l'A350. Berlin proteste contre le non-respect par Airbus d'un accord sur la localisation outre-Rhin d'activités de la production de l'A350. Berlin avait exprimé en mars le souhait qu'Airbus accroisse la part de sa production assurée en Allemagne et que la direction du groupe d'aéronautique soit composée à part égale d'Allemands et de Français, ce qui avait conduit le groupe à dénoncer les tentatives d'influence politique sur sa gestion.

L'Allemagne détenait 39,4 % de la production d'Airbus en 2011

Mais que représente la part industrielle de l'Allemagne dans Airbus ? Les sites allemands en détiennent déjà la plus grosse part. Et ce depuis des années. Basée sur les coûts réels, la clé de répartition industrielle de l'Allemagne s'est élevée, selon nos informations, à 39,4 % en 2011. En baisse par rapport à 2010 (39,8 %) et 2009 (40 %). Sans surprise, la France arrive en deuxième position avec 36,9 %, en très légère hausse par rapport à 2010 (36,8 %). Puis viennent le Royaume-Uni (18,8 %) et l'Espagne (4,9 %).

20.205 salariés d'Airbus en Allemagne

En termes d'effectifs, sur les 68.810 salariés d'Airbus en équivalent temps plein fin 2011, l'avionneur emploie (hors Airbus Military : 4.606) 20.205 salariés en Allemagne, 17.168 en France, 9.629 en Grande-Bretagne et 3.052 en Espagne. Seul bémol à cette répartition, le siège social d'Airbus (central entity) emploie à Toulouse 6.244 personnes de toutes les nationalités. Enfin, Airbus Allemagne disposait fin 2011 de 881 apprentis (contre 325 en France).
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/10/2016 à 13:44 :
Comment voulez-vous que les Français soient fière de leur Pays..qui cède , devant l'offenvive allemande pour se donner, à peu de frais, une industrie aéronautique qui, dans peu de temps, en imposera des avions made-germanie..
Ce pays exige tout, plus d'Europe.., au détriment de qui ?!?!, de ce qui reste de la France..couchée..mais à quels dessins?? Regarder l'histoire..de ces qqs dernières décennies ..
Même nos Armées vont êtres équipées ( en remplacement du FAMAS) d'un fusil..allemand dont d'ailleurs, l'armée de ce pays ne va plus se doter,,,
Il est vrai qu'actuellement , notre énergie?! Est totalement tournée vers le bien vivre ensemble ..pour l'instant..
Qu'avons nous fait pour être devenue en qqs années, la serpillière de l'Europe ..voir plus largement du Monde..
Mais attention, demain nous aurons le Hollande de la droite, AJ, pour continuer cette édifiante politique..
a écrit le 21/06/2016 à 21:22 :
Fin du fleuron francais : Airbus, EADS bientôt Aerospatial.
Quand allons nous nous rendre compte que la compétition existe entre membre de notre "belle" Europe ?
Il serait temps de se réveiller avant que l'ensemble des nos plus grandes entreprises passe gentillement sous contrôle allemand ou anglais. Une dépossession avec l'aval de nos chers politiques qui n'ont d'yeux que pour leur mandat !
A quand les chantiers STX, dernier grand bastion français, made in Germany ?
a écrit le 18/10/2012 à 10:14 :
La parité FRANCE/ALLEMAGNE a été acceptée dans EADS uniquement à cause de "l'europhilie" de français bien naïfs. Les allemands sont l'air de rien en train de "tenter" de se reconstruire une industrie "aéro" sur notre dos et nous bonnes poires on adoube. Ils sont déjà sur le point de tuer notre industrie auto grâce nos propres consommateurs de grosses berlines. Le nationalisme allemand a décidément la vie dure et la dent dure à l'égard de l'Europe.
Réponse de le 18/10/2012 à 15:14 :
A l?époque c?était surtout pour empêcher un rapprochement entre DASA et BAE.
Mais bon c'est toujours le même refrain: les pauvres français qui se font avoir par les méchants étrangers... C'est d'un ridicule. Sur d'autre dossier les français ont bien eu les Allemands. voir Sanofi, Alstom, Areva... Pour le malheur de l?Europe le nationalisme français est bien présent lui aussi.
Réponse de le 18/10/2012 à 17:05 :
D'accord pour Hoechst(à voir dans le détail!! mais en ce qui concerne Alsthom et Areva ? Le refus de se laisser racheter c'est du nationalisme ? Il faudrait aprofondir l'affaire EPR (Konvoi) pour voir si Areva ne s'est pas fait enfler par Siemens...
Réponse de le 18/10/2012 à 23:25 :
Cher PS, le nationalisme c'est l'avenir, l'avenir de la France est de défendre ses intérêts et non pas une chimère - l'Europe -
Réponse de le 19/10/2012 à 0:32 :
BAE avait déjà tourné le dos à DASA depuis longtemps... Mais Jean-Luc Lagardère a su jouer sur ce registre pour convaincre Jospin et Strauss-Kahn de faire le deal entre Aerospatiale-Matra et Dasa.
a écrit le 18/10/2012 à 10:03 :
Il convient aussi de se souvenir des emmerdements causés par le gouvernement allemand lors du découpage industriel concernant la constellation de satellite Galileo. Ils ont récupéré la part du lion. Depuis Mme Merkel, les allemands n'ont jamais autant été impérialistes avec les autres nations européennes ...
Réponse de le 19/10/2012 à 11:43 :
J'ajoutereai qu'ils n'en sont âs à lur coup d'essai;/ Transall avec rartition de charges en proprotrion des commandes intiales...réduite par les Allemand APRES répartition de charge, idem pour le NH 90, le Tigre et l'Eurofighter (ce coup là c'est sans nous ouf !!)
Réponse de le 19/10/2012 à 21:34 :
Cher Nicolas, vous oubliez le scandale de l'A400M, les Allemands ont failli tuer le programme et personne n'a rediscuté de la charge industrielle.... Bien joué les Teutons.
a écrit le 18/10/2012 à 7:18 :
J'ai quitté Airbus il y a quelques années et suis français. J'ai toujours travaillé en bonne intelligence avec mes collègues allemands. Ceci dit quand je pense que l'Aérospatiale, groupe public bradé par Jospin à des intérêts privés déficients (Lagardère...) , valait significativement plus en valeur et en expertise technologique que DASA, je suis écoeuré par les chiffres que vous annoncez. Qui défend les jobs français d'Airbus à Paris? La France me paraît inaudible. Dans un contexte où la France affiche 10% de chômage contre 6% en Allemagne, le mutisme des pouvoirs publics sur la mainmise croissante des allemands sur le top management (habilement dissimulée par la multiplication de rameurs français au sein du middle management) est HONTEUX. Nous sommes des losers.
a écrit le 18/10/2012 à 0:20 :
il serait temps qu'on arrête de coopérer avec eux ils sont chiants à force
a écrit le 17/10/2012 à 23:35 :
Que de germanophobie dans les commentaires. Il faut préciser que la subvention a été bloquée car justement EADS n'a pas tenu ces engagement vis a vis de l?état Allemand. Rappel: La subvention a été accordé en échange d'un développement d'une partie des activités de l A350 en Allemagne. Or il semble que cette promesse n'as pas été tenu et pire EADS a transféré des activités d'Allemagne vers Toulouse. Ils ne vont certainement pas versé 600 000 000? pour contribuer au développement des seuls sites français. Ca vous choque semble qu'il espèrent des retombées positives chez eux aussi? Mais a priori pour beaucoup de français il semble que la seule que l'Allemagne est droit de faire c'est payer et la boucler... C'est le vieux syndrome bien franchouillard du: l'Allemagne paiera.
Réponse de le 18/10/2012 à 7:11 :
Ils ont deja 40% de la repartition et "payent" la meme part que les francais qui n'en ont que 36% ! C'est quoi ces fayots toujours prets a donner les clefs de la baraque au plus puissant?
Réponse de le 18/10/2012 à 8:51 :
Au dernière nouvelle l'Allemagne n'est pas actionnaire d'EADS. Huereusemnt car si elle l'était elle serait ENCORE PLUS INTERVENTIONNISTE, ce qui n'est pas peu dire. Ayant travaillé chez EADS, il y a de nombreux allemands qui sont en France au titre de la juste répartition mais qui ne sont spécialistes de RIEN. Par contre ils sont payés comme des nabab, ont des Mercedes en tant que voiture de fonction ( pas des modèles A) et viennent se former. Les directeurs enragent de se voir imposer des incompétents. Pour rappel, une très grosses partie des problèmes de l' A380 provenaient des usines allemandes. Autrement dit, à l'image de Mme Merkel, ces allemands se considèrent en pays conquis. C'est sidérant. Je comprends Enders, qui pourtant Allemand veut diminuer au possible l'influence étatique allemande qui ne permet pas de travailler sereinement.
Réponse de le 18/10/2012 à 9:05 :
Cher PS, en l'occurrence à la création d'EADS, c'est bien la France qui a payé. Elle a donné la parité aux Allemands alors que DASA ne pesait vraiment pas par rapport à Aerospatiale-Matra. Alors oui, l'Allemagne doit être raisonnable et se souvenir qu'elle a acquis une position dans EADS qu'elle n'aurait jamais dû avoir.
Réponse de le 18/10/2012 à 9:55 :
Cher missiles, entièrement d'accord avec vous. Pour avoir vécu la création d'EADS et son développement, en interne, expérience similaire : DASA à la ramasse, l'Aerospatiale bradée, "deutsche qualität" pour l'A380, les ouvriers allemands et français en venant aux mains à Toulouse, les petites vexations quotidiennes (Mercedes de fonction, salaire, management germanique à sens unique...), l'intérêt de l'Allemagne toujours en arrière pensée pour toutes les décisions, quelques hochets pour nous et la France, brave fille, flattée mais quand même un peu cocue, a tout accepté, comme dans ces couples où l'un des deux se sacrifie pour ne pas faire d'histoire et garder l'autre à tout pris.
Réponse de le 18/10/2012 à 23:23 :
La germanophilie est la religion du parti de l'étranger.
Les Allemands sont des incompétents en aéronotique, que cela soit dit une bonne fois pour toute !
a écrit le 17/10/2012 à 23:28 :
Mais que fait notre Don Quichotte Montebourg?
a écrit le 17/10/2012 à 20:33 :
Dans toute entreprise "normale",l'actionnaire (ou les actionnaires) majoritaire (s) décident.
Or le gouvernement allemand n'est pas actionnaire d'EADS...
EADS n'est donc pas une entreprise "normale".
Quant aux grands principes du soit-disant libéralisme allemand, c'est comme aux USA: je suis libéral mais je contrôle tout! taxes aux frontières, règlementations spécifiques, etc.
a écrit le 17/10/2012 à 19:52 :
C'est basic.
Celui qui paie, commande.
Réponse de le 17/10/2012 à 21:59 :
Justement, ils ne sont pas actionnaires. Donc ils ne "paient" pas tant que cela puisqu'ils n'ont pas investi. Et il n'y a jamais eu "d'accord", seulement un "souhait" (royal) exprimé par l'Allemagne. Décidemment, elle devient aussi arrogante que la Chine dans sa sphère d'influence. Alors mieux vaudrait supprimer le Sénat français (qui ne sert à rien) et utiliser les sommes économisées à financer Airbus à la place de nos germains voisins qui deviennent encombrants. La réindustrialisation de la France, c'est ça.
a écrit le 17/10/2012 à 19:43 :
Ca va finir par une confrontation entre nos 2 pays, que nos voisins se calment et laissent l'entreprise se gérer ! Pour une fois que ce sont les Allemands qui sont trop vindicatifs alors que notre gouvernement est silencieux.
Réponse de le 17/10/2012 à 22:37 :
Sur le dossier Airbus, cela fait trente ans que les Allemands réclament, menacent, font du chantage, et que nos dirigeants rampent. Il est temps de dire non.
Réponse de le 17/10/2012 à 22:56 :
hollande tu en a dans le pantalon ou si tu en A C NON ALORS MONTRE LE
Réponse de le 19/10/2012 à 16:06 :
sans les allemands, Airbus n'existerait pas car las France ne pourrait pas à elle seule financer toute une industrie aéronautique ; dire que les allemands ne valent rien ? où est la machine outil française , où sont les peugeot renault en chine alors que les allemands sont bien plus présents ; le déficit commercial français serait donc la faute des allemands ? examinez vous d'abord, et un peu plus d'humilité. Les ventes d'Airbus ne couvrent pas nos gigantesques déficits, quand ça marche bien c'est français quand il y a quelque souci, ce sont les autres, c'est comme en sport bien français ça!
Réponse de le 19/10/2012 à 17:52 :
pour riri
y a s eut qui sème et s eut qui récolte tu croit pas ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :