Corruption : EADS Allemagne pris dans la tourmente du contrat Eurofighter en Autriche

 |   |  582  mots
L'Eurofighter construit par EADS Allemagne, BAE Systems et l'italien Finmeccanica Copyright Reuters
L'Eurofighter construit par EADS Allemagne, BAE Systems et l'italien Finmeccanica Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le constructeur aéronautique européen EADS a fait l'objet d'une série de perquisitions en Allemagne dans le cadre d'une affaire de corruption liée à la vente de 18 Eurofighter à l'Autriche. "Plusieurs personnes" sont soupçonnées mais aucun mandat d'arrêt n'a pour l'instant été émis.

C'est une vieille affaire qui hante depuis 2003 EADS Allemagne, depuis le contrat signé avec l'Etat autrichien pour la vente de 18 avions de combat Eurofighter, réduite par la suite à 15 appareils... Dernier rebondissement avec des perquisitions ont eu lieu chez le groupe aéronautique européen en Allemagne, a indiqué mercredi le parquet de Munich, qui mène une enquête pour corruption dans la vente d'avions de combat Eurofighter à l'Autriche. "Je peux confirmer que nous avons perquisitionné plusieurs sites en Allemagne dans le cadre d'une enquête pour corruption" lors d'une vente d'avions à l'Autriche, a déclaré le procureur du parquet, Thomas Steinkraus-Koch, confirmant partiellement des articles parus dans la presse autrichienne.

Il a indiqué que "plusieurs personnes" étaient soupçonnées mais il n'a pas donné leur nombre. Aucun mandat d'arrêt n'a pour l'instant été émis, a-t-il souligné. Un porte-parole d'EADS, Gregor von Kursell, a indiqué que son groupe "soutenait les autorités" dans leur enquête mais s'est refusé à donner plus de détails. L'Autriche a commandé en 2003 quinze Eurofighter Typhoon, fabriqués par un consortium formé par EADS, le britannique BAE Systems et Finmeccanica. Des soupçons de corruption pèsent depuis des années sur ce contrat.

Résiliation du contrat annulée

Début 2007, à son arrivée au ministère autrichien de la Défense, le social-démocrate Norbert Darabos, voulait abandonner le contrat d'achat de 18 avions de combat Eurofighter signé en 2003 par le gouvernement sortant pour près de 2 milliards d'euros, avait-il souligné dans une interview publiée par le quotidien Österreich. "La sortie de ce contrat reste l'objectif ultime", avait-il assuré. Mais finalement la flotte passe finalement de 18 à 15 appareils en 2007, ce qui a réduit la facture de 400 millions d'euros.

Mais la justice autrichienne suspecte EADS d'avoir mis jusqu'à 100 millions d'euros à disposition de lobbyistes pour vendre à Vienne ses chasseurs Eurofighter, avait révélé en septembre 2011 le site du magazine Format, relançant une importante affaire de corruption présumée. Des soupçons de corruption avaient entouré ce contrat très rapidement. Ainsi, le général Erich Wolf, en charge du dossier, avait été démis de ses fonctions car un membre de sa famille avait reçu de l'argent de la main d'un lobbyiste mandaté par le consortium Eurofighter. Le parquet de Vienne classera sans suite, en mars 2011, la plainte pour corruption visant l'officier. Mais l'affaire a connu un nouveau rebondissement en juin dernier, avec l'arrestation de Gianfranco Lande, un homme d'affaires italien. Ce dernier avait alors affirmé à la justice qu'une société écran, Vector Aerospace, créée par EADS Allemagne, a versé 84,5 millions d'euros, entre 2004 et 2009 à l'entreprise Euro Business Developement, détenue par Alfred Plattner et Walter Schön, deux négociants d'armes autrichiens dont les domiciles respectifs ont fait l'objet de perquisitions par le Parquet de Vienne. Les deux hommes auraient ainsi pris en charge le système de rétrocommissions concernant le contrat Eurofighter.

100 millions d'euros de commissions ?

A cela s'ajoute le nom de l'ancien ministre des Finances autrichien, Karl-Heinz Grasser Pourtant favorable à une solution passant par l'achat de F-16 américains, il a mis son poids dans la balance pour favoriser l'Eurofighter. D'où les soupçons à son égard, d'autant plus qu'il a entretenu des liens avec un ancien membre de sa formation politique (le FPÖ), qui aurait touché des pots-de-vin via son entreprise de publicité. Au total, ce seraient 100 millions d'euros qui auraient ainsi servi pour graisser la patte à des intermédiaires afin de remporter le contrat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2012 à 13:55 :
EADS en 2007, c'est bien Gallois non ?
Tout un poême.
Et Montebourg, il en pense quoi ?
Réponse de le 08/11/2012 à 18:49 :
Excellente et succulente remarque...!
a écrit le 08/11/2012 à 4:43 :
encore un exemple du trio infernal : contrat d'armement - pot de vins - homme politique !!!
a écrit le 07/11/2012 à 22:03 :
Il ne faux pas rever : dans chaque contrat d´armement il y a le facteur BACKCHICH / corruption.
Ce n´est pas sans raison que tout gros contrat est precedé par une viswite du chef d etat qui vient faite les honneurs avec des malettes bien remplies ... à Seoul, à Riyadh, a Karachi mais aussi à Vienne ...
Le Backchich est toujours calculé dans le prix.
a écrit le 07/11/2012 à 14:16 :
Decidemment, on va finir par croire que cet avion ne peut pas se vendre sans corruption, en Arabie Saoudite deja de forts soupcons pesent.
Réponse de le 07/11/2012 à 15:40 :
Dans le contrat saoudien, il n'y a pas de forts soupcons, il y a eu corruption ! Même les anglais ne le contestent pas, ce n'est pas pour rien si Tony BLAIR a du bloquer l'enquète pour raisons d'état (sinon les saoudiens menacaient d'annuler le contrat)
.
a écrit le 07/11/2012 à 13:33 :
au moins chapeau pour la réactivité !
a écrit le 07/11/2012 à 13:29 :
Encore une affaire de corruption !
211 millions d?euros avaient déjà été annulés sur la mission Défense 2011 pour rembourser une partie des 460 millions d?euros dus à Taïwan dans l?affaire des frégates après le rendu de l?arbitrage international
a écrit le 07/11/2012 à 13:19 :
C'est bien d'avoir changé la photo, mais là c'est un Eurofighter au couleur de l?Allemagne, pas l?Autriche.
Réponse de le 07/11/2012 à 13:25 :
Désolé. On n'a pas d'Eurofighter autrichien dans notre contrat avec Reuters... Michel Cabirol
Réponse de le 07/11/2012 à 13:48 :
C'est pas un Rafale, là ...?? :-)
Réponse de le 07/11/2012 à 14:23 :
Non, c'est bien un EFA avec les entrees d'air sous le fuselage. Celles du rafale sont plus laterales et les tuyeres sont differentes
Réponse de le 07/11/2012 à 15:05 :
Et puis "moustache" est bien moins beau que notre Raffy national!
Réponse de le 07/11/2012 à 19:29 :
De toutes façons, il s"agissait bien d'avions allemands qui ont été vendus...
a écrit le 07/11/2012 à 12:55 :
merci de mettre une photo d'Eurofighter. La votre montre un Gripen de Saab.
Réponse de le 07/11/2012 à 13:13 :
Merci à vous. C'est corrigé. Bonne journée Michel Cabirol.
Réponse de le 07/11/2012 à 13:16 :
C'est une habitude à la Tribune.Mais la corruption concerne autant l'un que l'autre de ces machines.
Réponse de le 07/11/2012 à 13:17 :
ça y est! la photo a été changée!
Réponse de le 07/11/2012 à 15:25 :
de mémoire les Typhons Autrichien ont été prélevés sur ceux qui devaient être livrées à l'Allemagne. donc la croix germanique n'est pas complétement déplacée
a écrit le 07/11/2012 à 12:53 :
sur la photo, c'est un Grippen... pas un eurofighter
Réponse de le 07/11/2012 à 14:24 :
Le grippen est un monoreacteur
Réponse de le 07/11/2012 à 15:03 :
Le "Gripen" avec un seul "p"
Réponse de le 07/11/2012 à 15:20 :
C'est a cause du virus, désolé. ;-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :