L'Airbus A350 débute sa campagne d'essais en vol : attention, phase délicate !

L'A350 XWB effectue ce vendredi son premier vol qui marque le point de départ de la campagne d'essais en vol, une étape incertaine et délicate. Airbus vise une certification rapide d'ici 12 à 14 mois, afin de livrer le premier exemplaire d'ici à fin 2014 à Qatar Airways. Pour relever le défi de ce calendrier serré, Airbus ne doit pas prendre de retard dans la mise en vol des quatre autres appareils prévus pour la campagne d'essais.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)

C'est le grand jour pour l'A350 XWB. Six ans et demi après son lancement commercial, le premier exemplaire du nouveau biréacteur long-courrier (270-350 sièges) d'Airbus va voler pour la première fois ce vendredi à 10 heures au départ de Toulouse.
Au-delà de l'effervescence qui entoure cet événement exceptionnel pour l'industrie aéronautique européenne, il s'agit d'une étape cruciale pour le programme A350. Ce premier vol marque en effet le point de départ de la campagne d'essais, censée être rapide puisqu'Airbus entend livrer son premier exemplaire à Qatar Airways au « deuxième semestre 2014 », avec environ un an et demi de retard par rapport au calendrier initial. La certification de l'appareil est prévue d'ici 12 à 14 mois, dit-on chez Airbus, quand il en a fallu 22 pour l'A380 et 21 pour le B787 qui visait initialement une durée très courte de 9 à 12 mois. Pour le B777, qui a été mis en service en 1995, il avait fallu 11 mois. 

La certification laborieuse du B787
Le B787 est un bon exemple. Sa certification difficile rappelle bien que les essais en vols constituent une phase incertaine et délicate . Après son premier vol le 15 décembre 2009, la campagne d'essais fut semée d'embûches, notamment quand, en novembre 2010, à trois mois seulement de la première livraison, un feu s'était déclaré à bord, obligeant Boeing à clouer les six appareils d'essais pendant de nombreuses semaines. La durée de la campagne d'essais avait au final plus que doublé. Pour rappel, tout comme le B787 en son temps, l'A350 effectue son premier vol au moment où le programme essuie un retard d'environ un an et demi .

Le cinquième appareil aura des batteries classiques
Sans même parler de cas aussi extrêmes que ceux rencontrés par Boeing, une campagne d'essais dévoile obligatoirement des problèmes plus ou moins importants. L'A350 constitue un saut technologique important, même si Airbus a été plus conservateur que Boeing. Ces imprévus, il faudra les débugger rapidement, car le calendrier est serré. Pour tenir son objectif de livraison du premier appareil d'ici à la fin 2014, Airbus ne devra pas prendre de retard (qui entraînerait des pénalités à payer aux clients) pour faire voler les quatre autres A350 prévus pour la campagne d'essais. Le deuxième exemplaire (le MSN3), est aujourd'hui en cours d'assemblage. Il devrait voler en septembre. Le troisième (MSN2) est prévu pour voler début 2014. Il sera le premier équipé d'une cabine passagers, aujourd'hui en préparation, et fera des vols de longue durée. Les deux autres, (MSN4 et MSN5) doivent voler au printemps 2014. Le dernier doit d'ailleurs être le seul à être équipé de batteries nickel-cadmium, celles qui seront certifiées et qui ont été choisies par Qatar Airways. En effet, les quatre premiers avions seront équipés de batteries lithium-ion, lesquelles ont défrayé la chronique cette année sur le Boeing 787. « Si Airbus ne parvient pas à mettre en vol trois avions d'essais d'ici à la fin de l'année, l'objectif d'une livraison d'ici à la fin 2014 sera difficilement tenable. Le dernier appareil est notamment crucial puisqu'il sera le seul à être équipé de batteries nickel-cadmium, les seules qui seront certifiées », explique Yan Derocles, analyste chez Oddo Securities. Pour autant, la bonne gestion du programme et son respect du calendrier depuis sa révision en juillet dernier, appellent à la confiance. Entre le roll-out (sortie d'usine), le 13 mai dernier et le premier vol aujourd'hui, il ne se sera écoulé que cinq semaines, contre plus de deux ans pour le B787!

Montée en cadence
Au-delà de la période d'essais, Airbus doit aussi monter en cadence au niveau de la production. L'avionneur table sur une cadence de trois avions par mois en 2014 pour atteindre progressivement 10 appareils par mois en 2018. Rolls Royce, l'unique motoriste du programme, se déclare prêt pour la hausse des cadences. « Nous avons 1300 moteurs Trent XWB en commande. Nous comptons en produire 280 par an d'ici à 2017, soit un par jour ouvrable », explique Michel Dubarry, le président du groupe en France. Le moteur a déjà été certifié.

______

>>> DIAPORAMA A350, le dernier né de la famille Airbus

>>> VIDEO TIME-LAPS L'assemblage de l'Airbus A350 XWB

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 15/06/2013 à 8:20
Signaler
Voilà le rêve européen. Rien à voir avec la loi du plus fort de l'actuelle UE.

à écrit le 15/06/2013 à 7:12
Signaler
airbus fabrique de beau avion ...mais les politiques met un peu trop leur nez dans cet entreprise ..

à écrit le 14/06/2013 à 14:48
Signaler
il a bien fait ce qu il fallait ce matin c'est un plaisir de voir ce nouvel avion en vol alors que l on vu sur le chantier aussi c'est une gloire pour son proprètaire et nous et nous éspèrons qu il va devoir faire bien les choses car il va devoir sed...

à écrit le 14/06/2013 à 14:21
Signaler
Airbus A350 est un avion europeen a fort connotation germanique.En Effet les ailes, le Corps de l'avion cockpit et autres sont Made in Germany mais le tout est boulonne a Toulouse.Les moteurs sont anglais (R.Rolls).Il serait bon que les journalistes...

le 16/06/2013 à 21:26
Signaler
lamentable de lire de telles inepties ! par moments on se demande si les problèmes industriels, économiques et commerciaux que la France rencontre ne sont pas pour une bonne partie dus à l'ignorance et la bêtise d'un certain nombre de nos compatriot...

le 17/06/2013 à 10:43
Signaler
Mister wars le problème etait qu'a l'époque Airbus utilisait deux systèmes informatiques différent a Toulouse et Hambourg. ll ne faut pas s'etonner si il y a des ecarts a la fin. Qui est reponsable? Les allemands pas sur mais plutot le super manageme...

à écrit le 14/06/2013 à 13:09
Signaler
C'est la phrase la plus magnifique du 21ème siècle. C'est « une magnifique réussite » que le sujet du décollage de l'Airbus A350 déclaré par MR. Michel Chevalet, consultant i>télé, spécialiste des questions scientifiques. A été validé par la présenta...

à écrit le 14/06/2013 à 12:04
Signaler
Ha! Les tests sur le 787 ont enfin repris : http://www.lemonde.fr/ameriques/video/2013/06/14/etats-unis-un-avion-s-encastre-dans-un-hangar-d-aeroport_3430235_3222.html

à écrit le 14/06/2013 à 11:24
Signaler
Bizarre, n'est-ce pas, que les ennuis du 787 soient le résultat logique d'une étude et certification faites à l'arrache...

à écrit le 14/06/2013 à 10:31
Signaler
Grand BRAVO à l'EUROPE de quelques uns.

à écrit le 14/06/2013 à 10:26
Signaler
C'est Rolls Royce qui sont contant ...vendeur exclusif des moteurs et l'avionique qui va avec ...en valeur c'est entre 48 et 54š% du prix de vente en USD ...

le 15/06/2013 à 15:51
Signaler
rassurez-vous, SNECMA aura sa part du gâteau (et GE aussi...) !

à écrit le 14/06/2013 à 10:24
Signaler
C'est moi la plus belle, je n'irai pas dans l'avion nananère

à écrit le 14/06/2013 à 9:06
Signaler
quel plaisir de lire une bonne nouvelle quel plaisir de voir cette intelligence, de la recherche de l'innovation quel plaisir enfin pas une nouvelle de magouille politique, enfin et peut-^tre le plus important la force d'une entreprise européenne.

à écrit le 14/06/2013 à 8:28
Signaler
L'aviation reste toujours une belle aventure,c'est toujours merveilleux un premier vol,l'équipage sera surement un peu fébrile,mais quand le nez sera levé et le niveau atteint,le pilote regarderas son co-pilote,il y auras à ce moment que de la satisf...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.