Thales, Proglio nommé président et Caine directeur général

 |   |  524  mots
(Crédits : Reuters)
Après le départ en novembre de son PDG, Jean-Bernard Lévy, pour prendre la tête d'EDF, l'Etat et Dassault, les principaux actionnaires du groupe se sont accordés sur une nouvelle gouvernance selon l'AFP. L'annonce de ces nominations serait prévue lundi.

Thales a trouvé son patron. Plus de deux mois après l'annonce du départ de son PDG, Jean-Bernard Lévy, pour remplacer à la tête d'EDF Henri Proglio, dont le mandat n'avait pas été renouvelé, l'Etat et Dassault, les principaux actionnaires du groupe d'électronique défense avec respectivement 26% et 25% du capital, sont tombés d'accord sur une nouvelle gouvernance. Selon l'AFP, Patrice Caine, l'actuel numéro deux de Thales, sera nommé lundi directeur général du groupe, tandis qu'Henri Proglio deviendra président du conseil d'administration, un rôle non exécutif.

"Henri Proglio va être nommé lundi président non exécutif de Thales. Patrice Caine sera nommé directeur général", a indiqué une source à l'AFP.

Un quadra aux manettes opérationnelles

A 44 ans, Patrice Caine est un fin connaisseur de la maison thalésienne au sein de laquelle il a pris racine depuis 12 ans et acquis une vision stratégique du groupe en accumulant les positions clés. La nomination de cet X-Mines devrait également avoir la vertu de rassurer en interne, alors que le groupe est en plein déploiement de sa stratégie de développement et d'internationalisation.

Les syndicats mais également l'Apat, l'association des salariés actionnaires de Thales, avaient en effet réclamé que le nouveau patron soit issu du groupe, afin d'assurer la continuité et de garantir sa stabilité. Tous gardent en mémoire le difficile épisode de la présidence de Luc Vigneron, caractérisée par un climat social détestable que Jean-Bernard Lévy s'était attaché à apaiser depuis deux ans... en s'appuyant précisément sur Patrice Caine.

Numéro deux déjà de Thales

Jean-Bernard Lévy en avait fait son bras droit, avec le titre de directeur général en charge des opérations et de la performance. Patrice Caine disposait ainsi du plus gros portefeuille d'activité après celui du PDG, les opérations mais aussi et surtout le programme "Ambition Boost" destiné à rehausser la rentabilité de Thales. Sa tâche à présent sera donc de poursuivre et d'amplifier cette stratégie et qu'il déclinait sous les maître mots-mots "compétitivité et croissance". Pour cela, il dispose d'atouts: sa connaissance de la maison et ses qualités de manager, mais aussi sa proximité et sa capacité d'écoute.

"Brillant, fin, accessible" sont les qualificatifs qui reviennent souvent à son égard. Il passe également bien avec les syndicats, avec lesquels il s'est évertué à tourner définitivement la page Vigneron. Celui qui avait été repéré et embauché par l'ancien PDG Denis Ranque et qui a fait son entrée au comité exécutif dès l'arrivée de M. Lévy, va toutefois devoir naviguer au plus près dans la relation complexe qui lie Thales à ses deux grands actionnaires.

L'Etat et l'avionneur Dassault, n'avaient pu s'entendre sur le nom du futur dirigeant appelé à remplacer Jean-Bernard Lévy, dont la succession n'avait pas été réglée au moment de son départ fin novembre. Philippe Logak, secrétaire général, avait été nommé à la tête de Thales de manière intérimaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/12/2014 à 13:37 :
A-t-on vraiment besoin de Proglio ? A quoi sert donc un président non exécutif? Combien va t'il coûter à la boîte?

Il faut vraiment que ce monsieur ait des dossiers pour que tous les politiques s'empressent toujours de lui apporter la soupe.
a écrit le 22/12/2014 à 9:05 :
Mes amis de chez THALES apprécieront!! Je suis persuadé que des réactions ne vont pas tarder à voir le jour, je les soutiens!! Leur demande tout à fait légitime était la nomination d'un PDG venu de l'Entreprise!!
a écrit le 21/12/2014 à 15:44 :
Elles ne connaissent jamais Pôle Emploi ces fameuses "élites" françaises... Tout est merveilleusement verrouillé.
a écrit le 21/12/2014 à 14:06 :
Bien , OK pour des gens supposés compétents ; combien en salaire, rémunérations et avantages en nature de toutes sortes ?
a écrit le 21/12/2014 à 12:21 :
Proglio, il y connait quoi en industrie d'armement? Aujourd'hui pour obtenir un poste de responsable intermédiaire, il faut justifier d'une expérience équivalente et réussie d'au moins 10 ans dans la même fonction, sauf pour les copains et coquins qui gravitent autour du pouvoir: Bons en tout mais au final très médiocres en tout.
a écrit le 21/12/2014 à 5:50 :
Que ce soit sous l'UMP ou sous les socialos, on prend les mêmes et on continue.... Proglio par ci Proglio par la......
Zemmour à raison: il n'y a aucune différence entre ces 2 partis.... Ils ne sont là que pour bouffer au râtelier entre eux....
a écrit le 21/12/2014 à 3:06 :
Proglio, qui nous avait annoncé que le nucléaire c'était 2 millions d'emplois?
a écrit le 21/12/2014 à 2:04 :
Quelle mauvaise nouvelle pour Thales...
Réponse de le 21/12/2014 à 11:50 :
Quelle bonne nouvelle pour Riton 1er qui devient a nouveau président rentier, avec un DG pour faire le boulot pendant que lui continuera son habituel lobby pour assurer la case suivante...
Quelle dure vie ont ces gens... Je me demande comment ils parviennent a tenir face a tant de misères du monde qui leur tombent sur le pif :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :