Airbus dépasse son objectif de 600 livraisons d'avions en 2021, mais Boeing domine les commandes

Grâce à un mois de décembre très actif au cours duquel Airbus a livré près de trois avions par jour, l'avionneur a européen a dépassé son objectif de 600 livraisons en 2021 qu'il s'était fixé. Le duopole a néanmoins la vie dure. N'en déplaise à ceux qui enterrait déjà Boeing, le géant américain à encore du répondant face aux ambitions de son concurrent européen. Si Airbus domine largement les livraisons, Boeing reprend la main sur les commandes après une année 2020 catastrophique. De quoi offrir encore de beaux duels dans les prochaines années. Analyse.

5 mn

Airbus dépasse son objectif de 600 livraisons sur l'année.
Airbus dépasse son objectif de 600 livraisons sur l'année. (Crédits : REGIS DUVIGNAU)

Les chiffres exacts restent à confirmer, mais l'essentiel est là. Airbus a atteint son objectif de livraisons de 600 appareils en 2021, voire l'a légèrement dépassé. Une gageure lorsque l'on sait que l'avionneur européen n'avait livré que 460 avions sur les 10 premiers mois de l'année. Il devance ainsi son concurrent Boeing, qui a tout de même repris un peu de poil de la bête avec le retour en service de son 737 MAX fin 2020.

Selon plusieurs sources concordantes, Airbus a livré au moins 607 appareils en 2021. Le chiffre final pourrait même se situer quelques unités au-dessus, probablement entre 610 et 615 avions, concrétisant ainsi la remontée en cadence amorcée au printemps dernier. Les équipes d'Airbus valident la prise de risque de leur président exécutif, Guillaume Faury. Confiant après avoir livré près de 300 appareils au premier semestre - contre un peu moins de 200 au premier semestre 2020 - il avait relevé les objectifs de livraisons annuels à 600 appareils, alors qu'il tablait jusque-là sur un résultat équivalent à celui de 2020, soit 566 appareils.

La répartition entre les différents types d'appareils n'est pas encore connue, mais le bilan de l'année est très largement dominé par la famille A320 NEO. A fin novembre, selon les derniers chiffres officiels, les moyen-courriers représentaient près de 90 % des 518 livraisons effectives à l'époque avec notamment 225 A320 NEO et 167 A321 NEO. A l'inverse, seule une quarantaine d'A350 avait été livrée et moins de 20 A330.

Lire aussi 9 mnAirbus « apporte la réponse » sur la pertinence de la montée en cadence, selon Guillaume Faury

Trois appareils livrés par jour en décembre

Si le premier semestre a été bon, les équipes de livraison ont tout de même dû cravacher jusqu'au tout dernier moment pour atteindre l'objectif. Les cadences se sont accélérées en fin d'année avec 58 avions livrés en novembre et un pic de l'ordre 90 appareils en décembre. Certes, il est de coutume que le mois de décembre soit plus prolifique en termes de livraisons, mais Airbus a aussi dû absorber le retard pris entre juillet et octobre, où seule une quarantaine d'avions en moyenne était livrée chaque mois.

Ce ralentissement peut s'expliquer en partie par les deux mois d'été, mais il était tout de même bien plus important que celui connu un an auparavant : 163 avions ont été livrés entre juillet et octobre 2021, contre 244 à la même époque en 2020. Au moment des résultats du troisième trimestre, le constructeur avait expliqué que plusieurs livraisons étaient en cours de finalisation, avec des retards du fait des tensions liées à la remontée en cadence. Un peu moins d'une centaine d'appareils était ainsi concernée. Elle a été visiblement livrée en grande partie depuis comme le prévoyait alors Guillaume Faury.

Lire aussi 3 mn737 MAX: Boeing signe avec des actionnaires un accord d'indemnisation de 225 millions de dollars

 Boeing redémarre mais ne rattrape pas son retard

De son côté, Boeing a plus que doublé son nombre de livraisons par rapport à 2020. Il faut dire qu'avec l'interdiction de vol de son best-seller, le 737 MAX, il n'avait pu remettre que 157 appareils à leurs clients l'an dernier. Pour 2021, il devrait se rapprocher des 350 avions selon la presse américaine, sachant qu'il avait déjà sécurisé 302 livraisons à fin novembre.

Le constructeur de Seattle bénéficie du redémarrage du 737 MAX depuis fin 2020 : celui-ci représente ainsi les trois-quarts des avions livrés sur les 11 premiers mois de l'année. En revanche, les appareils long-courriers trainent la patte, à commencer par les 787 dont les livraisons restent suspendues depuis mai (après avoir déjà été arrêtées entre septembre 2020 et mars 2021). Seuls les 767 sauvent l'honneur avec 30 exemplaires, mais il s'agit d'appareils cargo et d'avions transformés en appareils militaires de ravitaillement en vol destinés à l'US Air Force.

Lire aussi 5 mnBoeing : nouveau dysfonctionnement sur le 787 Dreamliner, les avions non livrés seront "remaniés"

Seattle sait encore vendre plus que Toulouse

Boeing sauve l'honneur du côté des commandes. A fin novembre, le constructeur avait engrangé 829 commandes brutes, dont 708 exemplaires de 737, bien aidé par les contrats géants de Southwest Airlines (100 appareils en mars) et de United Airlines (200 en juin). En prenant en compte les fortes annulations, le bilan est moins reluisant avec seulement 457 commandes nettes à fin novembre. En décembre, seul un contrat pour 19 cargos 767 a été annoncé, ce qui devrait porter le total des commandes brutes à 848 avions vendus sur l'année.

En face, Airbus affichait à fin novembre un score de 610 commandes brutes - dont 63 A320 NEO et 477 A321 NEO - avec notamment un salon de Dubaï bien rempli. Comme Boeing, Airbus doit aussi composer avec de nombreuses annulations. Fin novembre, son nombre de commandes nettes n'était ainsi 368 avions. Sur ce total, alors que les engagements pour l'A321 NEO restent largement positifs (422 exemplaires), les annulations d'A320 NEO dépassent les ventes (-99 exemplaires).

Ce score va néanmoins évoluer : en décembre, le constructeur européen a multiplié les contrats avec 72 avions commandés de plus. Ce qui donnerait 682 commandes brutes sur l'année. Le contrat géant avec Air France-KLM pour 100 appareils de la famille A320 NEO pourrait aussi être comptabilisé, mais semble devoir encore être confirmé tout comme celui de Qantas pour 40 moyen-courriers.

Quoi qu'il en soit, Airbus va rester derrière Boeing en termes de commandes brutes. Ce sera probablement aussi le cas pour les commandes nettes, sauf annulations majeures. De quoi rassurer sur la poursuite du duopole encore quelques années.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 04/01/2022 à 17:57
Signaler
Boeing vend plus surtout grâce aux pots de vin versés aux acheteurs et via l'intervention du gouvernement américains qui promet tel ou tel avantages !!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.