Airbus triple son résultat net et s'envole en Bourse

 |   |  617  mots
Nous avons surpassé tous nos indicateurs clés pour 2017, grâce à de très bonnes performances opérationnelles, en particulier au dernier trimestre, s'est félicité Tom Enders.
"Nous avons surpassé tous nos indicateurs clés pour 2017, grâce à de très bonnes performances opérationnelles, en particulier au dernier trimestre", s'est félicité Tom Enders. (Crédits : Hannah Mckay)
L'action Airbus a bondi de plus de 7% ce jeudi suite à l'annonce et la publication de bons résultats financiers en 2017 et de bonnes perspectives pour 2018.

L'action d'Airbus s'est envolée ce jeudi de plus de 7% après la publication de très bons résultats financiers en 2017 et notamment une accélération de la génération de cash au quatrième trimestre. Malgré les difficultés rencontrées dans la montée en cadence de l'A320 Neo en raison des difficultés du motoriste Pratt & Whitney mais aussi celles de l'A400M qui l'obligent à passer une nouvelle provision de 1,3 milliard d'euros (après celle de 2,2 milliards en 2016), le groupe européen d'aéronautique et de défense a dégagé l'an dernier un résultat d'exploitation ajusté de 4,25 milliards d'euros, en hausse de 7% par rapport à 2016, pour un chiffre d'affaires stable à 66,8 milliards d'euros. Le bénéfice net a, quant à lui, triplé, à 2,87 milliards d'euros, grâce à des livraisons en hausse, la cession de l'entité Defence Electronics qui a généré une plus-value nette de 604 millions, et des effets de change favorables.

Dividende de 1,50 euros par action

Airbus va proposer le versement d'un dividende de 1,50 euro par action pour l'exercice 2017, en hausse de 11% par rapport à celui de l'année dernière, ce qui "témoigne de notre confiance dans la croissance future de nos bénéfices et de notre trésorerie", a estimé, le directeur général d'Airbus, Tom Enders.

"Nous avons surpassé tous nos indicateurs clés pour 2017, grâce à de très bonnes performances opérationnelles, en particulier au dernier trimestre", s'est félicité Tom Enders, cité dans un communiqué.

"En dépit de problèmes persistants sur les moteurs de l'A320neo, nous avons poursuivi la montée en cadence de la production et avons finalement livré un nombre record d'appareils. (...). Concernant l'A400M, nous avons amélioré la situation en matière industrielle et capacitaire, et convenu d'une remise à plat contractuelle avec les clients gouvernementaux qui devrait sensiblement réduire les risques résiduels du programme", a-t-il souligné.

Côté perspectives, Airbus prévoit de livrer "environ 800 avions commerciaux, sous réserve que les motoristes respectent leurs engagements", et un Ebit ajusté en hausse "d'environ 20%".

Nouveaux problèmes pour Pratt & Whitney, l'un des motoristes de l'A320 Neo

Cette prévision intervient alors que le motoriste Pratt & Whitney rencontre de nouveaux problèmes sur les moteurs de l'A320 Neo. Ce mercredi, la FAA, l'autorité fédérale américaine de l'aviation civile, a mis en garde contre un risque de panne des moteurs Pratt & Whitney qui équipent une partie des A320neo. La FAA cite dans son communiqué un risque de fissure pouvant conduire à une défaillance susceptible d'entraîner un arrêt du moteur en vol. L'Agence européenne pour la sécurité aérienne (AESA) avait déjà émis une directive de navigabilité d'urgence le 9 février.

Au total 98 moteurs pourraient être concernés par le problème, dont 43 cas déjà confirmés, a indiqué le motoriste américain sans plus de commentaires. Pratt & Whitney n'a pas interrompu la production ou la livraison de ses moteurs, et la société, filiale d'United Technologies, prévoit de soumettre vendredi une proposition aux autorités européennes dans laquelle elle détaillera comment résoudre le problème, selon une source proche du dossier. Airbus a interrompu la livraison d'A320neo après 113 exemplaires remis à ses clients. On ignore pour le moment l'identité de la compagnie disposant de la flotte la plus importante. Selon des sources de l'industrie, 20 Airbus A320neo sont cloués au sol en raison du problème des moteurs Pratt.

Pratt a souligné que le problème, qui concerne le moyeu arrière du rotor du compresseur haute pression, ne touchait qu'un nombre "limité" de moteurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :