Arabie Saoudite : l'Allemagne prolonge de six mois l'embargo sur ses ventes d'armes

 |   |  487  mots
le gouvernement allemand a annoncé mercredi qu'il prolongeait mercredi de six mois son embargo sur les ventes d'armes à l'Arabie Saoudite
le gouvernement allemand a annoncé mercredi qu'il prolongeait mercredi de six mois son embargo sur les ventes d'armes à l'Arabie Saoudite (Crédits : Reuters)
L'interdiction des ventes d'armes allemandes à Ryad est prolongée par Berlin jusqu'à la fin mars 2020 au moins.

Cinq jours après l'attaque subie par l'Arabie Saoudite sur ses installations pétrolières par des drones houthis, le gouvernement allemand a annoncé mercredi qu'il prolongeait mercredi de six mois son embargo sur les ventes d'armes à l'Arabie Saoudite, décidé après l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi à l'automne 2018. La décision a été prise mardi par la Chancelière Angela Merkel. L'interdiction des ventes d'armes à Ryad est prolongée au moins jusqu'à la fin mars 2020, a déclaré un porte-parole du gouvernement d'Angela Merkel. D'ici là, "aucun nouveau contrat ne sera approuvé", a précisé ce porte-parole.

En outre, l'embargo sur les composants et les équipements allemands au sein de système d'armes fabriqués par des pays alliés de matériels de pays partenaires est quant à lui maintenu jusqu'au 31 décembre, avec quelques dérogations obtenues par la France (5 thèmes sur 16), selon nos informations. Partenaires dans plusieurs projets d'armement, la France et la Grande-Bretagne ont à plusieurs reprises reproché à Berlin de mettre en danger des projets d'armement communs après sa décision d'arrêter ses exportations vers l'Arabie saoudite. En Allemagne, la question des exportations d'armes constitue une pomme de discorde entre les partenaires de la coalition gouvernementale au pouvoir. Les sociaux-démocrates, membres de la coalition, militent depuis 2018, pour des restrictions de ventes d'armes, en particulier en direction des pays impliqués dans le conflit au Yémen. L'assassinat de Jamal Khashoggi avait finalement décidé le gouvernement Merkel à imposer un embargo.

Attaque houthie : "test réel de la détermination mondiale"

L'attaque ce week-end des installations pétrolières saoudiennes est un "test réel de la détermination mondiale" à faire face aux actes subversifs qui menacent la stabilité internationale, a estimé mercredi le prince Mohammed ben Salman, rapporte l'agence de presse officielle SPA. L'héritier du trône saoudien a tenu ces propos lors d'un entretien téléphonique avec le président sud-coréen Moon Jae-in, qui a invité la communauté internationale à "prendre fermement position et à agir résolument" contre de tels actes, poursuit l'agence. L'agence sud-coréenne Yonhap annonce pour sa part que Mohammed Ben Salman a sollicité l'aide de la Corée du Sud pour renforcer les défenses antiaériennes du royaume.

Vladimir Poutine s'est également entretenu mercredi par téléphone avec le prince héritier saoudien des attaques de drones contre les infrastructures pétrolières du royaume, indique le Kremlin. Le président russe et l'homme fort du royaume saoudien ont affirmé leur volonté de coopérer bilatéralement pour garantir la stabilité des cours du pétrole. Vladimir Poutine a également appelé à une enquête minutieuse et impartiale sur ces attaques revendiquées par les rebelles houthis du Yémen appuyés par l'Iran, mais imputées à Téhéran par les Etats-Unis, a précisé le Kremlin. Le président russe doit se rendre cette année en Arabie saoudite.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2019 à 19:21 :
La France s'est placée spontanément par transfert de ses savoirs militaires , spatiaux, aéronautiques,
sous tutelle Allemande,
Elle l'applique.
a écrit le 19/09/2019 à 14:41 :
Des vidéos mises en ligne par le collectif de journalistes Disclose, en partenariat avec Radio France, Mediapart et le média néerlandais Lighthouse, montrent que des navires de fabrication française, vendus aux Emirats arabes unis et à l'Arabie saoudite, sont utilisés dans le cadre du blocus maritime du Yémen, qui a engendré la plus grave crise humanitaire du monde, d'après l'ONU.
Réponse de le 19/09/2019 à 15:14 :
Et donc ?
a écrit le 19/09/2019 à 11:35 :
Il faudrait faire un peu plus de géopolitique. L'Allemagne est le pro-consul des US en Europe. Leur stratégie pour ce qui touche l'armement est "copie-conforme" des stratégies souterraines US vis à vis de l'UE et la France est la première visée. (il faut la ramener au bercail de l'OTAN, définitivement...). A l'évidence notre Président et Le Drian ont été de fidèles élèves des US pour cela, mais il reste quelques pans de notre industrie à museler et/ou "récupérer" (dans ce cadre, l'Allemagne fait tout pour). La position actuelle des Allemands en termes d'embargo, est tout à fait identique, pour les sous-ensembles et autres composants, à celle que les US imposent depuis des décennies. Il faudrait que les médias (enfin, ceux qui sont "libres") parlent un peu plus du vrai sujet de l'Europe, qui est que pour l'instant elle n'est qu'une Union, sans capacité géopolitique, sans souveraineté, soumise à d'autres. Dans le remodelage des puissances mondiales qui est en cours, avec notre allié US qui rue dans les brancards en sentant que son hégémonie lui échappe, nous ne pouvons rester sur le quai. Notre allié, comme d'autres, ne veut pas d'une Europe forte, autonome, et il y a au sein même de l'Europe beaucoup trop de partis, de politiques, de gouvernements…qui abondent dans ce sens, en reniant leur propre souveraineté. C'est notre survie, nos cultures, nos acquits, notre rôle mondial historique, qui sont en jeu. On parle de Défense européenne, (notre Président en premier) mais sans parler de la Souveraineté, de la stratégie, de l'organisation Hiérarchique et décisionnelle, qui doivent être définies préalablement, en dehors de toute tutelle étrangère. Or, pour cela, il faudrait que l'Europe soit autre chose qu'une Union Européenne économique aux ordres des systèmes financiers internationaux. Alors, soit on se couche, soit, comme certains le firent il y a quelques décennies, lors de l'"occupation", on résiste et on agit, en croyant fermement que l'Europe peut être et doit retrouver sa place majeure dans le concert mondial, avec des Nations engagées pour un but commun, sans restriction, dans le respect des lois établies dans ce sens, car cela sera le seul garant de leur pérennité..
a écrit le 19/09/2019 à 11:33 :
Il faudrait faire un peu plus de géopolitique. L'Allemagne est le pro-consul des US en Europe. Leur stratégie pour ce qui touche l'armement est "copie-conforme" des stratégies souterraines US vis à vis de l'UE et la France est la première visée. (il faut la ramener au bercail de l'OTAN, définitivement...). A l'évidence notre Président et Le Drian ont été de fidèles élèves des US pour cela, mais il reste quelques pans de notre industrie à museler et/ou "récupérer" (dans ce cadre, l'Allemagne fait tout pour). La position actuelle des Allemands en termes d'embargo, est tout à fait identique, pour les sous-ensembles et autres composants, à celle que les US imposent depuis des décennies. Il faudrait que les médias (enfin, ceux qui sont "libres") parlent un peu plus du vrai sujet de l'Europe, qui est que pour l'instant elle n'est qu'une Union, sans capacité géopolitique, sans souveraineté, soumise à d'autres. Dans le remodelage des puissances mondiales qui est en cours, avec notre allié US qui rue dans les brancards en sentant que son hégémonie lui échappe, nous ne pouvons rester sur le quai. Notre allié, comme d'autres, ne veut pas d'une Europe forte, autonome, et il y a au sein même de l'Europe beaucoup trop de partis, de politiques, de gouvernements…qui abondent dans ce sens, en reniant leur propre souveraineté. C'est notre survie, nos cultures, nos acquits, notre rôle mondial historique, qui sont en jeu. On parle de Défense européenne, (notre Président en premier) mais sans parler de la Souveraineté, de la stratégie, de l'organisation Hiérarchique et décisionnelle, qui doivent être définies préalablement, en dehors de toute tutelle étrangère. Or, pour cela, il faudrait que l'Europe soit autre chose qu'une Union Européenne économique aux ordres des systèmes financiers internationaux. Alors, soit on se couche, soit, comme certains le firent il y a quelques décennies, lors de l'"occupation", on résiste et on agit, en croyant fermement que l'Europe peut être et doit retrouver sa place majeure dans le concert mondial, avec des Nations engagées pour un but commun, sans restriction, dans le respect des lois établies dans ce sens, car cela sera le seul garant de leur pérennité..
a écrit le 19/09/2019 à 11:25 :
L' AS a le malheur ds cette affaire de concentrer tte la sollicitude des grands de ce monde sur la stabilité et la sécurité de la région. Allez donc après effectuer une enquête "minutieuse et impartiale" qui ne conclurait pas forcément à une riposte.
Un nain économique bourré de pétrodollars et qui regorge de brut, tt en entretenant une sale guerre mérite bien ttes ces attentions.
a écrit le 19/09/2019 à 11:15 :
Dépendre des schleus pour disposer de nos armes … des millions de poilus et de victimes de 39-45 se retournent dans leur tombe.
a écrit le 19/09/2019 à 10:58 :
Allez lire le jeu de la diplomatie allemande en ce moment !? -_-

Une Merkel totalement absente sur la scène internationale, seulement sur la scène européenne afin d'imposer le dogme des banquiers allemands. Plus personne n'attend quoi que ce soit de ce pays et c'est pourtant lui que nous suivons...

Tout va bien.
a écrit le 19/09/2019 à 4:40 :
Le type meme de décision imbécile et idiote !! Si ce n'est pas les allemands qui vendent des armes ca etre les Russes ou d'autres ; de plus c'est punitif pour les alliés qui eux se retrouvent piégés par la décision unilatérale des allemands

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :