Armement : la France très longtemps ignorée par le Koweït

 |   |  798  mots
Sur la période 2006-2015, le Koweït n'apparait même pas dans les vingt premiers clients des industriels de la défense tricolores
Sur la période 2006-2015, le Koweït n'apparait même pas dans les vingt premiers clients des industriels de la défense tricolores (Crédits : © POOL New / Reuters)
En dépit du contrat portant sur l'achat de 30 hélicoptères Caracal à la France évalué à plus d'un milliard d'euros, le Koweït reste un client très modeste pour les industriels de l'armement français.

Longtemps, très longtemps, le Koweït s'est détourné des industriels de l'armement français. Vingt ans de vaches maigres pour la France (1996-2016) alors que François Mitterrand avait envoyé en 1991 lors de l'opération Daguet, 19.000 soldats français  combattre pour la libération du territoire koweïtien envahi par l'Irak de Saddam Hussein. Certes il y a bien eu un contrat portant sur l'acquisition de huit patrouilleurs fabriqués par le chantier de Cherbourg Constructions mécaniques de Normandie (CMN) signé en 1995 avec Koweït City en présence de François Léotard, alors ministre de la Défense. Mais ce succès évalué à l'époque à plus de 450 millions d'euros fait figure finalement d'exception...

C'est dire le beau succès d'Airbus Helicopters et du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui ont réussi à arracher au Koweït un contrat évalué à 1,1 milliard d'euros. L'émirat a confirmé mardi l'acquisition de 30 hélicoptères de transport de type Caracal (H225M) au constructeur de Marignane. Jean-Yves Le Drian s'est donc félicité des bonnes relations entre la France et le Koweït, pourtant empoisonnées ces derniers mois par le dossier Areva. Le fonds souverain du Koweït (KIA) qui détient une participation de 4,8% dans le groupe nucléaire, a perdu beaucoup d'argent. Fin 2010, une augmentation de capital avait vu l'Etat français et le Koweït investir respectivement 300 millions et 600 millions d'euros dans la société, au prix de 32,50 euros par action. Mardi, l'action Areva se trainait à 4,3 euros.

"Nous avons toujours eu avec le Koweït des relations de confiance, un partenariat réel qui remonte à de nombreuses années, et singulièrement au moment de l'occupation du Koweït par l'Irak, où la France a joué un rôle important dans l'alliance qui a permis la libération du Koweït", a expliqué à l'AFP le ministre de la Défense.

Le Koweït, un client modeste pour la France

Le Koweït est loin d'être un pays clé pour la France dans le domaine de l'armement. Sur la période 2006-2015, il n'apparait même pas dans les vingt premiers pays-clients des industriels de la défense tricolores. Contrairement au Maroc (au 8e rang), aux Émirats Arabes Unis (6e), à l'Égypte (3e), au Qatar (2e) et bien sûr à l'Arabie saoudite (1er). Il aurait pu y être mais finalement l'émirat a préféré acheter l'Eurofighter au Rafale.

Et pourtant, le ministre de la Défense et premier vice-Premier ministre koweïtien, cheikh Jaber Moubarak Al-Hamad Al-Sabah, avait déclaré en octobre 2009 en visite à Paris que son pays souhaitait acquérir des Rafale et serait "fier" de doter ses forces armées de cet appareil. A Paris, personne n'y a cru ou presque. A raison puisqu'en avril 2016, l'émirat a confirmé une commande de 28 Typhoon au consortium Eurofighter (BAE Systems, Airbus et Leonardo).

Une percée ou un "one shot"?

En dépit du succès d'Airbus Helicopters, le Koweït reste pour l'heure un pays-client très modeste pour les industriels français. Entre 1996 et 2014, il n'a acheté à la France que pour 628 millions d'euros de matériels militaires. Soit une moyenne de 33 millions par an sur 19 ans. C'est peu, très peu. Mais depuis deux ans (2015 et 2016), la tendance est peut être en train de s'inverser. L'an dernier, la France a vendu au Koweït pour 196,8 millions d'euros d'armements. Renault Trucks Defense (RTD), une filiale du groupe suédois Volvo, a notamment signé un contrat pour la vente de 120 véhicules tactiques Sherpa Scout avec la garde nationale koweïtienne.

La France fait-elle une percée au Koweït ou est-ce un feu de paille? A suivre. "On peut prendre le pari mais pour nous ce n'est pas un 'one shot'. Nous pensons que ce sera une relation durable y compris dans l'armement", explique-t-on dans l'entourage du ministre de la Défense. Paris a notamment entamé un long travail de fond en formant depuis plusieurs années les élèves officiers koweïtiens des trois armée. Actuellement, 175 élèves sont formés en France, principalement par DCI (Défense Conseil International), une entreprise publique servant au ministère de la Défense pour le transfert du savoir-faire militaire français à l'international.

Au niveau des campagnes commerciales, RTD négocie actuellement d'autres contrats avec le Koweït, notamment 120 Sherpa supplémentaires et plusieurs exemplaires de VAB Mark3. Dans le naval, le pays va prolonger jusqu'en 2020 le programme de modernisation et de maintenance des patrouilleurs achetés en 1995. La marine du Koweït envisage une "refonte à mi-vie" de cette flotte, incluant une modernisation du système de combat des navires. Ce contrat doit être confié à l'entreprise publique DCI. Enfin, DCNS espère vendre une demi-douzaine de corvettes Gowind.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/08/2016 à 16:31 :
Arabie Saoudite, Koweit, Qatar, ils sont en train de s'armer dangereusement, le seul argument qui semble compter est l'argent, pour combien leur a-t-on vendu, ont-ils acheté l'armement français au détriment des USA?...Je suis sincèrement inquiet de voir ces pays s'équiper comme ils s'équipent aujourd'hui, tout en sachant en plus qu'ils ne sont pas éloignés du financement du terrorisme.
a écrit le 11/08/2016 à 9:58 :
Aidons au financement des mosquées!
Réponse de le 11/08/2016 à 11:42 :
N'importe quoi, les obsessions c'est pas bon pour le raisonnement, vous êtes ridicule, pensez !
a écrit le 10/08/2016 à 13:55 :
C'est une litote de croire que la France a été longtemps oubliée du Koweith .Peut être pour les armes mais pas pour l'achat de magnifiques propriétés, d'usines de vignobles et autre fleurons de notre patrimoine.Notre pays avec les diverses politiques que nous avons connues a été vendu par parcelles aux Chinois et aux Emirats Que nous reste t'il vraiment ?????
a écrit le 10/08/2016 à 9:34 :
250 morts pour vendre des rafales !

on continue ?

Si on étaient les meilleurs en armement ont vendraient à des nations de premier plan pas des revendeurs de ressources primaires.
Les nations de pointe achetent des F35 pas des rafales, avion pour le tiers monde.
Désolé je fais pas dans le cocoricocoshow, seule la verité m'importe, le rafale c'est le f16 amélioré 30 ans après. Et encore, pouvez vous nous rappeler le nombre de F16 vendus?
On est ridicule à coté.
Le rafale ne peut rien faire contre un S400, il faudra appeler oncle tom.... encore.... enfin mon avis est qu'on à rien à foutre dans ces pays c'est un exemple.
On peut faire les coqs en pate face aux pays du tiers monde, on prendrait une raclée par israel aujourd'hui c'est ça la réalité concrète !
Réponse de le 10/08/2016 à 13:23 :
Le Rafale est le meilleur avion multirôle actuellement en service. Si vous cherchez un peu sur internet vous avez accès aux évaluations de l'armée suisse et brésilienne: il est meilleur que ses concurrents dans TOUS les domaines.
Les nations qui ont acheté le F35 commencent à revoir leur décision (cf Canada et Australie), car ils se rendent compte que cet avion va coûter beaucoup plus cher que prévu et qu'il n'est pas meilleur qu'un Rafale ou même un Mirage.
Pourquoi les autres nations occidentales achètent US ? Tout simplement parce qu'en achetant US, elles achètent en même temps leur protection et le soutien géopolitique de la première puissance mondiale. Un contrat entre deux nations est un contrat géopolitique avant d'être un contrat commercial, sinon comment expliquer le choix de la Suisse ou du Brésil d'acheter le Gripen ?
Réponse de le 10/08/2016 à 16:52 :
Sunchild a très bien répondu.
J'ajoute juste qu'il suffit de regarder les résultats des exercices "Red Flag" pour comprendre que le Rafale est actuellement la meilleure affaire sur le marché.
Réponse de le 10/08/2016 à 19:33 :
@ adler;

si mes souvenir sont bons , Tsahal s' est ramassé une tôle au sud Liban en 2006 contre le Hezbollah ....
Cordialement .
Réponse de le 11/08/2016 à 16:40 :
entièrement d'accord, au lieu de se gargariser de vendre des engins de la mort aux personnes qui subventionnent Daesh et autres terroristes....nous devrions être inquiets car ils possèdent à présent un sacré arsenal de la mort
a écrit le 10/08/2016 à 8:42 :
Daech, al quaida et d'autres groupes terroristes sont financés par les petromonarchies. La France arme les petromonarchies. Les armes servent ces dictatures pour réprimer leurs peuples et se retrouvent chez les terroristes. A quand un débat sur les profits des marchands de mort ?
a écrit le 10/08/2016 à 8:42 :
les occidentaux devraient sans doute arreter de vendre des armes à des pays qui pourraient bien ,un jour ,les retourner contre nous
a écrit le 10/08/2016 à 8:30 :
Le "club Témoin" prépare son opération Daguet 2
a écrit le 10/08/2016 à 8:24 :
On se félicite de vendre des armes. Les conflits au moyen orient sont visiblement une aubaine pour l'Occident belliqueux.

Ah, j'oubliais : le Koweït n'a pas grand chose à envier à l'Arabie Saoudite concernant les droits dont jouissent (ou pas) les citoyens ou visiteurs; notamment les femmes. J'ignore cependant si la peine de mort existe dans ce pays.
Réponse de le 10/08/2016 à 11:49 :
La peine de mort existe aux US, au Japon et dans beaucoup d'autre pays qui sont de grandes démocraties respectueuses des droits de l'homme. Peut être pas le meilleur critère pour savoir si on peut/doit y vendre des armes.
Si on ne vends pas des armes la bas, d'autres ne vont pas se priver (US, UK, Russie...).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :