Le Koweït s'offre pour 1 milliard d'euros 30 Caracal d'Airbus Helicopters

 |   |  990  mots
Les Caracal sont destinés à l'armée koweïtienne (24) et à la garde nationale du Koweït (6)
Les Caracal sont destinés à l'armée koweïtienne (24) et à la garde nationale du Koweït (6) (Crédits : Airbus Helicopters)
Le Koweït achète 30 hélicoptères de transport de type Caracal (H225M) pour 1,1 milliard d'euros à Airbus Helicopters.

Airbus Helicopters peut respirer... L'achat de 30 hélicoptères de transport Caracal par le Koweït est une annonce qui était attendue depuis plusieurs mois par le constructeur de Marignane avec pas mal de fébrilité. Et pour cause. Ce contrat de 1,1 milliard d'euros va apporter une bouffée d'oxygène à l'hélicoptériste européen en manque de grands contrats militaires et off-shore ces dernières années, et donc de charge de travail pour ses usines de Marignane notamment.

Airbus Helicopters est également empêtré par le crash en Norvège de la version civile du Caracal, le H225. L'enquête sur l'accident d'un H225 en Norvège en avril se poursuit et les conséquences financières sont "difficilement prévisibles à ce stade", avait estimé Airbus Group lors de la présentation des résultats semestriels.

Un partenariat de 30 ans avec le Koweït

Le contrat a été signé par le ministère de la Défense koweïtien en présence du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. Il prévoit la livraison du premier appareil dans 29 mois et du dernier dans 48 mois. Les appareils seront construits dans l'usine de Marignane. L'accord prévoit également la formation des équipages, des mécaniciens et la maintenance en conditions opérationnelles pendant au moins deux ans.

Ces appareils sont destinés à l'armée koweïtienne (24) et à la garde nationale du Koweït (6). Les Caracal seront utilisés par l'armée koweïtienne essentiellement pour des missions de "Combat search and rescue" (sauvetage de pilotes abattus), de transport et d'appui au sol. Les appareils seront livrés armés de mitrailleuses, un contrat pour l'équipement de missiles anti-navires pourra être négocié ultérieurement.

"Ce contrat s'inscrit dans le cadre d'une relation stratégique entre le Koweït et la France qui s'est bâtie au fil de plus de 30 ans d'engagement de la France aux côtés de l'Émirat notamment lors du conflit qui a suivi l'invasion du Koweït en 1990", a expliqué le ministère de la Défense dans un communiqué publié mardi. La France a par ailleurs toujours un accord de Défense avec le Koweït.

Cité dans le communiqué, Jean-Yves Le Drian a estimé que "le choix du Koweït consacre une nouvelle fois la cohésion de l'Équipe France et la qualité des industries françaises de Défense. Par cette décision, le Koweït renforce encore le partenariat stratégique qui lie nos deux pays depuis plusieurs décennies alors que nous sommes aujourd'hui engagés côte à côte dans la lutte contre Daech en Irak et en Syrie".

Un long cheminement

Les sociétés italienne Agusta et américaine Sikorsky avaient répondu à l'appel d'offres koweïtien lancé en 2013, mais il y avait "du côté koweïtien une claire volonté d'accorder ce contrat à la France, dans le cadre de nos relations institutionnelles" a indiqué une source dans l'entourage du ministre. Une intention de commande avait été annoncée en juin 2015 par l'Élysée, puis confirmée en octobre lors de la visite à Paris du Premier ministre koweïtien, Cheikh Jaber Al Moubarak Al Ahmad Al Sabah. Le contrat avait passé à la fin de cet hiver la dernière étape de son long cheminement administratif, selon nos informations. Il ne manquait plus que le feu vert de l'émir du Koweït, le cheikh Sabah Al Ahmad Al Jaber Al Sabah. C'est fait.

L'acquisition des Caracal par le Koweït confirme également la confiance des armées étrangères dans des "systèmes français éprouvés sur les théâtres d'opération où les forces armées françaises les utilisent quotidiennement", a expliqué le ministère de la Défense. Avant le Koweït, Airbus Helicopters a vendu plus d'une centaine de Caracal à la France, au Brésil, au Mexique, à la Malaisie et à l'Indonésie (108). Plus particulièrement, les forces armées koweïtiennes sont ou ont déjà été équipées par des hélicoptères d'Airbus tels que les Super Puma, les Puma ou encore les Gazelle. Airbus Helicopters entretient des relations avec l'émirat depuis plus de 40 ans.

Un contrat primordial pour Airbus Helicopters

Ce contrat était primordial pour assurer les charges de travail de 2016 et des deux années suivantes du constructeur de Marignane. Car si aucun grand contrat n'arrivait cette année, la direction d'Airbus Helicopters aurait dû mettre en place un plan B... "Ce contrat renforcera la pérennité des emplois de l'usine de Marignane, qui emploie plus de 8.000 salariés, c'est un bol d'air très significatif pour Marignane", a estimé à l'AFP Jean-Yves Le Drian.

Déjà deux de ses plus grands concurrents ont lancé des plans de restructuration. Le constructeur américain Bell  vient de supprimer en février puis en mai 260 emplois (850 personnes licenciées depuis 2014). En outre, Sikorsky avait annoncé en juin 2015 le départ de 1.400 salariés. Enfin, Airbus Helicopters ne pouvait pas se permettre une nouvelle année blanche commerciale ou presque avec le H225 (2 exemplaires vendus en 2015).

Des résultats en baisse

Au premier semestre 2016, Airbus Helicopters a enregistré 127 commandes nettes (contre 135 au premier semestre 2015). En valeur, la baisse s'élève à 14%. Le constructeur de Marignane a été notamment sélectionné comme fournisseur de services aéronautiques dans le cadre du Système de formation des pilotes militaires du Royaume-Uni (UK Military Flying Training System - UKMFTS) et a également signé un accord avec un consortium chinois en faveur de 100 H135.

Airbus Helicopters a enregistré au premier semestre un chiffre d'affaires en repli de 9 %, à 2,68 milliards d'euros, qui s'explique par un mix moins favorable d'appareils livrés malgré une hausse des livraisons à 163 unités (152 au premier semestre 2015). Enfin, l'EBIT avant éléments non récurrents d'Airbus Helicopters s'est établi à 144 millions d'euros (contre 162 millions d'euros au premier semestre), principalement sous l'effet d'un mix de livraisons moins favorable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/08/2016 à 7:05 :
Attends y a pas une erreur de calcul là ; alors qu'Airbus souhaite vendre 50 hélicoptères estimés à 2.5 milliards d'euros . Pourquoi on brade nos appareils ainsi ??
a écrit le 09/08/2016 à 20:25 :
Je suis content pour les salariés de cette société. Mais les premières livraisons sont dans 29 mois. Si je ne me trompe pas. Nous ne savons pas qui sera le président de la France, ni le gouvernement. Nous ne savons pas comment seront les relations entre les deux pays. Ni la situation politique locale. Quand l'ensemble des livraisons seront effectives, le dernier chèque encaissé, on saura si c'est un bon contrat. Ou en est Airbus sur la fiabilité de la BTP? Ces hélicoptère H225 (EC225 LP), le AS332 L2 Super Puma.et l’AS332 L1 utilise-t-il la même BTP que le H225 militaire? Si ceci n'est pas fiable le Koweit risque de faire payer des pénalités financières à Airbus. A suivre
a écrit le 09/08/2016 à 20:05 :
@ BONSOIR : et ce fabuleux contrat combien va t il couté aux contribuables français ? Au fait et les avions rafales la vente avec l'INDE ou en est on?
a écrit le 09/08/2016 à 18:49 :
francois hollande ne serait-il pas islamiste?

merkel , quatar *2 dans la DB le jour du coup d'etat /baie des cochons en turquie ne serait-elle pas salafiste?
a écrit le 09/08/2016 à 18:16 :
Magnifique, on continue de s'étonner du pourquoi du comment on a des méchants terroristes en France... On vend des armes aux plus belles démocraties du monde, bien sur après en avoir fait quelques démonstrations sur les "terrains d'opérations". Choisissons, du travail pour nos ouvriers, du pognon pour le CAC40, des attentats, et des réductions de liberté. Vive la République, vive nous...
Réponse de le 09/08/2016 à 22:29 :
sacré visionnaire, lolo! que de profondeur dans l'analyse
a écrit le 09/08/2016 à 15:59 :
Même si la situation n'est pas la même, contrairement à SARKOZY qui aura fait beaucoup de vent vendu beaucoup de MIRAGES à la place de RAFALES,, et laissé une situation catastrophique, au moins HOLLANDE vend, lui.

Et on ne parle même pas de PEUGEOT, des chatiers navals de Saint-Nazaire etc...
a écrit le 09/08/2016 à 14:17 :
Le meilleur Ministre de La Défense de la Vème République depuis Pierre Messmer. Pour nos Armées, les ventes à l'export de record en record : les industriels le plébiscitent. Ses réseaux diplomatiques privilégiés. C'est J.Y Le Drian, le seul P.S en mesure de parvenir au deuxième tour dans huit mois, puis d'etre un excellent Président de La République. Le Seul P.S ET NULLEMENT DOGMATIQUE NI SECTAIRE. H.Morin, G.Longuet nuls à ce ministère, et Alain Richard celui de Jospin-Aubry ( anti-Défense ) a détruit nos trois Armées.
Réponse de le 09/08/2016 à 18:50 :
"club temoin" google
=>tribunal militaire
Réponse de le 09/08/2016 à 18:59 :
c'est le programme "petrole contre mosquées": (A) 1 caracal =(B) 100 mosquées.
pendant 20ans mon ex beau pere a essayé de vendre le rafale => 0.
Sachant qu'aujourd'hui les drones sont bcp plus importants...
Demandez-vous quel genre d'arrangement debile a fait hollande...
Et s'il faut 10h pour anéantir (A) combien de temps faut-il pour déménager (B)?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :