Boeing frappe fort d'entrée à Farnborough et place 100 MAX chez Delta Air Lines

Boeing vient d'ouvrir le bal à Farnborough avec une commande de 100 737 MAX chez un géant du transport aérien, Delta Air Lines. Le constructeur américain signe une victoire d'envergure à plus d'un titre : il conquiert la dernière major américaine qui manquait à son tableau de chasse pour le MAX, rappelle l'existence MAX 10 face à l'A321 NEO et rassure sur l'avenir du programme.
Delta Air Lines commande 100 Boeing 737 MAX 10 au salon de Farnborough.
Delta Air Lines commande 100 Boeing 737 MAX 10 au salon de Farnborough. (Crédits : Boeing)

C'est un joli coup réussi d'entrée de jeu par Boeing au salon de Farnborough. Après plusieurs mois de discussions, le constructeur américain a finalisé une commande d'envergure avec Delta Air Lines pour son 737 MAX 10. Le 18 juillet, la compagnie a signé un contrat ferme pour 100 exemplaires du plus grand modèle de la famille 737 MAX, assorti d'options pour 30 appareils supplémentaires. Cela conforte non seulement l'avenir du 737 MAX 10, en difficulté dans son processus de certification, mais cela permet aussi à Boeing de placer son MAX chez la dernière grande compagnie américaine qui manquait à son carnet de commandes.

Après United, American Airlines ou encore Southwest, c'est donc Delta Air Lines qui bascule à son tour vers le MAX. Elle recevra ainsi ses nouveaux appareils à partir de 2025. Fidèle cliente des avions moyen-courriers de Boeing par le passé, elle avait jusqu'ici privilégié Airbus pour renouveler sa flotte avec des A220 et des A321 NEO. C'est donc une victoire significative pour Boeing.

Des MAX 10 aux côtés des A321 NEO

Le choix du modèle MAX 10 peut tout de même surprendre alors que Delta a déjà commandé pas moins de 155 A321 NEO, son plus proche compétiteur, dont trois exemplaires ont déjà été livrés. Les modèles MAX 8 et 9 semblaient mieux s'intercaler dans la flotte, dont le bas du spectre est couvert par les A220. En tout cas, cela indique qu'Airbus n'a pas intégralement verrouillé le haut du marché des monocouloirs avec l'A321 NEO, qui a enregistré plus de 4.000 commandes.

La compagnie a justifié ce choix par une volonté stratégique de déployer des avions plus grands pour remplacer sa flotte de monocouloirs actuelle, qui comprend des 737-900, des 757 ainsi que des Airbus A320 et A321 de première génération. Les nouveaux appareils seront configurés avec 182 sièges répartis en trois classes : 20 en première, 33 en Comfort+ et 129 en économie. Les A321 NEO de la compagnie comprennent pour leur part 194 places, dont 20 en première, 42 Comfort+ et 132 en économie.

Un prix intéressant

Ed Bastian, PDG de Delta Air Lines, semble en tout cas satisfait de son choix : « Le Boeing 737-10 sera un ajout important à la flotte de Delta alors que nous façonnons un avenir plus durable pour le transport aérien, avec une expérience client améliorée, un meilleur rendement énergétique et des performances de premier ordre. » La compagnie annonce ainsi un gain de consommation de 20 à 30 % par rapport à sa flotte actuelle.

Le patron de Delta a aussi dû bénéficier d'un prix attractif en dépit de la volonté de Boeing de remonter les prix du MAX depuis l'an dernier, après la grande braderie qui accompagné le redémarrage de l'appareil fin 2020. Ed Bastian a ainsi subtilement glissé : "Ces nouveaux appareils offrent une économie d'exploitation et une flexibilité de réseau supérieures, et l'accord reflète notre approche prudente du déploiement de notre capital." Selon les prix catalogue, le contrat est évalué à 13,5 milliards de dollars, et 17,5 milliards si toutes les options sont levées.

Lire aussiFaute de certification, Boeing n'exclut plus de renoncer au 737 MAX-10

L'avenir du 737 MAX 10 s'éclaircit

Cette commande semble aussi couper court aux incertitudes sur l'avenir du 737 MAX 10, suite aux difficultés de Boeing à faire avancer le programme de certification avec les autorités de régulation américaines (FAA). Si celui-ci n'accélère pas, l'avion pourrait en effet tomber sous la coupe d'une nouvelle réglementation obligeant Boeing à effectuer des modifications au sein du poste de pilotage. Ce qui pourrait compromettre les premières livraisons prévues en 2023. La semaine dernière, Dave Calhoun, PDG du constructeur américain, avait ainsi déclaré qu'il pourrait annuler le programme si l'avion n'était pas certifié d'ici la fin de l'année, ou s'il n'obtenait pas une exemption de la part de la FAA. Ce que des observateurs avaient analysé avant tout comme un moyen de mettre la pression sur les autorités américaines.

Delta s'est tout de même prémuni sur ce point et a ajouté au contrat des possibilités de conversion vers d'autres modèles de la famille MAX en cas de retard du MAX 10.

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.