Constellation OneWeb : Eutelsat va mettre en service très rapidement la deuxième génération

Eutelsat veut mettre en service dès 2027-2028 la constellation de nouvelle génération de OneWeb. Un projet évalué entre 3,5 et 4,5 milliards d'euros.
Le coût de la constellation de nouvelle génération (Gen-2) est estimé entre 3,5 et 4,5 milliards de dollars, selon une fourchette évoquée par la directrice général d'Eutelsat, Eva Berneke.
Le coût de la constellation de nouvelle génération (Gen-2) est estimé entre 3,5 et 4,5 milliards de dollars, selon une fourchette évoquée par la directrice général d'Eutelsat, Eva Berneke. (Crédits : OneWeb)

Eutelsat souhaite aller vite. Très vite. L'opérateur de satellites européen, qui a le projet d'acquérir OneWeb à la fin du premier semestre 2023, veut remettre à un bon niveau technologique la constellation éponyme en mettant en service une nouvelle génération « en 2027-2028 », a assuré le directeur technique d'Eutelsat, Pascal Homsy, en marge du lancement par Ariane 5 à Kourou du satellite Eutelsat Konnect VHTS. Eutelsat devrait envoyer aux fournisseurs intéressés les RFP (Request for proposal) d'ici « deux à quatre mois » pour participer à l'appel d'offres portant notamment sur la fourniture de 400 satellites (360 + 40 satellites de rechange), a-t-il précisé. Le coût de la constellation de nouvelle génération (Gen-2) est estimé entre 3,5 et 4,5 milliards de dollars, selon une fourchette évoquée par la directrice générale d'Eutelsat, Eva Berneke. Ce qui privera les actionnaires de dividende pour les exercices 2022-2023 et 2023-2024.

Fournisseur de la première génération de satellites OneWeb, Airbus va donc être mis en compétition. Champion des constellations, Thales Alenia Space (TAS) est déjà dans les starting-blocks, confirme-t-on au sein de la filiale de Thales (67%) et Leonardo (33%). D'autant que les dirigeants d'Eutelsat ne se sentent « pas prisonniers pour Gen-2 » des accords passés avec la société commune OneWeb et Airbus, qui fabriquent les satellites de Gen-1 dans une usine installée aux Etats-Unis, a affirmé Pascal Homsy. Pour gagner l'appel d'offres, les fournisseurs devront naturellement imaginer une organisation industrielle favorable aux industriels britanniques. Pourquoi ? Londres va conserver une « golden share » dans OneWeb dans le cadre de sa sécurité nationale. OneWeb sera à l'avenir une filiale d'Eutelsat, a d'ailleurs précisé Eva Berneke.

Pressions sur Bruxelles

En accélérant le déploiement d'une constellation de nouvelle génération, Eutelsat et sa directrice générale mettent la pression sur Bruxelles, et plus précisément sur Thierry Breton. Le commissaire européen français rêve de lancer une constellation satellitaire, qui aura une dimension de cryptologie quantique et post-quantique. Un projet estimé à 6 milliards d'euros. Bruxelles regarde donc le projet de rapprochement entre Eutelsat et OneWeb avec méfiance, regrette Eva Berneke. Le gouvernement français, qui soutient cette opération de rapprochement, va avoir un rôle pivot pour rapprocher le projet de Thierry Breton, qui a été jusqu'ici soutenu par Emmanuel Macron, à celui de la constellation OneWeb ou, à défaut, les faire coexister.

Paris, qui marche sur des œufs, devra éclaircir sa stratégie entre les deux programmes dans les prochaines semaines et préciser quelle est sa stratégie de souveraineté pour cette constellation cruciale pour l'Europe. Pas simple... « Les questions de souveraineté qui sont légitimes pour les États, complexifient en revanche nos projets », avoue Eva Berneke, qui ne désespère pas de vendre des services satellitaires à la Commission européenne. Avec OneWeb, Eutelsat dispose déjà d'une constellation en service, certes datée comme l'ont affirmé plusieurs observateurs mais ayant des fréquences et déjà des revenus depuis avril/mai. OneWeb va continuer à déployer sa constellation avec cinq lancements et demi à venir (deux avec GSLV en Inde, dont le premier est prévu mi-octobre, et 3,5 par SpaceX), pour atteindre les 600 satellites en orbite en 2023.

Eutelsat séduit de nouveaux investisseurs

Eutelsat est dans une position d'attente plutôt confortable. Avec ou sans la commission européenne, l'opérateur affirme pouvoir créer de la valeur avec la constellation OneWeb. Si des actionnaires ayant une vision de court terme ont été échaudés par ce projet de rapprochement, Eva Berneke note que d'autres le sont moins, comme CMA CGM, qui a déclaré début août avoir franchi le seuil de 5 % du capital (5,03 %) et des droits de vote d'Eutelsat quelques jours après l'annonce de ce projet. C'est aussi le cas de Bpifrance, qui a renforcé début août sa participation en achetant 2,67% du capital d'Eutelsat. Ce qui est un signe tangible du soutien de la France à cette opération. La banque publique d'investissement détenait début août 22,65% de l'opérateur de satellites.

Enfin, Eva Berneke, qui a cumulé quelques bonnes nouvelles cet été, a également annoncé avoir réglé le litige commercial avec Arianespace. La société de lancement européenne a dû interrompre les lancements de la constellation OneWeb avec Soyuz en raison de la guerre en Ukraine. Les termes de l'accord devraient être prochainement dévoilés. Il lui restera à trouver une solution pour rapatrier les 36 satellites OneWeb, qui n'ont pu être lancé à Baïkonour au Kazakhstan et qui sont conservés depuis février « dans de bonnes conditions », selon Eve Berneke.

_____________

ZOOM- Succès pour Ariane 5 : le satellite Eutelsat Konnect VHTS est en orbite

Le lanceur Ariane 5 a décollé avec succès du Centre Spatial Guyanais, mercredi à 18h45 heure locale, avec à son bord le satellite Eutelsat Konnect VHTS, destiné à fournir un accès internet à haut débit partout en Europe. Le satellite est destiné à fournir cet accès internet à haut débit notamment dans les zones où la couverture est faible. Il s'agit de réduire la fracture numérique sur le Vieux Continent et d'offrir un service comparable aux réseaux à fibre optique en termes de performances et de coûts. L'engin est volumineux, puisqu'il pèse 6,4 tonnes et mesurera 8,8 mètres de haut en configuration finale. Ce qui fait de lui le plus grand satellite construit par Thales Alenia Space. Sa durée de vie est de 15 ans. Eutelsat Konnect VHTS ne sera pas en fonction avant août 2023. « Il faut cinq mois de montée en orbite, puis quelques mois de test », détaille Eva Berneke, directrice générale d'Eutelsat. Il s'agit de l'un des ultimes lancements d'Ariane 5, trois autres sont prévus dans les prochains mois avant qu'Ariane 6 prenne le relais.

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.