Emirates pourrait bien sauver à nouveau l'Airbus A380

 |   |  745  mots
Emirates a pris livraison ce vendredi de son centième A380, vendredi 3 novembre, lors d'une cérémonie à l'aéroport de Hamburg-Finkenwerder, au siège allemand du constructeur aéronautique européen.
Emirates a pris livraison ce vendredi de son centième A380, vendredi 3 novembre, lors d'une cérémonie à l'aéroport de Hamburg-Finkenwerder, au siège allemand du constructeur aéronautique européen. (Crédits : Reuters)
Emirates espère pouvoir signer une commande de très gros porteurs Airbus A380 lors du salon de l'aéronautique de Dubaï ce mois-ci, a déclaré son président vendredi.

Emirates s'apprête une nouvelle fois à sauver l'A380, ou du moins à lui donner un grand bol d'oxygène. Alors que le Super-Jumbo d'Airbus ne se vend pas depuis des années à un point tel que la production serait proche de s'arrêter si la direction n'avait pas décidé de la réduire à un par mois l'an dernier et que la question de l'arrêt du programme se posera très vite si de nouveaux contrats ne sont pas rapidement signés, la compagnie de Dubaï, qui porte à bout de bras l'A380 avec 44% des commandes de cet avion, a indiqué ce vendredi qu'elle espérait pouvoir signer une commande d'A380 lors du salon aéronautique de Dubaï qui se déroulera du 12 au 16 novembre.

"J'espère que nous le pourrons", a déclaré ce vendredi le Président du groupe Emirates, cheikh Ahmed ben Saïd Al Maktoum, à l'occasion de la cérémonie de livraison du centième A380 de la compagnie du Golfe qui en a commandé au total 142. "Je ne crois pas que je laisserai John Leahy partir à la retraite avant d'avoir signé encore une grosse commande d'A380 au moins", a-t-il ajouté, en référence au directeur commercial d'Airbus qui partira à la retraite d'ici à la fin de l'année.

Urgence pour Airbus

Cette déclaration n'est qu'une demi-surprise. Des négociations sur une commande d'A380 Plus, une version améliorée (a minima) de l'appareil présentée en juin au Salon aéronautique Bourget, sont en cours depuis quelques mois comme en avait fait état La Tribune en juin dernier. A l'époque, les négociations portaient sur 10 à 20 avions. Mais les choses ont pu évoluer depuis; cheikh Ahmed ben Saïd Al Maktoum ayant évoqué une "grosse commande".

Pour Airbus, il y a urgence à regonfler le carnet de commandes. Sur le papier, il lui reste une centaine d'appareils à livrer, dont 42 à Emirates. Au rythme actuel des cadences, Airbus aurait donc 8 ans de production devant lui. En réalité, c'est beaucoup moins dans la mesure où un bon nombre de contrats encore inscrits dans le carnet de commandes de l'avionneur ont peu voire pas de chance de se concrétiser. Soit parce que le client a laissé entendre qu'il ne souhaitait pas les honorer (Virgin Atlantic, Singapore Airlines, Qantas) soit parce qu'il apparaît fragile financièrement. En retirant ces commandes incertaines, il ne reste plus qu'une petite cinquantaine d'appareils à livrer, soit 4 ans de production.

Poussé il y a quelques années par Emirates à remotoriser l'avion, Airbus n'a pas répondu favorablement à cette demande qui se chiffrait à plus de deux milliards d'investissements. Une remotorisation implique en effet de toucher également à voilure. Aujourd'hui l'avionneur cherche à apporter des améliorations plus légères (winglets sur les ailes, optimisation de l'espace intérieur pour ajouter des sièges...) pour relancer les ventes et assurer de la production jusqu'au milieu de la prochaine décennie au moment où l'arrivée d'une nouvelle génération de moteurs pourrait laisser envisager le lancement d'une version remotorisée mais aussi allongée de l'A380.

Lire ici : L'A380 Plus, le plan d'Airbus pour rendre l'A380 plus performant

Emirates prisonnière de l'A380?

Si elle se concrétisait, la commande d'Emirates pourrait permettre de faire la soudure. La compagnie de Dubaï dont la stratégie s'est jusqu'ici appuyée sur l'A380 a donc tout intérêt à commander des avions pour éviter l'arrêt de la production. Car, avec les contraintes aéroportuaires qui ne se cessent de s'accroître et du malthusianisme de plusieurs pays en termes d'attribution de droits de trafic, Emirates a besoin pour croître d'un appareil d'une capacité qu'aucun autre avion ne pourra lui apporter, même les plus gros biréacteurs qui se profilent comme le 777-9X (402 sièges dans une configuration de base en trois classes) et peut-être demain le 10X (450 sièges).

La direction d'Emirates n'est pas dupe.

«Ils [Airbus, Ndlr], savent qu'ils continueront le programme, et ils savent que nous continuerons d'en acheter », avaient indiqué en juin à quelques journalistes Tim Clark, le président de la compagnie Emirates (la plus grosse filiale du groupe),en marge du salon aéronautique du Bourget.

En 2013, alors que les ventes d'A380 étaient déjà en berne, Emirates avait fait un beau cadeau de Noël en commandant 50 nouveaux exemplaires.

Lire ici : Airbus A380 : pourquoi ça ne marche pas

A380 Neo, B777X, A350-1000 voire 2000, quels très gros-porteurs pour demain?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/11/2017 à 15:58 :
Qu'ils créent un A380-EXT avec 100 - 150 passagers en plus.
La structure de l'avion le permet et réduirait sensiblement le coût au km, avant de passer aux moteurs NEO.
a écrit le 04/11/2017 à 14:56 :
Curieux tout de même qu'il n'y ait qu'une seule grande compagnie qui s'intéresse à cette avion. Ont ils raison contre tous les autres, l'avenir nous le dira.
a écrit le 04/11/2017 à 11:05 :
Bonjour, c'est plutôt Airbus qui espère signer une grosse commande d'A380 avec la compagnie Emirates et non le contraire...
a écrit le 04/11/2017 à 9:01 :
L'A380 est un beau projet industriel, mais je regrette que Airbus n'est pas cree un avion plus modulables..... Surtous que des la conception se ne sont que des éléments à assemblée....
Cette entreprise a malheureusement tous parièrent sur ce seul exemplaire et a délaissé certain programme de devellopement (A400M) par exemple...
Il y a bien longtemps que nous demandons à cette entreprise de se develloper dans deux directions, aviation civile et militaire. Cela permettrait de pallier les incertitudes dès carnet de commande...
Réponse de le 04/11/2017 à 12:20 :
"Il y a bien longtemps que nous demandons à cette entreprise de se develloper dans deux directions, aviation civile et militaire. "
Si vous estimez que la direction fait fausse route pourquoi ne pas les faire profiter de vos conseils? Vous possédez certainement suffisamment d'actions pour que l'on vous écoute?
Réponse de le 04/11/2017 à 22:29 :
Attention aux fautes d'orthographe qui rendent difficile la lecture de votre commentaire
a écrit le 04/11/2017 à 8:25 :
Triste pour Airbus d'aller pleurer les commandes. Je crains que l'A350 prenne le même chemin que l'A380 contre le Dreamliner et le 777X de Boeing.
En plus toutes les affaires judiciaires, très suivies les américains, ne vont pas aider Airbus
Réponse de le 04/11/2017 à 12:22 :
" Je crains que l'A350 prenne le même chemin que l'A380 contre le Dreamliner et le 777X de Boeing. " Touchante compassion, mais il ne semble pas que ce soit le cas, le 350 fait le plein...
a écrit le 03/11/2017 à 17:53 :
Emirates a visiblement d'excellents acheteurs , car ils ont du avoir un super immense rabais à moins que l'état français ne lui donne en échange d'autres slots .
Et peut etre les deux

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :