Explosion nucléaire en Russie : les médecins intervenus sur le site examinés à Moscou

 |   |  319  mots
(Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)
L'explosion sur le site militaire, qui a été fatale à cinq scientifiques nucléaires russes, s'est produite jeudi dernier près de la ville de Severodvinsk. Le ministère de la Défense avait déclaré qu'aucune substance toxique n'avait été libérée dans l'atmosphère mais les services météorologiques ont observé des radiations 4 à 16 fois supérieures à la normale. L'ONG Greenpeace affirme qu'elles ont été 20 fois supérieures à la normale.

Les médecins qui ont soigné les victimes de l'explosion survenue la semaine dernière sur une site militaire du nord de la Russie ont été envoyés à Moscou pour passer des examens, rapporte mardi l'agence de presse Tass citant une source non identifiée.

L'agence précise qu'ils ont signé un accord de confidentialité leur interdisant de divulguer la moindre information sur cette mystérieuse explosion.

L'explosion, qui a été fatale à cinq scientifiques nucléaires russes, s'est produite jeudi dernier près de la ville de Severodvinsk (région d'Arkhangelsk, extrême nord de la Russie). L'agence atomique russe Rosatom a déclaré que l'accident s'était produit lors d'un essai de fusée sur une plateforme en mer.

Lire aussi : Explosion nucléaire en Russie: de "nouveaux armements" en cause

Le ministère de la Défense avait déclaré peu après l'accident qu'aucune substance toxique n'avait été libérée dans l'atmosphère et les niveaux de radiation étaient restés stables.

Des radiations jusqu'à 20 fois supérieures à la normale selon les estimations

Mais les services météorologiques ont observé des radiations 4 à 16 fois supérieures à la normale, rapporte mardi l'agence Tass. L'ONG Greenpeace indique pour sa part que les radiations mesurées dans le secteur ont été 20 fois supérieures à la normale.

Des experts américains pensent que l'accident s'est produit lors d'un tir d'essai du missile expérimental à propulsion nucléaire Bourevestnik (Skyfall dans la classification de l'Otan).

"L'explosion du 'Skyfall' russe inquiète les gens sur la qualité de l'air autour du site, et bien au-delà. Pas bon!", a tweeté lundi le président américain Donald Trump.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/08/2019 à 18:23 :
Les radiations suite à une explosion nucléaire sont de quelques kilomètres. Pour les mesurer, il aurait fallu être très près. Attention aux fausses informations....
a écrit le 13/08/2019 à 18:44 :
Lorsqu'on a une catastrophe comme Mayak dans ses cartons on n'est plus à un détail..Il serait temps que les sales gosses cessent de jouer avec des briquets et de l'essence..
a écrit le 13/08/2019 à 18:11 :
Une bouffée de 16 ou 20 fois le seuil normal, s'il est à 0,0001, c'est pas énorme, c'est la quantité qui compte (le "normal" n'est pas nul, y a la radioactivité naturelle, celle due aux rayons cosmiques (qui fabrique le tritium "naturel", le carbone 14 qui sert aux datations)), en Bretagne y a combien à proximité de roches granitiques (ici y a aussi des coins avec radon) ? 10 fois le seuil 'normal' ailleurs ? On manque de références.
10g de matière ou 100 tonnes(au pif, ai pas cherché) à Tchernobyl, l'effet doit être moindre.
a écrit le 13/08/2019 à 17:16 :
Vu les dangers immenses inévitables, avec extinctions majeures du vivant sur toute la planète, il serait temps que toute l'humanité entière décrète le développement de telles armes impossibles et ne pouvant qu'échouer avant leur réalisation industrielle !

Nous sommes des créateurs par l'esprit, dans un sens comme dans l'autre..., et c'est à chacun(e) de nous de se dire responsable du meilleur, en oubliant les répétitions non évolutives du pire !
a écrit le 13/08/2019 à 16:19 :
Pourquoi La Trbune cite l'ONG Greenpeace financé par les américains et qui n'y connait rien si ce n'est faire du catastrophisme. Aucune crédibilité scientifique de leur part.
Les satellites d'observations français doivent bien avoir des informations... Alors, attendons un peu et que La Tribune continue ses investigations pertinentes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :