L'Angola s'offre 17 navires de guerre du chantier naval de Cherbourg CMN

 |   |  727  mots
Privinvest a confirmé au nez et à la barbe de l'italien Leornardo (ex-Finmeccanica), la fourniture d'une série de bâtiments pour la marine angolaise.
Privinvest a confirmé au nez et à la barbe de l'italien Leornardo (ex-Finmeccanica), la "fourniture d'une série de bâtiments pour la marine angolaise". (Crédits : CMN)
Luanda passe une commande au chantier naval de Cherbourg, Constructions Mécaniques de Normandie (CMN), portant sur la vente de 17 patrouilleurs courts et longs ainsi que des intercepteurs pour un montant de 495 millions d'euros.

C'est un nouveau très joli coup commercial réussi par CMN en Afrique, et plus précisément en Angola après celui signé en 2013 avec le Mozambique. Dans un décret signé par le président José Eduardo dos Santos en date du 29 août, les autorités angolaises ont annoncé que le contrat a été attribué à Privinvest Shipbuilding Investments LCC, présidée par l'homme d'affaires français d'origine libanaise Iskandar Safa et propriétaire du chantier naval de Cherbourg, Constructions Mécaniques de Normandie (CMN).

Dans un communiqué, Privinvest a confirmé au nez et à la barbe de l'italien Leornardo (ex-Finmeccanica), la "fourniture d'une série de bâtiments pour la marine angolaise". Reste encore à financer ce contrat par les banques, toujours très prudentes. Cette commande, qui porte sur la vente de 17 patrouilleurs courts et longs ainsi que des intercepteurs pour un montant de 495 millions d'euros, sera honorée par CMN.

Des navires destinés à protéger les plateformes pétrolières

Ces navires, dont le type n'a pas été précisé, auront pour mission "l'interception et la dissuasion, ainsi que la surveillance permanente des côtes" du pays, a précisé le décret. Ils auront pour mission de protéger les plateformes pétrolières de l'Angola. La société d'Etat en charge des hydrocarbures Sonangol a d'ailleurs annoncé mi-août son intention de mettre sur le marché 18 blocs pétrolifères, tous situés en offshore, dont douze seraient extrêmement prometteurs.

Pour CMN, ce contrat s'il est confirmé, est une bonne nouvelle pour la pérennité du site de Cherbourg. Il est dans la droite ligne de celui signé par le président du Mozambique, Armando Guebuza, venu à Cherbourg en septembre 2013 avec François Hollande. CMN avaient alors vendu à ce pays 24 bateaux de pêche (dont 21 palangriers), trois intercepteurs de 32 mètres de type HSI pouvant atteindre la vitesse de 45 nœuds, et enfin, trois patrouilleurs trimarans de 42 mètres de la classe Ocean Eagle. Trois autres intercepteurs avaient été commandés par la suite par Maputo.

Construction d'un chantier naval

La holding Privinvest a également annoncé l'installation prochaine en Angola, avec la société locale Simportex, d'un chantier naval "en vue de construire des navires de guerre et de fournir une large variété de services à la flotte angolaise""Ce chantier marque une nouvelle étape dans notre coopération avec l'une des économies les plus dynamiques en Afrique", s'est réjoui le président de Privinvest, Boulos Hankach.

En Angola, Privinvest a déjà signé début juillet avec le ministère de l'Énergie et de l'Eau un protocole d'entente pour développer une production d'énergie hydraulique au cours de la prochaine décennie. L'Angola souhaite produire 9.000 Mégawatts grâce à la production d'énergie hydraulique, et fournir un accès à l'énergie pour plus de 14 millions de personnes d'ici à 2025. Les filiales de Privinvest, CMN et Hydroquest, conçoivent et produisent des turbines spéciales qui peuvent être utilisées à la fois dans les rivières et en mer.

Un pays en crise

Le contrat pour la fourniture des 17 navires a été signé avec Privinvest au moment où le pays traverse une grave crise économique en raison de la chute des cours du pétrole. Après le boom économique qui a suivi la fin de la guerre civile en 2002, l'Angola, actuel premier producteur de pétrole en Afrique subsaharienne, subit de plein fouet la chute des cours de l'or noir. L'agence de notation SP Global Ratings (ex-Standard and Poor's) a d'ailleurs abaissé en août de stable à négative la perspective d'évolution des notes d'endettement de l'Angola, en raison de l'affaiblissement de l'économie du pays qui souffre de la faiblesse des cours du pétrole.

En outre, les dépenses publiques ont été réduites dans le cadre d'un plan d'austérité, notamment le budget de la défense. Le contrat signé pour l'acquisition des navires de guerre représente plus de six fois le budget annuel de la marine. Plus d'un tiers de ses 25 millions d'habitants vivent sous le seuil de pauvreté et le cours officiel de la devise angolaise, le kwanza, a perdu plus de 60% face au dollar depuis le début 2015. Enfin, le ministre des Finances en place depuis trois ans, Armando Manuel, a été limogé lundi, sans explication officielle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2016 à 17:23 :
D'ici là qu'il n'y a pas quelques banques françaises qui participent au financement de ces bateaux de guerre...
a écrit le 12/09/2016 à 14:47 :
Bientôt une campagne TV contre la crise humanitaire en Angola ?
a écrit le 11/09/2016 à 6:37 :
Voilà encore un pays ou le peuple vit dans la misère et ne compte pas pour des dirigeants qui se pavanent grâce à leurs pétrodollars et qui achètent des bateaux pour en gagner encore plus au lieu de bâtir des écoles , de construire des routes etc..etc..
Réponse de le 11/09/2016 à 12:26 :
Il est dommage pour vous que vous pensiez que des écoles sont bénéfiques pour des " dictatures ".
Un peuple éduqué est un peuple qui réclamera toujours plus ...
Réponse de le 12/09/2016 à 14:50 :
Réponse de @ Letribun

"Un peuple éduqué est un peuple qui réclamera toujours plus ..."

D'ailleurs nous avons l'exemple du Brésil.
a écrit le 11/09/2016 à 1:20 :
amusant, un copain me disait l autre jour que ca fait 3 mois que armée et police n'étaient plus payés et que la vie quotidienne était de pire en pire genre contrôles incessants pour motif futiles et bakchich systématiques pour en réchapper.
a écrit le 11/09/2016 à 1:17 :
La Pologne reçoit des subventions européennes, mais s'aligne sur les US. L'Inde est indépendante, mais il faut être extrêmement patient. Quand à l'Angola, ce Pays dispose de champs pétroliers très importants, exploités en grande partie par Total.
a écrit le 10/09/2016 à 19:37 :
@BONSOIR : encore un fabuleux contrat comme ceux passé avec l'INDE et celui passé avec la POLOGNE plus de nouvelle POURQUOI ! et qui va faire le chèque REPOINSE les contribuables français comme pour les bateaux russes offerts à l'EGYPTE ! aucune confiance ........
Réponse de le 10/09/2016 à 20:33 :
Ne t'inquiètes pas, soit patient, cool, les signatures vont se faire !
a écrit le 10/09/2016 à 18:20 :
Excellent contrat avec l'Angola et une belle réussite pour toutes les équipes de CMN.
Réponse de le 11/09/2016 à 23:32 :
@ PNL BONSOIR; A votre âge croire au Père Noël... Ce n'est pas sérieux avec quoi se pays va nous payer si ce n'est avec l'argent des contribuables français !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :