L'Etat français sera-t-il le sauveur ou le fossoyeur de Manurhin ?

 |   |  550  mots
L'Etat a-t-il abandonné Manurhin?
L'Etat a-t-il abandonné Manurhin? (Crédits : Manurhin)
L'entreprise centenaire Manurhin est proche de la sortie de route. Bruno Le Maire promet de trouver des solutions mais....

Bruno Le Maire sera-t-il sauveur de Manurhin, une entreprise centenaire ? Le ministre de l'Economie a promis mardi de trouver "toutes les solutions" pour le fabricant de machines de munitions "Made in France", placé sous le régime de la sauvegarde depuis juin 2017. D'autant que le président du directoire de Manurhin, Rémy Thannberger. qui emploie 190 salariés, a rendez-vous mercredi tôt à la chambre commerciale du Tribunal de grande instance de Mulhouse pour une nouvelle audience cruciale pour son avenir, dont l'issue pourrait être le dépôt de bilan ou bien prolongation de la période d'observation.

"Je crois que tous nos efforts doivent être mis pour trouver un repreneur de qualité, un investisseur de qualité qui offre des perspectives à l'entreprise Manurhin", a assuré Bruno Le Maire, qui répondait à l'Assemblée nationale à une question du député MoDem, Bruno Fuchs.

Si Bruno Le Maire a une solution, c'est le moment de la dégainer pour Manurhin, une "entreprise qui fait partie du patrimoine industriel de notre pays", au moment où celle-ci a précisément rendez-vous au Tribunal de grande instance, a-t-il rappelé. Mais le ministre n'a pas précisé si la solution devait intervenir avant ou après le redressement judiciaire de l'entreprise. Ni s'il avait une solution française ou étrangère. Selon nos informations, le groupe allemand Rheinmetall serait dans les starting-blocks pour s'offrir à moindre coût l'entreprise mulhousienne à la barre du tribunal. Avec l'appui de l'Etat ? En revanche, de source proche du dossier, une solution avant dépôt de bilan pourrait venir d'un important client du Golfe de Manurhin, Oman. Ce poker menteur pourrait être in fine préjudiciable à l'entreprise mulhousienne.

Une aide de l'Etat, quelle aide ?

A l'Assemblée nationale, Bruno Le Maire a affirmé que l'Etat avait "apporté tous les soutiens financiers qu'il pouvait apporter". Selon le ministre, "nous avons apporté 12 millions d'euros de garanties à l'exportation. Nous avons débloqué 5 millions d'euros au titre de l'article 90 du Trésor pour aider au financement de l'entreprise, dont 2,8 millions ont déjà été débloqués". C'est vrai mais c'était bien avant les très graves problèmes que  Manurhin a rencontré depuis deux ans. Car le fabricant de machines de munitions n'a reçu aucun euro de l'Etat français depuis 2015 et aucune couverture de la Coface puis de Bpifrance depuis le désengagement des groupes publics du capital en 2016, selon une source proche du dossier. Ainsi, deux des plus importants contrats de Manurhin n'ont fait l'objet d'aucune garantie publique française : Oman (70 millions d'euros) et Pakistan (56 millions), qui est cours d'exécution.

"Il se trouve que tous ces soutiens financiers qui ont été apportés par l'Etat n'ont pas permis à l'entreprise de se redresser et de garnir à nouveau de manière satisfaisante le carnet comptable et le carnet de commandes de l'entreprise, a pourtant jugé le ministre. Ce qui est inexact. Car l'Etat semble avoir "abandonné" Manurhin à son sort depuis 2015. Par ailleurs, l'entreprise revendique un carnet de commandes stable de 100 millions d'euros. Et pourrait même décrocher un contrat d'un peu plus de 50 millions d'euros au Turkménistan. Si Manurhin n'avait pas des problèmes récurrents de trésorerie et de financement à l'export, le leader mondial de son secteur serait vraiment en forme. A qui la faute?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/06/2018 à 11:38 :
Tout cela me rappel et avec les mêmes arguments ,cette période en 2003 ou Michèle Alliot Marie Ministre des Armées à l'époque s'exprimait à l'assemblée Nationale , et je le pense du fond du cœur ,(Je ferais tout pour sauver GIAT Industrie) 3750 postes de travaille risquant d'y être supprimés ! Giat industrie était le premier fabricant de "FAMAS"
A cette même époque Nicolas Sarkozy Ministre de l'intérieur commande à l'étranger et
pour 90 millions d'euros 260000 pistolets SIG P2022 ,une quantité à faire rêver même l'industrie de l'armement US .Conclusion ,elle est pas belle la vie pour nos travailleurs ? ! ACHETEZ FRANCAIS !

pour
a écrit le 14/06/2018 à 23:17 :
Cela fait des années que cette entreprise est en difficultés. Il y a certainement en premier lieu un problème de Management. Pas une ligne dans l'article. C'est le management qui responsable de la gestion d'une entreprise, pas l'Etat.
a écrit le 14/06/2018 à 10:42 :
En respectant les lois de concurrence européenne , un Etat ne peut " sauver " une entreprise défaillante. Même un aide à prise partielle de l'outil indiustriel est limité. Ne nous leurrons pas, ce n'est pas le rôle de l'Etat de maintenir des " canards boîteux " vis à vis d'entrprise du même secteur qui par leurs efforts arrivent à se maintenir. Reste le cas des salariés, où dans le passé les promesses ne semblent jamais avoir été tenues.
a écrit le 14/06/2018 à 4:58 :
le maire a promis. Il faut par consequent entendre l'opposee. Ce type est un menteur.
a écrit le 13/06/2018 à 17:14 :
Une à une nos entreprises de production d'armement disparaissent sans que cela dérange le moindre de nos dirigeants.
Le grand Charles doit se retourner dans sa tombe. Où en est l'indépendance de la France, bientôt nous n'existerons plus sur le marché de volume, puis sur le marché de moyen de gamme. Combien d'emploi perdu par un manque de stratégie étatique?
a écrit le 13/06/2018 à 15:00 :
la problématique ce sont les dettes ( pertes) et le blocage par l’actionnaire ( 34%)
Pourquoi ils ont attendu aussi longtemps pour réagir ?
a écrit le 13/06/2018 à 11:14 :
Exit la manufactures d'armes de tulle (MAT 49), la manufacture d'armes de St Etienne, la manufacture d'armes de Châtellerault. Heureusement que nos zadistes font du reuz pour alimenter la fabrique de grenades. Bref, supprimons ces fossoyeurs formés dans les ors de notre république et gavés d'argent public.
a écrit le 13/06/2018 à 10:00 :
"Bruno Le Maire promet de trouver des solutions mais.... "

... c'est Bruno Le Maire.
a écrit le 13/06/2018 à 9:41 :
Au-delà du cas particulier de Manhurin, qui est avant tout triste pour les salariés et leur famille, cela illustre l'état général de l'industrie française .....
Pour l'armement par exemple, la France est la première puissance militaire du Continent, la seule qui soit en mesure de se projeter à l'extérieure,
mais le remplacement des FAMAS n'a pas été prévu.... L'armée achète des armes allemandes (!!!) sans même exiger de les produire sous licence en France !! alors que la commande porte sur 120.000 armes jusque 2030 ....
Idem pour l'agriculture, la France première économie agricole du continent ne produit presque rien en tracteurs, moissonneuses, etc ...
Réponse de le 13/06/2018 à 18:39 :
si massey-fergusson et gima à Beauvais.
a écrit le 13/06/2018 à 8:53 :
L'etat francais est le fossoyeur de toutes les entreprises depuis plus de 40 ans.
c'est pour cela que la part industriel dans le PIB est passer de 25% en 1975 a 12% aujourd'hui. Sans une vrai reforme et pas reformette de ce mille feuille c'est cuit.
a écrit le 13/06/2018 à 8:44 :
L'Etat français sera-t-il le sauveur ou le fossoyeur de Manurhin ?

force est de constater que les gouvernements de la France ont FOSSOYé tous les fleurons de l'industrie Française, de Alcatel à Alstom, Whirlpool, etc etc depuis Chirac Raffarin Devillepin Sarkozy Fillon Hollande Valls et actuellement Macron Philippe

les seules entreprises que ces gouvernements gavent d'aides sont les entreprises qui se livrent ouvertement à de l'évasion fiscale ... Renault en tête et toutes les autres bien connues

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :