La France débloque 2,5 milliards d'euros pour financer de nouveaux projets spatiaux européens

 |  | 371 mots
Lecture 2 min.
L'équipe de France va commencer le 30 septembre à coordonner sa stratégie pour la conférence ministérielle de l'ESA prévue les 27 et >28 novembre prochains à Séville dans le cadre d'une réunion du Cospace, réunissant les ministres de l'Enseignement supérieur et Recherche, des Armées et de l'Economie.
L'équipe de France va commencer le 30 septembre à coordonner sa stratégie pour la conférence ministérielle de l'ESA prévue les 27 et >28 novembre prochains à Séville dans le cadre d'une réunion du Cospace, réunissant les ministres de l'Enseignement supérieur et Recherche, des Armées et de l'Economie. (Crédits : ArianeGroup)
Dans le cadre du projet de loi de finances pour 2020, le gouvernement français a décidé de consacrer 2,5 milliards d'euros pour des nouveaux engagements de la France sur la période 2020/2022 lors de la prochaine conférence ministérielle de l'Agence spatiale européenne.

Dans le projet de loi de finances pour 2020, le gouvernement français a décidé de consacrer lors de la prochaine conférence ministérielle de l'Agence spatiale européenne (ESA) programmée fin novembre 2,5 milliards d'euros pour des nouveaux engagements financés par la France sur la période 2020/2022, selon nos informations et ainsi que l'avait révélée La Tribune. Soit une hausse de 400 millions d'euros par rapport à ce qui était initialement prévu par Bercy mais moins que ce que demandaient les industriels qui visaient entre 2,8 et 3,1 milliards. Cette enveloppe se rajoute aux engagements déjà pris lors des précédentes conférences ministérielles.

La ministre de la Recherche en charge de l'espace, Frédérique Vidal, qui va coprésider avec son homologue portugais Manuel Heitor la conférence de l'ESA, avait milité pour 2,8 milliards d'euros. Ce qui n'exclut pas non plus, explique-t-on, des bonus budgétaires dans le cadre de la politique nationale spatiale française. Sur ce volet, tout est à faire et donc à négocier entre les industriels et la puissance publique.

Le spatial, une priorité du gouvernement

Cette hausse montre "l'importance de l'espace pour ce gouvernement", explique-t-on à La Tribune. Cette enveloppe budgétaire laisse également des marges de manœuvre à la France lors des négociations entre les différents pays membres de l'ESA en général, et l'Allemagne, en particulier, lors de la conférence ministérielle prévue les 27 et 28 novembre à Séville. Une conférence qui se transforme la plupart du temps, en dépit des très nombreux travaux préparatoires, en un vaste terrain de négociations aussi bien multilatérales que bilatérales entre les ministres et les délégations présents.

De son côté, l'équipe de France va commencer le 30 septembre à coordonner sa stratégie pour ce rendez-vous de fin novembre dans le cadre d'une réunion du Cospace, réunissant les ministres de l'Enseignement supérieur et Recherche, des Armées et de l'Economie. Une première réunion du Cospace prévue début juin avait été annulée en raison de l'absence du ministre de l'Economie, Bruno Le Maire. La France se met en fin en marche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/09/2019 à 1:57 :
Mais ils manquent 5 millards d € ??? A la sécurité sociale ils nous prennent pour des C ..?
a écrit le 26/09/2019 à 21:38 :
quels projets spatiaux ?
pour faire quoi ?
pour quels bénéfices pour le peuple français ?
a écrit le 26/09/2019 à 9:29 :
encore des milliards qui partent en fumée pour le plus grand bien de la planète...
laissons nos voitures au garage c'est bon pour la planète aussi ri go los
Réponse de le 26/09/2019 à 15:24 :
non. Il n'auras pas une centime que vas lancer dans l'espace. Tout l'argent pour l'exportation spatial vas investir et dispenser sur la terre. Aussi, les innovations es l'inspiration par les activities spatial vas aider battre les problèmes environnementales.
a écrit le 25/09/2019 à 17:26 :
Pour ceux qui aiment l’actualité spatiale ,allez sur youtube et tapez Hugo lisoir il a une à deux chroniques par semaine sur le sujet.
a écrit le 25/09/2019 à 16:08 :
C'est super! Nous avons une capacité de dépense de dingue!
a écrit le 25/09/2019 à 15:53 :
On pourrait financer ça en instaurant une taxe sur les cotisations sociales des aides a domiciles des plus de 70 ans non dependants.

J'vous l'dis, j'aurai pas fait lapin j'aurais pu faire ministre moi.
Réponse de le 25/09/2019 à 18:02 :
Lapin certainement, ministre peut-etre, bosser dans le spatial : assurément non. Il vaut mieux qu'un petit lapin se limite aux affaires de carottes.
Réponse de le 26/09/2019 à 16:20 :
J'etais recevable dans le corps d'elite des cosmolapins mais j'ai été recalé sur le dernier test, celui sur les troubles de la personnalité. Coquin de sort, ça c'est joué vraiment a peu.
a écrit le 25/09/2019 à 15:25 :
Il est urgent que les forces de l'OTAN, dont l'europe, se dotent de la capacité à détruire le Glonass russe qui a permis ces attaques de drones iraniens très longue distance et très haute précision.
Réponse de le 25/09/2019 à 19:54 :
Excellente idée, et une frappe préventive histoire de créer quelques nouveaux parkings en Russie, voila des idées quelles sont bonnes. Au cas où cela vous aurait échappé, la stratégie actuelle dans l'espace est 'tu ne touches pas à mes satellites et je ne touche pas aux tiens...'.
Par ailleurs il n'y a pas que le Glonass pour se guider, un GPS US plus du recalage optique et/ou de l'inertie permettent de faire des cartons très acceptables de nos jours....
Réponse de le 25/09/2019 à 21:19 :
C'est ça, les US fournissent à l'iran l'accès à la version militaire de leur gps et en plus ils ne savent pas ce qu'ils en font...
Réponse de le 25/09/2019 à 23:54 :
"les US fournissent à l'iran l'accès à la version militaire de leur gps"
Personne n'a parlé de précision militaire, relisez ce qui est écrit...la précision du coarse est suffisante pour arriver sur la cible et finir par un guidage terminal de type optique, on peut aussi faire du différentiel si on n'est pas trop loin....
a écrit le 25/09/2019 à 13:31 :
Pas mal pour un pays fauché ...
Réponse de le 25/09/2019 à 15:28 :
C'est trois fois rien, essayez dans excel : 2e9, en trois lettres seulement !
Réponse de le 25/09/2019 à 15:29 :
Ca correspond à la cagnotte :

"Impôt à la source : l'État empoche 2 milliards de plus que prévu"
a écrit le 25/09/2019 à 13:16 :
Pour faire quoi.... Car les projet novateur ons etait abandonner depuis longtemps... La petite navette Hernes par exemple.
L'Europe dois impérativement develloper des savoir faire sur les volle habité, le retour dans l'atmosphère, ou l'emploi d'avion porteurs ( dè fusèes ou dè navette ) pour quitter les 15 000 premier mètres ...
Réponse de le 25/09/2019 à 19:58 :
Eclairez nous, je vous en prie, sur l'intérêt et le retour sur investissement des vols habités....
Quant aux 15000 m il y a longtemps que l'on sait aller bien au dessus, allez voir ce qui s'est passé le 6 octobre 1958....(on vous aide, vol sncaso SO 9050-06)
Réponse de le 27/09/2019 à 6:44 :
L'attraction terreste est des plus important á bas altitude...
Donc àu lieux d'imaginer un fusèes ou une navette qui prenent leur envolle à partir du sol , pourquoi ne pas chercher le décollage depuis un avion gros porteur , bien sûr le départ devrait être oblique et non verticale ....
Çe systeme permettre de supprimer les installations au sol et la réutilisation du porteur plusieurs centaine de fois ....
a écrit le 25/09/2019 à 11:39 :
Au lieu de financer des projets spatiales qui polluent incroyablement faite comme l’Allemagne, financez la transition écologique...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :