La pépite française Anywaves s'ouvre le marché indien

Cette spin-off du CNES a signé en décembre 2020 un premier contrat avec Pixxel, une start-up indienne du New Space.
Michel Cabirol

2 mn

(Crédits : Omnispace)

Lancée en 2017 la pépite française Anywaves, qui fabrique des antennes pour les constellations de satellites, s'est ouvert les portes du marché indien. Cette spin-off du CNES a signé en décembre 2020 un premier contrat avec Pixxel, qui a réalisé en 2020 une levée de fonds de 5 millions de dollars (sur un total de 5,7 millions). Cette start-up indienne du New Space, fondée par Awais Ahmed et Kshitij Khandelwal, a pour objectif de lancer une constellation d'au moins 24 nano-satellites pour fournir des images satellitaires mondiales, en temps réel et à des prix abordables.

Pénétrer le marché indien était l'un des objectifs clairement affichés par Anywaves au printemps 2020 pour y développer des partenariats durables. Objectif tenu : Pixxel a commandé à Anywaves deux modèles de vol de son antenne bande S pour équiper un satellite que la start-up indienne prévoit de mettre en orbite d'ici à fin 2021.

Une constellation en orbite en 2022 ?

Pixxel prévoyait jusqu'ici de lancer ses deux premiers satellites en 2021, avec une constellation à suivre en 2022. Ces antennes permettront de piloter le satellite, de lui envoyer des instructions, d'être au fait de son état de santé et de détecter d'éventuelles anomalies. En équipant Pixxel de ses antennes, l'industriel toulousain se rapproche encore un peu plus de son objectif : devenir le leader des antennes miniatures pour les constellations de satellites.

Basé à Toulouse, seul équipementier antennes européen sur ce marché, cet industriel a triplé ses effectifs en l'espace de deux ans, a placé cinq de ses produits en orbite depuis sa création et a atteint 1 million d'euros de chiffre d'affaires en 2020. Il a vendu plus de 60 antennes à ce jour, dont cinq pour Eyesat, un microsatellite de communications expérimental américain, et Angels, le premier nanosatellite "Made in France". Thales Alenia Space (TAS) a également sélectionné Anywaves pour fournir des antennes missions sur les deux premiers nanosatellites de la constellation IoT de la constellation de satellites, Omnispace.

Michel Cabirol

2 mn

En direct à 14h pm GMT - Africa digital economy forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 09/02/2021 à 16:40
Signaler
Le mot pépité fait penser à l'Or. Stop SVP. J'ai par curiosité regardé qui étaient les 400 pépites françaises. En fait rien de nouveau sous le soleil, sauf un qui si Dieu du fric, lui prête vie, sur les 400, des zombies. Comme celle qui veut concurr...

à écrit le 09/02/2021 à 10:56
Signaler
Sans être ultra négatif comme le commentaire précédent, le marché indien est plein de promesses pour les firmes nationales qui doivent démontrer être très compétitives ds la technologie.

à écrit le 09/02/2021 à 9:23
Signaler
il faut d'urgence lui envoyer plein de crabes administratifs de la technostructure qui pourront lui faire tant de tracasserie qu'elle ne menera plus ses projets, et deposera le bilan..... ( les memes que ceux qui ont empeche l'arrivee de masques , a...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.