La souveraineté passe par des armements développés et conçus de façon indépendante

 |  | 756 mots
Lecture 4 min.
Il faut garantir les moyens d'assurer la course technologique et éviter la captation des entreprises ou des données par d'autres puissances (ici sur la photo, Helios 2A).
Paris Air Forum. La France s’est dotée d’une boite à outils très complète pour protéger la Base industrielle et technologique de défense (BITD) pour contrôler les investissements étrangers en France (IEF). La Direction générale des entreprises (DGE) et la Direction générale de l'armement (DGA) veillent. Mais cela suffira-t-il dans une période inédite où la survie de certaines start-ups, PME et ETI de la BITD est clairement en jeu ? Qui va passer le cap, qui va dans le mur ? A l'occasion du Paris Air Forum, Françoise Dumas (présidente de la commission de Défense nationale et des forces armées de l'Assemblée Nationale, Antoine Bouvier (directeur de la stratégie, des fusions acquisitions et des affaires publiques chez Airbus), Thomas Courbe (directeur général des entreprises) et François Mestre (chef du Service des affaires industrielles et de l'intelligence économique à la DGA) ont participé à la table-ronde intitulée "Souveraineté : quelle stratégie et quels outils pour préserver la BITD française ?"

Préserver la BITD française afin de préserver la souveraineté du pays est une préoccupation des acteurs institutionnels et industriels. Pour Françoise Dumas, présidente de la commission de la défense à l'Assemblée nationale, il s'agit avant tout de préserver l'indépendance de l'État. Un point de vue que rejoint François Mestre, directeur en charge du Service des affaires industrielles et de l'intelligence économique à la direction générale de l'armement (DGA), qui souligne l'importance de l'autonomie industrielle, garantie notamment par le choix des partenaires avec lesquels nous travaillons.

Le directeur de la stratégie, des fusions acquisitions et des affaires publiques chez Airbus, Antoine Bouvier, souligne pour sa part l'importance cruciale de disposer de moyens techniques indépendants : les images fournies par le satellite Helios 2 avant la seconde guerre du Golfe avaient permis à...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/11/2020 à 9:46 :
Bref, il serait temps que l'on se trouve des ennemis valables afin de progresser!
a écrit le 25/11/2020 à 1:51 :
Bien joli ces dames et sieurs des industries de défense... Ils veulent que l'Armée donc l'Etat prennent en charge leurs émoluments avec pour objectifs de nous caser leurs produits... Comme leurs concurrents ou collègues en Europe, ils évitent de coopérer avec leur camarades des autres pays européens, pour conserver un max de bénefs pour eux seuls sur l'hypothétique marché à décrocher... C'est bien de prendre les gouvernements nationaux pour des vaches à lait mais il va falloir penser autrement et obliger des coopérations pour ces produits à hautes valeurs ajoutés et aux forts coûts de R&D... Les Américains usent de l'OTAN et abusent de leur déficit budgétaire afin d'avoir un outil militaire titanesque qui sert leur hégémonie mondiale et mettent une "amicale" pression diplomatique qui induisent des achats US sur étagères et profiter de leur "parapluie" défensif... pour assurer le SAV ! Le Pentagone finance les programmes du futur avec leur DARPA qui met en concurrence les champions de l'industrie US de défense et prennent une avance de plus en plus considérable avec les armes furtives, hypersoniques ou électromagnétiques, la robotique et l'IA quantique sur le champ de bataille... Nous ne pourrons jamais jouer dans la même division si les industries européennes n'arrivent pas à s'entendre et collaborer et leurs gouvernements ne plus agir en tant que vassaux des USA qui catalysent la peur exagéré des méchants épouvantails que sont les Russes, Iraniens, Chinois... !
a écrit le 24/11/2020 à 15:38 :
Quelle souveraineté ? La France est inféodée à l'Europe qui elle-même est inféodée aux USA. A partir que moment qu'il n'existe plus de préférence nationale en matière de marché publique, aucune chance de retrouver notre souveraineté.
a écrit le 24/11/2020 à 11:53 :
La souveraineté passe d'abord et avant tout par des souverains qui guident l'ensemble de la nation vers un objectif, qui peut-être de toutes sortes, la souveraineté c'est la légitimité du pouvoir validé par la classe productrice.

Le néolibéralisme actuel qui gangrène l'union européenne est l'antithèse de la souveraineté donc la question est, peut-on quand même avoir des phénomènes souverains au sein d'une nation de financiers ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :