Le 51e salon aéronautique du Bourget 2015 ? The place to be...

 |   |  705  mots
Le GIFAS attend, pour la 51e édition du salon aéronautique du Bourget, 2.260 exposants
Le GIFAS attend, pour la 51e édition du salon aéronautique du Bourget, 2.260 exposants (Crédits : <small>DR</small>)
Le plus grand salon au monde attend du 15 au 21 juin 320.000 visiteurs, dont 140.000 professionnels, venus de 181 pays.

La 51e édition du Salon aéronautique du Bourget (SIAE), qui ouvre ses portes lundi jusqu'au 21 juin prochain, sera l'endroit où il faut être pour les professionnels de l'aéronautique civile et militaire et les passionnés. Très clairement, "the place to be". C'est déjà le salon aéronautique le plus important au monde. En 2013, il avait réuni 2.215 exposants et 139.000 visiteurs professionnels représentant plus de 200.000 visites. Loin devant ses rivaux : Farnborough en Grande-Bretagne (2014) avec 1.506 exposants, ILA Berlin (2014) avec 1.203 exposants, Dubaï et Singapour avec environ 1.000 exposants. Enfin, le SIAE a assuré que 90% des visiteurs se sont déclarés satisfaits en 2013, dont 30% très satisfaits.

Nouveau record d'exposants

L'organisateur du SIAE, le Gifas, qui représente l'industrie aéronautique en France, attend cette année 2.260 exposants, soit 5 % de plus qu'en 2013, ce qui constituera un record pour Le Bourget. Près de la moitié seront étrangers et 47 pays seront représentés lors de ce salon. Quelques 320.000 visiteurs (dont 140.000 professionnels) venus de 181 pays, sont attendus au total cette année, "comme en 2013", la précédente édition (315.000), a précisé jeudi le président du GIFAS Marwan Lahoud. Selon lui, cette édition "confirme que le salon du Bourget est le premier salon mondial de l'aéronautique et de l'espace" en dépit de l'absence de nouveau programme aéronautique cette année. L'édition 2015 "s'annonce comme un bon cru", a assuré Marwan Lahoud.

Les démonstrations en vol toujours très attendues

Parmi les attractions les plus courues, les démonstrations en vol d'une vingtaine d'avions  civils et militaires. En 2015, le nouveau long-courrier d'Airbus, l'A350, sera la principale vedette du programme, avec l'avion à propulsion électrique, l'Airbus e-fan. Parmi les nouveautés à Paris, l'avion de transport ukrainien Antonov 178, le Bombardier CSeries 300 concurrent des familles A320 et B737 et, enfin, l'avion de combat pakistanais JF-17. Bien sûr, le Rafale, fort de ses deux succès à l'export, zébrera le ciel du Bourget. Les avions russes et américains resteront soit sur le tarmac, soit à la maison.

L'environnement, thème principal du salon

A quelques mois de la conférence COP21 sur les changements climatiques organisée à l'automne à Paris, le salon aéronautique du Bourget ne pouvait que mettre l'accent sur l'environnement. A cette occasion, une réunion sur le climat, baptisée "COP21 vu du ciel"  présentera le 18 juin "tout ce que fait la filière en faveur du climat, à la fois sur nos produits (...), mais aussi l'importance des objets spatiaux, en particulier les satellites" en termes de surveillance du climat, a expliqué Marwan Lahoud.

Les ministres de l'Écologie, Ségolène Royal, et des Affaires étrangères, Laurent Fabius, s'exprimeront durant cette journée lors de débats avec les industriels. L'objet de cette réunion ministérielle "sera de tracer la feuille de route pour les années qui viennent et de lancer un certain nombre de programmes". Un peu plus tôt dans la matinée, se déroulera une réunion du Conseil pour la recherche aéronautique et civile (Corac), dont 80% des efforts de recherche vont "dans le sens d'un meilleur contrôle des impacts sur le climat".

Et le match des commandes entre Airbus et Boeing

"Je pense qu'il y aura un nombre significatif de commandes commerciales Airbus et Boeing", a promis Marwan Lahoud. Airbus table sur un "nombre significatif" de commandes au prochain salon du Bourget, a estimé le directeur de la stratégie d'Airbus Group.

En 2013, Boeing avait poussé Airbus dans ses derniers retranchements au salon aéronautique du Bourget. En valeur des prises de commandes fermes obtenues à l'occasion de la cinquantième édition du salon du Bourget, l'avionneur de Chicago s'était finalement incliné de très peu : Boeing avait obtenu 302 commandes fermes, dont 52 long-courriers, pour un total de 38 milliards de dollars au prix catalogue tandis qu'Airbus avait enregistré plusieurs contrats pour un total de 241 appareils, dont 71 long-courriers, pour un montant de 39,3 milliards de dollars. En y ajoutant, les intentions d'achat, Airbus avait également dominé Boeing (68,7 milliards de dollars contre 66,29 milliards).

____

>>> TOUTE LA SEMAINE, RETROUVEZ LES VIDEOS DU PARIS AIR SHOW 2015

>>> RETROUVEZ TOUTES LES VIDEOS DU PARIS AIR FORUM 2015

DEBAT Airbus, un européen face à la mondialisation

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/06/2015 à 22:07 :
Et pas de commentaires encore sur tous les constructeurs absents ? Ainsi que sur les raisons de ces absences diverses ? Pas grave, ça viendra...
a écrit le 14/06/2015 à 19:04 :
Le salon du Bourget n'est plus the place to be depuis longtemps!!! C'est un salon sans aucuns intérêts.
a écrit le 14/06/2015 à 14:10 :
The place to be? Il faudrait peut-être demander ça à Lockheed Martin, Northrop Grumman ou encore Saab, qui ne semblent pas juger le Bourget comme un salon important...
a écrit le 21/05/2015 à 18:59 :
M. Cabirol, je ne veux pas vous corriger, bien entendu que non, à propos de "l'avionneur de Seattle", mais depuis un certain nombre d'années, les services principaux de la Boeing Corporation ont déménagé au 125 S Wacker Drive, Chicago, Illinois. 60606.
Etant très bien informé, pouvez-vous nous dire si la grande fierté européenne, l'A400 M, sera en démonstration en vol, avec à son bord le top brass de la Sté Airbus?
Réponse de le 22/05/2015 à 14:42 :
Ce n'est pas bien d'usurper le pseudo de notre pote.
Faire de l'ironie envers un journaliste qui fait autorité comme M. Michel Cabirol ne valorise surtout pas votre cause. Pensez-y.
Réponse de le 15/06/2015 à 13:04 :
M Toc Vil, avant de nous éclabousser avec votre connaissance du monde aéronautique, apprenez vous-même que Boeing demeure bel et bien implanté à Seattle puisque la majeure partie de ses activités y est regroupée. En particulier ce sont la plupart de ses "FAL" (Final Assembly Line) qui s'y trouvent. Alors avant de l'ouvrir...
a écrit le 21/05/2015 à 18:54 :
ah le Breguet Atlantic en premier plan ça m'a fait un pincement au coeur…. l'avion de mon adolescence…..peut-être que je ferai un saut au Bourget juste pour aller voir cet avion de légende…..
Réponse de le 23/05/2015 à 21:25 :
vous êtes sûr que c'est même un breguet atlantic ?…. il me semble qu'il manque une fenêtre au cockpit mais bon…
Réponse de le 25/05/2015 à 12:03 :
Le cockpit du Breguet Atlantic a 8 fenêtres symétriques et deux hublots supérieurs symétriques eux aussi.
a écrit le 21/05/2015 à 18:54 :
@ La Tribune
Antonov est ukrainien, anciennement soviétique. Les avions issus étaient en général des coopérations russo-ukrainienne.
Cette coopération a du plomb dans l'aile, et même des roquettes et obus russes de 300mm.
L'avion de transport Antonov An-178 est ukrainien, vient de faire son premier vol de validation en mai, les essais au sol avaient commencé en novembre 2014.
Pour info, la compagnie Antonov Airlines est aussi ukrainienne.
Réponse de le 22/05/2015 à 12:01 :
La coopération russo-ukrainienne vient d'être officiellement terminée cette semaine. Plus d'alliance pour les avions, ni les moteurs, ni les missiles ni pour les véhicules de combat. La Russie et la Nouvelle Ukraine sont désormais des pays ennemis l'un de l'autre, donc plus de coopération à aucun niveau. C'est officiel et la presse russe en fait des grands éditos.
a écrit le 21/05/2015 à 18:22 :
M. Cabirol, je ne veux pas vous corriger, bien entendu que non, mais j'estime qu'au lieu d'écrire " l'avion de transport russe Antonov 178" le plus correct ce serait de d'écrire "l'avion de transport ukrainien Antonov 178" car Antonov est une marque ukrainienne. Comme vous savez, nous sommes en guerre avec la Russie et lui faire une telle fleur cela procurerait une grande tristesse à nos soldats qui risquent leur vie au front de l'est. Comprenez-moi, je vous prie.
Réponse de le 22/05/2015 à 6:38 :
@Alain d 18:22
Ce n'est pas bien d'usurper le pseudo de notre pote.
Ca ne valorise pas votre cause. Vous devriez revoir la méthode.
Réponse de le 22/05/2015 à 16:44 :
Vous êtes de la rédaction, tous, à quoi bon donc s'amuser en payant la tête des lecteurs ? pas drôle….

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :