Le VBCI de Nexter est en stand-by au Qatar

 |   |  283  mots
Les pouvoirs publics français se sont mobilisés pour sauver un contrat évalué à 2 milliards d'euros au Qatar
Les pouvoirs publics français se sont mobilisés pour sauver un contrat évalué à 2 milliards d'euros au Qatar (Crédits : Nexter)
Pour sauver un contrat portant sur la vente de 490 VBCI, la France s'est beaucoup mobilisée. En attendant une décision définitive probablement fin janvier, Doha a gelé le lancement d'une nouvelle procédure de sélection d'une nouvelle plateforme.

La visite de la ministre des Armées Florence Parly le 25 novembre dernier à Doha n'a pas été vaine. Certes tout reste encore très fragile pour la France qui tente de sauver un important contrat portant sur la vente de 490 VBCI évalué à 2 milliards d'euros et promis à Nexter. Mais le Qatar se donne un peu de temps avant de prendre une décision d'ici à la fin du mois de janvier. D'ici là, Doha a semble-t-il tout gelé depuis la visite de Florence Parly au Qatar, y compris la procédure (Request for proposal) pour sélectionner une nouvelle plateforme à la place du Véhicule blindé de combat d'infanterie (VBCI). "Le RFP est en stand-by", assure-t-on à La Tribune. Ce qui reste une demi-bonne nouvelle pour la France tant la situation était critique juste avant la visite de la ministre à Doha.

Depuis le pic de crise entre Doha et Paris à propos de ce contrat remis en cause en raison de la mise en examen du patron du PSG, Nasser Al-Khelaïfi, pour corruption active par le juge Renaud Van Ruymbeke, la France s'est mobilisée. Florence Parly a pu défendre fin novembre la cause de Nexter pendant une quinzaine de minutes auprès du Dr Khalid bin Mohammed Al Attiyah, vice-premier ministre et ministre d'État aux Affaires de la Défense. L'Elysée a également pris le dossier à bras le corps. Plusieurs réunions ont été organisées pour tenter de dénouer la situation en attendant peut-être que les deux chefs d'Etat se parlent pour trouver une solution. En décembre 2017, le ministère de la Défense qatari avait signé une lettre d'intention (LoI) avec Nexter en présence d'Emmanuel Macron.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2020 à 18:29 :
Le problème c'est que la mise en examen, sans concertations avec les autres ministères, du président du PSG (qui est un ultra proche de l'émir du Qatar) est un grosse erreur. Elle n'a pas été judicieuse alors que ce genre de personnages relèvent plus des cas sous immunité diplomatique dont les affaires sont traitées à un autre niveau... Encore une fois certains ont voulu faire du buzz sans finesse et sans penser aux conséquences...Si le business du sport et les affaires de la FIA comme du CIO ou de la FIFA qui sont tout sauf claires alors il faut plutôt creuser aux sièges Suisse des organisations dont on sait que toute ingérence d'un état dans leurs "affaires" pourrait porter atteinte aux fédérations et les équipes de France et son retrait des compétitions officielles...Et pas un politique prendra ce risque de bloquer les jeux offerts aux peuples béats...
a écrit le 18/02/2020 à 18:21 :
Le problème c'est que la mise en examen, sans concertations avec les autres ministères, du président du PSG (qui est un ultra proche de l'émir du Qatar) est un grosse erreur. Elle n'a pas été judicieuse alors que ce genre de personnages relèvent plus des cas sous immunité diplomatique dont les affaires sont traitées à un autre niveau... Encore une fois certains ont voulu faire du buzz sans finesse et sans penser aux conséquences...Si le business du football et les affaires de la FIFA qui sont tout sauf claires alors il faut plutôt creuser au siège Suisse de l'organisation dont on sait que toute ingérence d'un état dans leurs "afaires" pourrait porter atteinte à la fédération et l'équipe de France et son retrait des compétitions officielles de la FIFA...Et pas un politique prendra ce risque de bloquer les jeux offerts aux peuples béats...
a écrit le 24/12/2019 à 14:30 :
Les contract d'exportation d'arme sont toujours assortie d'accords tacites entre les politiques... Donc notre pays doits effectivement se situer aussi sur notre politique , intérieur et internationnale.
Etre claire et honnétre ne devrait pas poser dè probleme á nos élites...
Mais , çela semble difficile, pour certain de nos dirigents...
a écrit le 24/12/2019 à 8:59 :
Quand j'étais jeune, j'entendais ce proverbe, en parlant que quelque chose d'irréalisable "autant vouloir vendre du sale aux bédouins"... voilà qui est fait depuis quelques années ! alors, tout semble possible maintenant
a écrit le 23/12/2019 à 16:05 :
Techniquement, en tant qu'ancien militaire, je ne vois pas à quoi peut servir un tel engin.
Réponse de le 23/12/2019 à 20:05 :
@ frbonvin ;

Le Qatar ne vas pas attaquer la Russie , mais pour lutter contre des pick up , la chose est possible ?
Réponse de le 24/12/2019 à 14:01 :
Ca sert essentiellement a s'ensabler.
Réponse de le 24/12/2019 à 14:34 :
Transporté la troupe ( l'infanterie) rapidement d'un endroit à un autre , et à fournir un appuis feu ...
Bon , maintenant, un t'elle châssis blindés, mériterait une version Cavalerie ...
a écrit le 23/12/2019 à 10:36 :
Encore une affaire de poker menteur qui va coûter cher à l'Etat, et dc aux contribuables.
Car Doha, en négociateur rusé va dder des ristournes ou des avantages technologiques supplémentaires comme dédommagement non avoué pour les frasques sanctionnées par la justice française d'un copain du Prince, PDG du PSG.
Ce qui revient à subventionner Nexter.
Pas sûr que le partenaire allemand apprécie.
Réponse de le 23/12/2019 à 13:12 :
Fatigué de ces commentaires de canapé de mecs qui se croient plus intelligents que les dirigeants des entreprises.
Sans compter la calimero attitudes. Comme si la France était le pays au monde qui se faisait avoir dans toutes ces relations internationales. Quelle bêtise !
Réponse de le 23/12/2019 à 23:09 :
L'avis du partenaire allemand est n'est pas nécessaire.
Réponse de le 24/12/2019 à 10:17 :
Oh!! On n'a pas cette ambition.
Mais on aimerait bien votre avis sur cette affaire plutôt que de vous planquer derrière des critiques stériles et inutiles.
Rappelez vous les récents pbs de Naval Group en Grèce, en Roumanie ou au Brésil.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :