Naval Group/Fincantieri : pourquoi ça fait pshittttt

 |   |  1274  mots
Trois principales raisons ont eu la peau du projet de rapprochement entre Naval Group et Fincantieri
Trois principales raisons ont eu la peau du projet de rapprochement entre Naval Group et Fincantieri (Crédits : Alessandro Bianchi)
Trois principales raisons ont eu la peau du projet de rapprochement entre Naval Group et Fincantieri : les relations polaires entre la France et l'Italie, la guerre entre Fincantieri et Leonardo, et la volonté de l'Etat français de préserver Thales.

Entre la France et l'Italie, les relations diplomatiques polaires depuis le début de l'été, ont eu principalement raison du projet Poséidon. La crise des migrants a généré des passes d'arme d'une violence inédite dans les relations entre Emmanuel Macron et le ministre de l'Intérieur italien, Matteo Salvini. Puis, les accusations de l'Italie sur le présumé rôle joué par la France dans la crise en Libye début septembre ont rajouté de l'huile sur le feu entre les deux pays. Résultat, le rapprochement entre Naval Group et Fincantieri est essentiellement tombé à l'eau en raison du froid entre les deux pays. Et ce en dépit de la volonté d'Hervé Guillou et de Giuseppe Bono, respectivement patrons de Naval Group et de Fincantieri, de poursuivre coûte que coûte cette opération. Aujourd'hui Hervé Guillou semble également résigné.

De mauvaises raisons, qui n'ont aucun lien avec le contenu du projet, ont donc joué un rôle crucial sur l'abandon du projet initial, torpillé par le changement de majorité à Rome, puis la dégradation des relations entre les deux pays. En outre, la stratégie de Fincantieri a pu interpeller en France. Début septembre, des responsables de Fincantieri ont évoqué la création d'un consortium, en association avec Autostrade per l'Italia (Aspi), pour la reconstruction du pont Morandi de Gênes, dont une partie s'est écroulé en août. Alors que l'Etat français a poussé Naval Group à se désengager des énergies renouvelables (hydroliennes), Fincantieri se lance quant à lui dans la construction de ponts... Cela fait désordre.

1/ Des relations polaires entre la France et l'Italie

Début juillet, le ministre de l'Intérieur et chef de l'extrême droite Matteo Salvini conseillait à Emmanuel Macron de "se laver la bouche parce que l'Italie à fait beaucoup plus que les Français qui continuent de repousser des personnes à Vintimille", à la frontière franco-italienne. Il répondait ainsi à la France qui accusait l'Italie "d'irresponsabilité" sur la crise des migrants. Matteo Salvini estimait également que l'Italie n'avait pas de leçons à recevoir de la part d'un pays qui, selon lui, n'a pas tenu ses engagements en matière d'accueil.

Puis, la ministre italienne de la Défense, Elisabetta Trenta, avait estimé que la France avait une part de responsabilité dans la crise libyenne de début septembre. La ministre évoquait sur sa page Facebook l'intervention militaire de la France et d'autres pays en Libye en 2011 contre le régime du colonel Kadhafi. "Evidemment, il est indéniable qu'aujourd'hui ce pays se retrouve dans cette situation parce que quelqu'un, en 2011, a privilégié ses intérêts à ceux des Libyens et de l'Europe elle-même", avait écrit la ministre. Dans la foulée, Elisabetta Trenta a annulé deux rendez-vous avec Florence Parly. Finalement, les deux ministres se sont croisées au sommet de l'OTAN.

Difficile dans ces conditions diplomatiques très tendues pour l'Elysée d'annoncer un rapprochement stratégique entre la France et l'Italie dans le domaine aussi sensible que la défense et d'organiser un événement grandiose pour le célébrer. La France et l'Italie voudront-elles néanmoins sauver la face lors du salon Euronaval (23-26 octobre) pendant lequel ce rapprochement aurait dû être célébré en grande pompe? Voudront-elles annoncer un projet a minima avec la création d'une société commune regroupant quelques actifs dans les bâtiments de surface et faisant des propositions communes franco-italienne à l'export? Ce serait la tendance. A suivre. Mais l'Etat français serait carrément schizophrène...

2/ Leonardo gagne la guerre en Italie

Depuis le lancement de Poséidon, ce projet a provoqué une guerre violente entre les deux principaux industriels italiens, Ficantieri et Leonardo, opposé à ce dossier pour des raisons industrielles. Le groupe d'électronique italien avait émis des craintes d'être mis au bord de la route cette alliance, compte tenu que Thales détient 35% de Naval Group. Leonardo a finalement gagné deux batailles, dont l'une cruciale. Alors que Giuseppe Bono avait expliqué aux Français qu'il allait récupérer les activités très stratégiques des systèmes de gestion de combat (CMS) de Leonardo, le patron de Fincantieri a in fine perdu cette bataille. Le groupe d'électronique de défense italien va garder cette activité après s'être battu et être monté au créneau pour se défendre.

Giuseppe Bono a pris une deuxième claque en se faisant souffler Vitrociset, une grosse PME qui opère dans les systèmes électroniques et informatiques dans les domaines civil et militaire par Leonardo. Fincantieri souhaitait s'emparer de ce spécialiste des systèmes de défense, de contrôle de trafic aérien, de technologies de satellites... Sauf qu'il n'avait pas anticipé que Leonardo détenait moins de 2% du capital de Vitrociset... avec un droit de préemption. Et le patron de Leonardo a bien sur exercé son droit de préemption.

Enfin, les Italiens sont arrivés à la conclusion que l'équation proposée par le projet de rapprochement n'avait pas de solutions idéales pour Leonardo. Car aussi bien du côté italien que du côté français, les deux filières navales militaires sont organisées en chaîne nationale. Le rapprochement entre les deux groupes navals implique un risque pour Leonardo et Thales... sauf à fusionner toute la filière (Leonardo, Thales, Fincantieri et Naval Group). C'est finalement ce qu'a compris Rome au bout d'un certain temps à l'issue d'une analyse très approfondie. L'Italie n'a pas voulu choisir entre ses deux champions... tout comme d'ailleurs Paris.

En tout cas, l'Italie a souhaité créer un champion européen en demandant à Leonardo et Fincantieri de renforcer leur coopération dans le secteur naval. Ce n'est ni plus ni moins le vieux plan Capricorn qui a resurgi. Pour ce faire, ils ont convenu de réorganiser leur société commune Orizzonte Sistemi Navali afin de présenter des solutions communes sur un marché naval de plus en plus concurrentiel et exigeant. "La réorganisation d'Orizzonte Sistemi Navali est la meilleure façon d'encourager le développement de l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement nationale qui contribue à la création de navires militaires, a expliqué le directeur général de Leonardo, Alessandro Profumo. Grâce à l' offre conjointe de produits et de services, nous allons augmenter la compétitivité de l'industrie italienne sur le marché international".

3/ La France incapable de choisir vraiment

Pour la France, le projet Poséidon présentait autant de problèmes que de perspectives. La Direction générale de l'armement (DGA) et l'Agence des participations de l'Etat (APE) ont toujours soutenu Thales tout en étant partisan du projet Poséidon sur le thème "rien ne peut se faire contre les intérêts du groupe d'électronique portant sur les équipements, les radars, les sonars..." Pour preuve, selon nos informations, l'Etat n'est jamais venu demander à Thales de quitter le capital de Naval Group. Ce qui suggère qu'il n'a jamais voulu un départ du groupe d'électronique de Naval Group.

Aujourd'hui, Hervé Guillou a compris que le vent avait définitivement tourné. Son regard se porterait sur TKMS (ThyssenKrupp Marine Systems) que la maison mère pourrait céder. Un vieux rêve français de 20 ans qui risque une nouvelle fois de se fracasser sur la francophobie des dirigeants allemands. Du côté de l'Etat français, "l'exécutif veut voir s'il peut organiser une alliance sur des sujets délimités, plutôt que sur la totalité des activités des deux entités", explique-t-on à La Tribune.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2018 à 13:58 :
Est-il besoin de préciser que notre armée de polytechniciens à l'origine de la prise de contrôle d'Airbus par les allemands de la vente à la découpe de la CGE puis Alcatel Alstom, puis Alstom, est à la manœuvre ?
a écrit le 15/10/2018 à 20:35 :
en réponse à chris 566
voici quelques infos sur notre voisin italien (2ieme industrie en Europe voir les donnés macro économique...) l’Italie est en première ligne pour ce qui concerne la participation aux missions internationales,
voici les missions officielles connues ainsi que les pays ou nous retrouvons les militaires italiens:
1982 Liban ( mandat ONU)
1987 /1988 Guerre du Golfe 1 Iraq 1950 soldats + frégate lance missiles + Tornado Panavia (33 militaires tués)
1990 / 1991 Golfe Persique
1991 / 1992 mission IBIS Somalie (14 militaires tués)
1991 / 1994 guerre en ex Yugoslavie
1995 / 1996 Operation decisive Enhancement
1999 / 2003 Reaction rapide OTAN STANAVFORMED
2001 / 2002 _ 2004 / 2005 Enduring Freedom
2008 / 2009 (SNMG2) Standing NATO Maritime Groupe 2
2010 UNIFIL OTAN IFOR Liban
2011 / 2013 Union Européenne Eunavfor Atalanta (Task Force 465) Golfe d’Aden _ Somalie
2013 Mare Nostrum
La listes des pays avec présence de l’ Armée Italienne : Albanie, Afghanistan, Iraq, Kosovo, Bosnie, Tchad, Macedoine, Georgie, Haiti, Maroc, Mozambique, Namibie, Pakistan, Palestine, Inde, Ruanda, Somalie, Soudan…
2018 plus de 6000 militaires (Iraq 1100 militaires Liban 1100 militaires, Afganistan 1000 militaires, Kosovo 600 militaires, Libye 400 militaires, Niger 470 militaires, Tunisie 60 militaires, Otan Aero Policing (pays baltes …) 250 militaires, …+ autres missions ) avec matériels terrestre plus de 1400 véhicules , marine plus de 20 navires et aviation plus de 100 avions. L’Armée Italienne intervient en Asie 51% , en Europe 25% , en Afrique 16%
cela pour ceux qui ne savent pas ce que font nos collègues italiens que nous côtoyons souvent dans de nombreuses missions.…. nos industries militaire coopèrent beaucoup avec l'industrie militaire italienne voir MBDA missiles société en partie italienne Leonardo, Thalès Alenia Space (satellites militaire) 50% italienne, Telespazio 100% italienne, ASI (VEGA) 100% italienne), Leonardo (drones...) 100% italienne, AVIO (moteurs Arianne) 100% italienne, Fincantieri (Fremm…) 100% italienne, ATR 50% italienne, …et voici ce que dit l'ancien président du CNES Yannick d'Escatha « le seul pays d'Europe qui avait une vraie politique spatiale complète, qui avait la volonté de maîtriser l'espace de bout en bout, depuis l'accès à l'espace jusqu'aux nombreuses applications, était la France et juste derrière l'Italie « aucun autre pays en Europe ! alors avant de dire des sottises informez vous naturellement si vous en avez la capacité intellectuelle
a écrit le 15/10/2018 à 12:36 :
Le futur est à l'électronique. Sur un bâtiment, l'architecture navale, le savoir faire d'assemblages, l'expérience maritime ne sont pas stratégiques comme le big data, l'IA, le cyber.

Donc si il y a à choisir, ce qui compte pour la France, c'est Thalès en 1er, avant DCNS.
Réponse de le 16/10/2018 à 17:15 :
Naval Group...pas DCNS
Thales est actionnaire de Naval Group....

IA ou pas faut revoir sa base de données... pas vraiment "uptodate"
a écrit le 14/10/2018 à 21:31 :
Soyons rationnel.
Je ne connais rien dans ces discussions.N’empeche que si nous n’arrivons pas à discuter entre européens pour fonder des champions mondiaux nous nous ferons manger tout cru par les chinois et les américains.Evitons de mêler sentiments politiques et populistes et affaires économiques.L’Europe est notre avenir.
a écrit le 14/10/2018 à 18:24 :
réponse a chris 556l la mécanique I talienne est pas fiable d apres votre commentaire allez visiter le CAVOUR le porte aéronef italien avec aucun probléme il ya 3 écuries italiennes de formul 1 3 marques de moto en moto GP votre participation sur des navires de guerre devait se trouver dans le désert
a écrit le 14/10/2018 à 0:23 :
„la francophobie des dirigeants allemands„ - de TKMS, de ThyssenKrupp ou des dirigeants allemands en général? Que des concurrents ne s‘aiment que rarement n‘étonnera personne, mais l‘article ne fait ressortir aucun élément qui justifie la qualification de francophobie.
Réponse de le 14/10/2018 à 20:35 :
Vous ne connaissez pas le nationalisme allemand. En cas de racht de TKMS par un repreneur francais je souhaite bonne chance à ceux qui devrons gérer ce facteur de pertes.
a écrit le 13/10/2018 à 7:45 :
Les actions italiennes sont censées. On a un président illégitime en France, marionette de grands groupes Telecom. Il succède à d'autres marionnettes. Peut-être que si l'on arrêtait d'avoir des démagogues à la tete de l'état et des grands groupes de presse, il serait possible d'échanger de manière raisonnable avec les italiens et les allemands. Mais ca n'en prend pas le chemin. On reste avec des baratineurs médiocres.
Réponse de le 13/10/2018 à 8:42 :
Même si ça ne vous plaît pas, Macron a gagné les élections et est légitime.
Ceux qui n'ont pas voté, ceux qui n'ont rien choisi n'ont qu'à se taire.
C'est trop facile de venir râler et de se plaindre derrière.
Et quand on voit ces branques de LR ou du PS ou du FN ou des insoumis, je me dis qu'on est pas si mal....
Réponse de le 13/10/2018 à 9:08 :
Jolindien résume parfaitement les choses, je le reprends à mon compte et il n'y a rien ajouter sinon regarder aussi les autres pays notamment européens.
Réponse de le 13/10/2018 à 14:34 :
Vous êtes un irresponsable , les italiens sont censées .... n'importe quoi , j'ai travaillé avec eux sur des navires miltaires et ceux sont des incapables , leurs bateaux sont juste bon pour la déco , questions électronique et mécanique n'en parlons pas .
a écrit le 12/10/2018 à 22:33 :
Bon, parfait, et pour Alstom, on récupère bientôt notre TGV vendu aux Allemands bien qu'il soit supérieur à l'ICE ? De même que pour Nexter et l'industrie française des véhicules blindés ? Ou on veut vraiment acheter un char étranger pour le faire défiler sur les Champs Elysées et faire de la pub chaque année à une entreprise étrangère ?
a écrit le 12/10/2018 à 22:07 :
Cette union mérite un bon divorce, Naval Group doit reprendre son indépendance, rien à faire avec cette entreprise, sinon on arrivera bientôt à une catastrophe sociale et économique, qui débouchera sur un rachat du total dévalué par la Chine ou autre entité .
a écrit le 12/10/2018 à 20:43 :
Depuis le début des discussions le thème principal est de savoir qui fournira les futurs systèmes de défense. Avec les neuneux que l on a, il y a tout a craindre. Maintenant une nouvelle question ce pose, sur le militaire quelle est la nature du nouvelle accord entre Fincantieri et CSSC ?
a écrit le 12/10/2018 à 19:26 :
plouf !
a écrit le 12/10/2018 à 18:50 :
le projet franco italien avait du plomb dans l’aile car les italiens avaient déjà preampté certains marchés tels sur le Brésil et cela ne pouvait donc marcher. De plus entre l’arrogance de nos gouvernants franco italien et la francophobie allemande, autant mettre là paquet pour faire un champion mondial français. Il ne faudra pas faire comme la sncf qui achète Siemens ou la police qui roule Ford et Skoda. Il faut un gouvernement de patriotes....
a écrit le 12/10/2018 à 18:02 :
La guerre navale ? completement depassée en pire to peer, si vous n'avez pas la maitrise de l'espace, l'adversaire connait la position de vos asset high end présent en très petit nombre, une tête hypersonique hyper manoeuvrante et on parle plus...

Ah pardon c'est pour foutre le boxon dans des pays du tiers monde, là ok c'est jouable comme en lybie, c'était de l'humanitaire pour sauver la samaritaine, c'est la femme d'un haut dignitaire de oran qui a confondu elle croyait que c'était le magazin. samaritaine tripolitaine, si on est pas très attentive on peut confondre hein!
Réponse de le 12/10/2018 à 19:13 :
Et la maitrise de l'espace sous-marin, les SNLE ?
Et comment ils sont protégés ou chassés ?
Et les forces de projection, comme la douzaine de porte-avions US, ou notre PA et nos BPC, qui les escorteraient ?
Je n'ai pas mémoire que les US aient utilisé une demi-douzaine de PA sur la Lybie. ?
Si un missile attaquant peut être supersonique et super-manœuvrant, un missile anti-aérien peu faire de même.
Ne pas négliger le brouillage, les leurres, les canons télé-opérés avec des obus anti-aériens, les futurs lasers et canon-électromagnétiques.
Une boule de cristal ?
---
https://www.wsj.com/articles/a-first-look-at-americas-supergun-1464359194
http://forcesoperations.com/le-tres-discret-canon-pegasus/
http://www.isl.eu/recherche/laser-technologies-electromagnetiques
https://spatioscope.com/2018/06/17/spin-launch-le-pari-dairbus-venture/#more-3547
a écrit le 12/10/2018 à 18:01 :
De toute façon italien pas fiable et la mafia dans la bergerie ....
Réponse de le 13/10/2018 à 3:37 :
Ah, pour vous la France est fiable ? Souvenez-vous d'une livraison de navire ajournee pour la Russie.
Et tant d'autres reculades.
Réponse de le 13/10/2018 à 14:29 :
Reculade de quoi ? On a refusé de vendre à un pays qui venait d'en envahir un autre. Vous appelez ça une reculade , En sens inverse vous auriez dit que c'était une honte. Sacré franchouillard !
Réponse de le 13/10/2018 à 17:49 :
@matins calmes
Russie pas gentille, donc privée de desserts !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :