Fincantieri : une liaison très, très dangereuse pour Naval Group ? (1/2)

 |   |  1038  mots
Un rapport de l'ADIT détaille les pratiques opaques de Fincantieri
Un rapport de l'ADIT détaille les pratiques opaques de Fincantieri (Crédits : Alessandro Bianchi)
Mafia, corruptions, malversations.... Un rapport du bras armé de l'Etat en matière d'intelligence économique l'ADIT, dont La Tribune a pris connaissance, détaille les pratiques opaques de Fincantieri. Un rapport qui traîne dans plusieurs ministères.

C'est un rapport de 36 pages de l'ADIT, qui est très négatif sur les pratiques du chantier naval italien Fincantieri en matière de conformité (compliance) et d'éthique. Il traîne dans plusieurs ministères, dont Bercy et l'Hôtel de Brienne, en raison du projet de rapprochement entre Fincantieri et Naval Group. Réalisé par le bras armé de l'Etat en matière d'intelligence économique (10% du capital en propre et 24% via Bpifance), ce rapport, dont La Tribune a pris connaissance, compile les affaires ou les suspicions d'affaires de corruption, qui sont imputées ces dernières années au groupe naval italien. Et ce n'est pas rien, le rapport évoque des affaires en Libye, Irak, Inde, Emirats Arabes Unis...

Par ailleurs, la lettre spécialisée Intelligence Online évoque, dans sa dernière livrée datée du 11 juillet, des "négociations à l'ancienne" pour le contrat gagné par Fincantieri au Qatar (7 navires pour un montant de 5 milliards d'euros). Intelligence Online précise que des versements ont été versés en marge du contrat, dont un de 17,4 millions d'euros. En outre, une note blanche de la DGSE, remise à Matignon ainsi qu'aux ministères des Armées et de l'Economie, relaterait par le menu détail les pratiques douteuses de Fincantieri en matière commerciale.

De nombreuses affaires devant les tribunaux

En Libye justement, la justice italienne a mis en cause en 2013 un personnage sulfureux Francesco Belsito, par ailleurs secrétaire administratif de Fincantieri en 2010, ainsi que le directeur des chantiers italien en Ligurie (2006-2011) pour leur rôle dans une tentative de vente d'un navire militaire au régime du colonel Khadafi, Cette vente "n'a finalement jamais eu lieu", note l'ADIT. "Les deux mis en cause sont pour le moment jugés pour d'autres affaires", constate le leader européen de l'intelligence stratégique. L'ex-trésorier de la Ligue du Nord, Francesco Belsito est également dans le collimateur de la justice italienne dans le cadre de la vente en 2009 de patrouilleurs aux Emirats Arabes Unis.

Fincantieri ferait par ailleurs l'objet d'une double enquête en Inde depuis 2016, "l'une pour favoritisme" et "l'autre pour d'éventuelles malversations" sur la vente de deux pétroliers-ravitailleurs à la marine indienne, selon l'ADIT, qui s'appuie sur la presse indienne. Lors d'une de ses premières sorties, l'un des deux pétroliers a vu apparaître des fissures. Fincantieri avait proposé un acier de moindre qualité contrairement aux spécifications de l'appel d'offres qui exigeait un acier de haute qualité. Enfin, le chantier naval italien a été condamné en 2014 par la Haute Cour de Londres à payer un total de 20,9 millions d'euros en faveur d'un milliardaire russe, rappelle le rapport. Yuri Shefler a accusé Fincantieri de violation de droit de propriété intellectuelle dans le cadre de l'achat du yacht Serene. Le chantier naval a fait appel de cette décision.

Conséquence des différentes procédures en cours, l'ADIT constate "une hausse continue des provisions" du groupe italien. Fincantieri explique cette augmentation des provisions pour quatre raisons : plainte de salariés réclamant des dommages après une exposition à l'amiante, provision pour le litige Serene, nombreux litiges à la suite d'un nombre important de blessures sur la chantier Monfalcone. Enfin, Fincantieri a assigné son partenaire américain Lockheed Martin devant la cour de justice du district de Columbia "pour non-respect des termes contractuels". Fincantieri dénonce des contrats passés par son partenaire américain à des chantiers locaux alors qu'il devait les signer avec une filiale du groupe italien.

Des liens avec la mafia?

Le rapport fait également état de "liens ou de suspicions" de la part de certains sous-traitants de Fincantieri "avec des organisations criminelles". En janvier 2017, la Direzione Investigativa Antimafia (DIA) de Trieste, une entité du ministère de l'Intérieur, a arrêté Antonio Palumbo, sous-traitant travaillant pour Fincantieri à Monfalcone "pour des suspicions de liens avec le clan Gionta de la Camorra (mafia napolitaine)", selon l'ADIT.

En 2013, la DIA et son homologue de la garde des finances ont arrêté six individus travaillant pour trois sous-traitants de Fincantieri pour leurs liens avec des organisations criminelles, constate l'ADIT. Puis en décembre 2014, la DIA a lancé une action en justice à l'encontre de huit cadres de Fincantieri du chantier de Monfalcone en charge des achats "pour avoir toléré des pratiques illégales de la part de sous-traitants", précise l'ADIT. En juin 2015, la justice italienne a condamné sept des huit cadres de Fincantieri concernés.

Fin 2015, le patron de Fincantieri Giuseppe Bono a reçu un courrier de la présidente de la région du Frioul-Vénétie lui demandant à améliorer la transparence des contrats de sous-traitance et d'achat de groupe. De même, le coordinateur national de la construction navale FIOM/CGIL, Bruno Papignani, évoque fréquemment le manque de transparence lié au nombre de sous-traitants de Fincantieri.

Une direction peu impliquée

"Des lacunes demeurent par rapport aux standards d'une politique de compliance", estime l'ADIT. Selon le leader européen de l'intelligence stratégique, la politique de compliance de Fincantieri, si elle évoque les agents et les consultants, elle "ne parle pas des partenaires, et d'une manière générale des offsets". En outre, détaille l'ADIT, "les paiements de facilitations sont à peine abordés, de même que les risques de corruption ou de trafic d'influence dans le cadre d'activités de lobbying réalisées pour le compte de la société par des tiers".

Enfin, le rapport constate une "absence de référence à une charte achats et responsabilité d'entreprise que les fournisseurs devraient signer et qu'ils devraient faire signer par leurs propres fournisseurs". Il n'y aurait pas non plus de mentions à "d'éventuelles vérifications préalables approfondies (due diligence) sur les fournisseurs". D'une manière générale, l'ADIT constate que Fincantieri participe peu à des réunions de groupes de travail créés par les organisations professionnelles pour développer des standards communs en matière d'éthique des affaires, y compris au niveau international. En même temps, l'ADIT évoque des cadres et des membres du conseil d'administration cités dans des affaires. Ceci pourrait expliquer cela... La France va-t-elle confirmer sa volonté de rapprocher Naval Group de Fincantieri?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/07/2018 à 9:21 :
La France voudrait juger l'Italie dans le navale?

Je vous conseil de la littérature intéressante: "Taïwan connection : Scandales et meurtres au coeur de la République". Un scandale encore d’actualité avec la confiscation de 900M de dollars en 2017. Avec tous ces meurtres on va vraiment prêcher?

"Nous satisfaisons la vérité au-dehors par des hypocrisies affectées ; nous ne voulons ni nous connaître, ni être connus ; un de nos soins est de nous tromper, et l'autre de tromper le monde."
a écrit le 14/07/2018 à 9:03 :
C'est vraiment de la folie en France. Fincantieri viens de gagner une double commande avec TUI, seulement quelques heures après la commande de Norwegian. Et tout ça pour la mafia? Le nombre de commandes cette année est vraiment impressionnant, et Fincantieri est la seule entreprise au monde à ce niveau.

Je trouve très intéressante la différence entre les attitudes en France vers l'Allemagne et vers l'Italie.

Collaboration Franco-Allemande:
-A380
-A400M
-Barracuda
-Talarion
-Mako
-Tigre
-etc

Collaboration Franco-Italienne:
-Horizon
-FREMM
-STMicro
-ATR
-Orfeo (Pléiades et Cosmo Skymed)
-Irisbus
-Neuron
-Vega

En Australie on viens de tirer à la poubelle les hélicoptères Tigre. Ça fait des années que aucun pays a commandé des A380 ou A400M. On a même du commander des C130 et renoncer aux pénalités. Le MAKO, Talarion et Barracuda sont un échec total. La coopération Franco-Allemande est basée sur Airbus, qui dépend de la famille d'avions A320 à cause des échecs A380, A400M. Avec le A350 on a eu plus d'annulations que commandes en 2014 et 2015, et actuellement les commandes sont au ralenti depuis 2016 (28 commandes pour 2018 peuvent même pas justifier l'existence du projet). Donc une alliance qui dépend de la famille A320. Sauf que Airbus est obligé à garer les avions pour des problèmes aux moteurs A320neo.

Par contre, si on regarde la liste des coopérations avec l'Italie, on ne voit que du grand succès. Pour chaque exemple, on a le champion européen: STMicro est le premier constructeur européen de semi-conducteurs, ATR le premier constructeur d'avions à turbopropulseur au monde, Horizon et FREMM sont les plus grands coopérations européennes de navires, etc. Dan le cas du Neuron, Dassault a mémé été assez candide, an avouant que l'inclusion de la politique-industrie allemande a toujours porté à l’échec des programmes européens.

Dans se contexte on continue a dénigrer l'Italie a faveur de l'Allemagne? Pour la France et l'Europe la choix de l'Allemagne a toujours porte a l’échec et la destruction, est aujourd’hui c'est encore le cas.
a écrit le 13/07/2018 à 21:12 :
C est article me rappelle un certain Mr Verdovoye à dénigrer les italiens
a écrit le 13/07/2018 à 20:57 :
bel article mr CABIROL FINCANTIERI ne sont pas personnes fréquentable mais les affaires de l exagone ne pas mieux comme les frégates vendues a Taiwan les sous marins vendus au PAKISTAN l affaire du RAINBOW WARRIOR ont fait des morts ?
Réponse de le 13/07/2018 à 23:06 :
Cet article ne faite que relater les enquêtes des journaux italiens. Je vous suggère de les lire. Etre patriote signifie aussi admettre la vérité pour que son pays s’améliore.
a écrit le 13/07/2018 à 18:21 :
Mr CABIROL après le chantier espagnol NAVANTIA c est a FINCANTIERI de ce faire tailler un costume par vous mai avant de juger Fincantieri il faut d abord balleiller devant sa porte. vous avez surement le suvenir des affaires du raibow warrio et des sous marriins vendus au PAQUISTAN avec des morts et tous les scandals qui ont suivit . et je peut aussi vous parler des magouilles de chez AREVA
a écrit le 13/07/2018 à 17:27 :
Et si Fincantieri laisse tomber la fusion? Il faudrait laisser tomber la propagande dans ces affaires.

Pour comprendre la politique d'entreprise il faut regarder les résultats, pas les "études" ADIT qui évidemment ont certains intérêts. Allemagne: marine en pleine crise, navires refusées, etc. Italie: premier groupe en Europe, qui construit à la fois porte-avions, ravitailleurs, frégates, LHDs etc, tous très performants! Espagne: déjà essayé (voir l'histoire Scorpène). BAE: on veut rigoler?

Si c'est pas la mafia, alors en Italie on a une dette extérieure haute. El la dette japonaise?! Pour la vraie mafia en Europe il faut faire une petite recherche sur l'affaire dieselgate (aucune amende, vis-à-vis 20 milliards aux Etats-Unis).

Laissons tomber la propagande, il faut regarder la performance et les résultats! Rapport price-to-performance pour les marines Européens
a écrit le 13/07/2018 à 15:13 :
Notre ministre Le Maire en acceptant l'accord de fusion n'a fait que faire rentré le loup dans la bergerie dans Naval Group... Ceci n'est qu'un remake d'autres secteurs d'activités... comme côté Chine... L'incompétence de certains haut-fonctionnaires est toujours d'actualités comme du côté de certains responsables de Naval Group qui ont touchés des rétro-commissions... Cela rappelle une histoire de sous-marin...
a écrit le 13/07/2018 à 11:40 :
Beau papier sur le commerce d'arme qui correspond bien au bon sens populaire, à la légende entretenue par les états souverains, et aux films déjà diffusés sur le sujet. Un réseau de fuite bien organisé qui vise la Camorra. N'y-a-t-il pas d'autres mafias nationales ou internationales dans ce commerce opaque et juteux?
a écrit le 12/07/2018 à 18:15 :
Et vous voulez me faire gober que nos chers gouvernants n'étaient pas au courant de ça ?

Quelle bonne blague.
Réponse de le 13/07/2018 à 10:51 :
@mouton 12/07/2018 18:15
D'accord avec vous. On a de la peine à croire que, depuis 2-3 ans, nos dirigeants n'étaient pas au courant de ces faits, qui, tout de même, doivent être prouvés mais dans le doute, on s'abstient.
Cordialement
a écrit le 12/07/2018 à 17:03 :
La defense est une industrie (sic on produit de la haute couture à très peu d'exemplaires surtout) qui perd de l'argent, qui cout un pognon de dingue et rapporte rien meme pas la capacité de nous défendre (bataclan), risques de guerre civile dans laquelle engager le charles de gaulle dans l'embouchure de la seine pourrait etre interessant.
Une industrie qui nécessite des débouchées donc des guerres donc du chaos etc...
C'est un business modèle de mafieu par excellence.
On ne peut rien militairement contre des pays disposant de l'arme nucleaire et elle se propage vitesse grand v.

La guerre aéronavale avec une surveillance satellitaire permanente et des missiles hypersoniques ? Quelle blague ! reste plus qu'a eviter les conflits réels, les proof of concepts ultime pour eviter le ridicule absolu! Ce que l'on s'attache à faire en s'attaquant exclusivement à des pays faibles avec des armement surdimensionnés pour une guerre improbable (les US developpent des petits avions d'attaque au sol meme pas furtifs).

On est equipé pour vaincre godzilla et on fait la guerre à pied dans la savane avec des legionnaires sous equipés car tout le pognon va dans la guerre à godzilla... qui n'arrivera pas.
a écrit le 12/07/2018 à 16:12 :
Excellent papier, beau travail de journaliste d'investigation. Ça détonne avec ce qu'on lit le plus souvent ailleurs... Bravo
a écrit le 12/07/2018 à 11:04 :
Rien ne marche comme il faut au LREM, ou alors de travers.
a écrit le 12/07/2018 à 9:47 :
Il n'est pas normal que les rapports à usage interne du gouvernement se retrouvent étalés dans les journaux.
On paie les fonctionnaires avec l'argent de nos impôts pour qu'ils résolvent tout un tas de problèmes, pas pour qu'ils fournissent de la copie aux journalistes.
Surtout à la presse à scandale de l'intelligentsia parisienne façon Le monde ou Mediapart, qui ne sert à rien.
Chacun chez soi, et les cochons seront bien gardés.
Ugh !
a écrit le 12/07/2018 à 9:04 :
Belle article M. Cabirol, pour être complet allez vous expliquer le système hexagonale ?? Vous pourriez partir de l'histoire des frégates Taïwanaises et de ses 12 suicidés, non ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :