Fincantieri/Naval Group : les Italiens exigent le leadership en Amérique du Sud

Malaise chez les clients et les équipes de Naval Group : Fincantieri revendique le leadership commercial dans certains pays où Naval Group est bien implanté...
Michel Cabirol
Les tractations entre Naval Group et Fincantieri soulèvent des interrogations au sein du groupe français
Les tractations entre Naval Group et Fincantieri soulèvent des interrogations au sein du groupe français (Crédits : Naval Group)

Dans les discussions de rapprochement entre Fincantieri et Naval Group, les Italiens exigent d'être les leaders sur le plan commercial dans certains zones du monde, selon plusieurs sources concordantes. Le président de Fincantieri, Giuseppe Bono revendique la Grèce et l'Amérique latine notamment où Naval Group a pourtant noué beaucoup de relations et de coopérations, selon nos informations. Aucune décision ne semble pour le moment avoir été prise, assure-t-on à La Tribune, mais les Italiens auraient déjà anticipé le coup en prenant les devants dans certains pays.

Conséquence, l'attitude italienne a déjà provoqué le trouble au sein de certains Etats clients de Naval Group comme le Brésil, qui a exprimé des inquiétudes de voir la France se retirer alors que Paris a noué une coopération sur le très long terme dans le domaine des sous-marins. En interne, ces tractations entre les deux groupes mettent également les nerfs à vif des équipes de Naval Group, d'autant qu'elles attendent un signal fort de la direction du groupe pour défendre leur pré carré face à des Italiens qui n'hésiteraient plus à marcher sur les plates-bandes des Français.

Amérique du Sud, une terre de conquête pour Naval Group?

A son arrivée à la barre du groupe, Hervé Guillou avait fait de l'Amérique latine une terre de conquêtes. D'autant que Naval Group était déjà implanté au Chili et au Brésil, deux pays qui ont choisi le groupe tricolore pour renouveler leur flotte sous-marine. Naval Group a également de nombreuses affaires en cours, dont certaines sont très matures comme en Argentine, où le groupe doit prochainement signer un contrat pour la vente de quatre patrouilleurs (OPV 90) de la classe Gowind, dont un d'occasion L'Adroit, pour un montant de 300 millions d'euros environ.

Ainsi au Brésil, la France a noué une coopération stratégique pour au moins 30 ans avec la construction de quatre Scorpène et son assistance au programme de sous-marins nucléaires (PNM). Brasilia confirme d'ailleurs régulièrement toute l'importance de ce programme dans sa vision géopolitique. La phase de conception est terminée, mais la construction ne devrait commencer qu'en 2021, pour une mise à l'eau courant 2028, cinq ans au-delà des prévisions initiales. En outre, le Brésil souhaite se doter de quatre corvettes Tamandaré (2.800 tonnes), une version améliorée des Barroso mis en service en 2009. La compétition est ouverte à tous les chantiers pour un montant estimé à 1,8 milliard de dollars. Fincantieri garde un temps d'avance sur la meute des candidats en ayant été choisi il y a quelques années pour le design des bâtiments. Le chantier italien s'appuie notamment sur son chantier Vard Promar au Brésil pour remporter la compétition au détriment de celui d'Itaguaï (Naval Group).

En Colombie, le groupe français concourt dans le cadre d'un appel d'offres pour la fourniture de quatre frégates de 3.000 à 4.000 tonnes. Une décision devrait être prise après l'élection présidentielle colombienne prévue le 27 mai. Au Pérou, il propose dans le cadre de la modernisation de la flotte de la marine péruvienne des sous-marins Scorpène et des corvettes Gowind 2500. Lima entretient d'ailleurs de mauvaises relations avec Fincantieri. Enfin, l'Uruguay souhaite acquérir des OPV. Naval Group était donné gagnant en 2014 mais la conjoncture politique du pays avait fait tomber à l'eau le choix de Montevideo.

La Grèce resterait fidèle à la France

Fincantieri, qui voulait également le leadership en Grèce, se serait fait vertement rabrouer par Athènes, selon nos informations. Pas question de discuter avec Rome, ont expliqué les Grecs. La Grèce a d'ailleurs toujours un accord depuis 2008 avec la France (Karamanlis-Sarkozy), dans lequel elle s'engage à acheter six frégates françaises armées du missile de croisière MdCN. Allié au chantier grec Elefsis, Naval Group devrait fabriquer ces frégates, dont le modèle n'était pas spécifié dans l'accord. Si les corsaires italiens ont flairé les bonnes affaires à bon compte, le savoir-faire et la technologie français en matière de naval militaire restent encore très attractif à l'export.

Michel Cabirol

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 38
à écrit le 21/05/2018 à 21:59
Signaler
Nos élites pro- europe son stupides .Macron imagone que tous les pays européens sont pro - europe .!!!! alors quel’Allemagne essaie de nous pquer des fleurons aeronautiques , que les italiensveulent faire main basse sur la partie militairede naval gr...

à écrit le 21/05/2018 à 21:58
Signaler
Nos élites pro- europe son stupides .Macron imagone que tous les pays européens sont pro - europe .!!!! alors quel’Allemagne essaie de nous pquer des fleurons aeronautiques , que les italiensveulent faire main basse sur la partie militairede naval gr...

à écrit le 19/05/2018 à 16:45
Signaler
Ils ont de la chance les américains avec leur président qui les défend, eux.

à écrit le 15/05/2018 à 14:32
Signaler
Il fallait être naïf pour croire que nous garderions le contrôle de naval group en étant minotaire.

le 15/05/2018 à 21:55
Signaler
Manifestement vous ne connaissaient pas le dossier .... Quelle salade ! Naval Groupe : il n'y a aucun actionnaire étranger il est sécurisé par son actionnaire principal : l'état français. Le dernier bilan de NG était bon.La majorité des commentaire...

le 16/05/2018 à 12:00
Signaler
@Bertrand Parce que vous faites confiance à l'État français et à son président, celui qui à bradé Alstom à Général Électric quand il était à Bercy. Je ne sais pas si cette confiance est bien placée. D'ailleurs à ce propos : https://www.mediapart.fr/...

à écrit le 15/05/2018 à 5:15
Signaler
Qui est l'actionnaire majoritaire? Pourquoi il n'y a plus d'investisseurs français? L'actionnaire réorganise son service commercial et récupère les marché. Çà vous surprend?

à écrit le 14/05/2018 à 16:45
Signaler
que cela soit de droite ou de gauche du moment où vous avez des énarques dans la négociation de dossiers sensibles vous pouvez être sûr que cela partira plus tard en vrille... le ministre de l'économie monsieur Le Maire en fait la démonstration lui q...

le 16/05/2018 à 8:34
Signaler
Constatons hélas que vous avez tout à fait raison et que ce n'est pas près de s'arrêter, nous avons eu Peychiney, Areva, Alstom, nous venons de vivre SNCF même scénario, nous vivons AF avec un PDG série "Voltaire" remplacé par le "présidium" par un...

à écrit le 14/05/2018 à 15:47
Signaler
Macron et Lemaire se sont fait rouler dans leur naiveté, par la Ruse et la Roublardise Légendaires de L'ITALIEN Fincantieri. Naval Group et STX, bientot énièmes Ex-Champions Français. Quant à Parly ! nulle, comme Lemaire nul : deux Ministres à virer...

le 14/05/2018 à 16:40
Signaler
la communauté organisée bretonne en somme!

le 14/05/2018 à 17:53
Signaler
Thierry Breton ? est un Parisien ! de toujours !

le 14/05/2018 à 17:57
Signaler
Bruno Le Maire, Florence. Parly, Thierry Breton, Parisiens ! de toujours !

à écrit le 14/05/2018 à 15:27
Signaler
Crédibilité de " Naval Group ", Fleuron Français ( bientot Ex-Fleuron ) Déjà vite Ruinée auprès des clients, par Fincantieri qui a entrepris de détruire " Naval Group " et "STX " . Responsables INCONSEQUENTS et IRRESPONSABLES Lemaire, Parly, Macr...

à écrit le 14/05/2018 à 14:07
Signaler
"les Italiens exigent le leadership" ils se croient revenus au temps de Jules Cesar ceux la, ma parole! La Grande Nation c'est nous, que je sache!

à écrit le 14/05/2018 à 13:54
Signaler
Chez nous des gars de la narine PAS DE RADIS PAS DE PARADIS Pas d'oseille vraiment pas d'merveille Chez nous des gars de la narine

à écrit le 14/05/2018 à 13:52
Signaler
Pas de soucis. Notre gouvernement va s’exécuter, dans l’intérêt de l'UE, tout comme les italiens, les allemands, les hollandais, les suédois, les polonais, savent agir aussi dans l’intérêt de l'UE...

à écrit le 14/05/2018 à 12:13
Signaler
C'est dommage que les politiques se mêlent de stratégie industriel. Ce mécano de nos énarques a déjà coûté très cher à notre pays. Pour ceux qui ont de la mémoire, CGE devenu Alcatel, Thomson -CSF qui se transforme en Technicolor, Alstom vendu en par...

à écrit le 14/05/2018 à 11:32
Signaler
Il s'agit d'une tempète dans un verre d'eau. Les gros contrat navals se négocient toujours de état à état et surtout Fincanteri ne va pas essayer de vendre les sous marin fabriqué par... DCNS ! Si ils veulent le leadership sur l'amérique du sud, ce...

à écrit le 14/05/2018 à 11:24
Signaler
Et Lui adjoindre un SOLIDE Secrétaire d'Etat sur SON choix ( de J.Y Le Drian ).

à écrit le 14/05/2018 à 10:36
Signaler
Il faut mettre fin à cette union mal négociéee avec Fincantieri, il y aura toujours des problèmes. Etre ferme et ne pas se laisser faire. Pour quoi ne pas lancer une opération avec des fonds français pour racheter cette entreprise?

le 14/05/2018 à 12:11
Signaler
Si des investisseurs privés français avaient été intéressés ils se seraient manifestés lors de la vente de la société , je ne vois pas pourquoi ils le feraint maintenant. D'autre part tous ces contrats sont conclus avec tellement de concessions aux ...

à écrit le 14/05/2018 à 10:21
Signaler
Naval Group ! assassiné par le Filou Italien. Avec J.Y Le Drian maintenu aux Armées, jamais celà n'aurait meme !!! commencé !!! avec lui, les industries françaises étaient défendues et renforcées : SA PRIORITE IMPERIEUSE. Il faut lui Ré-attribuer le...

le 14/05/2018 à 10:33
Signaler
Exact, Le Drian a au moins l'envergure ; Le reste de ce gouvernement est à jeter dans les oubliettes des bons à rien mauvais à tout, blablateurs invétérés

le 14/05/2018 à 16:17
Signaler
Et Lemaire !!!! Archi-Nul !!!!!, à remettre à l'Agriculture et Mer, où il était excellent, et Thierry Breton à l'Economie-Industrie-Commerce extérieur-numérique.

à écrit le 14/05/2018 à 10:15
Signaler
Notre Vizir ou le vice Président M. Le Maire toujours prompt à vanter par discours son efficacité montre une nouvelle fois dans ce dossier qui découle de l'affaire STX qu'il n'est qu'un piètre négociateur et pour cause n'ayant jamais "ramé" dans un...

le 14/05/2018 à 10:35
Signaler
S'il faut personnifier l'incompétence notoire absolue, Lemaire Parly Philippe en sont des emblèmes

à écrit le 14/05/2018 à 9:57
Signaler
Courte vue ces italiens ! Ils doivent vraiment avoir la dalle pour avoir de pareilles revendications...

à écrit le 14/05/2018 à 9:56
Signaler
Fincantieri c'est quoi leur valeur ajoutée à part nous prendre nos atouts ?

à écrit le 14/05/2018 à 9:41
Signaler
Les italiens semblent beaucoup compter sur la volonté française de faire l'Europe de la défense pour nous faire avaler quelques pilutes. Tout ce qu'ils vont réussir, c'est à tuer la construction en cours en mettant la charrue avant les boeufs...

à écrit le 14/05/2018 à 9:36
Signaler
Il nous faudra combien de temps pour comprendre que nous sommes les seuls à croire à ces rapprochements et à investir dans l’intérêt général de l’UE ? Tous les autres jouent sur notre naïveté pour récolter les fruits de notre technologie et long inve...

à écrit le 14/05/2018 à 9:36
Signaler
Il nous faudra combien de temps pour comprendre que nous sommes les seuls à croire à ces rapprochements et à investir dans l’intérêt général de l’UE ? Tous les autres jouent sur notre naïveté pour récolter les fruits de notre technologie et long inve...

à écrit le 14/05/2018 à 9:29
Signaler
Quel est le problème? Les italiens ont achetés le chantier naval. Ils suivent la stratégie qu'ils désirent. Ils sont les patrons. Si les francais voulaient pouvoir décider, il leur suffisait de mettre l'argent sur la table et racheter l'ensemble....

le 14/05/2018 à 9:53
Signaler
Vous racontez n'importe quoi et parlez visiblement d'un sujet que vous ne comprenez absolument pas.

le 14/05/2018 à 10:05
Signaler
Naval group n'appartient en aucun cas au italien, ceux si ont racheté uniquement STX France. Concernant Naval group, il y a seulement des discussion en vue d'un rapprochement.

à écrit le 14/05/2018 à 9:25
Signaler
Comme le dit une célèbre pub "Et ce n est pas fini" ! Sur ce dossier, la prochaine offensive des Italiens se fera a coup sur au profit de Leonardo !!! Vu la façon dont nos membres de l Olympe ont gérés la vente et le dépeçage d Alstom, l éviction de ...

à écrit le 14/05/2018 à 9:22
Signaler
La France a été COMPLETEMENT couillonnée et perd ce qui lui reste. Les Italiens ont déjà !!!! tué Naval Group et STX. Le " en meme temps " a capitulé. NAVAL GROUP MORT. Les Italiens l'expulsent partout.

à écrit le 14/05/2018 à 8:56
Signaler
Depuis des dizaines d'années la France se désindustrialise sur fond de Com. et d'arguments obscurs et nous commençons à rentrer dans le dur. Singulièrement, qu'elle est notre politique? Quand à l'Europe qui nous est semble-t-il indispensable jour apr...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.