Pour sa nouvelle ligne d'assemblage de l'A321, Airbus choisirait Toulouse et pas Hambourg

 |   |  478  mots
L'A321neo d'Airbus.
L'A321neo d'Airbus. (Crédits : Airbus)
L'installation d'une ligne de production à Toulouse de l'appareil n'entraînerait aucune suppression de postes à Hambourg, où Airbus a récemment créé quelque 950 postes, mais priverait l'usine allemande d'un surplus de croissance à l'avenir.

Airbus devrait ouvrir une nouvelle ligne d'assemblage de l'A321neo à Toulouse (Haute-Garonne), qui échapperait ainsi à Hambourg, la ville allemande où est aujourd'hui concentrée la production de l'appareil, l'avionneur européen accélérant la refonte de son organisation industrielle dans la foulée de la fin du programme du très gros porteur A380 prévue en 2021.

Une décision formelle relative à la manière dont le groupe va répondre à la forte demande pour l'A321, le plus gros avion de la famille A320, n'a pas encore été prise et de possibles installations en Chine et aux États-Unis sont également envisagées dans le cadre d'une étude au sujet de l'appareil, qu'Airbus entend finaliser cette année.

Toulouse quasi sûre d'accueillir la 9e ligne d'assemblage de la famille A320

Mais des sources industrielles ont souligné que Toulouse était presqu'assurée d'accueillir la neuvième ligne d'assemblage de la famille A320 en raison notamment des énormes hangars qui y avaient été fabriqués pour l'A380, dont l'arrêt de production a été annoncé en février en raison d'une demande insuffisante.

"Toulouse tient clairement la corde", a dit une source au fait des projets d'Airbus tandis qu'une autre a noté que l'avionneur avait failli annoncé une décision en faveur de la ville française à la fin juillet.

La hausse de capacité de production de l'A321 à l'étude

Le groupe avait alors finalement dit lancer l'étude sur la hausse de la production de l'A321, dont la demande s'est encore faite plus forte après le lancement de sa version étendue XLR au salon du Bourget en juin.

Airbus a refusé de commenter le choix de lieu de la prochaine ligne d'assemblage.

"Nous constatons un besoin d'adapter nos capacités d'assemblage pour tenir compte, à partie de 2022, de la place plus importante prise par l'A321 dans le mix de la famille A320", déclare le directeur général délégué d'Airbus Michael Schoellhorn dans un courriel envoyé par Reuters.

Avec une capacité allant de 180 à 240 sièges, l'A321 est la plus longue version de la famille A320, en concurrence frontale avec le Boeing 737 dans le segment des monocouloirs, de loin le plus important en volumes d'appareils.

Les répercussions pour l'usine de Hambourg et l'équilibre des pouvoirs

La part des livraisons d'A321 au sein de la famille A320 a triplé depuis le début du siècle pour atteindre aujourd'hui 16%. Airbus espère à terme la porter à 50%.

L'installation d'une ligne de production à Toulouse de l'appareil n'entraînerait aucune suppression de postes à Hambourg, où Airbus a récemment créé quelque 950 postes, mais priverait l'usine de la ville allemande d'un surplus de croissance à venir.

Et, selon des experts, une décision en faveur de la ville française risque de remettre en cause des accords sensibles en matière d'emplois conclus entre la France et l'Allemagne, actionnaires minoritaires d'Airbus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/08/2019 à 16:08 :
Pourquoi faire ressurgir un nationalisme délétère. Il est ici question de rationalisme, un hall de montage hors normes et bientôt inutilisé sera disponible, de plus Hambourg n’arrive pas à suivre et à des problèmes. C’est du bon sens.
a écrit le 09/08/2019 à 14:42 :
Je vous recommande "L'empreinte du Dragon" de Jean Tuan chez CLC Editions. Un "néo-polar" épicurien et érudit qui vous fera découvrir en détails la manière dont la Chine a copié l'Airbus A320 au profit de son appareil commercial le C919.
Un régal pour l'été !
Disponible en librairie sur commande et via fnac.com, amazon.fr, decitre.fr et Babelio.com
a écrit le 09/08/2019 à 10:59 :
MarcF@,donner la ligne d'assemblage de tout le programme du successeur de l'A320,me paraît impossible.2 lignes d'assemblage principales ,l'une à Toulouse,l'autre à Hambourg,c'est beaucoup plus probable.En attendant les lignes d'assemblage secondaires, chinoise et de Mobile aux USA.
Toulouse est à l'origine d'Airbus et les allemands ont été les grands gagnants de la création l'Airbus,car ils avaient un gros retard dans la technologie de la construction d'avions et grâce aux français,ils ont rattrapé ce retard .Toulouse ne se laissera pas faire.
a écrit le 09/08/2019 à 7:54 :
Des fausses espoirs et surtout des actions de populisme. La route au naufrage d'economie francaise n'est plus reversible.
a écrit le 09/08/2019 à 7:50 :
Un ligne d'assemblage à Toulouse pour mieux faire passer la pilule du successeur de l'A320 ?
Pour rappel la FAL du successeur de l'A320 doit être situé Hambourg. Les dirigeants français ont "habilement" négocié la FAL de l'A350xwb contre celle de l'A30X, tout en devenant minoritaire sur la gamme A320, c'est à dire le modèle le plus rentable du portefeuille Airbus, et en cédant des parties nobles de l'ingénierie du 350 aux allemands. Un Deal 100% perdant pour la France...encore une fois?
Réponse de le 12/08/2019 à 14:02 :
Le successeur de l'A320 ? hahaha
a écrit le 08/08/2019 à 22:54 :
petit rappel: Hambourg c'est :
les problèmes de câblage de l'A380, cachés par le site qui utilisait de vieux logiciels (ne voulait pas ceux demandés par le siège)
les problèmes d'aménagement sur ce même A380
problèmes d'aménagement de l'A321 ACF actuels (retards importants de plusieurs mois)
c'est aussi un site qui ces dernières années a été clairement privilégié en termes d'emplois par rapport à Toulouse.
donc juste retour des choses que l'A321 décolle de Toulouse
a écrit le 08/08/2019 à 19:37 :
Toulouse est la ville industrielle française la plus dynamique de France. Quand l'Etat se mêle d'affaires industrielles, c'est souvent à refaire, comme pour l'aéroport de Toulouse. Certes Berlin est plus proche de Hambourg que Paris de Toulouse. C'est une longue histoire.
a écrit le 08/08/2019 à 15:03 :
En fait celui qui a décidé d'abandonner le A380 est T.Enders,l'allemand qui était à la tête l'Airbus.On ne va pas en plus laisser aux allemands toute la production de l'A321 ,à l'heure où celui là ,est en train de dépasser en commandes l'A320,qui est assemblé à Toulouse(en laissant au passage d'énormes hangars,non utilisés à Toulouse).On n'est pas franchouillards mais on n'est pas non plus masochistes.
a écrit le 07/08/2019 à 23:55 :
Tiens pas de commentaires d'un nationaliste neo collectiviste franchouillard qui s'étonnerait que des Airbus soient produits ailleurs qu'en France et qui demanderait la nationalisation de l'entreprise avec rapatriement de toute la production à Toulouse. Ils doivent être en vacances, je ne vois que cette explication.
Réponse de le 08/08/2019 à 23:06 :
Et c'est tt mieux. Ça prouve que le couple franco allemand fait consensus en matière d'efficacité industrielle et d'excellence technologique chez Airbus même chez les eurosceptiques purs et durs. Sans oublier bien entendu la contribution incontournable de nos voisins espagnols et anglais anti brexiters.
Qd on pense au chemin parcouru depuis la création d'Airbus il y a 50 ans et le règne sans partage de l'Amérique à l'époque sur tte la filière aéronautique et spatiale et qd on voit maintenant Boeing jouer sa survie face à un Airbus conquérant et sûr de lui, on se dit nous Européens on n'a pas de pétrole, mais on a qcq chose que les autres n'ont pas : le brassage culturel et la confrontation des idées.
Aussi pour conforter l'Europe multiplions les partenariats industriels ds les filières d'avenir sur la VE et les batteries, la pile à H2 et la production de H2, les composants electroniques, l'utilisation des énergies renouvelables pour dessaler l'eau de mer à gde échelle etc...sans parler de ceux en cours ou en gestation ds la défense ou avortés ds le ferroviaire. Car La Chine est en train de prendre les moyens pour nous damer le pion sur ts ces domaines. Et elle va très vite et très fort !!
a écrit le 07/08/2019 à 17:48 :
Je comprends pas que le fond de cet article soit correcte mais une communication biaisée .Pour qui ?
Quel est la nature de l'accord d'équilibrage de charge de production entre HAMBOURG et TOULOUSE datant du début des années 2000.
La chaine A380 disparait ; 1A380 est à mon sens l'équivalent de de l'ordre de trois A321 . Il y a donc un déficit de cet ordre en faveur de Toulouse qu'il faut compenser à moins qu'un ancien président FRANCAIS d'EADS ( GALLOIS de mémoire ) est signé quelque de chose de plus favorable à l'ALLEMANGNE dans un souci de paix franco allemande
Réponse de le 08/08/2019 à 13:00 :
@mikeul
Ca m'étonnerait bien qu'une ligne d'assemblage d'A380 déjà ancienne, puisse fournir aussi vite qu'un ligne de d'A221.
Ce méga avion, l'A380, avait produit au maximum 27 exemplaires /an.
Rythme revu à la baisse, genre divisé plus que par 2.
Alors que l'usine à Mobile doit être capable sortait une cinquantaine d'A321 /an.
Structures à assembler plus grosses, câbler un A380, ce n'est pas triste, et les essais en sortie de chaine sont costauds.
Pour les avions, le câblage est souvent le point freinant. même sur une chaine éprouvée.
Donc une douzaine d'A380 contre une cinquantaine d'A321. 1/mois contre 4 /mois, le compte serait bon !
Réponse de le 08/08/2019 à 13:00 :
@mikeul
Ca m'étonnerait bien qu'une ligne d'assemblage d'A380 déjà ancienne, puisse fournir aussi vite qu'un ligne de d'A221.
Ce méga avion, l'A380, avait produit au maximum 27 exemplaires /an.
Rythme revu à la baisse, genre divisé plus que par 2.
Alors que l'usine à Mobile doit être capable sortait une cinquantaine d'A321 /an.
Structures à assembler plus grosses, câbler un A380, ce n'est pas triste, et les essais en sortie de chaine sont costauds.
Pour les avions, le câblage est souvent le point freinant. même sur une chaine éprouvée.
Donc une douzaine d'A380 contre une cinquantaine d'A321. 1/mois contre 4 /mois, le compte serait bon !
Réponse de le 08/08/2019 à 15:02 :
S'il y a un déficit de Toulouse / Hambourg, il peut s'être crée en 2018, quand l'A380 est passé à 12/an, tandis que l'Allemagne commençait a augmenter les cadences de ses lignes A32x?
a écrit le 07/08/2019 à 13:55 :
Décision logique et pleine de bon sens. Le site de Hambourg est déjà saturé au niveau de sa capacité de production et la chaine de production à Toulouse de l'A380 est sous utilisé et va bientôt disparaître...
De plus, comme le mentionne l'article, Toulouse disposent déjà des hangars immenses pour pouvoir accueillir cette nouvelle chaîne.
a écrit le 07/08/2019 à 13:32 :
J'ai visité les énormes hangars du A380.Il faut leur trouver une utilité.En plus la part du A321 est de plus en plus grande dans le mix de la famille A320.Pour ne pas déséquilibrer la répartition des tâches en faveur de Hambourg, au sein l'Airbus,il faut donner une partie de la production de l'A321 à Toulouse.Cela me paraît incontournable,en dépit des pressions allemandes.
a écrit le 07/08/2019 à 12:36 :
Ce serait un excellent choix en matière d'optimisation industrielle sans investissements majeurs sachant que les hangars prévus pour l'A380 sont à réaffecter et que les compétences existent ( Toulouse possède des lignes pour l'A320 ). Hambourg concentre plus de 60% de la production, mais les difficultés récentes de production ( liées à la robotisation des lignes ?) évoquées ds l'actualité semblent indiquer une saturation du site avec l'augmentation des cadences.
a écrit le 07/08/2019 à 12:15 :
Et pourquoi pas du côté de Mirabel, pour intégrer un peu plus les canadiens dans le mix Airbus ...?
Dans l'autre sens, une chaine pour l'A220 en Europe pourrait produire les commandes d'AirFrance ???!!
Réponse de le 07/08/2019 à 13:03 :
Bonjour,

Il est plus rationnel d'avoir, autant que possible, des usines dédiées à chaque modèle.

Après, cela peut évoluer pour équilibrer les charges de travails.

C'est ce qui se passe ici : la fin de l'A380 libère des capacités à Toulouse. Si cela n'avait pas été le cas, il aurait alors été plus logique d'augmenter la capacité d'une usine qui produit déjà ce modèle : Hambourg, Tianjin, ou Mobile.

Ensuite, ça va se jouer entre la logique industrielle et les enjeux politiques. A noter quand même que les enjeux politiques recouvrent des enjeux économiques pour chaque ville et pays.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :