Transavia : appel à la grève ce week-end, la direction espère peu de perturbations

 |   |  344  mots
La CGT de Transavia appelle le personnel de bord a faire grève ce week-end.
La CGT de Transavia appelle le personnel de bord a faire grève ce week-end. (Crédits : dr)
Le syndicat CGT de Transavia a lancé un préavis de grève entre le 16 et le 18 août. Ils réclament un meilleur management et de meilleures conditions de travail. La direction assure quant à elle que le service de la compagnie aérienne ne sera que très peu affecté.

La direction de la compagnie aérienne Transavia France "prévoit d'assurer 95% de son programme de vols" vendredi, alors que le syndicat CGT a appelé les hôtesses et stewards à faire grève de vendredi à dimanche soir.

Un appel à la grève du personnel jusqu'à début 2020

"Des perturbations de dernière minute ne sont néanmoins pas à exclure" vendredi, prévient la direction dans un communiqué.

La filiale low cost du groupe Air France-KLM publiera sur son site des informations sur ses vols et enverra des SMS aux "passagers concernés par les annulations". Les prévisions de trafic pour samedi "seront communiquées la veille".

Protestant contre "une gestion humaine et matérielle catastrophique" dans l'entreprise, la CGT, premier syndicat chez Transavia France, "appelle les hôtesses et stewards à faire grève jusqu'à dimanche soir", dans le cadre d'un préavis de grève qui court "jusqu'au 5 janvier 2020", a déclaré à l'AFP Elodie Gomes, élue CGT.

Dialogue rompu entre la direction et la CGT

"Cela fait des mois qu'on lance des appels à la direction pour retrouver un dialogue social. Il n'y a rien de soudain dans cet appel à la grève", a-t-elle ajouté, expliquant que le long préavis déposé permettrait "de lancer d'autres appels à la grève" et qu'il pourrait "évoluer pour concerner aussi les personnels au sol".

De son côté, la direction de Transavia "s'étonne" dans son communiqué de cet appel à la grève "soudain, sans volonté préalable d'échanger", et "déplore" un mouvement social pendant les "congés estivaux".

Se disant "attachée à un dialogue social constructif au sein des instances représentatives du personnel", la direction accuse la CGT d'avoir "refusé de participer aux réunions depuis plus de trois mois", alors qu'elles "portaient pourtant sur des sujets liés aux PNC (personnels navigant commerciaux, c'est-à-dire hôtesses et stewards, ndlr) et personnels au sol". Mme Gomes, élue au comité social et économique (CSE) de l'entreprise, a elle affirmé que les élus CGT étaient "toujours présents aux réunions du CSE".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/08/2019 à 15:26 :
Transavia (Air France) 40 avions
Vueling (Iberia & British) 120 avions
Eurowing (Lufthansa) 120 avions
Easyjet 330 avions
RyanAir 450 avions
Quand M. Ben Smith va-t-il mettre fin à la plaisanterie ?
Cette compagnie est minuscule et franco-centrée, interdite de se développer à la suite du veto des pilotes d'Air France et utilise des Boeing quand Air France utilise des Airbus pour être certains que les équipages ne soient pas interopérables ...
Réponse de le 16/08/2019 à 18:51 :
Il faut vous tenir au courant de l’actualité. Le SNPL est d’accord pour développer Transavia.
Les équipages ( pilotes) sont pour la plupart des PN Air France.
Quant à voler sur Boeing plutôt que sur Airbus, C’est un choix purement économique.
Réponse de le 16/08/2019 à 22:00 :
@alois
Vous avez raison Transavia peut se développer mais les contraintes sont transférés sur Air France.
C'est à dire que l'accord prévoit que jusque 2030, Air France ne puisse pas passer sous les 110 appareils mono-couloirs (114 actuellement) ni sous les 342.500 heures de vol par année. Et que Transavia ne puisse pas faire du vol domestique ni desservir Roissy CDG ...
Chez les Jésuites, cela s'appelle de la casuistique ....
Réponse de le 17/08/2019 à 9:25 :
@Pepe12
On peut aussi voir l’accord passé avec le SNPL comme une assurance que le développement de Transavia ne se fera pas en siphonnant les lignes d’AF.
Faudrait-il, à terme, faire passer tout le moyen courrier d’AF sous les couleurs de sa filiale ? On peut en discuter, mais ce n’est pas la voie choisie par les concurrents d’IAG ou de LH.
Réponse de le 17/08/2019 à 19:35 :
La flotte de Transavia est de 83 avions : 43 aux Pays Bas , 40 en France.
Eurowing à grossit récemment par la reprise par LH d’air Berlin qui avait fait faillite.
Les pilotes n’ont jamais interdit le développement de Transavia France contrairement à ce que l’on peut lire ici ou là . Les clauses étaient d’ouvrir de nouvelles négociations à l’approche de différent paliers, ce qui a été fait en plusieurs occasions pour ne jamais freiner le développement.
Votre affirmation est donc fausse mais à votre décharge celle ci est largement reprise médiatiquement depuis 2014 époque à laquelle elle a été propagée pour servir certains desseins , absolument étrangers au développement de Transavia....
Reste votre remarque , fort justifiée, sur le choix des appareils.
Pourquoi le b737-800?
Par communalité avec Transavia hollande? Peu probable , les équipages ne sont pas mixables , l’entretien ne semble pas commun.
L’idée était probablement d'éviter la porosité entre les personnels de la maison mère vers sa filiale. Résultat seul les pilotes d’air france , ayant refusé le transfert de leur activité vers une filiale moins disante socialement , ont obtenu d’y travailler .Ni les syndicats d'hôtesses et de stewards , ni les syndicats de personnels au sol ne se sont engagés sur une telle démarche.
a écrit le 16/08/2019 à 9:16 :
"la direction accuse la CGT d'avoir "refusé de participer aux réunions depuis plus de trois mois"."Mme Gomes, élue au comité social et économique (CSE) de l'entreprise, a elle affirmé que les élus CGT étaient "toujours présents aux réunions du CSE".

Dans ce cas,pour savoir qui dit vrai ,il suffisait que le journaliste demande le procès verbal du CES ou est acté les sigles syndicaux,tout les noms et propos des uns et des autres dans la réunion.Celui-ci est transmis aux partenaires sociaux généralement le mois suivant.
a écrit le 16/08/2019 à 8:33 :
Je ne sais qui a tort ou raison mais la CGT est coutumière du fait, ce qui lui permet de compter ses forces. La bonne santé économique et la rentabilité elle s’en fout.
a écrit le 15/08/2019 à 18:51 :
Tant que le syndicat majoritaire n'est pas branché, y a pas l'feu au lac.
Ainsi va le syndicalisme à la française...
a écrit le 15/08/2019 à 18:08 :
Derniers soubresauts d’une CGT moribonde qui ne représente plus personne. Mais comme c’est la CGT et que l’on se souvient de son importance passée, les médias en parlent.
C’est quand même bien dommage que quelques personnes puissent abîmer l’image d’une entreprise alors qu’ils ne représentent plus rien.
a écrit le 15/08/2019 à 18:00 :
On ne compte plus les appels a la grève de la CGT qui sont sans aucun effet sur la marche des services. Mais certains médias se font les courroies de transmission peu scrupuleuses des syndicats radicaux.
a écrit le 15/08/2019 à 17:09 :
Ah, ouf, on commençait à s'inquiéter....... l'espèce en voie d'extinction résiste. C'est Hulot qui va être content.
a écrit le 15/08/2019 à 13:37 :
Et toujours les syndicats qui cherchent à plomber leur entreprises... Il va être content le client qui se fait annuler son voyage parce que la CGT n'est pas contente, je suis sur qu'il va garder un bon souvenir de la compagnie et ne cherchera pas à voyager sur vueling pour son prochain trajet. Et après, quand la direction fera un plan social en disant que la compagnie n'est plus rentable, la CGT fera de nouveau une greve en déplorant le manque d'investissement de la direction et son manque de vision à développer. Les syndicats, dans tous les cas ils ont raisons et peuvent faire grève !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :