Transavia France, la filiale low-cost d'Air France, enfin bénéficiaire en 2017

 |   |  491  mots
(Crédits : Transavia)
Après avoir enregistré des pertes d'exploitation de plus de 30 millions d'euros en 2016, Transavia France prévoit des bénéfices en 2017. Après le maigre bénéfice d'exploitation de 1 million d'euros en 2012, ce sera donc la deuxième fois seulement que la compagnie gagne de l'argent depuis sa création en 2007 .

Après dix ans d'existence et quasiment autant d'exercices déficitaires, Transavia France, la filiale low-cost d'Air France, s'apprête enfin à dégager des bénéfices en 2017.

« Le groupe anticipe des résultats positifs pour les deux Transavia », a déclaré ce lundi à La Tribune Nathalie Stubler, PDG de Transavia France, à l'occasion du salon du tourisme IFTM-Top Résa.

Pour rappel, Air France-KLM compte aussi Transavia Holland, filiale de KLM depuis plus de 40 ans, laquelle était déjà bénéficiaire l'an dernier.

Deuxième exercice bénéficiaire en 10 ans

Une performance de taille pour Transavia France qui, à l'exception d'un maigre bénéfice d'1 million d'euros en 2012, a toujours été dans le rouge depuis 2007. Préférant communiquer sur l'ensemble du pôle Transavia, Air France-KLM ne communique pas les résultats de chacune des deux compagnies. Mais, selon nos informations, les pertes d'exploitation de Transavia France ont dépassé les 30 millions d'euros l'an dernier, (comme en 2015 d'ailleurs)

Trafic en hausse de 11% depuis janvier

La performance est d'autant plus valorisante que ces bénéfices s'inscrivent dans une phase de forte croissance de la compagnie, toujours coûteuse en frais marketing, notamment pour le lancement de nouvelles routes. Fin 2017 en effet, les capacités de Transavia auront progressé de 12% par rapport à l'année dernière. La compagnie profite du dynamisme du marché à la fois en volume et en recette unitaire. Entre janvier et fin août, le trafic de Transavia a bondi de 11%, à 4 millions de passagers, avec des coefficients d'occupation qui dépassent les 90% en moyenne (+1,5 point). Le tout avec une recette unitaire qui progresse de manière « significative ». Selon Nathalie Stubler, cette dynamique ne faiblit pas et se poursuit au cours des prochaines semaines.

Quatre nouveaux avions en 2018

Le plan de croissance est plus que jamais maintenu. Avec l'arrivée dans la flotte de quatre nouveaux B737-800 l'été prochain, Transavia France va augmenter ses capacités de 15% au cours de la prochaine saison estivale. De nouvelles lignes seront ouvertes, comme Rabat ou Alicante au départ d'Orly et la fréquence des vols sera augmentée sur les routes les plus dynamiques comme Madrid, Porto, Marrakech, Tel Aviv.... Le développement concernera également l'aéroport de Nantes qui accueillera l'été prochain un troisième avion basé.  Pour la suite, Nathalie Stubler maintient le projet de croissance annoncé d'exploiter une flotte de 40 avions à l'horizon 2020. Sept avions rentreront donc dans la flotte en 2019 et 2020. Pour aller au-delà, la compagnie devra s'entendre avec les pilotes. L'accord périmétrique signé en 2014 avec le SNPL (syndicat national des pilotes de ligne) limite en effet la flotte de la compagnie à 40 avions. Ce chantier n'est pas encore lancé.

Enfin, aujourd'hui en test, l'accord de partage de codes avec Air France sera effectif à ce moment-là dans la mesure où il devrait être mis en place cet hiver. Transavia pourra ainsi bénéficier de la force commerciale de sa maison-mère.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2017 à 15:50 :
Mais que vient faire Joon pour être en concurrence avec Transavia? Pourquoi cette dernière ne pourrait-elle pas faire du long courrier? ¨Pourquoi cette multiplicité des compagnies au sein d'Air France- KLM d'autant que, d'après des comparaisons de prix, Joon serait plus cher que Transavia sur certaines destinations aux mêmes dates, bien sûr.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :