Coup d'arrêt pour Virgin Galactic : le vaisseau spatial SpaceShipTwo cloué au sol par la FAA

Virgin Galactic, entreprise fondée par le milliardaire Richard Branson en 2004 et cotée à Wall Street, vient de voir ses vols d'essais suspendus et son vaisseau immobilisé jusqu'à nouvel ordre par l'agence américaine de l'aviation (FAA). Cette décision survient deux jours après que le New Yorker a révélé dans une enquête un incident grave survenu lors du vol de SpaceShipTwo le 11 juillet dernier.

4 mn

Le vaisseau spatial SpaceShipTwo de Virgin Galactic.
Le vaisseau spatial SpaceShipTwo de Virgin Galactic. (Crédits : Virgin Galactic)

Richard Branson avait lui-même montré l'exemple. Le 11 juillet dernier, le fondateur de Virgin Galactic avait embarqué pour un vol au sein du vaisseau SpaceShipTwo afin de tester et de vivre l'expérience que vivront ses futurs clients, à priori dès début 2022. Objectif de l'entrepreneur : marquer l'avènement du tourisme spatial et l'entrée dans cette nouvelle ère de sa société fondée en 2004. Déjà, entre 2005 et 2014, environ 600 personnes, dont des célébrités hollywoodiennes, ont payé leur billet pour ce voyage qui dépasse les 80 km d'altitude - la limite de l'espace selon l'armée américaine -, avant de redescendre en planant.

Mais jeudi, la FAA, l'agence américaine de l'aviation, a annoncé enquêter sur une déviation de trajectoire observée lors du vol d'essai. De quoi porter un coup d'arrêt radical aux ambitions de la société spatiale.

Des milliardaires animés par une course à l'espace

Ce vol d'essai du 11 juillet intervenait neuf jours avant un vol similaire du vaisseau de la société Blue Origin, fondée par son concurrent, Jeff Bezos, en 2000. Une manière symbolique de mettre en scène la course à l'espace qui anime ces milliardaires, dans un secteur où la compétition fait rage.

D'ailleurs, Elon Musk, fondateur de SpaceX, qui prévoit l'envoi de ses premiers touristes dans l'espace pour la fin 2021, avait été convié pour l'événement, retransmis en direct sur Internet.

Pour monter à bord du SpaceShipTwo, les premiers clients se sont acquittés d'un billet hors norme vendu entre 200.000 à 250.000 dollars. En août dernier, la société de tourisme spatial avait même remis en vente des billets, pour un prix démarrant cette fois à 450.000 dollars et affichait l'objectif de 400 vols par an à terme depuis Spaceport America, sa base au Nouveau-Mexique.

Une enquête du New Yorker incrimine Virgin Galactic

A l'origine de la décision de la FAA, la publication d'une enquête du New Yorker parue le 1er septembre et révélant un grave incident survenu durant le vol et que Virgin Galactic avait préféré taire. Virgin Galactic avait pourtant à l'époque assuré que tout s'était déroulé comme prévu alors que le vaisseau a brièvement volé en dehors de l'espace aérien dédié à la mission. Un voyant orange puis un voyant rouge s'étaient alors allumés dans le cockpit lors du vol, signalant une déviation préoccupante de la trajectoire du vaisseau.

Concrètement, le vaisseau SpaceShipTwo n'est pas une fusée standard décollant à la verticale, à la différence de son concurrent dans la course à l'espace Blue Origin, créé par Jeff Bezos. Il ressemble à un gros jet privé qui est largué en altitude par un énorme avion porteur décollant d'une piste classique. En conséquence, pour réussir sa descente, le vaisseau doit entamer celle-ci en haut d'un « cône imaginaire ». Lorsque le vaisseau n'a pas volé de façon assez raide lors de l'ascension, en cas de problème technique, il risque de ne pas réussir à accumuler assez d'énergie pour atteindre sa destination.

Aussi, si l'atterrissage du SpaceShipTwo s'est dans les faits déroulé sans encombre, le problème de trajectoire aurait pu s'avérer fatal pour les six membres de l'équipage présents à bord et aurait donc nécessité une interruption de la mission, ce que les pilotes n'ont pas choisi de faire. Une décision qui dénote avec la position affichée à plusieurs reprises par le fondateur de Virgin Galactic, Richard Branson, selon qui « un programme privé ne peut se permettre de perdre des vies ». En 2014, un accident survenu à bord d'un vaisseau de Virgin Galactic avait causé la mort d'un pilote, retardant considérablement le programme.

Enfin, Virgin Galactic avait confirmé jeudi la tenue d'un nouveau vol d'essai fin septembre ou début octobre.

Un coup d'arrêt fatal porté à Virgin Galactic ?

« Virgin Galactic ne pourra pas faire revoler son vaisseau SpaceShipTwo avant que la FAA n'approuve le rapport d'enquête final ou détermine que les problèmes liés à l'incident n'affectent pas la sécurité du public », a fait savoir l'agence américaine dans une déclaration transmise à l'AFP ce vendredi 3 septembre.

Pour autant, Virgin Galactic nie fermement avoir mis en danger les personnes à bord du vaisseau et affirme avoir gardé la maîtrise de la trajectoire durant le vol. « Bien que la trajectoire finale ait dévié de notre plan initial, il s'agissait d'une trajectoire de vol intentionnelle et contrôlée », soutient Virgin Galactic. « Nos pilotes ont répondu de façon appropriée à ces conditions de vol changeantes », ajoute-t-elle.

L'action du groupe, qui avait soudainement chuté après l'annonce de la FAA, a perdu environ 3% à la clôture de la Bourse jeudi.

(Avec AFP)

4 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 03/09/2021 à 18:54
Signaler
Manifestement lorsque c'est trop beau pour être vrai cela cache toujours un loup... Un voyant rouge pour une simple déviation de trajectoire vraiment? Ce n'est pas qu'indique le tableau de bord d'une automobile et la probabilité d'heurter un ...

le 04/09/2021 à 20:40
Signaler
psst...c'est pas une voiture...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.