Union européenne : la Finlande veut déjà couper dans le budget de la défense

 |   |  398  mots
Je suis inquiète des coupes drastiques qui sont dans la proposition de la présidence finlandaise de l'Union européenne, a asséné la nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen,
"Je suis inquiète des coupes drastiques qui sont dans la proposition" de la présidence finlandaise de l'Union européenne, a asséné la nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, (Crédits : Yves Herman)
La nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen est "inquiète" des "coupes drastiques" proposées par la Finlande pour le prochain budget 2021-2027. Dans le viseur d'Helsinski : Frontex (agence européenne de garde-frontières), la défense, le numérique et l'environnement.

La nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s'est dite mercredi "inquiète" des "coupes drastiques" proposées pour le prochain budget 2021-2027 de l'Union qui augurent d'âpres discussions au sommet de la semaine prochaine. "Je suis inquiète des coupes drastiques qui sont dans la proposition" de la présidence finlandaise de l'Union européenne, a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse. Elle a cité comme secteurs pouvant être affectés Frontex (agence européenne de garde-frontières), la défense, le numérique et les "efforts pour verdir l'économie".

Cette proposition finlandaise, fruit d'un compromis, reflète les profondes divergences entre Etats membres et sera au centre des discussions du Conseil européen des 12 et 13 décembre. La dirigeante a reconnu que la proposition finlandaise montrait "à quel point les négociations sur le cadre financier pluriannuel sont difficiles".  Elles "devraient être menées à bien par (le nouveau président du Conseil) Charles Michel avec l'objectif d'arriver à un accord en début d'année prochaine", a-t-elle expliqué.

La défense dans le collimateur de la Finlande

A propos de la défense, elle a estimé que "les moyens (financiers) dans la proposition finlandaise ne sont pas assez hauts. Si on est sérieux, il faut investir", a-t-elle affirmé. Pourtant, le nouveau commissaire européen chargé notamment des questions de défense, Thierry Breton, a plaidé lundi pour le développement d'une "industrie européenne de défense" afin de disposer de technologies "souveraines""La défense va être un enjeu absolument essentiel pour les cinq ans qui viennent de cette Commission et ce sera sous ma responsabilité, avec pour la première fois la création d'une industrie européenne de défense coordonnée pour partie par la Commission européenne", a affirmé Thierry Breton sur BFMTV et RMC. Il y a déjà a de la friture dans

La présidence finlandaise de l'UE a proposé de fixer les contributions des pays membres à 1,07% du revenu national brut (RNB) pour le prochain budget pluriannuel. Pour tenir compte à la fois du départ du Royaume-Uni, un contributeur net, et de ses priorités (sécurité, migration, numérique, climat), la Commission avait quant à elle proposé de fixer les contributions à 1,114% du RNB (à 27), contre 1,03% actuellement (à 28). Des pays comme l'Allemagne défendent une contribution à 1%, tandis que d'autres Etats membres exigent davantage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2019 à 17:25 :
Les capitalistes ? Ils ne veulent pas payer, ils en veulent toujours plus, au point de se suicider par individualisme : les chinois vont nous anéantir et seuls les naïfs ne comprennent pas que si tu n'achètes pas une solide ceinture alors tu baisses ton froc constamment.
a écrit le 05/12/2019 à 12:32 :
L e sommet de l' Otan vient de se terminer , et il en ressort que l' ennemi n° 1 est le terrorisme , la Finlande n' étant pas impactée on comprend son choix et mal sa solidarité .
Réponse de le 05/12/2019 à 13:17 :
par "terrorisme", vous entendez l'organisation terroriste de l'atlantique nord, sans doute. la pire organisation criminelle (et institutionnelle, en plus !) de toute l'histoire ! le fait qu'elle disparaisse serait une excellente nouvelle pour la paix et la (vraie !) tranquillité des citoyens. Celles et ceux qui ont l'immense privilège d'avoir un ou deux neurones en état de fonctionnement le savent pertinemment; Contrairement à la masse populaire en état de carence neuronale.
a écrit le 05/12/2019 à 11:57 :
l'UE n'est qu'une zone de libre échange à monnaie unique (pour les multinationales) sans aucune politique commune, en particulier de défense.Depuis la création de l'euro, l'UE n'a pas cessé de mettre la charrue devant les bœufs.Arrêtons le gaspillage.
a écrit le 05/12/2019 à 8:56 :
Rien n'avance, rien ne se fait en UE, nous n'avons même pas de politique commune bon sang ! Faites une UE d'abord et avant tout, une armée seulement pour protéger les intérêts des actionnaires milliardaires ne va qu'amplifier la crise politique européenne qui n'en a pas besoin, votre seule réussite en somme, les crises !

Bravo aux finlandais en tout cas, tout cet argent gaspillé en masse dont on ne sait jamais à qui il profite vraiment il y en a marre, nus n'avons plus que des politiciens aussi cupides que les hommes d'affaires et des hommes d'affaires aussi bavards que les politiciens, tout ce petit monde tirant inlassablement les peuples européens vers le bas
a écrit le 05/12/2019 à 4:07 :
Il reste encore de la resistance dans cette europe qui s'agite en vain ? La Finlande a raison de s'ecarter de cette pretendue protection future qui n'existera jamais.
a écrit le 04/12/2019 à 20:25 :
La Finlande n'est pas vraiment concernée par l'immigration clandestine.
C'est un pays indépendant qui couve soigneusement une neutralité centenaire et refuse pour cela d'adhérer à L'OTAN. On ne peut pas attendre d'eux qu'ils cotisent à une sorte d'OTAN financier pan européen nébuleux.

Les finlandais sont prospères, ils sont plus en avance sur le numérique utile que le reste de l'Europe et sont des écologistes compulsifs.

Il ne veulent pas gaspiller 2% de leur PIB dans une IED et des bidules numérques totalement fantasmés et sans substance puisqu'on leur propose de mettre de l'argent dans ...rien .

Les finlandais sont des gens pragmatiques.

La défense de l'Europe ne passe pas par des montages financiers communautaires obilgatoires.
Il faut que des noyaux industriels à deux ou trois pays montent des projets et proposent ensuite aux pays tiers européens de s'associer. C'est comme ça qu'on peut avancer.

Et je pense que beaucoup de pays vont réagir comme les finlandais sur l'IED. Investir dans leur défense, pourquoi pas, mais garder le contrôle absolu sur l'usage qui sera fait des investissements.
a écrit le 04/12/2019 à 19:29 :
TB est à peine installé ds son fauteuil que son budget rikiki pour la défense de l'UE est déjà remis en cause.
Rappelons en aparté que les US mettent plus de 600 mds $ sur la table chaque année pour maintenir leur défense.
Faut dire que la Finlande est aux 1eres loges face à l'ours Russe et que le parapluie de l'OTAN est à ses yeux bcp plus crédible que les velléités de défense européenne... Velléités, car avec 13 mds, y a pas vraiment de quoi fouetter un chat et surtout inquiéter Poutine qui doit d'ailleurs bien rigoler sous cape.
D'autant + que ces décisions pourraient être le prétexte pour Trump de relâcher la pression de l'OTAN.
Réponse de le 04/12/2019 à 21:28 :
La Finlande ne fait pas partie de l'OTAN.

Elle fait seulement partie du "partenariat pour la paix", qui est une initiative de l'OTAN mais qui n'a pas de réelle signification puisque la Russie en fait également partie.

La Finlande mise sur sa neutralité et sur une armée petite mais très bien outillée et entrainée qui donnerait du fil à retordre à la Russie.
La disproportion fait que le combat serait inégal mais le territoire est sans intérêt économique ou stratégique particulier pour la Russie. Sa neutralité en fait un territoire tampon dans les deux sens.
a écrit le 04/12/2019 à 19:07 :
Quoi de plus étonnant quand on sait le pognon de dingue que nous coûte l' UE dans un Otan prétexte à servir l' ami américain aux mains des néoconservateurs usains qui animent l' habituelle rhétorique guerrière reprise en choeur par les eurogagmen et qui consiste à agiter les peurs pour rançonner tjrs mieux, tjrs plus. Alors, Otan ou Ue de la défense ?

Macron et notre petit dernier plein de velléité on semble t-il déjà perdu, Frau Merkel et les polonais ont dit niet à une armée de l' UE, ils sont sous influence et ils ont terriblement peur ..
a écrit le 04/12/2019 à 18:24 :
quand on sait que les vikings et les baltes courent avec les americains apres les sous marins russes, ca fait sourire comme mesure a la con
ils croient que leurs partenaires vont les defendre le jour ou les russes franchissent la cfrontiere ' sans faire expres comme en ukraine'?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :