Boom du vin rosé en France, les producteurs peinent à suivre

 |   |  310  mots
Les importations françaises de vin rosé ont doublé entre 2002 et 2012 | Reuters
Les importations françaises de vin rosé ont doublé entre 2002 et 2012 | Reuters
Depuis 1990, la consommation, de vins rosés a triplé dans l'Hexagone, premier consommateur mondial devant les États-Unis. Les Français boivent tellement de vins qu'ils sont obligés d'en importer près d'un quart, notamment d'Espagne.

En vins rosés, la France est championne. Le pays est premier pays producteur et consommateur mais surtout premier importateur. Une étude de l'Observatoire mondial des vins rosés publiée vendredi constate ainsi que le marché français des vins rosés reste déficitaire.

La consommation de rosés en France a triplé en 20 ans

Depuis 1990, la consommation, de vins rosés a explosé dans l'Hexagone rapporte l'étude pilotée conjointement par FranceAgriMer et le Conseil interprofessionel des Vins de Provence (CIVP). Ils représentent désormais 27% de la consommation totale de vins, soit trois fois plus qu'à l'époque.

Avec environ 8,1 millions d'hectolitres (soit 810 millions de litres), le marché français représente même plus d'un tiers (36%) de la consommation mondiale de ces vins, devant les Etats-Unis. 

Une demande que les viticulteurs français n'arrivent pas à satisfaire seuls malgré une production de plus de 6,3 millions d'hectolitres de rosé par an, d'après l'Observatoire. La France a pourtant vu sa production progresser de 24% entre 2002 et 2012, mais celle-ci reste insuffisante.

L'Espagne, premier fournisseur

Pour combler ce manque, les importations françaises de vin rosé ont doublé entre 2002 et 2012.  Avec près de 2 millions d'hectolitres de rosé, elles représentent désormais près d'un quart de la consommation française, même si le vin importé est parfois destiné à l'export selon l'étude. Elle détaille d'ailleurs que les rosés espagnols, le pays étant le deuxième plus gros exportateur derrière l'Italie, en constituent une large partie.

"La production française ne permettant pas de satisfaire la demande nationale, la France a recours aux importations en compléments de gamme, notamment sur les vins premiers prix."

Une situation qui risque de perdurer puisque la production de vins rosés a diminué de 3% entre 2011 et 2012 (contre 16% pour l'ensemble des vins) alors que la demande a progressé. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/04/2014 à 17:29 :
Personne ne parle du meilleur rosé qui est le Tavel ?
Ce rosé est avec son voisin le Lirac le rosé le plus goutu
Les autres rosés comme diraient chevalier et laspales " il faut les boire bien frais sinon c'est dégueulasse !!!! "
Réponse de le 20/04/2014 à 22:39 :
Le TAVEL est un très bon rosé, avez-vous bu le CHATEAU DEFENS GRANDE RESERVE mais on trouve de très bon rosé et meilleur à moins de 6 euros la bouteille !
a écrit le 18/04/2014 à 19:26 :
Faut dire que les rouges et blancs Français sont hors de prix pour avoir quelue chose de correct. Alors reste le Rosé…

Ou alors les très bons vins dpits du Nouveau Monde à prix corrects. Les Bordeaux et autres "chateaux" vont déguster dans les années à venir (pas le très haut de gamme mais le milieu entre 15 et 60€ la bouteille).
Réponse de le 18/04/2014 à 19:42 :
Moi j'achète le rosé en cubi à 2 euros le litre
Réponse de le 19/04/2014 à 13:24 :
Moi, je préfère la qualité, à la quantité, un bon rosé d'Anjou, frais un délice en été.
Pour l'Espagne, elle est en deuxième position après l'Italie, jadis c'était nous. On oublie de dire combien d'ha de vignes ont été arrachés ? Comparaitre l'Espagne et la France est une hérésie, la fiscalité est moindre ainsi que les charges, chez nous
Fiscus "parasitus" préfère plumer, résultat tout fiche le camp c'est vrai pour l'industrie, jadis nous avions Poclain qui est Italien je crois. Où sont nos Industrie
en France ...... dans le passé.
Réponse de le 19/04/2014 à 15:37 :
Vous avez depuis quelques années d'excellents rouges et rosé dans le sud, notamment en Languedoc Roussillon et pour des prix défiant toute concurrence. Par contre les ex valeurs sûres comme les Bordeaux font plus payer l'image de marque que la qualité. Certains d'entre eux restent de qualité exceptionnelle mais à des prix excessifs. En parallèle une partie pas majoritaire mais conséquente des Bordeaux sont devenu une véritable arnaque.
a écrit le 18/04/2014 à 18:27 :
L'Europe ne devait pas autoriser à en faire par mélange (blanc/rouge) ? M'avais semblé lire ça. Peut-être refusé ? (il faut bien que les fonctionnaires s'occupent les méninges)
a écrit le 18/04/2014 à 17:51 :
Les gens achètent des Dacia, mangent du foie gras d'europe de l'est et donc ils boivent des vins rosés d'entrée de gamme. C'est ça la paupérisation du pays.
Réponse de le 18/04/2014 à 18:37 :
Vous avez raison
Réponse de le 19/04/2014 à 8:53 :
Complètement raison mais ça n'aide pas l'économie
Réponse de le 20/04/2014 à 17:05 :
@C'est raccord

Vous avez raison, les français consomment trop d'alcool... si bien qu'ils oublient souvent qu'ils sont au volant d'un engin de mort.
a écrit le 18/04/2014 à 17:15 :
Choisissez un vin rosé avec les cépages suivants : cinsault et cabernet sauvignon .
Température de service : 8 à 11 degrés .
Il s'agit là de vins du pays varois .
Réponse de le 18/04/2014 à 17:34 :
Information intéressante
Réponse de le 18/04/2014 à 19:49 :
petit détails: au niveau des coteaux varois les cepages autorisés sont grenache, cinsaut, mourvèdre, syrah, clairette, grenache blanc, sémillon, ugni blanc et vermentino
pas le cabernet :)
a écrit le 18/04/2014 à 16:22 :
et pourtant souvent imbuvable si on ne masque pas le gout avec une température de dégustation proche de 0°.
Réponse de le 18/04/2014 à 16:40 :
Il y a rosé et piquette, si effectivement vous buvez votre piquette à zéro degré changez de boisson mais ne parlez pas de vin même rosé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :