L'Italie va mal mais son vin se vend bien, surtout à l'étranger

 |   |  360  mots
En 2013, l'Italie a produit 47,4 millions d'hectolitres de vin : 15% de plus qu'en 2012. (Photo : Reuters)
En 2013, l'Italie a produit 47,4 millions d'hectolitres de vin : 15% de plus qu'en 2012. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Les ventes de vin italien ont augmenté de 24% depuis 2008, grâce à une croissance des exportations de 40%. Les autres Européens, suivi par les Américains, sont les plus gros acheteurs des bouteilles "made in Italy".

Le vin italien ne connaît pas la crise. Son chiffre d'affaires s'est même accru de 4,7% en 2013 et ses exportations ont augmenté de 7,7%. Depuis 2008, le total des ventes a progressé de 24,1%, grâce à une croissance à l'export de 40,4%, selon les résultats d'une étude de la banque Mediobanca.

2013 a même été l'année d'un record : cinq milliards d'euros du chiffre d'affaires du secteur, sur un total de douze milliards, sont provenus de l'étranger, affirment les organisateurs de Vinitaly, l'un des plus grands salons du vin au monde, qui ouvrira sa 48e édition ce dimanche à Vérone. En 2013, l'Italie a produit 47,4 millions d'hectolitres de vin, soit 15% de plus qu'en 2012.

La moitié des bouteilles de vin "made in Italy" exportées partent vers les pays de l'Union européenne, soit 9,2% de plus qu'en 2012, précise le rapport de Mediobanca, qui porte sur les 111 principales entreprises vinicoles italiennes. Ce sont ensuite les Américains qui achètent le plus de vin italien (32,7%, en hausse de 3,9%), alors que les pays européens hors UE, d'Afrique et du Moyen-Orient arrivent en troisième position (10,6%, en hausse de 14,9%).

L'oenotourisme, une nouvelle ressource

Entre 2008 et 2013, les ventes au sein du marché intérieur se sont en revanche "tassées" à +10,7%. Mais les exportations ont permis de préserver de la crise l'emploi viticole. Il a quasiment stagné sur la période.

Les meilleurs progressions commerciales ont été enregistrées par la Toscane et la Vénétie. Compte tenu des performances de l'indice mondial des entreprises viticoles cotées en Bourse, Mediobanca a calculé qu'entre 2001 et 2014 leur croissance a atteint le chiffre de 225,7%, alors que l'indice global de la Bourse n'a cru "que" de 61,8%.

Mais si le secteur du vin ignore la crise, c'est aussi grâce au succès de l'oenotourisme, qui a encore rapporté 5,1 milliards d'euros en 2013, selon les organisateurs de Vinitaly. Les 654.800 hectares des exploitations viticoles italiennes accueillent chaque année quelque quatre millions de touristes, dont 98% étrangers. Les destinations les plus populaires sont le Piémont, la Sicile, la Toscane et l'Ombrie, cette dernière étant entrée en 2014 dans le "top 10" des meilleures destinations vinicoles du magazine américain "Wine enthusiast".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :