Coronavirus : la CGT porte plainte contre Carrefour et Muriel Pénicaud

 |   |  416  mots
La CGT fait valoir que les vitres en plexiglas protégeant les caissières n'ont été mises en place que le 20 mars dans l'établissement de Carrfour visé, que le personnel n'a pas reçu de masques et que tous les rayons sont ouverts au public, et non les seuls rayons correspondants à des achats de première nécessité.
La CGT fait valoir que les vitres en plexiglas protégeant les caissières n'ont été mises en place que le 20 mars dans l'établissement de Carrfour visé, que le personnel n'a pas reçu de masques et que tous les rayons sont ouverts au public, et non les seuls rayons correspondants à des achats de première nécessité. (Crédits : Zheyang SooHoo)
La plainte contre Carrefour concerne un magasin de Saint-Denis où une salariée est décédée des suites du Covid-19, alors que les mesures de protection n'étaient pas suffisantes, selon la CGT. Accusée d'"inaction", la ministre du Travail est poursuivie devant la Cour de justice de la République.

La CGT Commerce a annoncé avoir déposé plainte mardi contre Carrefour au tribunal judiciaire de Bobigny et contre la ministre du Travail Muriel Pénicaud devant la Cour de justice de la République, estimant que les salariés de la distribution manquaient de protection face au coronavirus.

La fédération porte plainte contre la société Carrefour Hypermarchés pour "atteinte involontaire à la vie" et "mise en danger de la vie d'autrui" dans le magasin de Saint-Denis, où une salariée et déléguée syndicale CGT, Aïcha Issadouene, est décédée des suites du Covid-19 le 26 mars, selon le courrier adressé à la juridiction et consulté par l'AFP. La CGT fait valoir que les vitres en plexiglas protégeant les caissières n'ont été mises en place que le 20 mars dans cet établissement, que le personnel n'a pas reçu de masques et que tous les rayons sont ouverts au public, et non les seuls rayons correspondants à des achats de première nécessité.

D'autre part, le syndicat poursuit devant la commission des requêtes de la Cour de justice de la République la ministre du Travail Muriel Pénicaud, accusée d'"inaction" face aux "manquements des employeurs du secteur de la distribution et de la grande distribution".

La ministre n'a "jamais entendu intervenir avec son administration de manière efficace pour que la santé et la sécurité des salariés soit assurée", selon le courrier envoyé à la Cour.

Cinq décès recensés à ce jour

Le syndicat s'appuie sur l'article 223-6 du Code pénal, qui dit:

"Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l'intégrité corporelle de la personne s'abstient volontairement de le faire est puni de 5 ans d'emprisonnement de 75.000 euros d'amende".

La CGT cite également l'article 223-7:

"Quiconque s'abstient volontairement de prendre ou de provoquer les mesures permettant sans risque pour lui ou pour les tiers, de combattre un sinistre de nature à créer un danger pour la sécurité des personnes est puni de 2 ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende".

Selon le syndicat, "les salariés de nos secteurs paient le prix fort de l'inaction du gouvernement et du patronat, cinq décès recensés à ce jour, plusieurs centaines de salariés contaminés, dont certains dans des situations critiques".

Lire aussi : Grande distribution: après le boom, les ventes redescendent

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2020 à 18:47 :
les limites du pouvoir de nuisance de la CGT ne sont pas encore atteintes !
Est-ce qu'elle va porter plainte contre la Chine et les pangolins ?
a écrit le 31/03/2020 à 17:34 :
Quand est-ce qu'on se débarasse du virus de la CGT ?
a écrit le 31/03/2020 à 17:09 :
Pitoyable CGT à qui tous les moyens sont bons pour tenter d'enrayer sa chute. Ce n'est pas le moment de porter plainte (chaque chose en son temps) mais c'est compliqué pour ce syndicat qui est toujours contre tout et surtout pas pour le dialogue. La fuite en avant.
a écrit le 31/03/2020 à 16:49 :
Pour une fois que l'argent de la CGT sert à quelque chose. Il est normal de mettre des responsables politiques face aux conséquences de leurs actes ou inactions, ils ne sont pas là que pour faire des photos, servir les intérêts des marchés financiers et ajouter un titre à leur CV.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :