Gaspillage alimentaire : à défaut d'une loi, Royal table sur la bonne volonté des distributeurs

La ministre de l'Écologie veut que les distributeurs mettent en place de leur plein gré certaines des dispositions qui figuraient dans la loi de transition énergétique censurées en partie par le Conseil constitutionnel. Parmi ces mesures figurent l'interdiction de détruire des stocks alimentaires par exemple en javellisant ces stocks et l'obligation de donner les stocks alimentaires aux associations caritatives.
L'Union européenne gaspille 22 millions de tonnes de nourriture par an, estiment des experts mandatés par la Commission européenne
L'Union européenne gaspille 22 millions de tonnes de nourriture par an, estiment des experts mandatés par la Commission européenne (Crédits : © Eric Gaillard / Reuters)

Aucune contrainte légale. La ministre de l'Écologie, Ségolène Royal, a annoncé pendant une conférence de presse mardi 18 août qu'elle recevrait les représentants de la grande distribution le 27 août afin qu'ils appliquent de façon "volontaire" et "contractuelle" les mesures de lutte contre le gaspillage alimentaire, annulées par le Conseil constitutionnel. Lundi, elle avait évoqué une réunion "dans les dix jours".

"Ça veut dire l'interdiction de détruire des stocks alimentaires par exemple en javellisant ces stocks, et l'obligation de donner les stocks alimentaires aux associations caritatives", a précisé Ségolène Royal, faisant allusion à certaines des dispositions qui figuraient dans la loi de transition énergétique votée le 22 juillet à l'Assemblée nationale mais censurées jeudi 13 août par le Conseil constitutionnel.

Elle a par ailleurs rappelé que parmi les mesures validées par le Conseil constitutionnel figuraient la suppression des dates limites d'utilisation optimale sur certaines denrées ainsi que l'obligation pour les cantines scolaires et les services de restauration collective de l'Etat et des collectivités locales de mettre en place des plans de lutte contre le gaspillage alimentaire avant 2017.

Un nouveau projet de loi en cas d'échec

"Si ça se fait de façon contractuelle, très bien", a argué la ministre, ajoutant que si ça n'était pas le cas, un nouveau projet de loi serait présenté. Elle a toutefois affirmé avoir "bon espoir" de parvenir à un accord avec les distributeurs "parce que je pense que c'est bon aussi pour leur image de marque".

"Les grandes marques de distribution qui ne voudront pas s'engager dans ce contrat, je le ferai savoir. Je pense que ça ne leur fera pas une bonne publicité parce que les citoyens sont conscients du scandale du gaspillage alimentaire alors que tant de gens ont du mal à donner à manger à leurs enfants", a-t-elle ajouté..

Opinion : Mettre fin au gâchis alimentaire, par Arash Derambarsh (élu à Courbevoie) et Mathieu Kassovitz (acteur, réalisateur, et producteur)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 20/08/2015 à 0:25
Signaler
Et, on refera une nouvelle loi quand on aura des empoisonnements avec des produits restés trop longtemps. Il faut un délai ou une date support. Mais, aussi, au consommateur d'être responsable de ce qu'il achète, et de sa conservation. Ce projet ris...

à écrit le 19/08/2015 à 16:39
Signaler
Je salue fortement la Ministre de l'Ecologie suite a cette loi en processus! Je trouve ca comme une remede a la crise alimentaire mondialement devenue une machine de futur extinction des vies humaine! Reste a trouver le planning de mise en action de ...

à écrit le 19/08/2015 à 6:06
Signaler
Halte au gaspillage de tous les politiques Halte aux privilèges (cumul de postes et retraite) Honte à eux qui votent les textes dans leur intéret

à écrit le 18/08/2015 à 20:53
Signaler
Je ne sais plus quel organisme va se pencher sur une méthodologie pour avoir des outils, des techniques afin d'avoir des estimations fiables et comparables pays par pays. Compter les peaux de banane comme étant de la nourriture jetée, c'est excessif...

à écrit le 18/08/2015 à 19:37
Signaler
Ce gouvernement à le sens des priorités...

à écrit le 18/08/2015 à 18:53
Signaler
La bonne volonté des acteurs ... . C'est n'importe quoi. Une entreprise ne fait rien si elle n'y est contrainte que ce soit en terme de législation ou en terme d'image. Si l'esclavage n'avait pas été aboli je suis certain que certaines entreprises le...

le 19/08/2015 à 4:04
Signaler
La décision du gouvernement était justement de légiférer, l'article correspondant à été rejeté par le conseil constitutionnel, lisez bien l'article avant de commenter.

à écrit le 18/08/2015 à 18:53
Signaler
Elle fait dans le populisme en disant que "ça ne leur fera pas une bonne publicité ...". Et détail important : si c'est contractuel, c'est forcément imposé parce qu'un contrat prévoit des clauses qui doivent être respectées. Mais bon, on a vu avec l'...

le 18/08/2015 à 21:52
Signaler
Patrickb pour Patrick Balkany????D'ou ce raccourci entre la lutte contre le gaspillage alimentaire et votre haine des socialos!...

le 19/08/2015 à 8:51
Signaler
@marin: il faut en tenir une sacrée couche pour être endoctriné à ce point et nier les faits :-)

le 19/08/2015 à 10:42
Signaler
@Patrickb; Merci pour la sacrée couche, j'en toucherais un mot a mon médecin:-). Le fait est qu'il n'y a aucun rapport entre les Mistrals Russe et le gaspillage alimentaire...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.